Voyage en cargo (1/3) Départ et Walvis Bay

Ces trois articles sont ne pas sur le vélo, mais sur mon expérience comme passager à bord d'un cargo, retour vers l'Europe depuis Cape Town. Il n'y a pas beaucoup de rapports à ce sujet sur internet, alors j'ai décidé de publier le mien.

Avant de partir sur le voyage à vélo, j'ai eu cette vague plan de (peut-être) pour atteindre l'Afrique du Sud, trouver un emploi à Cape Town et voir ce qui se passe. Toutefois, lors de mon voyage, lois sur l'immigration sud-africains ont été resserrés, et ce plan n'est plus possible. Est maintenant impossible de changer le statut de visa, les dépassements de séjour est puni et même étendre un visa touristique est devenue compliquée, donc ma seule option était de laisser (ou pour naviguer au Moyen Orient Afrique, mais je n'étais pas très motivés...)

Après avoir pris 1 an et 10 mois pour basculer vers le bas depuis Zurich, je ne voulais pas « juste fly back ». Je n'étais pas prêt à accorder un voyage long de douze heures dans une sardine volante le droit de fermer mon chapitre cyclisme. J'ai pensé que la recherche d'un cargo ou un porte-conteneurs a été ma meilleure option : ils prennent trois semaines pour revenir en Europe, ils ne volent pas trop vite, et ils sonnent comme une expérience beaucoup plus agréable. Alors j'ai pensé que j'allais juste faire de l'auto-stop un bateau sur le port de Cape Town et offrent aider en échange de l'adoption. Toutefois, il est loin d'être qui est facile.

Tout d'abord, il y a seulement quelques lignes de navigation reliant l'Afrique du Sud avec le reste du monde (source de la carte), par rapport à ce qui se passe dans l'hémisphère Nord : le plusieurs liaisons entre l'Europe et l'Afrique appellent principalement dans les ports de l'Afrique de l'Ouest et ne voile plus au sud que le Nigeria. La route plus naviguée semble être Europe-Asie, où les navires utilisent le canal de Suez et quittent l'Afrique du Sud plus ou moins abandonnée au fond du continent. Seulement quelques itinéraires Brésil-Asia seraient arrêterait en Afrique du Sud, mais ce n'est pas où je vais. Ainsi, je me retrouve avec quelques compagnies desservant ports surtout sud-africain, Maersk et MSC et qui voile à peine une fois par mois. Il y a aussi des Safmarine et Mac, une petite compagnie maritime allemande dédiée à l'Afrique australe – route de l'Europe, et qui bénéficie en fait d'un monopole sur le fret de marchandises. S'ils sont d'autres solutions, ils n'ont pas un horaire ou ne sont pas assez grands pour l'internet.

Cape Town to Zürich, 9086 KM
Cape Town Waterfront – Zürich : 9086 KM à vol d'oiseau, ou 26500 KM que j'ai cycle

Puis, faisant de l'auto-stop à un port de commerce est très peu probable de se produire. Sécurité ne permet pas d'accéder au quai. Yves m'a dit il a réussi à faire entre les îles de l'océan Indien, mais c'est avec beaucoup de petits ports, et surtout, c'était il y a 20 ans. Il y a aussi un site où les propriétaires de bateau privé (yachts, voiliers) recrutent du personnel, mais ils attendent l'argent et expérience de la voile.

J'ai essayé d'appeler chaque compagnie maritime au Cap, mais ils seulement traitent de cargo et conteneurs, tandis que les passagers potentiels devront appeler le siège. J'ai alors appelé Europe, juste pour se faire dire qu'ils ne prennent pas plus de passagers, ou pour les rares qui se prévalent passagers, qu'il se fait via des agents. Il y a effectivement des agents spécialisés dans le voyage de fret : ils sont de petites entreprises en Allemagne ou au Royaume-Uni que détiennent les droits de vendre les cabines vides de navires de commerce. Et c'est à peu près 100 € par jour en mer.

En fin de compte, le seul agent de voyage cargo qui dispose de navires sur une route de l'Afrique du Sud me dit c'est entièrement réservé jusqu'à la fin de l'année, à l'exception d'une cabine. Voyage avion cargo devient tendance et avec seulement 2 cabines de passagers sur les navires à voile de Cape Town, il n'y a fondamentalement aucun moyen que je peux obtenir en gratuite. J'ai finir par payer mon passage, de Cape Town à Rotterdam, comme un touriste. Il y a beaucoup d'argent, trois fois plus coûteux qu'un vol, pendant 22 jours en mer. Je pourrais facilement cycle pendant 6 mois en Afrique avec cet argent. En revanche, c'est une expérience intéressante qui nécessite beaucoup de temps à la fois, donc si je ne le fais pas maintenant, je n'ai pas quand la prochaine occasion sera. L'agent demande un prix fixe par cabine, ce qui comprend l'alimentation, plus diverses assurances. Donc en fin de compte, c'est plus comme un hôtel avec pension complète, plutôt que de réserver un vol.

Ironie du sort, quelques jours après la réservation de mon passage, l'homme derrière moi dans un bar à Cape Town se trouve être un ancien employé MSC. Il a dit il y a peut-être un moyen d'obtenir un passage de fret sans payer, mais il impliquerait de bonnes connexions et le voyageur doit être super flexible sur les dates. J'ai aussi rencontré un cycliste chinois (qui a parcouru tout le chemin de la Chine) qui ont essayé d'obtenir un libre passage vers la Chine, sur les navires chinois (c'est-à-dire sans le règlement occidental « ennuyeux » sur la sécurité et le confort), mais sans succès.

Avec la confiance que j'ai n'a pas payé pour un service que je pouvais avoir obtenu gratuitement, j'attends mon bateau à Cape Town. Puisque j'ai seront nourris, que je n'aurai pas à travailler et je vais être couper d'internet pendant trois semaines, c'est le moment idéal pour se concentrer sur l'édition mes films de cyclisme, une tâche que je ne pouvais pas faire face à la route. Grosso modo, il me faut une journée complète pour compiler une vidéo de 10 min.

Vessel docked in the port of Cape Town
Navire amarré dans le port de Cape Town

C'était la première prévue le 30 octobre, puis le 7 novembre et c'est enfin aujourd'hui, le 9, que je suis informé que je suis monter à bord. La communication a été mauvaise et on ne sait pas jusqu'à hier. Retards sont prévus, et l'Agence de voyages clairement conseille aux voyageurs d'avoir des logements triés pendant quelques jours avant et après le jour prévu du départ. Mon billet lit réellement"date de départ environ fin de October/beg.of Nov 2014“.

Finalement, je suis au départ avec un délai de 10 jours, ce qui me fait quitter l'Afrique du Sud 5 jours seulement avant l'expiration de mon tourist visa : calendrier involontairement génial. Mon embarquement n'est pas organisé par l'Agence de voyage Cargo, ni par la compagnie maritime. C'est un tiers, l'agent de fret, qui est censé s'assurer que je suis à bord. L'agent de fret est le contact local de la compagnie de transport qui est en charge de la marchandise pendant le chargement et le déchargement et toute la paperasse qui longe.

Le rendez-vous est fixé avec Olivier, de la société d'agent de fret, l'intérieur du port, je peux maintenant entrer avec mon billet. Je me présente à la porte nord de la port de Cape Town, en Paarden Eiland. Je n'ai pas pédalé pendant 2 mois et je suis hors de mon mode"cyclisme", et j'ai oublié de re-fixer les crochets de fond de mes sacoches que j'avais enlevé pour les utiliser comme bagage quasi normale. Mon billet me laisserait passer par la porte de port si la Dame de sécurité graisse n'a pas dit que"cyclisme est interdit ici“. C'est parce que c'est une zone industrielle, la sécurité donc tout d'abord. Mais elle dit à pied est autorisée. Très bien, alors, je vais juste à marcher et à pousser mon vélo sur un kilomètre.

Liebherr crane loading containers on the vessel

Mais alors, le dialogue de sécurité stupide habitude arrive. “Non, vous ne pouvez pas aller avec votre vélo.« Que se passe-t-il si je le porte sur mon épaule, je suis un piéton avec un bagage, droit ? Pas du tout, la Dame a décidé qu'elle ne permettra pas mes roues passer la barrière. “Vous devez le mettre dans une voiture« est sa réponse finale.

Donc, je dois appeler l'agent de fret et leur demander de me chercher. Olivier vient à moi, mais sa voiture est un modèle de petite ville. Je peux faire mes sacoches s'adapter et la moitié de la moto seulement. Je dois dégonfler et démonter la roue avant, ce qui est ennuyeux moi même plus de discuter avec un agent de sécurité tenaces. Parce que nous sommes peu bloquant l'entrée et je perds des vis sur le plancher, l'agent renonce enfin à me faire emballer le vélo à l'intérieur d'une voiture, et je peux cycle route Duncan "Aussi longtemps que j'ai suivi la voiture et je ne blesser moi-même, ou quelqu'un d'autre". Très bien, je peux le faire.

Nous visitons le Bureau de l'immigration du port, où l'officier me fait remarquer que ma photo passeport ressemble à Sébastien Chabal. Eh oui, je l'ai fait quand j'étais à Windhoek en Namibie, et l'Afrique du Sud peut être l'un des rares pays où les joueurs de rugby sont plus populaires que Zidane. Je me fais éradiqué, mais ensuite nous avons un autre problème pour atteindre le quai : il y a une deuxième porte de sécurité, où EPI est obligatoire et où il est très improbable qu'ils permettent de cycle. Olivier doit appeler un ami avec un Reeds, juste pour que nous puissions conduire la distance de 200 m entre le Bureau de l'immigration et le navire sans se faire déranger. C'est dimanche et le port est complètement déserte. Je ne pensais pas deux roues causerait que beaucoup de problèmes... mais finalement, je suis sur le quai !

Vessel docked
Mon bateau ! Et moins de cheveux

Je porte mon vélo et les sacoches sur mon épaule, via le couloir assez raide, mais je suis habitué aux escaliers. Je rencontre le capitaine et le second, arriver à ma cabine pour déposer mes bagages et prendre le vélo « en bas » dans une petite pièce près de la salle de gym. Pfiou, enfin ! Je suis trié pour les trois prochaines semaines.

Le capitaine conserve mon passeport, mais Olivier m'emmène en ville jusqu'au départ du bateau, dans l'après-midi. C'était un problème à obtenir avec un vélo, mais maintenant, même sans passeport, il semble que je n'ai aucun problème à obtenir dans et hors de l'Afrique du Sud.

Retour sur le quai, je prends beaucoup de photos de la grue mobile portuaire. C'est un Liebherr LHM 550 avec 144 T capacité de levage et 80 pneus, fun à regarder dans l'opération. Il est apparemment interdit de prendre des photos sur le quai, mais personne ne m'arrête. Le personnel très peu de port est tous le chat à l'ombre d'un bâtiment un peu plus loin.

Cape Town, seen from the port
Grues portuaires mobiles Transnet et montagne de la Table derrière

Nous quittons le port de Cape Town à 1500. Le bateau remorqueur, attaché à nous avec une corde, nous guide jusqu'à ce qu'après le terminal à conteneurs. Depuis le pont supérieur, ce qui est de cinq étages au-dessus du pont de dunette, qui est lui-même d'environ 5 mètres au-dessus de la ligne, je crois voir tout dans la ville et rivaliser sur le terrain d'une foire avec des grands bâtiments comme la maison de la douane et le Centre municipal.

Lifting up the gangway
Tirant vers le haut de l'allée

Tug boat in the port of Cape Town

Dès que nous passons la dernière digue, le vent commence à souffler terriblement. Cape town, montagne de la Table et plus tard les 12 Apôtres deviennent plus visibles, c'est très joli. Phoques et dauphins sautent dans l'eau autour du bateau. Je me sens rouler plus fort et plus fort trop.

Le ciel est bleu et lumineux, à l'instar de notre navire, appelé M/V Bright Sky. Du pont (pont supérieur), montagne de la Table se retire de la vue pour les deux prochaines heures. Nous passons à l'ouest de l'île de Robben, et nous allons naviguer le long de la côte africaine jusqu'au Walvis Bay, un port namibien sur le programme et puis se diriger tout droit d'Afrique de l'Ouest, en évitant les eaux dangereuses près au Nigéria.

Traffic in the port of Cape Town
Cap sur le port

Vessel trail and Cape Town
Bye-Bye le Cap ! Une telle sortie mieux qu'un aéroport !

Oiseaux (calopsitte) posant en mer devant la montagne de la Table, Cape Town

Bye-bye Cape Town, leaving by ship
La société ’ prochain navire s entre dans le port que nous laissons

Lorsque nous sommes éloignés suffisamment, il semble y n'avoir qu'un seul nuage blanc dans le ciel, assis juste au-dessus de la montagne de la Table. Alors peut-être si le cap était plat, le temps serait beaucoup plus agréable ?

Vessel trail
Cap de loin

Il n'est pas ma première fois sur un cargo. Quand j'ai fait mon stage dans un chantier naval au Japon, nous sommes allés pour un essai en mer autour de la Îles goto dans la mer de Chine orientale. J'ai eu moins de temps pour prendre des photos, puisque nous étions test le moteur et la mesure des vibrations de la coque. Et nous dormions sur notre propre matelas sur le plancher des cabines vides.

Oshima shipyard, 2006
flashback de 2006. J'ai dû porter l'uniforme de l'EPI et guêtres de fantaisie trop

Sur ce bateau, il y a deux cabines de passagers à choisir de, version Ingenieur et propriétaire. Je pouvais seulement livre celui fantaisie, donc je me retrouve avec deux lits simples et un mini salon. Ce n'est pas comme dans un bateau de croisière, mais il semble très à l'aise pour ce que j'attendais. Je suis sur le pont D, juste sous le pont, et windows ont une vue dégagée vers l'avant, donc c'est une bonne place s'il nous arrive de se bloquer sur une falaise.

Il y a une télévision dans laquelle je peux brancher ma clé USB, un réfrigérateur, café et une bouilloire. La salle de bains est légèrement inférieur à la bain d'unité J'ai eu au Japon, c'est une douche-wc-lavabo tout-en-un moulé dans la même feuille de plastique. Tout doit être serré ou verrouillé, comme des tiroirs, d'autre ils ouvriraient avec le roulement.

Cabin onboard
Propriétaire ’ cabine s

Cabin onboard
Mon mini salon

Le navire lui-même est un grand morceau de l'ingénierie. C'est un bateau polyvalent, ce qui signifie qu'il est conçu pour embarquer en vrac et des conteneurs, et il a ses propres grues pour décharger sa cargaison en soi.

D'une longueur de 200 m et une largeur de 30 m, ce n'est que la moitié des dimensions de plus grands navires, tels que la Maersk Triple E classe ou plus tard CMA-CGM Kerguelen (vidéo). Je ne peux pas imaginer comment gigantesque ces deux sont, depuis le navire, que je suis sur en ce moment est déjà impressionnant. Sa capacité de récipient est 2208 Tue, 8 fois moins que les deux porte-conteneurs, mais c'est beaucoup plus fonctionnel : il a 5 cales à cargaison et un locaux, ce qui signifie que dans les conteneurs, il peut transporter 15 différents types de vrac ou de rupture de charge et encore plus avec les murs réglables. Entre les écoutilles, il a 6 grues de 120 T, levée jusqu'à 240 tonnes lorsqu'il est combiné. C'est comme le couteau suisse de navires de commerce !

Vessel bridge and dashboard: daytime
Vue depuis le pont : diurne

Mon allemand refait surface peu à peu tandis que je parle avec les autres passagers, un retraité allemand qui ne peut parler allemand. Étant donné que ce genre de voyage exige temps et argent, je suppose que les retraités occidentaux ont tirer meilleur parti du client base. C'est comme un bateau de croisière, sans le confort et la socialisation. Oui, c'est un type spécial de voyage...

À l'exception d'un officier, l'équipage est polonais et ne parle pas allemand. La langue avec des passagers est l'anglais, comme les officiers et l'intendant il peuvent parler. Il y a 21 personnes et 3 cadets (apprentis). Avec les deux passagers, qui rend 26 d'entre nous à bord.

J'ai encore signal alors que nous sommes 25 à 30km au large. Cela signifie que la réception cellulaire est mieux en mer que dans certaines parties du Cap ! Après le coucher du soleil, je peux repérer un phare de Saldanha et les lumières de la côte.

Coucher du soleil et des filets en mer

Sentier de navire

À la fin de la demi-journée, passé debout, mes pieds mal de constamment contre l'effet glissant d'équilibrage. Ce qui est formidable, c'est que j'ai accès au pont, juste au-dessus de ma cabine, si je peux toujours remonter et regarder les cartes et les radars. Il est cependant interdit aux passagers de quitter la poupe où le bâtiment est et aventurez-vous sur la zone de cargaison ou à l'arc.

Vessel bridge and dashboard: night time
Vue depuis le pont : nuit

Je suis tellement fatigué que je m'endors sans aucun problème. J'ai essayé de connecter la TV et la stéréo sans succès, donc je ne peux pas avoir un mini home cinéma dans mon salon de cabine.

Je ne peux pas dire que j'ai eu une première bonne nuit bien. J'ai réveillé trop tôt et ne pouvait pas s'endormir encore une fois, étant donné que mon corps a été déplacé à gauche et à droite avec le roulis du navire. Je frappais l'oreiller avec mon nez et cinq secondes plus tard, avec mon cou. Et pourtant, ma cabine est assez central, donc il doit être difficile pour l'équipage dormir loin de l'axe de roulis. Je devrais dormir dans un hamac.

Liste de téléphone pour le navire cargo

Les mauvaises nouvelles d'aujourd'hui est certainement mon portable angoissante. Windows affiche souvent des erreurs de disque dur (secteurs de corrompre et irréparable) et la partition de restauration démarre souvent parce que la partition principale ne peut pas démarrer. J'espère que je peux le faire survivre pendant tout le voyage, afin que je peux compiler mes vidéos. Sans ordinateur portable, le passage entier sera aussi ennuyeux...

Les mauvaises nouvelles d'aujourd'hui est en fait pire : J'ai décidé de prendre une photo à l'intérieur de la cabine avec le trépied. Mon gorillapod est bien vieilli maintenant et les doigts deviennent lâches. Il est toujours tombantes, un peu. Il n'était pas une bonne idée de le placer sur le bureau,... de plus, le roulement n'aide pas. Mon appareil photo est tombé sur le sol, et la lentille s'est ouverte.

Broken Nikon lens Nikkor 18-55
non ! Pas déjà sur la deuxième journée !

Les câbles moteur de lentille, le circuit et quelques vis sont cassés. Il n'y a aucun moyen que je peux le monter retour, pas même en mode de mise au point manuelle. C'est un désastre... Il avait tombé avant, dans la nature, mais heureusement survécu jusqu'à aujourd'hui. Eh bien, maintenant, tout ce que j'ai est en quelque sorte cassé : disque portable, mât de la tente principale, objectif de la caméra, vélo cadre soudo-sur, batteries de téléphones, chemises, etc.. J'ai encore un P & S caméra, mais c'est une honte je n'obtiendrai bonnes photos du navire et la mer.

Laptop fastening against rolling
Fixation de l'ordinateur portable, juste au cas où...

J'ai utiliser cette leçon pour sécuriser mon ordinateur portable sur la table. Tous les comptoirs et les armoires du navire sont recouverts d'un caoutchouc doublure feuille qui se colle sur les surfaces et les objets, mais ne nuira pas à ajouter un sandow.

Repas sont servis à la même heure chaque jour, 730-800, 1145-1215 et 1730-1800, dans le mess des officiers sur le pont de dunette. Nous avons un siège approprié. Nous (les deux passagers) s'asseoir à la table avec le capitaine, le second capitaine et du chef mécanicien. L'agent de deuxième et troisième, avec les ingénieurs de seconde, assis à l'autre table. Le reste de l'équipage mange dans un autre désordre de l'autre côté de la cuisine. L'équipage comprend un cuisinier et un gardien, qui est également la personne de contact pour les passagers. La cuisine est toujours ouverte avec un réfrigérateur plein de nourriture, dans le cas où nous sommes affamés à d'autres heures.

Breakfast in the officer's mess
Petit déjeuner au mess des officiers

Pendant la journée, tout en bavardant avec le second officier, j'apprends que ce bateau a été fabriqué sur mesure. Si elle a 6 grues, c'est parce qu'il était nécessaire pour la compagnie maritime. Le navire n'appelle pas seulement dans les principaux ports, mais aussi aux plus petites bornes qui n'ont même pas une grue. Par exemple, en Afrique du Sud, il s'est arrêté à Cape Town, Durban, Richards Bay, Port Elizabeth et Ngqura. À lui seul, il déchargé un transformateur Siemens de 217 tonnes en joignant deux grues.

Début 2015, ce même navire a également rendu nouvelles locomotives Vossloh Prasa dans le port de Cape Town (article de presse). Il ne semble pas très différent de l'époque coloniale : technologie voiles d'Europe vers l'Afrique, tandis que les métaux précieux et minéraux est envoyés avec les mêmes navires.

Le navire a été construit en Chine mais est enregistré à Majuro, îles Marshall, un pays de 60'000 habitants à mi-chemin entre l'Australie et Hawaï. Parler d'enregistrement dans les pays étaient la corruption aide, on me dit que le premier homme qui a ouvert un bureau d'enregistrement au Libéria, payé 1 million de dollars au gouvernement, mais qu'il est devenu milliardaire, la première année. Aujourd'hui, le Registre libérien (basé aux Etats-Unis) est le deuxième plus grand dans le monde et comprend plus de 3900 navires, qui dépasse les 10 % de la flotte de haute mer du monde. Les îles Marshall accueillir le 3e plus grand registre, une liste surmonté par le Panama. Pavillons de complaisance sont fortement utilisés pour éviter les impôts, les syndicats, les règlements environnementaux, etc..

Mer semble être que moins réglementé que la terre de toute façon. Le troisième officier a une histoire sur les canaux étant expédiés de Durban à Rotterdam et puis de nouveau à Durban sans transformation. Apparemment le transport peut être moins cher que de payer des impôts.

Chinese window glass on a cargo vessel
Ma fenêtre de la cabine est trop fabriqué en Chine

On parle aussi de passagers clandestins, qui est quelque chose à considérer sur un navire au transport entre l'Europe et l'Afrique. Même si les sud-africains ne devraient pas se cacher dans un navire comme, dire, africains de l'Ouest (qui sont, par ailleurs, beaucoup moins susceptibles d'obtenir un visa pour l'Union européenne aussi facilement), il arrive. Le navire engage une compagnie de sécurité à surveiller le bateau amarrée dans un port. Il y a beaucoup d'habitants travaillant à bord du navire qui ne font pas partie de l'équipage, mais qui viennent juste de charger et décharger la cargaison. Si ils ne sont pas enregistrés avec soin, ou si toutes les portes ne sont pas verrouillées correctement, ils pourraient facilement se cacher dans le navire. Pour une telle structure de grosse, directeur du 2ème me dit qu'il connaît des endroits où il pourrait se cacher pendant plus de 3 heures sans être découvert, même si un escadron entier policiers recherchaient.

Lorsqu'un passager clandestin est découvert en mer, par la Loi, l'équipage doit nourrir, loger et protéger lui. Cela peut sembler déjà une victoire pour lui, mais il y a un autre truc : certains ports européens refusera un navire à quai si un passager clandestin est connu pour être à bord. Donc s'il est encore possible et selon le coût qu'entraînerait la compagnie maritime, le navire aurait arrêter dans un port africain et débarquer le passager clandestin.

Il y a une histoire sur l'un d'eux : un mozambicain a voyagé par voie terrestre de Maputo jusqu'à Durban, pour s'embarquer illégalement sur un navire pour l'Europe. Durban est apparemment un port délicat pour les compagnies de navigation et une opportunité pour les migrants, parce que pas tous les travailleurs portent des uniformes. Le gars a sauté sur un bateau et se cacha... seulement pour réaliser plus tard qu'il est monté à bord du navire que seul commute entre Durban et Maputo. La leçon avant de se cacher sur un navire de charge est donc de vérifier que le passage est direct vers la destination voulue. Sites Web des compagnies maritimes auraient ces informations.

Vodka fuel
Carburant de vodka

Le navire a une mini boutique hors taxes à bord. C'est sur le pont D, comme ma cabine. Tous les 2-3 jours, le commandant de bord a fait une annonce à la radio, en polonais, quelque chose comme"le magasin est maintenant ouvert« et l'équipage files d'attente dans le couloir pour acheter vodka (Smirnoff à 6€) et les cigarettes (carton de Marlboro à 14€).

Il n'y a aucun signal de téléphone aujourd'hui. Nous naviguons environ 50 NM (90 km) du rivage, au lieu de 25 km hier, donc c'est trop loin pour attraper le réseau d'Alexander Bay ou Oranjemund. Le seul réseau disponible est alors téléphone satellite, mais c'est uniquement pour les cas d'urgence, comme c'est trop cher. Membres d'équipage aient accès à une adresse de courriel (texte seulement) que la compagnie maritime les laisser utiliser gratuitement. En tant que passager, je peux demander l'utilisation d'internet ou par téléphone, mais c'est au prix de satellite ! Membres de l'équipage ne peut pas faire des appels bon marché non plus.

Pour le dîner, devinez ce qui est de nouveau dans le menu ? Pommes de terre. Je n'ai jamais été en Pologne, mais quelque chose me laisse penser que pôles peuvent cuire des pommes de terre dans une centaine de façons différentes. Je les avais frit et bouilli, et cette fois, c'est comme une crêpe dans un goulasch. C'est la quatrième fois que je mange des pommes de terre en moins de 2 jours de voile. Même petit déjeuner a pommes de terre ! Pour le déjeuner, on m'a demandé"plat d'accompagnement, de riz ou de pommes de terre ?«, et de répondre à « riz » n'a jamais été si évident.

Notre vitesse moyenne sur terre (différent de vitesse par l'intermédiaire de l'eau) est de 11,5 noeuds (21 km/h). Il est comme moi vélo ! La lune était pleine, il y a deux nuits, et c'est toujours très lumineux. Dans la nuit, nous n'avez pas besoin de lumière du tout pour voir le pont et la mer.

Gym and pool in the vessel, just above the machine room
Gymnase et piscine dans l'enceinte, juste au-dessus de la salle des machines

Ma deuxième nuit est à nouveau mal. J'avais une bouteille d'eau près de mon lit qui n'a pas sécuriser correctement, et il roulé partout dans la cabine jusqu'à ce que je me suis levé. Dans la matinée, sans suffisamment de sommeil, mais seulement le strict minimum pour appeler un soir, le rouleau de navire ne me permet pas pour s'endormir à nouveau.

Je ne suis pas malade, que c'est juste que je ne suis pas habitué à mon lit étant constamment secoué de mer ! J'ai eu les plus paisibles nuits dans le désert de Namibie, qui est à seulement 100 km, mais le sommeil en mer est plus compliqué que de trouver l'endroit parfait cachés à monter ma tente. Ceci site Web propose des astuces que j'ai ignoré à l'époque :

  • Hamac-un hamac tendu à-longitudinale vous permettra de poser immobile alors que le navire roule en dessous de vous. Il ne supprime pas tous les mouvements (vous encore sentez le haut et soulever le bas du navire), mais elle réduit les rouleaux.
  • Être un Burrito – si le hamac ne fonctionne pas pour vous essayez calage des gilets de sauvetage sous votre lit pour créer un angle aigu entre le matelas et le mur, puis grimpez dans. Cette option active essentiellement votre matteress dans une coquille en forme de bite, épinglant vous contre le mur et qui vous empêche de rouler dans votre lit.

Directeur du 2e me fait remarquer que toutes les cabines ont un canapé, qui est généralement placé dans une direction différente de la chambre. De cette façon, que selon celle qui est le plus ennuyeux, tangage ou rouleau, on peut choisir la meilleure surface de couchage.

Parce que je ne peux pas dormir, je décide d'aller à la gym avant le petit déjeuner. Le soleil du matin éclaircir la brume ambiante est merveilleux, mais la salle de gym est à l'étage le plus bas, juste sous le Bureau du navire et juste au-dessus de la salle des machines. Il a quelques équipements, y compris une piscine cassée. Le navire a été construit en 2013 et la piscine est déjà « cassée », mais c'est un navire chinois. Parce que c'est la première année d'exploitation, l'équipage est toujours à la recherche ll autour du navire pour les défauts.

Moins de 30 min, j'ai brûler 1000 kJ en cyclisme et « running » sur le vélo elliptique (équivalent à l'énergie contenue dans 100 g de confiture ou de sauce chili). Je dois tenir serré sur les poignées, parce que le mouvement du navire rendre assez instable. Je me demande comment il doit jouer au ping-pong dans les vagues.

Cela signifie que tout en cyclotourisme, je dois facilement brûlent entre 10 000 et 20'000 kJ par jour ? Aucune merveille pourquoi je pouvais manger comme Dwayne Johnson sans prendre de poids. Apparemment, le corps est utilisé pour absorber beaucoup et graver beaucoup, mais après un tel effort régulier, il faut un certain temps à se réadapter à une vie « normale » avec un apport de nourriture « normale ».

Fog off the Skeleton coast of Namibia
Brouillard au large de la côte de Namibie du squelette : les portes de l'enfer

Après le petit déjeuner (avec camembert au lieu de pommes de terre!), j'arrive au pont d'avoir un regard sur la mer calme. Il y a certains phoques autour de nous, mais par rapport à hier... on se sent en Pirates des Caraïbes! Le ciel sur la gauche est parfaitement clair. Mais sur la droite, la brume nous avale et la grue avant, une simple 150m avant le pont, est difficile à discerner. J'ai vérifier sur la carte, et, évidemment, nous sommes juste à côté de Lüderitz (100km au large des côtes), la ville reculée dans la Sperrgebiet qui m'a déjà donné un avant-goût de son climat imprévisible et rugueuse.

C'est formidable que je ressens maintenant le « autre côté » de la Skeleton coast (dans sa définition étendue jusqu'à la côte namibienne ensemble). Le vent était terrible sur la terre, et le désert peuplé d'épaves et des histoires de marins échoués là. C'est logique après tout, si la brume du désert s'étend jusqu'à 100 km dans l'océan. La cause est le vent qui souffle du désert chaud dans le froid courant de Benguela. Marins portugais parlés une fois comme « The Gates of Hell ». Cela n'arrive sur la côte saharienne, par exemple.

Je complète ma première vidéo, Afrique de l'Ouest 1, et coudre le trou dans mon pantalon préféré (seul) au cours de la compression. En attendant, dauphins et phoques jouent autour du bateau. Joints parfois sauter hors de l'eau et parfois emprunter l'identité de paresse, quand ils groupe dérive sur leur dos avec nageoires hors de l'eau.

Sunrise in the port of Walvis Bay, Namibia
Le remorqueur nous aide à ancrer dans la baie de Walvis pendant un lever de soleil namibien

Deux jours et demi après le départ, nous nous arrêtons à Walvis Bay, le portail d'exportation de la Namibie. Même avec notre vitesse lente autour de 20 km/h, c'est l'heure juste, qu'il faudrait 1600 km par la route. Le moteur tourne 24h aide.

Le 2ème officier m'explique comment maritimes graphiques fonctionnent et voies d'accès dans les ports. Notre navire, equipee, a un projet de 11,7 m. Naturellement, les ports doivent être au moins que profondément. À Durban, ils doivent parfois attendre la marée haute à quitter le port. Il explique aussi comment les conteneurs sont liés au bateau, car je me suis toujours demandé comment les navires porte-conteneurs peuvent portent ces hautes colonnes de conteneurs qui ne tombent jamais malgré le rouleau (oh, il me semble ils le font). Notre transporteur de vrac ne peut transporter 2208 EVP (unité équivalente à 20 pieds), tout en un navire de la taille même sans la grue 4 piliers pouvaient transporter plus de 3000. Contenant uniquement les navires qui peuvent être chargés avec 8 fois cette quantité de contenants finissent avec un prix beaucoup plus abordable. C'est pourquoi nous avons principalement cargaison et des trucs en vrac, c'est-à-dire lourd encombrant à transporter. Nous aurons encore plus de ceci, parce que nous nous arrêtons sur le port de Walvis Bay pour charger de gros blocs de granit.

Container terminal, port of Walvis Bay
Conteneurs à Walvis Bay et le désert du Namib juste derrière

Quand j’ai fait la réservation, je ne savais pas si nous nous arrêtions quelque part sur le chemin. Je me réveille alors que nous sommes accostage dans la baie de Walvis pour 24 heures. Mon ancienne carte SIM MTC avec 70 Mo de données restantes fonctionne toujours très bien. Nous sommes autorisés à descendre du navire et une copie de la liste des passagers permet de visiter la ville, au lieu de notre passeport, qui reste avec le commandant de bord, aux côtés d’avec les passeports de tout l’équipage. Avec l’autre passager, je quitte le navire pour la ville,

Walvis Bay est la ville britannique de Namibie. Il a été transféré à la colonie du Cap, puis à l'Afrique du Sud, restant ainsi une enclave, tandis que les allemands ont pris possession du sud-ouest africain. Lorsque la Namibie a obtenu son indépendance, Walvis Bay est resté sud-africaine pendant 3 ans, jusqu'à la fin de l'apartheid. C'est le seul endroit sur la côte namibienne rugueux avec un port naturel, donc pas de se demander pourquoi il est économiquement stratégique. C'est l'une des trois villes namibiennes de la Top 10 plus grandes villes (a population of 20’000 only is needed to enter the list) that I didn’t visit it while cycling, since I turned off in Swakopmund, just 30 km north. Even if I didn’t like the weird-German-Disneyland character of Swakopmund, and the painful headwind that hit me both times when entering and leaving the city, at least it had a character. Walvis Bay is the same kind of city, perdu dans le désert, mais en dépit d'être appelé le poumon économique de la Namibie, semble beaucoup moins vivable. Je ne regrette ne pas d'avoir pédalé à travers elle.

Maersk and CMA-CGM containers, port of Walvis Bay
Maersk, CMA-CGM et Safmarine

Quand j'étais cycliste et s'approchant d'une grande ville, je n'avais pas les notions de « repos » et « nourriture décente » sur le dessus de mon esprit. Au lieu de cela, j'ai eu la pression de trouver tout ce que j'avais besoin, souvent une pièce de rechange préventive. Me voici à Walvis Bay, dans la même situation : ma priorité n'est ne pas pour visiter la ville, mais pour réparer ma lentille cassée ou d'en trouver un autre. J'ai un jour pour cette tâche.

La boutique de photographie seule a un nom allemand, mais ils ne font pas les réparations, ils ne vendent pas non plus de lentilles Nikon. Le propriétaire appelle un collègue à Swakopmund, 30 km de l'hôtel, et je me dit qu'un Nikkor 18-55 est disponible pour N$ 2500. C'est l'objectif exactement je me suis cassé, mais au double du prix de vente au détail. Je décline l'offre.

Walvis Bay est la deuxième plus peuplée ville de Namibie, mais il ressemble vraiment à une seule rue Far West petite ville, avec toutes les entreprises dans cette même rue. Plus loin vers le bas, il y a une petite boutique, et j'espère qu'ils sont le genre de ceux qui ont débloquer les téléphones et tout réparer. Malheureusement, ils disent la seule façon de monter un objectif dSLR est avec un banc que seul Nikon ont des centres techniques. Mais ils vendent un peu de lentilles... et que vois-je là ? Un Tamron 18-270 avec une monture Nikon. C'est l'objectif précis, avec que j'ai voulu mettre à jour ! Je suis obligé d'investir maintenant. J'aurais dû acheter il en Afrique du Sud, où il était de 15 % moins cher. C'est le balisage habituel, puisque la plupart des choses en Namibie proviennent d'Afrique du Sud.

Streets of Walvis Bay, Namibia
Rue principale de Walvis Bay et le magasin d'électronique

Un nouvel objectif est beaucoup mieux qu'aucun objectif du tout, et trouver la lentille que j'ai voulu à Walvis Bay n'était pas prévu, donc je ne peux pas rater cette chance miraculeuse. Et peut-être que je peux aussi réclamer la TVA (15 %) de retour ? Nous marcherons vers le Bureau de douane de port, visant à obtenir N 762 $ en argent comptant. Je suis amené de bureau en bureau, comme prévu, jusqu'à ce que la bonne dame me parle de la procédure : je ne peux pas obtenir le remboursement, mais un commissionnaire en douane viendra à bord et vérifier la marchandise avant d'emboutir une forme, et puis l'argent sera transféré sur mon compte. Vraiment ?

Eh bien, c'est 12 et j'ai fait tout ce que j'avais à faire. Ma mission est terminée, et nous pouvons maintenant vous détendre. Avec l'autre passager qui ne parle qu'allemand, nous diriger vers le front de mer minuscule et essayer tous les endroits.

Walvis Bay waterfront
Walvis Bay, le front de mer ensemble. Anne-Marie, nous ne sommes pas au Cap !

Il y a un restaurant dirigé par un homme Français avec un tee-shirt de la Delirium Tremens (mais que bière n'est pas vendu ici), et dont le chef a été élu meilleur chef de la Namibie depuis quatre ans. Le client à la table voisine nous dit huîtres ici sont les meilleurs en Afrique, donc à 1€ par pièce, je vais pour cela. Autre que le client est le consul Français pour la région, et bien sûr, il sait l'Ambassadeur qui a renouvelé mon passeport à Windhoek. En faisant du vélo en Namibie, je répétais que tout le monde dans le pays est lié ou connecté. Et une escale de 24 heures re-valide ! Il y a quarante ans le consul chassa de France à Abidjan en Renault 4, lorsque les routes n'existaient pas encore. Qui va pour montrer que traverse l'Afrique peut conduire à un travail décent...

Walvis Bay waterfront

En fin d'après-midi, il atterrit et Namibie s'affiche comme je le sais : rugueux. Sable souffle dans les yeux, il est difficile de marcher contre le vent, et mon visage se sent rouge du soleil. Nous revenons vers le port, où aucune des personnes sécurité nous demander quoi que ce soit. Nous pourrions être les gars locales transportant une bombe directement dans le bateau, car nous avons n'eu aucun ID et ne vont pas du tout dans n'importe quel contrôle de sécurité. En Afrique du sud il n'aurait pas été possible, je suppose encore moins en Europe, mais la Namibie est trop détendue. J'aime Namibie pour cela, les gens ont une vie relativement bonne et sont trop détendus pour se plaindre, de déranger les touristes et pour demander un pot-de-vin à ce jour.

Travailleurs chinois dans le port de Walvis Bay, Namibie

Détendu ne veut pas dire inutile : une dame de la douane vient à bord avec une déclaration de revenus pour la nouvelle lentille. Elle est venue tout le chemin juste pour moi. Malgré avoir passé l'après-midi entière dans tous les bars du bord de mer, nous remplissons les papiers requis, elle m'emmène à l'entrée de port pour obtenir le timbre et me pousse à revenir. On dirait un processus bien défini, je suis agréablement surpris. J'ai été trop habitué à la pensée « Je veux voir l'argent dans ma main droite maintenant », quand personne ne s'approuvent mutuellement. Manque de confiance dans les gens et les institutions publiques entrave sérieusement développement et mise en œuvre des processus optimisés. Ici, les choses fonctionnent, les présidents namibiens sont loués pour leur sens de la démocratie, et j'ai même susceptible de trouver N 760 dollars sur mon compte dans les 3 prochains mois (Remarque : J'ai été trop optimiste. Six mois plus tard, la Namibie n'a pas envoyé l'argent).

Portique à conteneurs Centiwheeled Liebherr, port de Walvis Bay

Grande grue, petit homme

Les officiers de navire me disent que les blocs de granit n'a pas pu être chargés aujourd'hui, donc nous ne pouvons pas laisser ce soir. Nous partirons demain après-midi à la place. Bon, alors je peux retourner en ville pour acheter le shampooing et dentifrice.

Seals chilling out on the Bright Sky
Walvis Bay scelle chilling out sur le Bright Sky

Clara Maersk, Aarhus
Voisin sur les docs, le Clara Maersk

port de Walvis Bay

Cales sèches, port de Walvis Bay

Navires dans le port de Walvis Bay, Namibie

Conteneurs de Maersk au port de Walvis Bay

Hommes au travail dans le port de Walvis Bay, Namibie

Coucher de soleil sur le port de Walvis Bay, Namibie

Le lendemain à 09:00, les grues du port sont immobiles. J'ai pensé qu'ils étaient censés pour rapidement rattraper le travail d'hier. L'agent de port avait dit ils chargerait le granite de 07:00, mais les travailleurs n'apparaissent. C'est leur première fois charger des blocs de granit, et ils ne veulent pas le faire pendant la nuit. Le capitaine continue à répéter"Il s'agit d'Afrique« comme rien ne se passe comme prévu.

Je n'avais pas entendu ces mots tellement ces derniers temps. En fait, pas depuis travaillant sur ce projet de centrale électrique près de Johannesburg. Lors de mon voyage, je n'ai pas entendu, ne pas envie de dire la chose de TIA. J'ai réalisé que cela arrive surtout quand les occidentaux se trouvent en Afrique, lorsqu'ils sont responsables des travaux réalisés en Afrique (souvent avec mauvaise qualité et délais) et doivent se présenter à la hiérarchie ailleurs (généralement avec des attentes élevées et peu de compréhension de l'environnement des entreprises différentes). Quand les choses sont faites entièrement en Afrique, il n'y a pas besoin d'être"Il s'agit d'Afrique«-ing tout. Mais quand vous vous attendez à l'agent de port de Walvis Bay au travail aussi rapidement que l'agent de port à Rotterdam ou à Hambourg, vous ne pouvez être déçu.

Maintenant, on nous dit de que nous quitterons à minuit. Voilà donc une autre journée inattendue à Walvis Bay ! Je ne savais pas transport maritime était tellement aléatoire et relativement indifférents quant aux retards. La raison pourquoi le navire arrive 10 jours de retard à Cape Town ? Il y avait un « embouteillage » dans le port de Durban, et l'équipage devait attendre 5 jours ancrés devant le port.

Loading containers in the fog of Walvis Bay, Namibia
Brume matinale à Walvis Bay

Port de Walvis Bay, Namibie

En dépit d'être amarré, je me sens que le sol se déplace dans ma cabine. Je deviens folle ? Mon cerveau est tellement habitués au pain bateau que je suis en permanence-équilibrage automatique maintenant ? J'ai vérifier sous divers angles et marque l'alignement de la fenêtre et... nous sommes parfaitement immobile. Pourtant, mon corps sent certains mouvements. Sur un terrain hier, il n'est pas arrivé.

Le second officier me dit que c'est normal. Nous avons toujours un ou deux moteurs auxiliaires allumés (lumières, eau potable et en particulier pour les grues de fonctionnement), et le navire se déplace en effet. Tant soit peu que nous ne pouvons pas voir, il suffit de le sentir.

Twin deck, upper part
Un coup d'oeil à l'intérieur de l'entrepont

Lashes
La raison pourquoi les conteneurs peuvent ’ t tomber hors du navire

Puisque nous sommes à quai et une trappe est ouverte, le 2e lieutenant me donne un tour pendant sa pause, car il est sans doute ma seule chance de voir « l'intérieur » du navire. Il est très profond... et étant un jumeler, je vois seulement à mi-chemin vers le bas ! Il y a déjà 3 des 16 blocs de granit (mais ils ont l'air assez blancs pour les granits) et quelques conteneurs. C'est tellement acier et autant de fonctions, un vrai gros jouet. En vertu de la jumeler, dans la soute, nous avons de manganèse et autres trucs de mines sud-africaines.

Je suis également montré comment les conteneurs sont empilés et attachés ensemble. Les lignes de fond des conteneurs sont liés au pont avec pièce et barres d'arrimage. Les conteneurs ci-dessus sont attachés aux conteneurs ci-dessous avec pièce. Il y a ceux de manuel, semi-automatique et automatique pièce, que lock / unlock automatiquement avec le poids des conteneurs quand ils sont mis ou retirés par une grue.

Container terminal, port de Walvis Bay

Puisque nous avons amarré toute la journée, et puisque je n'a pas un cycle autour de Walvis Bay sur mon chemin vers le bas, c'est ma chance de visiter les salines. La ville est construite près d'une lagune et il n'y a probablement plus à voir que la très calme rue principale et le front de mer minuscule.

Nous marchons sur le port et réserver un taxi pendant deux heures, afin de conduire dans les œuvres de sels sur le côté sud de la lagune.

Eaux de roses des marais salants de Walvis Bay, Namibie

Routes à travers les eaux roses des marais salants de Walvis Bay, Namibie

Pipeline dans le désert, Walvis Bay, Namibie

Les couleurs sont superbes. La solitude et la grandeur du désert est déjà atteint en 5 minutes en voiture de Walvis Bay. J'ai vraiment apprécié la Namibie à vélo et je l'aime encore maintenant. Cette évasion inattendue en Namibie, sans passeport, se sent très bien.

Oiseaux de la lagune de Walvis Bay, Namibie

Message de la corbeille

Oiseaux de la lagune de Walvis Bay, Namibie

Exploitation minière zone : restez sur la route

Marais salants de Walvis Bay, Namibie

Ici est produit plus de 90 % du sel utilisé en Afrique du Sud. Avec une production de 700'000 tonnes par an (à partir de la transformation de 50 millions de tonnes d'eau de mer) sur une superficie de 4500 ha, Chott est le premier producteur de sel de mer solaire en Afrique subsaharienne.

Le moule est grand, rouge, avec beaucoup de tuyaux et des oiseaux, des flamants roses et bien sûr beaucoup de sable. Après tout, c'est le désert du Namib. Le vent est fort, et mes cheveux sont raide de sel et sable soufflé dedans.

Le taxi nous dépose au bord de mer à passer le reste de l'après-midi. La ville est vide. Tout d'abord, il n'est pas aussi touristique comme Swakopmund, et Deuxièmement, novembre est le mois dernier de la saison touristique. Après cela, il fait trop chaud. J'ai à peine de voir un touriste dans la ville. À vrai dire, je vois à peine n'importe qui.

Walvis Bay waterfront

Walvis Bay waterfront, interesting literature
Littérature de Walvis Bay : répertoire de CompuServe et guide de l'utilisateur MS SuperFax 5.1

Une fois de retour au bateau, assez tôt pour s'assurer qu'il ne quitte pas sans nous, le 2e officier confirme que les blocs de granit blanc, qui a provoqué des problèmes tellement, sont des blocs de marbre en effet. Chaque bloc, à peu près la taille d'un terrain de Golf de Citi, pèse de 15 à 20 tonnes. Il en coûte environ 500 € pour transporter un bloc de Walvis Bay à Hambourg, chargement et déchargement inclus. À la différence de prix entre la Namibie et de l'Allemagne, c'est un moyen facile de gagner de l'argent avec les ressources de l'Afrique !

Containers on train in the port of Walvis Bay
Conteneurs arrivant par le train

Coucher de soleil léger dans le port de Walvis Bay

Container terminal, port de Walvis Bay

Je demande également à la possibilité de travailler sur un bateau et d'avoir le passage gratuit, comme l'ont fait il y a ans. On me dit que depuis 2001, cargos ne peut pas prendre des passagers gratuitement contre un petit boulot. Même les matelots doivent posséder un certificat. Aussi, les capitaines de navire ne sont plus autorisés à engager qui ils veulent, la paperasse est gérée par le siège de la société. C'est une confirmation que voyage et travail Cargo est beaucoup plus réglementés qu'avant, et que je pourrais avoir attendu pendant des jours dans le port. Toutefois, il devrait être toujours possible d'embarquer et de travailler à des navires comme la flotte de Greenpeace, sur les bateaux de plaisance privés et probablement sur des bateaux de pêche chinois qui ne respectent aucune règle.

Sur ce bateau, les deux cabines sont constamment réservés. Les agents sont autorisés à prendre un parent avec eux, mais seulement si une cabine passagers est libre, qui n'est jamais arrivé.

Port de Walvis Bay de nuit

Chargement de containers dans la nuit

Dans la nuit de ma cabine, j'ai regarder les derniers conteneurs étant chargés, tandis que le commandant de bord a fait une annonce pour le départ : il sera vingt - deux cents. Je continue à essayer mon nouvel objectif 18-270, maintenant dans la nuit, et je l'aime. C'est un superzoom mais assez léger et tient dans mon petit sac, étant seulement aussi longtemps que le Nikkor 18-55. Il est parfait pour voyager, je l'aurais acheté pour mon voyage à vélo !

Tags :