Pointe-Noire et le Kouilou, une histoire de pétrole

Le bon côté d'être hors de la brousse, c'est qu'il me rappelle de tous les plaisirs de la vie, surtout la nourriture. Il y a une pâtisserie à Pointe-Noire et la vue sur les délices est aussi belle que le cyclisme dans la jungle : chaque single des cent délices est plus appétissant qu'un grand plat avec un bâton de manioc en elle. Eh bien, il n'est pas difficile à battre manioc...

La capitale économique du Congo devrait être riche de tout l'argent du pétrole, mais il n'y a aucun système d'eau courante en ville : chaque maison ou composé doit gérer sa propre eau, avec un camion citerne remettant en citernes. Katia et Nicolas ont un compresseur pour nourrir les douches et les robinets à la maison.

20140113-20140113_002
Supermarché Casino

Les vers de nsombe ils ont servi à notre arrivée à Pointe-Noire n'était pas représentatif de la cuisine locale, et nous changeons rapidement une cuisine pour délicieuses pizzas et pâtisseries. Il y a seulement deux ou trois villes par pays où un cycliste-Explorateur de solutions peut s'alimentaire européen pour un changement. Pointe-Noire est assez petite, mais elle a un supermarché Casino surtout rempli de produits importés, il se sent vraiment ailleurs que Congo.

Beach of Pointe-Noire
La plage et les restes du quai

De la plage sur la côte sauvage, nous pouvons voir les restes du quai, initialement 1700 mètres de long, qui permet de charger des navires avec la potasse du Congo et le manganèse du Gabon. Elle a été abandonnée avec l'inondation de la exploitation de la potasse en 1977 et le Train Transgabonais prise en charge du téléphérique-chemin de fer Itinéraire en 1986.

20140112-20140112_001
Mandela entre Charles Taylor et Hitler ? Oui, il est possible

Pointe-Noire est également le point critique où je dois obtenir un visa difficile de continuer plus loin. RD Congo et l'Angola, les deux ont la réputation d'être sévère sur les visas. J'ai lu beaucoup sur les sites Web des overlanders, personnes étant tourné vers le bas, ou, au mieux, étant accordé un 5 jours de transit visa pour l'Angola. J'ai lu aussi qu'il faut visiter leur consulat propre rasé et bien habillé, alors j'ai mis sur les vêtements propres avant d'aller là pour recueillir de l'information. Eh bien, je ne rase pas et mes chaussures ont les gros trous de toute façon, donc je ne regarde pas beaucoup différente de celle en faisant du vélo sale dans la brousse.

J'ai besoin de connaître la liste des documents requis avec des détails, notamment sur la nécessaire lettre d'invitation : dans quelle langue il doit être écrit, est-il a de préciser vos dates de voyage, etc.. Le gardien de sécurité du consulat m'accueille avec méfiance, me demandant de laisser mes bagages en soute et en faisant des commentaires sur mes chaussures. Hmm … au moins je suis autorisé à aller au comptoir à l'intérieur.

À ma grande surprise, je suis très bien accueillie là. Je parle portugais un peu et quand j'ai prononcer les mots “ touristiques ” et “ vélo ”, il semble être d'ouvrir les portes du pays : “Oh vous êtes touriste ? Alors nous ne pouvons pas demander vous pour une lettre d'invitation si vous ne connaissez personne là“. Vraiment ? Vous ne nécessitent pas de documents inutiles ou falsifiés, comme chaque autre ambassade ? Sympa, c'est parfait alors. Je reviendrai demain avec mon dossier.

20140113-20140113_003
Le plus haut bâtiment de Pointe-Noire

La pluie fait une promenade dans la ville un véritable défi : un 4 × 4 est vraiment préférable. Lorsque je tente de traverser les rues, je fais en fait face à une rivière. Plusieurs fois, pris entre une rue inondée et une voiture arrivant derrière moi, je dois marcher dans l'eau jusqu'à la cheville. Et c'est juste pour les routes asphaltées. Les routes de sable sont pires … la pause déjeuner dure de 12 à 15, il est donc difficile de faire beaucoup dans la journée.

Ma seconde visite au consulat d'Angola est aussi agréable que le premier : je suis dirigé vers la salle de conférence où deux dames écoutent mon histoire et prennent mes documents. Je donne des documents supplémentaires, comme un relevé bancaire et une lettre d'introduction, juste pour être du bon côté. Je crains que le début des ennuis quand ils disent la lettre doit être traduit en Portugais, mais ils prennent eux-mêmes à un traducteur. Ils disent que je n'ai pas à payer quoi que ce soit jusqu'à ce que je chercher mon passeport, et ils m'appellent. Cela semble très beau... et très surprenante que j'ai n'a pas besoin d'un contact en Angola. Pourtant, je ne sais pas combien de jours je vais recevoir. Pour sûr, je ne peux pas faire n'importe quoi avec un visa de 5 jours. L'Angola, du Nord au sud, durera environ 2000 km, et un mois est déjà une courte période pour faire cette distance.

Pointe-Noire in the rain
Pointe-Noire, sous la pluie : tongs ou 4 × 4 recommandé

Une de mes autres tâches en ville est de trouver des tubes de rechange. Je ne pouvais pas trouver n'importe quel 26″ x 2.00 ou 2.125 à Yaoundé, je ne suis pas par le biais de Libreville, donc je devrais vraiment faire un stock ici. Malheureusement, la boutique de la ville-sport a manqué de cette taille. Tailles de tube sont délicat, car un tube marqué 26 x 1 3/4 ont un diamètre différent à un 26 x 1,75. Ils sont appelés 26 pouces et ont apparemment la même largeur, mais l'ISO ETRTO il clarifie : celui-là a un diamètre de 571 mm, le plus tardif de 559 mm. Ils ne sont pas interchangeables.

Je marche dans le Grand Marché, et, entre les chinois, j'ai enfin trouver un magasin qui a mes tubes : chinois à bas prix, mais a examiné l'indisponibilité effrayante de cette taille commune dans la région, j'estime de moi-même avec succès. Les vendeurs de marché entier m'appeler “Jésus” partout autour, c'est tout à fait ennuyeux.

Pointe-Noire in the rain
Grand Marché sur la journée de nettoyage

Le numéro de téléphone du consulat de l'Angola montré partout sur l'internet ne va pas. Ils ne m'appellent en trois jours, je décide de leur rendre visite. Il n'est pas surprenant qu'un »Nous vous appellerons dans un jour ou deux” ne signifie rien, mais je suis comme un gamin attend un cadeau de Noël. Vélo dans les rues poncés jusqu'à après la pluie est un vrai bordel, mais j'ai toujours aller plus vite que les voitures coincées. Mon visa n'est pas prête et j'ai réussi à tomber dans un égout, ce qui a sans doute plus trash que l'eau dedans. Y aller pendant et après la pluie apporte une garantie pour une mauvaise journée.

Atlantic Ocean in Pointe-Noire
Pêcheurs Songolo

Atlantic Ocean in Pointe-Noire
Port de Pointe-Noire et le champ pétrolifère de bateaux de service

Mon passeport est prêt pour le ramassage le lundi suivant ma soumission. Le soi-disant visa Angola impossible m'attend ? La réponse est oui ! Et le visa est sans équivoque: à utiliser dans les 3 mois et subventionnaires à 30 jours suivant le jour de l'entrée en Angola. C'est génial !

J'ai eu trois préoccupations avant de commencer ce voyage, que je n'a pas vraiment étudier au préalable: 1) Comment faire pour passer en Mauritanie sans être enlevé, 2) Comment faire défiler le Nigeria sans prise en otage et 3) aux cycles Congo Afrique du Sud, étant donné que les pays entre les deux ont des visas proches voire impossible à obtenir.

Pour mémoire, ma préoccupation première était inutile ; La Mauritanie est très sûre pour celui qui colle à la route principale. Mon autre était également exagéré, comme les Nigérians s'est avéré très agréable. Et mon troisième juste éclairci ! La route est maintenant ouverte jusqu'à Cape Town !

20140123-DSC_8063
Entretien de vélo et nettoyage complet

Une dernière tâche à Pointe-Noire, en plus de rattraper blogging, rendue possible à la maison de mon hôte, est un bon nettoyage du vélo. J'ai également permuter mes pneus, d'avant en arrière et d'arriere en avant. Il n'est pas recommandé de placer un pneu usagé pour la roue avant ; la meilleure pratique consiste, lors de l'achat d'un pneu neuf, pour dire les choses en face et de mettre le front sur la roue arrière. La raison est qu'un pneu peut vivre deux ou trois fois plus longues que celle arrière.

Cependant, je suis très peu probable de trouver des pneus Schwalbe jusqu'en Afrique du Sud. Ils ont tous deux un kilométrage de 9000 km, et je me souviens qu'en Mauritanie, mon talon du pneu arrière a commencé à être sérieusement usé après 10'000 km. Donc je les échanger avant l'arrière est trop endommagé. « Seulement », ils ont besoin durer un surplus de 5000 km.

Je me suis cassé de nombreux rayons entre la Mauritanie et le Ghana, mais depuis que j'ai visité un ami mécanicien d'Ibrahim de vélos de bambou de Ghana, il n'est pas arrivé plus. Je ne sais quelle magie il a fait tout en retentioning mon rayons en partie originales, en partie chinois, mais il a très bien fonctionné.

Day448-Home-140125
Dire au revoir à Nicolas et Katia

J'ai l'huile tout ce que je peux, y compris mon couteau suisse et mon trépied de caméra. En parlant de caméra, il est aussi rouillé et l'écran LCD rotatif automatique n'est pas automatique-plus tourner. Il est bloqué tête en bas position.

J'ai également blanchir ma bouteille d'eau plastique Hepar, quel fond tourné au vert de l'eau stagne pendant deux semaines. Mais c'est toujours dure, et je vais essayer de le garder jusqu'à la fin.

C'est donc la fin de la bonne cuisine, du confort, de l'eau chaude et de la pâtisserie à la Citronelle. Je laisse à Pointe-Noire sans une photo de la gare, une réplique de celle de Deauville. Faire du vélo à l'extérieur, vers midi, quand l'atmosphère est la transpiration même à l'ombre, je comprends pourquoi personne d'autre ne voudrait le faire. Il est tout simplement stupide ? J'espère que ma visite de la région, le Kouilou, récompensera moi pour elle.



20140125-DSC_8075
Sur le chemin de Diosso

20140125-DSC_8083

Juste au nord de Pointe-Noire sont situés les gorges de Diosso. C'est un canyon rouge très pittoresque, ouvrant sur l'océan. Au belvédère, aucun gosse n'est présent : ils sont connus pour arrêter les touristes et demander de l'argent juste avoir un coup d'oeil, mais j'ai peut-être la chance d'être ici au cours de leur déjeuner.

Gorges de Diosso, Congo
Gorges de Diosso

Gorges de Diosso, Congo

Gorges de Diosso, Congo

La vue est magnifique. La couleur rouge du sable durci me fait penser à la Bayanzag collines dans le désert de Gobi en Mongolie.

Gorges de Diosso, Congo

Gorges de Diosso, Congo

Gorges de Diosso, Congo

Au bar du Club des Gorges, il y a un escalier descendant dans le canyon. C'est comme une jungle aux murs de sable rouge et fait une belle promenade. Aussi, j'ai camperont dans le Club des Gorges, vers le coucher du soleil, au bord du canyon, comme l'équipage je voudrais monter ma tente dans un endroit parfait.

20140125-DSC_8128
Pointe Indienne et l'océan Atlantique

20140125-DSC_8136
À l'intérieur des gorges de Diosso

Gorges de Diosso, Congo

Gorges de Diosso, Congo

Juste à côté de lui est le domaine du "roi". Je voulais voir quel genre de grande maison est orné de deux drapeaux devant elle, un drapeau congolais et un indicateur d'une main, comme la main de Fatima. Une jeune fille m'arrêter et dire il est interdit d'approcher la maison du roi. Je demande »roi de ce qui, au sein de la République du Congo ?“. La jeune fille répond qu'il est le roi du Kouilou, dont Pointe-Noire. Hmmm...

20140125-DSC_8174
Chevron est dans la place

J'apprends plus tard qu'il est en fait le roi de Maluango. Je ne sais pas quels sont ses pouvoirs, mais il n'est pas surprenant pour faire face à une cohabitation du système administratif moderne (République, maires) avec l'ancien (chefs, rois).

20140125-DSC_8176
ENI ainsi

Le Club des Gorges est une entreprise de côté un salarié Total, probablement l'un des deux principaux employeurs de la région avec les italiens de l'Eni et géré par Diosso boys. À l'autre bout de la gorge, il y a un vaste domaine avec villas appartenu à Gomez, un avocat international travaillant en France pour le même montant. Il semble qu'une partie de l'argent du pétrole sert enfin les gens du pays et dans la région. Pointe "indienne", avec ses restaurants et ses villas weekender, est encore loin.

Gorges de Diosso, Congo
Coucher de soleil dans les gorges de Diosso

L'océan Atlantique est en face de moi, une forêt sur mon côté droit et le canyon rouge sur la gauche. Comme la lumière du coucher du soleil rougeâtre s'évanouit, les premières étoiles apparaissent. Il ne peut pas être ici à la pollution lumineuse. Mais plus intéressants que les lumières d'étoiles dans le ciel, sont les lumières d'étoiles dans l'océan. Elles apparaissent successivement dans. Ils sont révélateurs de l'exploitation pétrolière, à quelques kilomètres au large des côtes, c'est à peine visible au cours de la journée. Les lumières viennent des bateaux et les plates-formes pétrolières torchage des gaz (voir carte des gisements de pétrole de Pointe Noire).

20140125-DSC_8199
Champs de pétrole de Pointe-Noire dans la nuit

J'ai rapidement s'endormir au son des vagues afar et les oiseaux, quand la stéréo des garçons ne joue pas R'n'B.

Day449-Home-140126
Camping dans les gorges



La route des gorges est ancienne route principale vers l'à la réserve de Conkouati. Il a été bitumée une fois et est maintenant abandonnée pour une nouvelle route côtière. Il n'est pas facile de cycle dans la boue, de sable et de nids de poule ; voitures ne peuvent pass (je vois seulement quelques motards de motocross et un buggy s'amuser), mais très gratifiant: à proximité de l'océan, mais à l'orée des canyons.

20140126-DSC_8211

Ce dimanche, l'église du petit village que je rencontre tout d'abord fait beaucoup de bruit avec tambours et des chants. On l'appelle Bouéti, et elle est suivie d'une lecture de signe rouillée vieux “Gorge de Bouéti : tourner à gauche“. Et cela fait une belle surprise : un canyon rouge encore plus impressionnant que les gorges de Diosso. L'écho fonctionne très bien, et il n'y a personne autour. C'est une gemme probablement ignorée par les visiteurs de coller à l'asphalte qui disparaît après Diosso.

Gorges de Bouéti
Gorges de Bouéti

Gorges de Bouéti

Gorges de Bouéti

Gorges de Bouéti

La route est moins commode, montrant à son tour de petites touffes de boîtes d'asphalte et de sable, parfois presque tomber dangereusement dans le canyon. Mais il est toujours aussi beau, avec une troisième gorge avant de rencontrer l'asphalte à l'arrière. Je peux dire que le meilleur sur les gorges de Diosso est de sauter et d'explorer deux les suivantes.

20140126-DSC_8248
Sanctuaire de Tchimpounga chimpanzee, un autre projet abandonné

20140126-DSC_8257

20140126-DSC_8261

20140126-DSC_8265

La troisième gorge avant que l'ancienne route répond à une nouvelle :

Magnifiques gorges dans le Kouilou

Magnifiques gorges dans le Kouilou

Magnifiques gorges dans le Kouilou

Magnifiques gorges dans le Kouilou

Gorgeous gorges in the Kouilou
C'est moi ici !

20140126-DSC_8301
L'ancienne route de brave

Une fois sur la nouvelle route goudronnée, je tourne le long de la côte vers Pointe-Noire. J'ai cycle dans l'heure, la même la même distance que j'ai couvert en quatre heures sur l'ancienne route parallèle. La plupart des voitures que je vois maintenant est 4 × 4 avec les blancs au volant, comme cette côte a beaucoup de plages et restaurants un engrenage à la communauté des expatriés Pointe-Noire.

Noix de coco et de palmier

Je m'arrête à un restaurant à utiliser l'électricité pour mon ordinateur portable, où je suis servi poisson et frites congelées pour 7000 CFA (10€). Mon déjeuner hier était un dixième de ce prix et comme garniture. C'est pourquoi j'ai seulement visiter lieux touristiques/étrangers comme un dernier recours, car ils apportent très peu d'expérience supplémentaire par rapport aux lieux locaux, mais leurs prix augmentent de dix fois. Eh bien, ils apportent souvent quelque chose de très rare en Afrique et c'est compréhensible appréciée des étrangers qui vivent ici : tranquillité et un peu de la vie privée.

20140126-DSC_8310
Plates-formes pétrolières sont toujours là, même sous un magnifique coucher de soleil

Je me réveille près Pointe Indienne, je décide de visiter ce triangle de terre vers la mer. Le problème est que les routes sont des pistes de sable (avec assez de sable pour couler dedans) et le soleil brûle mon visage. Je n'arrête pas comme je veux atteindre la pointe et voir de plus près les torchères il. L'essence est exploité sur terre.



20140127-DSC_8357
Pistes de sable : terminé les bicyclettes hostiles aux chargés

20140127-DSC_8316
Pointe "indienne"

Une fois à la fin de "indienne" de Pointe, le paysage est complètement différent : belles plages et des centaines de villas vides le long de la côte. Il y a seulement quelques gardiens les, en me disant que tous les expatriés de Pointe-Noire viennent ici le week-end uniquement. Ainsi, en semaine, on dirait un camp de vacances abandonnés. Les plates-formes pétrolières plus proche de vous, visibles à l'horizon, peuvent leur rappeler de leur travail.

Pointe "indienne"

Pointe "indienne"

Pointe "indienne"

Pointe "indienne"

20140127-DSC_8345

20140127-DSC_8347
Puits plus sur terre

20140127-DSC_8351

20140127-DSC_8359
Changement d'entreprise : huile pour cheveux

20140127-DSC_8358

20140127-DSC_8361
Je me demande si ils réservés vraiment le courriel communaute@yahoo.fr

Pour continuer sur Cabinda, j'ai pas le choix mais en traversant la ville de Pointe-Noire à nouveau. Je le fais rapidement, par le biais de l'Avenue du Havre, une route parallèle à la principale bloquée vers le haut. A moins de trafic, il n'est pas plus vite, car elle est complètement détruite. Aujourd'hui n'est pas un jour après la pluie, mais la route dispose d'une petite rivière à traverser. Le fait intéressant est que c'est la route par un siège de sociétés qui sont censés pour être manipuler une bonne quantité d'argent. Parmi ceux que j'ai repéré : Total E & P, Eni, Halliburton, Spie Oil & Gas, Cegelec, Schlumberger …

20140127-DSC_8362
L'huile géants rue, ville centre de Pointe-Noire

20140127-DSC_8366
(essayer de) Passez ici, avec un vélo et les sacoches, autour du récipient

La route au sud de Pointe-Noire mène directement à Cabinda, l'enclave angolaise coincée sur la côte entre les deux Congo. Juste avant la frontière, je m'arrête à la ville de Djeno, qui accueille les réservoirs d'huile énorme du Total.

20140127-DSC_8368
Brasserie de bière Primus

20140127-DSC_8371
Total des réservoirs de Djeno

Je veux terminer complètement blogging avant d'entrer en Angola, où mon visa de 30 jours ne me permet pas beaucoup de temps repos et internet. Je me dirige au Malonda lodge, l'hôtel londoniens, j'ai vu dans les âges, avec électricité 24/24, 60 employés et chambres à partir de 88'000 CFA (130 €). Il n'y a même wifi, l'emplacement est parfait, mais comme prévu, je suis refusé à camper dans le vaste jardin.

Ainsi, j'erre autour pour trouver un endroit pour monter ma tente près assez alors quant à retour plus tard au bar de l'hôtel à utiliser l'électricité. Jean-Marie travaille dans un champ et me dit que je peux dormir à la maison immense voisine. Mais les occupants, une dame et un gardien, ne sont pas là et j'accroche juste mon moustiquaire sous un toit à l'extérieur. Le soir, je compte 23 feux dans la mer, la plate-forme et bateaux opérant pour le pétrole.

20140127-DSC_8376

Le Malonda lodge est bon pour (sans doute inconsciemment) fournissant un point d'accès wifi non sécurisé à côté de la pay-per-use, mais l'ambiance est très triste : il est vide jusqu'à ce que le travailleurs du secteur pétrolier arrive en fin d'après-midi, alors il n'est pas drôle non plus. Beaucoup plus convivial à Djeno est un club de plage de Xavier Mukiwa, non signé mais à peu près 500 mètres vers le nord le long des voies de sable. Comme un voyageur lui-même, il accueille des campeurs. Malheureusement, il n'y a pas de wifi il.

Alors que l'internet est assez bon marché sur commode sur des cartes SIM pour téléphones mobiles (bien que lent et rapidement plafonné), il est quasi impossible de trouver un hotspot gratuit dans ces pays. Impossible en dehors des grandes villes très peu. Et quand internet est vitesse disponible, décente et limites données coûtent très chers, en cours, fixe internet n'est pas pour aujourd'hui (réseaux d'électricité et l'eau sont encore en attente). Il y a aucun McDonald et seulement les restaurants haut de gamme pour fournir parfois un accès.

Ma grande maison vide est calme et parfait, que je peux nager dans l'océan quand je me lève. La dame qui y vivent ne reviendra pas pendant trois jours et les regards de la maison tout à fait couler, rien ne fonctionne. J'ai appris plus tard qu'il appartient à un travailleur Français huile (ce qui explique le jacuzzi, la piscine, la machine à laver, etc.) qui a obtenu son visage découpé par une épouse et une bouteille de verre brisé. Apparemment, personnes se mariant gabonaise et DR Congolese dames doivent se préparer à des conflits difficiles … et comme il arrive trop souvent, une premier-monde-meublé maison laisse entre les mains de la population locale est rapidement transformée en une hutte du village par un manque total d'entretien. Il semble que le maintien d'une maison en bon état de marche est inutile et trop exigeant pour quelqu'un qui peut vivre dans l'obscurité, cuire au charbon de bois et rendre à la rivière tous les jours pour l'eau douce.

20140129-DSC_8380
La plage Atlantique de Djeno

Il s'agit de mon dernier jour en Afrique francophone. Je traverserai demain à Cabinda et mes trois derniers pays jusqu'au Cap, Angola, Namibie et Afrique du Sud. Je n'imaginais pas combien le français serait utile et nécessaire de ce côté de l'Afrique, de voyage, comme plus de deux tiers des pays entre le Maroc et le Congo parle Français et presque pas anglais. Il n'est pas réaliste d'apprendre la langue vernaculaire qui change tous les 100 ou 200 km, alors la même expérience sans pouvoir parler Français avec le peuple serait certainement différente.