Ovamboland, la route monotone

Plus de la moitié de l'ensemble de la population namibienne vit dans l'Ovamboland, qui ne pèse seulement 6 % du territoire. Les Ovambo sont de loin le plus important groupe ethnique du pays et le terme Ovamboland (un homelandterritoire réservé aux noirs à cause de la politique de l'apartheid) est encore en usage en dépit de la division administrative depuis 1990. Pour arriver à Tsumeb depuis Opuwo (Kaokoland), je dois traverser toute la région d'ouest en est.

Il me faudra environ 6 jours pour 600 km, puisque la route est goudronnée et simple. Je va être à vélo sur le côté nord de la Parc National d'Etosha, cette immense réserve animalière qui ne peuvent pas être recyclée (comme toutes les zones bruns à l'adresse suivante (lien cliquable), accessible seulement avec un permis ou si vous appartenez à De Beers).

20140331-DSC_1449

Comme je sors de ma tente, appréciant les premiers pas sous le soleil levant de la belle journée à venir, j'ai ce sentiment que je suis regardé. Quelque chose s'installe dans les roches. Oh et maintenant une petite tête sauté et se cacha à nouveau. Après une observation plus attentive, je me rends compte il y a une dizaine de marmottes en me regardant. Pas les enfants cette fois, quelques marmottes.


Une fois sur la route, je me rends compte rapidement que le paradis cycliste namibien, que j'avais tellement hâte de, ne sera pas aussi lisse et aussi intéressant que je l'avais imaginé. Il fait très chaud, il n'est pas facile de trouver de l'eau et le vent est contre moi. J'ai gardé avec moi le bidon de 5 L donc je porte maintenant 10 litres d'eau. C'est 10 kilos supplémentaires ! Mon chemin pour les six prochains jours est assez simple : Orient. On m'a dit d'un vent de l'est veut dire pas de pluie, c'est bon, mais ces segments longue ligne droites sans rien, mais vent de face peuvent être déprimants.

Boring straight roads of Namibia
Namibie : Bienvenue au paradis du vélo !

Day513-Bike-140331
Je m'ennuie déjà genre de l'imprévisibilité des mauvaises routes non mappés

Route agréable, joli goudron, peu de circulation. Nombreux pick-up Toyota font la navette entre les différentes villes de la région, et les passagers sont debout dans l'espace utilitaire. A 100 km/h, il semble très facile pour quelque chose de mauvais leur arriver. En revanche, les casques sont obligatoires pour les cyclistes !

Boring straight roads of Namibia
Mon décor pour des kilomètres et des kilomètres

Le voyage devient rapidement ennuyeux. Il n'y a rien beaucoup à regarder ou à faire. À la jonction entre C41 et C35, à un petit village à la recherche comme dans le Far West, je peux acheter la viande et les frites, bien mieux que fufu et poissons ! Nourriture jusqu'à présent était en bonne santé (peut-être... Je suis toujours pas sûr de manioc du manger tous les jours étant plus saine que la viande et pommes de terre), et maintenant ça va être gras et savoureux ! Cependant, tout le monde prétend, il n'y a pas d'eau ici (puis ce que vous tous boivent?) jusqu'à ce qu'une dame m'emmène dans sa maison à remplir mon réservoir 5 L, que j'avais fini qu'un matin. L'eau n'est pas que propre, elle doit provenir d'un puits à proximité. Par la suite, il devient encore plus ennuyeux. Vous pouvez voir sur la bikemap ci-dessus, que la ligne longue ligne droite de 100 kilomètres à Okahao est ma route, sans un seul coup. Comme dans le Sahara, mon mal de fesses. Cela arrive quand la route est si droites et plates que ma position sur la selle ne change jamais.

20140331-IMG_0248
Un trait namibien : lodges de luxe au milieu de nulle part

Je m'arrête pour monter ma tente quand je vois un réservoir et appuyez sur près d'une ferme, donc je peux douche avec l'eau de vache. Cette partie du terrain est vide de maisons, mais il y a des vaches partout. Il ressemble à une usine de vaste naturel t-bone steak, mais à un stade trop précoce de développement pour mon estomac.

Sunrise on the long roads
Lever du soleil sur les longues routes

Day514--140401



Il est encore très chaude et très ennuyeux : droites de 66 kilomètres jusqu'à la ville voisine, Okahao.

Day514-Bike-140401
Aires de repos tous les 10 km sur le bord de la route, seulement en Namibie

20140401-IMG_0259

Marécages près de Okahao

Swamps near Okahao
Je me demande comment ces forme arbres

Swamps near Okahao
Yep, bicyclettes ne sont pas communs ça ici

Okahao est la plus grande ville de la région avec seulement 2000 habitants. Comme je suis encore nouveau en Namibie, je continue à en la comparant à d'où je viens : cette ville a plus de grandes entreprises qu'une ville de 100 000 au Congo, Cameroun, Bénin, Côte d'Ivoire, Gabon... Ah non, le Gabon compte seulement deux villes de plus de 100'000, et je n'ai pas été là. Deux supermarchés (Shoprite et Woermann), une pléthore de boutiques chinoises fantaisies, les entrepôts de matériaux de construction, les banques et les guichets automatiques,... il semble assez impressionnant pour moi. L'inconvénient est que tous les magasins sont intérieur. Il n'y a aucune dames vendent des trucs de base, des légumes et des aliments par le bord de la route. L'absence de vendeurs ambulants, le sable blanc sur les trottoirs et le fait que la plupart des gens voyage en vieux pick-up rouillé de Toyota au lieu de marcher, faire sentir comme un continent différent d'Angola et au-dessus.

Okahao
Okahao

Il y a beaucoup de bars et de conjuguer, et l'ancienne garder boire toute la journée. Il ne ressemble pas à plaisir la vie. Garçons portent des chapeaux d'hiver et dames à pied avec des parapluies pour protéger leur peau du soleil. La proximité de l'Afrique du sud est grande, il y a beaucoup de bonne nourriture de là. Je peux acheter un jus de mangue réel pour 80 cents par litre, au lieu de USD 4 ceux importés de Turquie ou les Émirats Arabes Unis vendu dans les expats supermarchés de Cotonou ou Pointe-Noire. Je peux faire des folies sur bons produits, par rapport à « avant », quand je voudrais trouver un supermarché rare et acheter seulement un ou deux articles pour me rappeler comment fromage et goût chocolat comme.

Okahao

Je suis surpris dans les nombreux magasins chinois dans la ville. Il y a déjà une très bonne offre pour les consommateurs, mais les chinois envahissent aussi Namibie ! La plupart de leurs magasins est appelée « Magasin de porcelaine » et remplie de tout ce qui peut être faite de plastique et en aluminium. Il est temps de chercher de nouvelles chaussures. Mais ici aussi, la plus grande taille est toujours 44... Il n'y a même de fausses chaussures de trail Salomon ! Ce sont de très bons (et vendu pour 1/10e de leur prix habituel), c'est dommage il n'y a pas ma taille. À ma dernière visite de la boutique, il y a une paire de 45, peut-être le seul 45 sur toute la ville. Nike basses, chaussures de randonnée pour 10 €, un peu trop serré, mais il fera l'affaire. Tout ce sera mieux que de marcher la moitié pieds nus et d'obtenir des pierres et des épines dans mes pieds.

20140401-IMG_0261
Bye-Bye vieilles chaussures !

Et il se sent si bon ! Nouvelles chaussures après une longue période avec des chaussures cassées. C'est comme trouver un décrochage routière sur la route, après de nombreuses heures à penser à la nourriture. Tous mes plaisirs sont très simples : la nourriture après la famine, l'eau après les lèvres sèches, indispensable équipement après une longue période de malaise, etc.. Et ces plaisirs sont vraiment plus intenses que ceux qu'ils considéraient comme rarement accessible. Cela me rappelle de quelques textes de Sénèque étudiés dans les classes de Latin à l'école.

Marécages près de Okahao

Je suis encore profiter de ma nouvelle vie bonne et je me retrouve à nouveau acheter trop de nourriture, je ne peux pas le porter. Si j'essaie de manger et de boire assez de mes achats afin que le reste rentre dans mes sacoches, puis mon ventre est trop plein et je ne peux pas le cycle plus. Ah, quel dilemme...

Blicks project
Projet Blicks

Ce fabricant de blicks se trouve à côté d'un magasin de botore. Je ne suis pas au Japon, mais il est plein de Engrish!

La raison pourquoi la terre est tellement humide autour de moi, alors qu'il était super sèche Il y a 100 km, est parce que je passe près de la Etosha pan juste après la saison des pluies. Tous ces marécages sont remplis d'eau venant d'Angola et de la rivière Kunene et allant vers le pan d'Etosha sans parvenir à elle.

Nakambale museum
Cuvelai expliqué par le Musée de Nakambale

Il semble même tropical avec des palmiers. Le fait est que je suis toujours entre les tropiques (23'26 ° N -23 ' 26 ° S), mais comme la plupart de la Mauritanie et le Mali, qui correspond rarement à l'image des pays tropicaux. J'ai vu les images de cette région lorsqu'elle est sèche, et il ressemble beaucoup plus à sud de la Mauritanie. Il y a beaucoup de petits hameaux de la route, composé de maisons de briques simples, dont la moitié sont des barres.

20140401-DSC_1490
20 km de droite, un virage et à 40 km directement à Oshakati

Coucher de soleil sur les palmiers

Big Mum Bar 100%
Maman grosse Bar 100 %



Les dernière quarante kilomètres à Oshakatiune des plus grandes villes du pays avec une population de 40'000, sont plates et rapides. J'arrive directement dans la zone commerciale : jeu, M. Price, clics, Ackermans,... tous les principaux détaillants sud-africains sont ici. Les salutations me rappellent également l'Afrique du Sud. Il faut se demander systématiquement"Comment vas-tu?« pour le commerçant, la caissière ou le client, qui sera répondu avec »Je suis très bien et vous ?« et puis »Bien merci“. C'est tellement mécanique que je pouvais répondre »cassoulet« à la première question, l'autre serait toujours dire »Bien merci“.

20140402-IMG_0270
Game Oshakati

Oui, c'est certainement la fin de l'aventure sauvage, je suis sur un parking du centre commercial. Laissant mon vélo avec tous mes trucs en face d'un grand centre commercial tout en entrant dans le dédale des boutiques me rend mal à l'aise. Il y a juste les gardes inutiles, difficiles de faire confiance. Pourtant, je ne peux pas quitter cet endroit sans un nouveau matelas à air. J'obtiens un bon marché pour 18 USD, presque la même j'ai eu en Angola pour 50 USD, alors je peux me débarrasser d'elle et ses quatre correctifs. Prochain arrêt : nourriture. Il y a un burger Wimpy à la station Engen, excellente ! Je vais me régaler un hamburger gras rare. Mais c'est assez cher et pas aussi bon que dans mes souvenirs. Je regarde par la fenêtre, cela pouvait être comme l'Afrique du Sud. Certains prix est encore marquées en rands (il y a une parité d'un à un entre le rand et le N$). Je n'avais pas vu jusqu'ici beaucoup de gens blancs, mais ici ils viennent. Gros rasé tête, gros ventre, un repli de chemise de cocher en shorts et chaussettes hautes bottes. Une définition particulière de sexy. En revanche, certains gardes de sécurité noirs, assis à l'ombre tout au long de la journée et de se faire payer pour cela, me demander pour 5 dollars parce qu'ils ont faim. Excusez-moi, je suis celui qui 230 km à vélo depuis Opuwo avec peu de nourriture sur le chemin et j'ai vraiment faim.

Day515-Bike-140402
À Wimpy

Tous les bâtiments et les magasins ont une histoire seulement. Tout le monde se déplace en voiture. Il n'y a aucun charme à cet endroit. Tout le monde est habillé comme nulle part ailleurs avec des vêtements occidentaux. Je ne me sens pas bien dans la jungle urbaine. J'avais l'habitude de laisser mon vélo n'importe où pour faire des courses ou se promener autour, mais ici, il y a trop de gens et j'ai besoin de s'adapter à la mise au point. C'est comme l'Europe impersonnel où vous ne laisseriez pas votre vélo seules dans une ville. Comme une question de fait, je n'ai jamais utilisé mon cadenas lourd puisque je suis entré en Afrique, il a été un inutile masse liée à ma tige de selle. Au début, j'étais bloquant dans les magasins ou la nuit en camping sauvage. Mais il est rapidement apparu inutile : personnes ne serait pas le voler. Et je suis presque sûr que personne ne peut diriger une pleine charge de randonnée vélo et pédale bien sans pratique. Je suis toujours étonné à combien lourd et dur, c'est après 10 jours de repos hors de la route.

20140402-IMG_0269

Le trafic a été très calme jusqu'ici, et c'est un enfer à Oshakati ce cycle. Les deux voies par sens sont juste assez larges pour deux véhicules et ils n'hésitent pas à courir à ce sujet, en passant super proche de moi. Ondangwa est une autre grande ville, à seulement 30 km après Oshakati, et j'ai faire la route entre les deux comme rapide et sûrement possible.

20140402-IMG_0275
Classes boutique, copies et ordinateur de vélo

20140402-IMG_0276
Pain Baric, dans le cas où les gens se demandent si ils donnent des cours d'informatique trop

20140402-IMG_0277
Ongwediva mall

Au lieu de camping de bush, je tombe pour le camping de la Nakambale du Musée, avec électricité, douche chaude et une cuisine. Un peu de réconfort, se sent bien.

Hotel Gaddafi
Roi Colonel Muammar Kadhafi Hotel

20140402-DSC_1504

Le camping de Nakambale a été inauguré par l'épouse de l'ancien président. Tout comme le Shoprite supermarché d'Oshakati a été ouverte en 1996 par Sam Nujoma, le premier président de la Namibie, en fonction de 1990 à 2005. Par ailleurs, 100 % des présidents namibiens (deux) ont une barbe cool. Dans un pays avec une population de 2,1 millions, je suppose que c'est facile d'avoir le Président à chaque lieu de rendez-vous.

Le Musée Nakambale honore le missionnaire finlandais Martti Rautanenune des premières en Namibie. Ainsi, le Musée est rempli avec des éléments de finition et Ovambo. Martti Rautanen vivait dans le village de Olukonda de 1870 jusqu'à sa mort en 1926, appris Ndonga et traduit la bible.

Nakambale museum
Son système d'apprendre Ndonga

Musée Nakambale

Nakambale church
Église de Nakambale, depuis 1889



Ondangwa jusqu'à Tsumeb, c'est environ 275 kilomètres de route ennuyeuse. La carte ci-dessus n'a pas besoin de mots : pas un seul tour et parfaitement plane.

Voitures klaxonnent encore à moi comme si je ne font partie de la route et dépasser dangereusement. Je m'attendais à mieux mœurs de namibiens. Ce qui me surprend vraiment, c'est la présence de nombreuses boutiques et des articulations de la nourriture par la route. Malgré la faible densité de population, il est facile d'obtenir un russe & frites et un Coke tous les 10 ou 20 km. Il y a même des petits supermarchés en petites colonies.

20140404-IMG_0294

Électricité permet de sortir des villes un Coca froid et frites chaudes, c'est fantastique. Comme un élément de comparaison, 98,9 % des ménages brésiliens ont accès à l'électricité, 99 % de tous les peuples chinois et 11 des 28 Etats indiens ont un taux d'électrification rurale de plus de 80 %. Wikipedia déclare que, en revanche, moins de 10 % de la population rurale en Afrique subsaharienne a accès à l'électricité en 2012.

Par suite du développement, pour moi, en tant que visiteur, selon moi, qu'il n'y a pas plus de charme et apparemment pas de culture, par rapport à mes endroits précédemment fréquentées. Tout le monde est vêtu de l'Ouest, les bâtiments sont inintéressants les tas de briques, la nourriture est restauration rapide (frites au micro-ondes avec saucisses congelées ou poissons). Pas ou peu de personnalité. Aucune dames transportant des choses sur leur tête, pas de nourriture à l'extérieur, beaucoup béton bitumineux et omniprésence de bière.

20140404-IMG_0297
Pub de paradis

Je ne sais pas comment l'expliquer, il ne s'intègre pas avec l'Afrique, j'ai connu jusqu'à présent, et il se sent étrange. Je n'avais pas ce sentiment à Accra ou à Dakar. Peut-être que c'est trop calme ici ? Trop propre ? C'est peut-être le fait que les lieux ruraux ont la bonne infrastructure d'une ville, et il n'y a aucun « sensation de village » plus ?

C'est peut-être parce que c'est plus aventureuse ? Guichets automatiques sont partout, les petits magasins acceptent les cartes de crédit, il n'y a pas de surprise sur quelle nourriture d'attendre dans la ville voisine. Les choses sont tellement prévisibles. Le réseau est bon, je reçois le signal dans le monde. Internet est rapide, même en 2G c'est mieux que la 3G de certains autres endroits. Je serais heureux d'être de retour dans le premier monde, mais la crainte inspirée par la bonne infrastructure est rapidement reprise par l'ennui...

Cuvelai
Champs de millet

Je peux noter l'intérêt et la pertinence de mes mes jours avec le nombre de photos que je prends. Environ 80 pour une journée moyenne, plus de 120 pour une journée magnifique et à environ 25 pour une journée ennuyeuse. Ces jours sont plutôt le 20. La route droite et ennuyeuse qui me fait arrêter tout les 20 kilomètres (c'est-à-dire toutes les heures) pour reposer mes fesses et boire une bouteille de froid de glace 1 L de coca-cola.

Day517-Face-140404
Remarquez-vous quelque chose ? Je me suis rasé !

Day518-Accueil-140405

La terre est plate et adapté pour le camping presque n'importe où, mais trouver qu'un terrain de camping est délicat. Je ne peux pas juste attendre pour le coucher du soleil et cacher une centaine de mètres de la route. Malgré la population rare, tout est clôturé. Il y a des barrières le long de chaque route. Si elle continue comme ça (et on m'a dit qu'il le fait), il sera préférable de demander à une ferme la permission d'entrer.



À conjuguer, les gens boivent mahangu, une bière fabriquée de millet. C'est le genre de l'équivalent de la vin de palme. En revanche, les palmiers de la Namibie, le Mariane, servent à fabriquer des alcools forts. On peut aussi utiliser le Marula fruit pour faire la bière, mais il n'est pas aussi savoureux que Amarula.

Day518-Bike-140405
Signalisation toujours exacte

Presque toutes les villes commencent par la lettre o: j'ai passé Opuwo, Okahao, Oshakati, Ongwediwa, Ondangwa, Omuthiya et je suis maintenant en Oshivelo.

Malgré tous les faits maison alcools disponibles, je m'en tiens à la litre de coca-cola froid pour mes pauses de cyclisme. La route plate et droite va vite, je peux compléter mon quotidien 100 km en 5 heures d'efforts, me permettant de faire beaucoup de pauses. Et pour se reposer mes fesses.

20140405-IMG_0306
Supermarché à Oshivelo... le dernier d'entre eux

Dans un shebeen, un homme d'affaires local me dit que"les gens sont pauvres et le gouvernement est riche ! Nous sommes seulement 2 millions de namibiens. Si elles donnent seulement de 1000 dollars chaque mois à tout le monde, ça marchera“.

Je suppose qu'il veut dire 1000 N$, donc 100 USD. Il peut être possible, comme dans tous ces pays riches en ressources naturelles, où les livres sterling par habitant sont dix fois plus que le salaire annuel moyen (le cas échéant). Le concept de « le gouvernement doit fournir » faut mieux compris que la notion de gagner de l'argent. Plusieurs fois, j'ai eu envie de déranger la Dame dormant sur le compteur quand j'ai demandé pour un Coca.

20140405-IMG_0307

Sur ces longues routes, j'ai entendre ma chaîne craque, malgré un nettoyage soigneux et lubing, comme mon précédent un mort... Il n'est pas normal, que je dois remplacer tôt ! Eh bien, cette fois je serai en mesure d'acheter une bonne nouvelle dans les boutiques de sport namibienne.

Très peu de choses se produit, sauf une Toyota blanche conduire trop vite et klaxonnant tout en me les dépassements trop près. La voiture lit « Police ». En tout cas, je ne peux pas faire quelque chose contre cela...

20140405-IMG_0308

Depuis que je suis passé à Oshivelo, il n'y a absolument rien sur la route, pas une seule maison. En Ovamboland, il y avait des bars tous les 5 ou 10 km. Comment se fait-il que tout est vide maintenant ? Je campe près de la jonction pour le Parc National d'Etosha, sans avoir vu un seul animal sauvage. Seulement les vaches.

IMG_0310-20140405

Road to Tsumeb
Une route droite comme cela jusqu'à Tsumeb. de 100 km de rien

Plus tard, j'ai réalisé ce qui s'est passé. Quand j'ai quitté le village de Oshivelo, il y avait un poste de contrôle, un point de contrôle « vétérinaire ».

Il a effectivement signalé la sortie de la VCF, le Guide Cordon vétérinaire, aussi appelée la ligne rouge de la Namibie. C'est une barrière physique pour, à l'origine, séparer les noirs et les blancs. Apartheid a été pratiquée, non seulement en Afrique du Sud, mais aussi en Namibie. Bien qu'on m'a dit qu'il n'était pas « si mauvais » ici, où les « mauvais » pourraient signifier des noirs ne peuvent pas quitter les frontières de leurs pays d'origine sans papiers en ordre et probablement pires choses...

Apartheid Namibia: map of homelands
Les patries noires, zones blanches et zones protégées (Etosha et la côte)

Cette carte explique pourquoi, aujourd'hui encore, la petite Ovamboland recueille la moitié de la population namibienne. La densité de population y est 10/km2cinq fois plus que la moyenne nationale.

La ligne rouge est devenue la VCF, pour éviter les mouvements de bétail entre le « Nord » et le « sud », prévention des maladies par le Nord pour contaminer le sud. Il est vrai que du côté du Nord, le bétail qui erre partout, alors que dans le sud, les fermiers blancs garder le bétail dans les clôtures. J'ai vu des vaches et des chèvres manger poubelle, papier, sacs en plastique, en carton et même mâcher sur les bouteilles en PET. Eh bien, j'ai également constaté cette en Inde. La viande produite dans le Nord n'est pas autorisée à vendre n'importe où, mais dans le Nord, tandis que la viande produite dans le Sud peut être vendue n'importe où et exportée.

Ce qui me surprend, c'est que, 24 ans après l'abolition du pays d'origine, la clôture est toujours en vigueur et de la viande du Nord ne peuvent pas être vendue ailleurs. Et qu'il n'y a pas une seule maison, un shebeen unique, sur 80 km entre Oshivelo le lac Otjikoto.



Depuis que j'ai quitté mon terrain de camping, je n'ai pas vu une seule maison pour 60 kilomètres. Seulement les clôtures et le chemin de fer. La pluie me frappe et je n'ai nulle part pour s'abriter.

20140406-IMG_0322

La pluie devient plus lourde, tombant presque horizontalement poussés par un vent fort, et la seule chose que j'ai trouvé est un arbre. Le brouillard a envahi la terre et le vent est assez fort pour faire mon vélo à tomber de sa béquille. Incapable de voir quoi que ce soit et à conduire, quelques voitures s'arrêtent. En quelques minutes, je suis complètement trempé, de la tête aux orteils.

20140406-IMG_0323

Je ne peux pas faire autre chose que l'espoir qu'il ne dure pas trop longtemps. Il fait froid. Je devrais arriver à Tsumeb ce soir, c'est 40 km away et certainement besoin de trouver un endroit sec. Je reçois sur le vélo après que la pluie passe. Le vent va sécher ma chemise, mais mes chaussures sont toujours un bain de pieds. Vingt kilomètres avant Tsumeb, je m'arrête à la Lac Otjikoto, un lac doline avec beaucoup d'histoire.

La Namibie a été tout d'abord colonisée par les allemands. Il a commencé en 1882 lorsque le commerçant allemand Lüderitz commencé à acheter des terres sur la côte, la terre d'Afrique peu restant inoccupé par les autres grandes puissances européennes. En 1884, il implique de Bismarck qui déclarerait actuelle Namibie comme Le sud-ouest africain allemand. Au cours de la première guerre mondiale, Allemagne a perdu ses colonies (incl. Togo, Tanzanie, Cameroun) pour le Français et les britanniques. Pour l'affaire du sud-ouest africain, le premier ministre Louis Botha informé les britanniques que l'Afrique du Sud était assez fort pour vaincre les allemands. Ils ont été autorisés à, et ils l'ont fait (et puis occupée Namibie jusqu'en 1990, contre les décisions des Nations Unies). Lors de la défaite, les soldats allemands abandonné leurs armes dans le lac Otjikoto.

Lake Otjikoto
Lac Otjikoto

Personne ne sait quelle est la profondeur du lac est. Les plongeurs n'a jamais atteint le fond, mais estimer la profondeur à plus de 145 m (pour un diamètre de 100 mètres))carte). Cependant, ils ont réussi à élever à surface en 1983 une artillerie allemande qui était couché là depuis juin 1915. Les canons récupérées peuvent être vu au Musée Tsumeb, et ils ont l'air en très bonne forme.

German canons recovered from Lake Otjikoto
Canons allemands récupérés du lac Otjikoto

Canons allemands récupérés du lac Otjikoto

On dit aussi il y a un coffre mystérieux d'or portant au bas...

Au moment où que je veux monter sur le vélo à nouveau rejoindre Tsumeb, la pluie revient. Les gens dans le petit bureau du lac offrent que j'ai de camp dans la salle de stockage et j'ai également trouver que c'est mieux que d'arriver trempé dans une ville pendant la nuit.

Ces personnes sont Damara et ils parlent Khoekhoe, une langue avec clics. Je leur demande de m'apprendre à compter, mais j'ai vite arrêté. Les mots pour un, deux, trois, chacun contient un clic différent. Je ne peux pas expliquer comment ridicule, ça sonne si j'essaie, alors voici une vidéo pour l'auto-apprentissage. Les gagnants peuvent aller danser.

Chaque fois que je parle de l'Angola, où les Namibiens sont théoriquement autorisés à entrer sans visa, les Namibiens toujours la réponse qu'ils ne vont jamais là. “La police est trop méchant et c'est trop risqué à visiter“. Je n'ai jamais été sérieusement invité pour pots-de-vin il, mais je ne serais pas surpris si ils abusent de leurs voisins. Cependant, la Kwanyama les gens du sud de l'Angola, dans la province de Cunene, sont les mêmes que le peuple Ovambo de la Namibie.



Le lac possède également les vestiges d'une ancienne machine à vapeur utilisée pour pomper l'eau.

Machine à vapeur Babcock Wilcox &, lac Otjikoto

Babcock & Wilcox steam engine, lake Otjikoto
Babcock & Wilcox 1905

J'attends un peu pour mes chaussures terminer le séchage, je laisse les criquets et je complète les 20 derniers kilomètres à Tsumeb. Dave m'a donné un contact là.

Locust
Locust

Locust

Tsumeb est une petite ville minière dans le nord de la Namibie. Il est bien connu pour sa riche que mine, aujourd'hui fermé, d'où étaient germanium, plomb, argent, or, l'arsenic et cuivre extrait.

Tsumeb city
Bienvenue à Tsumeb

Malheureusement, mon contact n'est pas là pour le moment. J'ai errer à la recherche d'un hébergement à bas prix, mais toutes les options sont entièrement réservées (et trop cher de toute façon). Tout en mangeant un burger au poulet (ayant beaucoup de choses à rattraper, je ne rate jamais l'occasion d'avoir un hamburger dans un Fast-Food), je contemple l'idée de quitter la ville déjà et va le camping. Tsumeb ce qui donne un dernier essai, ce que je rencontrerai la Etosha Café, où il y a wifi et chambres abordables. C'est tout que j'ai besoin ! Pour l'instant, je ne savais pas je suis juste entré dans le meilleur endroit en ville, et c'est le début d'une longue pause...

Day520-Bike-140407
Arbre de Wet