L'abominable homme à vélo

Les pires conditions pour appliquer les nouveaux pansements sur mes blessures aux chevilles sont réunies ce matin : assis sur une pierre, tenant mes pieds, je dois lutter avec le poulet qui essayer de sauter dans ma chambre et faire fuir les cochons qui errent librement dans le village. Et je dois être assez rapide entre l'application de bétadine et le cerclage de la compresse (avec la bande de chinoise qui n'est pas si facile à couper) afin que les nombreuses mouches n'ont le temps d'atterrir sur mes plaies ouvertes.

20140223-DSC_9894
Mon lit fait d'épis de maïs

J'ai eu une mauvaise nuit, touchés par mon premier diarrhée real depuis le début du voyage. Je dois ont bu une eau très sale hier, même si j'ai traité la plupart de celui-ci. Il n'y a aucun point en cours d'exécution à la salle de bains, qu'il ne sont a pas de toilettes dans le village. Ou bien, les toilettes sont partout, dans l'ensemble autour de bush.

20140223-DSC_9895
Le petit oiseau c’est par là

20140223-DSC_9899



Pour continuer sur la route plus loin vers le sud à Cubal, je dois passer par Bocoio. La piste de terre finit par dans cette petite ville après une belle mais pierreux, descente. Bocoio marque également le retour du signal 3G.

Montagnes rondes près de Bocoio
20140223-DSC_9905

Bocoio valley
Vallée de Bocoio

Descente à Bocoio
20140223-DSC_9923
20140223-DSC_9925

J'étais un peu douteux sur cette route à Cubal. Il ne semble que sur un de mes trois cartes. Une fois que je suis sur le point de s'engager à ce sujet, je demande les villageois de Bocoio que c'est bon jusqu'à Cubal. “La route ne passe pas. Il n'y a pas de pont“. Pas de pont... c'est vers le bas et n'a pas été réparé. Bon, il est préférable de le savoir maintenant, plutôt qu'à 30 kilomètres. “Mais il est tout à fait sec, ne pensez-vous pas que je peux traverser la rivière transportant mon vélo ?“. “Non, il pleut beaucoup là-bas“. Après 100 km de chemins de terre jusqu'à aujourd'hui, je ne suis pas tellement dans une ambiance de routes peu fiables. L'option safe à Cubal (avec un véritable pont) est par le biais de Balombo et Ganta, un détour de 250 km au lieu de la route droite de 100 km.

Étant donné que la façon de Balombo est bitumée et marquée aussi pittoresque, je ne suis pas tellement agacé. Mais la pluie commence dès que j'ai laisser Bocoio. Je ne sais pas si il s'agit de la côte à côté avec le vent, ou de la montagne, que je me dirige jusqu'à. Je continue à rouler pour cinq kilomètres pour s'apercevoir que la pluie se renforce. Le premier bâtiment que je m'arrête à est un bar, et le propriétaire (policier durant la semaine) laisse-moi dormir sous la véranda, agissant comme une piste de danse rudimentaires. La pluie ne s'arrêtera pas.

Je suis épuisé et suis s'endormir sur ma chaise, mais le générateur est encore : il est utile recharger mes appareils, mais cela signifie aussi que la musique de fond est attirant des clients du petit village sur la route. Ils viennent pour boire et danser. Je dois attendre que le dernier d'entre eux à quitter pour pouvoir dormir. Jeunes filles se présentent, chacun portant un bébé sur son dos, enroulé autour de sa taille. Qu'ils secouent leurs corps, les têtes les bébés rebondira... Comment inconfortable pour un sommeil de bébé à 22... mais c'est comme ça. Pas étonnant que les adultes n'ont aucune considération pour l'autre sommeil (y compris le mien) s'ils ont été soulevées et formés de cette façon...



L'attraction pittoresque du segment Bocoio-Balombo, partie de la route de Huambo-Lobito, est les grandes collines rondes et les grosses pierres sortent de terre. L'Angola est si belle et si diversifié dans ses paysages. Avant, je n'avais aucune idée de quoi aurait l'air le pays, et je suppose que peu de gens dans le monde ont. Je l'imaginais une terre inintéressante, plate, sec et touffue, combler les forêts d'Afrique centrale de pluie avec un climat semi-aride similaire à l'intérieur du Sénégal. Et je me trompais complètement. L'Angola est magnifique presque partout.

Day478-vélo-140224

Montagnes près de Bocoio

Montagnes près de Bocoio

20140224-DSC_9938

20140224-DSC_9940
Jalon de déminage

Il y a quelques villages sur la route, et chaque fois, je m'ennuie de la possibilité d'acheter quelque chose à grignoter. Je deviens vraiment faim, et c'est quand j'ai la chance d'entrer dans une zone de production d'ananas : ils sont vendus directement sur la route. Les femmes s'asseoir derrière les grands seaux en plastique rempli de fruits. Il y a sept, huit ananas par seau.

C'est combien ? 3 USD pour un seau de plus grands et 1 USD pour un seau de plus petits. Que se passe-t-il si je veux juste manger un ananas ? Non, il n'est pas possible. Il est impossible d'expliquer à la dame que je veux juste un. Les prix sont fixes et sont des seaux. Je ne peux pas porter tant d'ananas sur mon vélo, un seau serait peine rentre dans un sac à dos 30 L.

Il n'est pas tous les jours que j'ai trouver ananas, nous allons donc faire : je me retrouve assis dans l'ombre avec mon seau, et il devient une volonté session. Je mange des ananas jusqu'à ce que je suis plein et au-delà. Avec les pauvres nuits j'ai eu ces derniers temps, je m'endors presque instantanément.

Balombo
Arrivant à Balombo

La pluie commence en même temps qu'hier. Heureusement, je suis en ville et ne peut attendre dans un magasin. Je reçois une canette de corossol jus (corossol), fait au Vietnam, tout comme le lait condensé omniprésent. Le seul chocolat disponible est Cadbury. C'est un choix étrange des importations, loin d'être le moins cher. J'ai déjà vécu au Gabon et au Congo, un pays similaire dans la façon dont très peu est produit localement, que la plupart des aliments dans la petite boutique est importé. Mais là, les produits à bas prix de Turquie, Inde, Emirats Arabes Unis étaient prédominants. En Angola, il semble que tout doit être coûteux.

Balombo
Ma prochaine route, à Ganda : il est facile de laisser le goudron pour un chemin de terre, mais 500 mètres après cette jonction, il ressemblera déjà sauvage

Balombo
Pluie : adultes à trouver un abri, alors que les enfants enlever sa chemise pour courir dans l'eau

Apparemment, dans cette vallée, il pleut tous les jours à 15. Et assez fortement. C'est étrange car il est plutôt sec à 100 km au nord. La pluie ne sera pas arrêter, la fin de la journée approche, donc je suis obligé de dormir dans Balombo. Quelques tours de vélo et j'ai visite la mission catholique où la Messe commence. Je suis invité à rester avec Augusto et les séminaristes et Nelson, 19, l'orateur anglais mieux, j'ai rencontré jusqu'à présent en Angola. Comme je reste rarement avec des personnes instruites, j'aime avoir des conversations intéressantes cette fois.



Augusto m'emmène aux sources chaudes dans la matinée. Je ne savais pas il y a des sources chaudes ici, et il est écrit nulle part. Plus populaires sont trouvent près de Huambo, 200 km de ma façon et malgré ma grande attraction pour les sources thermales sauvages, que je ne voulais pas faire un tel détour. En conséquence, j'ai été agréablement surpris d'apprendre hier sur les sources chaudes de kotakota, à une distance de marche de Balombo.

Kotakota signifie simplement « c'est chaud ». Comme nous y promener avec Augusto et Nelson, une voiture de police s'arrête par nos soins. Et deux policiers commencent à poser des questions à mes hôtes autour de moi. Encore une fois... Je dois avoir vraiment pas de chance avec la police angolaise, car celles-ci n'est pas des gens du même pays, ils sont supérieurs de Benguela, faire une visite de routine. Ils nous obligent à retourner immédiatement à la ville, faire des photocopies de mon passeport et me signaler au poste de police. Augusto est également mis en garde qu'il ne peut pas avoir des visiteurs sans les déclarer.

Je pense que j'ai été forcé de déclarer au Commissariat de police local au moins tous les trois jours depuis que je suis entré dans l'Angola. La paranoïa au sujet des étrangers ne s'adresse pas seulement à moi, car j'ai entendu dire que lorsque les sœurs du couvent de Balombo voyagent à Luanda par les transports en commun, ils sont arrêtés jusqu'à quatre fois. Et ils vivent ici depuis des années.

Nous arrivons enfin à des sources thermales, qui entreprennent des travaux de rénovation. Pour cette raison, ils sont fermés, mais je peux le bain un peu dans le canal à la sortie de la pipe concrète.

20140225-DSC_9953
Kotakota hot springs, Balombo

Il ne peut vraiment être appelé un moment agréable source thermale extérieure, mais l'eau est très bonne et très chaude, peut-être il guérira mes blessures de la cheville.

J'ai quitter Balombo à 15 et attendre la pluie pour me rattraper très vite. Heureusement ce n'est pas, le congé de nuages m'apprécier le pittoresque chemin de terre va aussi haut que 1 750 m sur le chemin de Ganda.

Day479-visage-140225

Day479-vélo-140225

20140225-DSC_9973

20140225-DSC_9976

Après un petit 40 km pour ma journée de vélo courte, j'arrive juste dans la nuit le plus grand village de la route, simplement appelé “ o centro ”, pour demander la soba pour un lieu de séjour. La petite boutique 5 km plus tôt, où je me suis arrêté pour un coca-cola, était gérée par un parent. “ Il suffit de demander pour la soba quand vous arrivez dans le centro ”, dit-il.

Toutefois, la foule sur les principaux “ place ” rit lorsque je me présente. Ils sont juste me regarder, avec leurs bières et se moquent au lieu de répondre à mes questions. Si je me permets entre les maisons de torchis de chercher quelqu'un qui peut me dire où la soba est, les villageois s'enfuient et se cachent dans leurs maisons. Il est assez peu accueillante et primitif.

Même si c'est la nuit déjà, et trop sombre pour se remettre en selle, je préfère dormir seul plutôt qu'avec des personnes malveillantes, inintéressants ou effrayés. Trois kilomètres plus tard et un peu de lampe de poche-errant dans les champs de maïs, je me trouve un refuge et mettre ma tente est proche. Les cendres dans la cabane sont encore chaudes et je peux restaurer le feu pour mon spaghetti de dîner. Spaghetti et le manioc, mon alimentation de voyage.

20140225-20140225_001



Chanceux que les nuages et le vent n'a pas verser pluie sur moi pendant la nuit, la journée est prometteur. Une fois de plus, je me réveille dans les champs de maïs qui semblent couvrir la plus grande partie de la terre arable de l'Angola.

Day480-Home-140226
Ma tente et la cuisine pour une journée

Je porte mes valises deux le long du dos de chemin trop étroit pour le chemin de terre. Juste là, une jeune femme marche avec un gros paquet sur la tête. Rien d'inhabituel. Mais quand elle voit l'homme beardy faisant son chemin hors de plantes de maïs haut avec deux sacs bleus fantaisies, quelque chose qu'elle a probablement moins attend ici, elle ne peut pas aider à faire sortir un cri terrible. Cela aurait pu être tout comme ici. Elle laisse tomber son paquet et courses de suite, toujours crier très fort. Je voudrais faire la même chose si je jamais réveiller avec un crocodile dans ma tente, mais ici, elle viens de voir quelqu'un de nouveau dans les champs de maïs. J'entends ses cris, même après que qu'elle a obtenu hors de vue.

Quand j'ai fini de réaliser mon équipement de la route, elle revient, calme mais toujours inquiet, entouré de sa famille, l'escorte pour enquêter sur les raisons de la présence d'un monstre qui hante les champs du village. Je suis habitué à involontairement effrayer certains enfants, mais pas avec tel un cri primal horreur. Et il n'a jamais travaillé sur des adultes jusqu'à présent.

On pourrait imaginer qu'un cycliste blanc camping dans la brousse de la campagne africaine de peur être trouvés par les habitants, souvent à pied en groupe avec des machettes. Je peux dire que c'est en fait le total opposé.

Le chemin de terre à Ganda

La longue kilomètre 10 descente qui suit est agréable, mais difficile. La piste a évidemment été élargie afin de préparer le dallage, mais la pluie fait déjà mauvaise, c'est plein d'ornières. Je m'arrête à un petit pont, nouvellement construit, pour manger un brunch rapide. Les produits j'ai, simple vaca-que-ri, chouriço (fromage de vache-qui-rit et chorizo) et petits pains, annoncent déjà une amélioration de mon alimentation. Les petits paquets de 2 chouriços importés du Portugal sont vendus dans chaque magasin de petite campagne.

20140226-DSC_0003
Un vaca-que-ri & chouriço

Alors que je suis en train de manger et de coups, je peux voir, en montée, un groupe de dames, marcher sur la route, en descendant vers moi. Ils portent des réservoirs jaunes sur leurs têtes et sont probablement dirigés vers la rivière pour aller chercher de l'eau. Une centaines de mètres avant d'arriver à mon pont, ils me Notez et faites demi-tour. Ils reviennent quelques minutes plus tard avec une délégation de leur village, accompagné d'hommes. Et l'ensemble du groupe garder m'observant de loin.

Je suppose qu'ils sont demandent ce que je fais ici et ont peur de passer à la rivière, tant que je suis ici. Certains enfants osent faire des petits pas devant leurs parents. Je sors donc mon instrument diabolique de futuriste fabriqué par Nikon, celui-là qui capture l'âme des gens. Et ils s'enfuient à sa vue. Vraiment peur. Les séminaristes dans Balombo m'avaient prévenu que certains de ses habitants sur cette route n'ont jamais vu les blancs. Les sœurs ont signalé que quand ils marchent sur les collines à dispenser des soins de santé dans les collectivités rurales très reculées, les personnes âgées seraient toucher leur peau blanche, intrigué.

The dirt road to Ganda
Peur de la caméra

Ensuite, ils reviennent à nouveau. En conservant une distance de sécurité. Je sors mon appareil photo, une fois de plus, et ils s'enfuient à nouveau. Le jeu dure un certain temps jusqu'à ce qu'un homme souriant arrive enfin sur sa moto pour m'accueillir. Je lui demande, “Si elles n'ont jamais vu les blancs avant ?“.

“- Hahaha, oui bien sûr ils ont. Vous voyez les conteneurs là-bas ? C'est un camp chinois. Ils ont été la construction de ce pont.
– Alors pourquoi ils observent moi comme un étranger ?
– Ils pensent qu'ils ont vu Jésus Christ ! Hahaha.

Maintenant je sais comment apparitions l'habitude de travailler. Il y a une vieille église près de Luanda, construit sur l'emplacement d'une apparition mariale. Nous sommes en 2014, mais ce que si une église est construite ici, avec des peintures de Jésus une bicyclette ?

Le chemin de terre à Ganda

Le chemin de terre gagne plus agréable et plus agréable jusqu'à Ganda. J'ai trouver un ami à jouer avec :

Chameleon
Salut

20140226-DSC_0058

The cyclist chameleon (who doesn't want to pedal right now)
Le caméléon de cycliste (qui ne veut pas pédaler dès maintenant)

Comme d'habitude, tous les caméléons, j'ai trouver sont toujours cassés : ils ne jamais changent de couleur.

20140226-DSC_0072

Le chemin de terre à Ganda

Comme d'habitude aussi, les motards, beaucoup d'entre eux comme c'est la voie prédominante de transport, faire demi-tour quand ils me passent, afin qu'ils peuvent me passer encore deux fois. Juste pour me regarder. Ils sont aussi ennuyeux que les mouches autour de ma tête.

20140226-DSC_0078
Nouvelle grammaire sur le vieux pont

20140226-DSC_0081

Church of Ganda
Église de Ganda

J'ai changer mon plan de route : le plan initial était d'atteindre Cubal, puis de Chongoroi, mais ces routes n'apparaissent pas sur toutes mes cartes et ne sont pas connus par la population locale. Tel qu'il est susceptible d'être un ancien chemin avec ponts non maintenus, je continue sur le chemin de terre sans danger jusqu'à Caluquembe.

Ganda mountains
Paysage de Ganda

Posto medico in ruins
Vieux posto medico

Il n'y a pas d'électricité le long de cette route, encore un fort basse est répercuté dans les arbres. Générateurs dans la brousse servent toujours à jouer de la musique et pour charger les téléphones. Il est également temps pour moi de chercher une place de camping. Comme je m'apprête à passer une clôture pour entrer dans une fazenda, un domaine de l'agriculture, Javier ivre passe ici avec sa moto. “Ce que tu fais ici ? Je suis le gérant“. Pas de chance ? Non, j'ai dit je veux juste dormir et il suggère que nous cuisiner ensemble et dormir dans le bâtiment de la fazenda. Bonne Chance!

Javier est complètement ivre, mais dit qu'il passera sur le générateur, alors qu'il me donne beaucoup trop d'arachides crues et met en place un feu pour cuire funge. Il maintient promener, oubliant qu'il s'apprêtait à faire. Ma patience avec lui répétant chaque minute qu'il est “la seule gerante de la fazenda” est en baisse. Pratiquement chaque homme qui peut se le permettre sera ivre chaque jour.

Après une heure de là, le générateur ne fonctionne toujours pas, et il est peu probable que Nous mangerons bientôt. La maison est entièrement équipée avec une cuisine et une salle de bains, les deux “ne fonctionne ne pas“. Le frigo est vide et malodorante. L'ensemble du lieu est très sale. Javier est d'y rester, mais ne fait rien pour vivre dans un État décent. Il pourrait paraître bon si. Au lieu de cela, il vit avec une lampe de poche et cuit avec bois de chauffage, tout comme dans la brousse, les gens qui n'ont pas accès à tout ce confort. Je comprends qu'il est juste le gardien pour le propriétaire de la fazenda qui vit à Benguela. C'est triste de voir toute cette infrastructure, construit ou donné par le plus riche au plus pauvre, mais ne pas entretenu et bientôt tomber en ruine.

Un niveau plus élevé, j'ai eu une conversation avec quelqu'un, plaidant pour la fin de l'aide étrangère. “Aide étrangère joue contre le développement des pays africains“. Non pas parce qu'une partie importante de celui-ci est pillée par les élites corrompues du pays et réinvestie à l'étranger ou cachée dans des comptes bancaires, mais qu'il engendre des comportements impuissants et dépendantes. Je dirais que c'est un trait humain à moins de choses nous n'ont pas acheter ou construire nous-mêmes, que sur les choses, nous avons travaillé dur pour soigner. La fontaine publique est cassé ? L'asphalte de la route est mangé par les nids de poule ? L'école s'effondre ? Pas de soucis, nous ferons sans jusqu'à ce que quelqu'un d'autre crée une nouvelle. Je vois que sur une petite échelle de tous les jours.

20140226-DSC_0092

“ Javier sera sobre finalement vers le haut et les choses iront bien ”, j'ai pensé. Il est impossible à gérer, et malgré son essayant d'être amical, je ne suis pas avoir un bon moment et doute que je serai en mesure de bien dormir.

Puis arrive un autre jeune homme travaillant ici. « Bon, je ne serai pas seul avec celui ivre » vient à mon esprit, pour une minute seulement. Ce jeune homme ne peut pas réparer le générateur, parle pas sympathique, a une bouteille de whisky dans sa main et l'autre dans la poche... alcool comme une solution à tous les problèmes. Temps pour moi de quitter !

Ces jours-ci, je n'ai aucun chance avec les angolais. Manque d'éducation et de la consommation d'alcool importante sont importants responsables. J'ai cycle retour à où j'avais repéré un endroit potentiel de camp à la fin d'un chemin étroit et passer une autre nuit merveilleuse sous les étoiles.