Les grumiers

Guettez les grumiers !“. Grumiers semblent être le seul danger au Gabon, et nous avons été avertis contre eux à plusieurs reprises. Le “ grumiers ” transporter le bois de construction (les grumes) des forêts jusqu'à la scierie ou directement au port. Huile rend jusqu'à 70 % de Exportations du Gabon, et le bois arrive en deuxième. Les grumiers peuvent peser jusqu'à 50 tonnes, et tout le monde dit qu'ils conduisent dangereusement. Nous allons voir...



Nous dire au revoir à maguy et Clovis-Loïc, les séminaristes de la paroisse et laisser de Mitzic. Nous ne pouvons pas trouver une alimentation correcte dans cette ville. Mis à part le poulet grillé, nous devons traiter les omelettes et les haricots.

20131217-DSC_6151
Ma chambre à Mitzic

20131217-DSC_6154
Un ananas de bébé : les choses peuvent se développer n'importe où, même si l'arbre est de 50 cm de haut

Day409-Accueil-131217

20131217-DSC_6162

La route vers Lalara est très chaude. Gabon me rappelle du Sahara en raison de la rareté de la nourriture et la rareté des villages. C'est très vert, il y a beaucoup d'arbres et les rivières, mais pas de nourriture. Et considèrent comme pathétiquement des boîtes de conserve de sardines comme la nourriture locale. C'est très frustrant de cycle dans un pays tropical où tout peut se développer, mais où les gens ne cultivent rien.

20131217-DSC_6167
Nourriture ?

20131217-DSC_6176
Planches faites au Gabon pour le Vietnam

Nous avons le cycle la plupart du temps le long de la rivière de Lara. La route est presque vide, même si c'est l'épine dorsale du pays et la seule route goudronnée du Cameroun à Libreville.

20131217-DSC_6189

20131217-DSC_6196
Rivière de Lara

20131217-DSC_6197

Nous voyons beaucoup des grumiers. Ils conduisent vite en effet.

20131217-DSC_6210
Grumiers

20131217-DSC_6206

Nous nous arrêtons pour un coca-cola dans le seul village, équipé d'un bar, entre les villes. La très petite population du Gabon se traduit par des routes très calmes. Il n'y a pas de nourriture ici soit en dehors des boîtes de conserve. S'il y a une chose plus facile au Gabon, il s'agit de paiements : nous ne vous inquiétez pas plus sur le changement. Nous pouvons payer avec un billet de banque de CFA de 10'000 n'importe où ; les gens auront toujours changement. La plus grande note qui sort les guichets automatiques n'est pas aussi grande au Gabon, que c'était plus tôt ; il était presque impossible de payer un repas de côté de route sous 1000 CFA avec une note de 10'000. Au Gabon, beaucoup d'argent n'est pas effrayer n'importe qui. Et même les plus petits villages ont leurs générateurs diesel.

20131217-DSC_6213
Vieux pont sur la rivière de Lara

20131217-DSC_6219
Huawei, la zone de l'antenne parabolique

Arrêts-photos court peuvent toujours transformer de longues conversations. Cela arrive quand nous nous arrêtons à une maison solitaire de la route, devant lequel un animal ressemblant à un gros furet est suspendu.

20131217-DSC_6221

Tout en prenant la photo, je le dis pour le plaisir que nous représentons le ministère de la santé et que nous faisons un rapport sur la vente de viande de brousse. Après tout, les officiers de police et de l'immigration ne portent aucuns uniformes, ils inactif autour dans des chemises colorées à la place. Alors pourquoi pas deux inspecteurs de la santé sur les bicyclettes. Le jour de l'élection, on nous a demandé au poste de contrôle si nous étions les sondage observateurs des Nations Unies. Si la gendarmerie peut confondre deux cyclistes Sales pour UN sondage-watchers, nous pouvons probablement usurper n'importe quel travail...

Et ça marche ! Il fonctionne même trop bien. Les villageois commence un long monologue pour expliquer qu'il n'a aucun moyen de subsistance que la chasse et la vente de viande de brousse. Apparemment, la chasse de viande de brousse est interdite pour les espèces en voie de disparition, mais tolérée si elle est en petite quantité. « Toléré » a un sens large, il peut aussi signifier qu'il est autorisé, mais sous réserve d'une « amende » de temps en temps. Éléphants de côté, il est également très probable que personnes ne sais pas si les animaux qu'ils chassent sont protégés ou non. La plupart du Gabon est couvert par la jungle et les gens ont probablement été chasse et manger tout ce qui a la chair sur les os.

20131217-DSC_6220

Le concept de « parcs nationaux » et « espèces menacées » est relativement nouvel. Les villageois affirme avec véhémence que le gouvernement déploie sa vie à la plus difficile, en l'empêchant de tuer les éléphants et les singes qui viennent et détruisent ses petites plantations. Il dit que c'est presque impossible de faire pousser quoi que ce soit, parce que tôt ou tard, éléphants viendront et mangent les récoltes. Et ainsi, nous (nous sommes encore "représentant le gouvernement") doit lui verser compensations et subventions pour le fait qu'il ne peut pas pousser quoi que ce soit. Sa manière de se défendre me fait sentir qu'il a dû cette discussion déjà, et que ma blague n'est pas loin d'une situation réaliste.

Je ne sais pas comment son histoire au sujet des éléphants est vrai. Il y a assez de bières et cigarettes derrière lui. Une voiture s'arrête juste après la maison, et un policier marche vers nous. Au début, j'ai peur qu'il examinera pourquoi deux touristes sont se présentant comme gouvernementales inspecteurs de la santé. Le policier parle avec nous en anglais, nous échangeons quelques mots, alors qu'il négocie pour la viande de brousse (il achète finalement l'animal pour 5000 CFA (7,5 €)) et retourne à sa voiture.

Peut-être que je pourrais avoir bluffés un peu plus loin, en demandant au vendeur et l'acheteur une amende « négociable » pour maintenir une entreprise potentiellement illégale... si fonctionnaires ne portent pas uniformes et que les notions de droit, interdiction, amende, pot-de-vin, protection, travail, etc., sont tous mélangés ensemble, alors nous pourrions abuser totalement de l'image véhiculée par la couleur de notre peau de percevoir des amendes trop.

20131217-DSC_6226

20131217-DSC_6230

20131217-DSC_6239

Au rond-point Lalara, où les routes fourchettes à Makoku, nous sauter la maison d'hôtes et recueillir la nourriture que nous pouvons trouver. Comme une Dame est cuisson du riz, nous sautons sur l'occasion de manger quelque chose de chaud avant de se diriger à la suite de trouver un endroit de camp.

20131217-DSC_6248
Grumiers au rond-point Lalara

20131217-DSC_6256
M. Wang et M. Sun sont dans le commerce de bois trop

20131217-DSC_6264

Nous arrivons à une carrière de chinoise quelques kilomètres plus loin. Les africains de l'Ouest qui y travaillent nous informent que nous devons tout d'abord demander la permission au chinois si nous voulons prendre une photo. Cyril demande l'homme chinois, qui répond à rien, mais est là. Il ne parle pas Français ou anglais. Les travailleurs disent qu'ils communiquent avec les chinois présentant des signes et quelques mots courants. Les chinois ont effectivement entendu que nous avons voulu prendre une photo de lui, il pose donc ici.

20131217-DSC_6265
La carrière de chinoise et les chinois

Il est vraiment aucun moyen de camp dans la jungle. Chaque mètre carré qui n'est pas une route ou un village est jungle impénétrable. Tout est si dense. Si nous pouvons aller quelque part, cela signifie qu'il ya quelqu'un là déjà. Ainsi, après la carrière, nous décidons d'arrêter dans le village de Viafe. Comme d'habitude, nous sommes dirigés vers la maison du chef du village pour demander la permission de rester ici. Paul, le chef, nous accueille chaleureusement dans sa maison. Comme le dit sa femme, il est tout simplement trop bon.

Day410-Home-131218
Avec Mama Sita, le frère et Paul

Sa maison a électricité tout au long de la journée jusqu'au milieu de la soirée. C'est généralement le contraire : gens allumer leurs générateurs que lorsque le soleil se couche et électricité dure jusqu'à ce qu'il n'y a aucune essence plus de brûler. Mais ici en Viafe, villageois obtenir électricité gratuite de la carrière de chinoise au cours de la journée. Et ils ont l'eau potable provenant d'un forage qu'un Français déposée il y a quelques temps.

20131218-DSC_6267
Maison de Paul et le moteur diesel cassé

Le GPS sur mon téléphone voit tous les satellites, mais je n'ai aucun couverture. Après un seau d'eau froide agréable (c'était vraiment trop chaud aujourd'hui), ils nous servent de viande de brousse : le sanglier et le rat. Le Gabon est un paradis de la viande de brousse. Les gens prennent leur fusil et aller à la chasse dans la jungle. Il y a en tout cas, seulement la jungle et la petite population, il est tout à fait concevable que quand quelqu'un a faim, il a juste chasse derrière la maison. Paul a même tourné un pangolin aujourd'hui mais il ne pouvait pas trouver. J'aurais aimé manger un morceau de cet animal, que je n'ai vu que dans les livres. Viande de brousse est comme un moment gastronomique voyage dans le livre de mon enfance, représentant les animaux du continent africain.

20131218-DSC_6279
La cuisine

Autour de la table, avec le frère qui vient de rejoindre, ils apportent une bouteille de vin. C'est une bonne bouteille de vin, avec un bouchon de Liège et pas la boîte de carton habituel, que tout le monde boit. Quand ils voient ma grande surprise, ils répondent rapidement : “Oh, sur est a la la chefferie !“. C'est dans une bonne ambiance que nous partageons des histoires jusqu'à ce que je m'endors.

Une fois de plus, nos hôtes ont des amis et la famille en Europe, mais ces parents ne plus répondre aux appels téléphoniques. Ils se sont arrêtés à répondre dès qu'ils ont commencèrent à faire une vie sur le continent des riches. C'est une histoire que j'ai entendu une douzaine de fois. Je ne peux pas dire si la diaspora africaine en fait coupe les liens avec les gens à la maison pour éviter les demandes pour l'argent et des cadeaux, ou si elles sont appelées « amis et famille » simplement parce qu'ils ont fait à l'Europe.

20131218-DSC_6275
Un porc-épic

Comme Paul est gabonais et sa femme camerounaise, nous parlons beaucoup sur les différences entre les deux pays. Mama Sita confirme que les aliments obtient même plus cher que nous permet de faire plus loin de la frontière camerounaise. Il n'y a aucun plat sous 1000 CFA ici, lorsque nous avons utilisé pour obtenir le même poisson et viande pour 300 ailleurs. Elle a l'habitude de vivre dans le sud et elle a préparé les repas, elle a vendu à 1500 alors que la moyenne était d'environ 3000 (4,5 €). Elle dit les gens de l'hôtel de ville est venu et lui botter loin de sous-cotation de ses habitants. Comme si personne ne pouvait vendre pour pas cher ici. Le SMIG (salaire minimum) est de 150'000 CFA ici (225 €), mais les employeurs ne respectent toujours pas elle. Surtout les chinois, qui paient délibérément ci-dessous.

Elle ajoute qu'en Guinée équatoriale, les employeurs respectent ce salaire minimum et il a aidé à éliminer l'extrême pauvreté. Même s'ils appartiennent au même groupe ethnique, les Equatos sont considérés comme moins instruits et plus “ sauvage ” par les gabonais. L'histoire du pays sauvage, où la petite population est devenue riche après la découverte du pétrole, sonne un peu comme la Norvège (bien que je soupçonne norvégiens pour redistribuer les richesses pétrolières mieux que guinéens).

20131218-DSC_6276

Ils confirment qu'ils peuvent se développer n'importe quoi ici, mais que les éléphants et les animaux viennent pour détruire les cultures. Par ailleurs, éléphants ont été repérés au rond-point Lalara (7 km avant Viafe), sur la route, juste après avoir quitté la place ! Nous avons manqué eux en quelques minutes. Dans le cas où un éléphant attaque un village (et uniquement dans ce cas), les villageois sont autorisés à tirer. Ils doivent appeler les gardes forestiers qui recueilleront l'ivoire, et ils sont autorisés à partager la viande. Apparemment, éléphant viande au goût délicieux (Oui fait viande de crocodile et la chair de boa). Mais dans la pratique, les animaux viennent seulement pendant la nuit pour voler et détruire les cultures, ne nuire à n'importe quel homme et retourner dans la brousse pendant la journée.

Dans mes recherches en cours sur « les gabonais sont payés à ne rien faire? », Mama Sita, de son point de vue camerounais, ajoute son mot. Elle dit que les gabonais ne sont pas des voyageurs. Elles ne laissent pas le pays tant qu'ils ont nourriture et l'alcool. Et ils n'aiment vraiment pas camerounais. Mais comme elle le dit, si les camerounais n'étaient pas là au Gabon, les gabonais n'aurais rien à manger (en dehors de leur viande de brousse, bien sûr).

20131218-DSC_6277
Barre de viande de brousse : sanglier, porc-épic, antilopes

Notre dernier sujet est le plus drôle : nous parlons des villages venant en sens inverse sur notre route. Nous avons précédemment pris la décision d'ignorer la capitale Libreville, dont nous pourrions avoir atteints à l'aide de la route de saleté de raccourci via Médouneu. Libreville est sur la côte et au large du Gabon n'a pas de routes : c'est seulement de marécages. Il n'y a pas de routes le long de l'océan Atlantique. Port-Gentil, la deuxième plus grande ville, bien connue pour ses gisements de pétrole offshore, est uniquement accessible par avion et par bateau.

Nous avons découvert que le Congo a un consulat à Franceville, dans le sud, donc en fait, nous n'avez pas à Libreville pour obtenir le visa avant de visiter. Mais pour aller à Franceville, il faut prendre la route traversant le Parc National de Lopé.

Nos hôtes disent il y a très peu de villages sur cette route, et nous devons certainement être prévoyant pour ne pas rester coincé dans la nuit dans la jungle : c'est une réserve animalière, éléphants, singes et panthères pourraient nous rendre visite. Ils parlent d'une ville appelée Chengué-ville, à l'entrée de la Lopé NP, qui a tout : beaux maisons, électricité, antenne pour le réseau téléphonique. C'est parce qu'un sénateur y vit. Mais l'endroit est maudit !

Ils disent que les habitants, le kotakota, peuvent être synonyme d'un cast sur visiteurs en heurtant un rocher. Il s'appelle “cône le diable” (“ de frapper le diable ”). Nous ne devrions pas à quelque chose de mal, pas manger n'importe quoi nous sont offertes et demandez la permission même pour un pipi ou pour choisir une mangue au large d'un arbre. Si jamais le kotakota “ tapent le diable ” contre nous, nous mourrons. Chengué-ville est bien connue et redoutée partout au Gabon et le Cameroun, parce que si vous nuisez à quelqu'un, ce quelqu'un peut aller à la ville et de demander à “ a frappé le diable ” contre vous. Puis l'on brûle. La troupe travaille à distance.

20131218-DSC_6278

Chengué-ville est peut-être au même endroit que nous avons été avertis contre en Nkolmengoua, au cours de notre première soirée au Gabon. Il s'agissait d'un village maudit, qui peut être trop chaud et trop froid pendant le jour même, où rien ne pousse et où un épais brouillard enveloppe les maisons. Le village est censé être maudit parce que quand le premier missionnaire blanc sont arrivés là, les villageois ont mangé lui.

Mama Sita et son frère aussi me mettre en garde contre un deuxième village à éviter. Après karim jusqu'au Lope, il n'y a aucun village, seulement deux “ campements ” (hameaux). En aucun cas, nous ne devrions pas dormir à l'autre, que ces gens “chasser tout. Nous ne savons pas ce qu'ils font avec les humains...

C'est vraiment beaucoup d'histoires pour le soir. Mama Sita est le fumage viande de brousse local qu'elle apportera au Cameroun pour les fêtes de fin d'année.

Elle me montre les différentes viandes, qu'elle a sur le gril : un cas de base de charbon de bois et une feuille de tôle ondulée pour le couvrir. Elle a antilope-cheval (antilope cheval), qui est “comme un cheval, mais aussi bon que le porc“, antilope normal (aussi appelé “ biche ”), porc-épic et le sanglier.



Le matin, ils me donnent aussi un drapeau du Gabon de mettre derrière mon vélo, et nous commençons à vélo vers le sud, toujours sur la route principale.

20131218-DSC_6272
Piste Rougier, nommé d'après la société d'exploitation forestière

Nous sommes toujours dans la jungle et nous voyons beaucoup de grumiers. Nous apercevons également beaucoup de chinois en 4 × 4 Toyota. Les habitants disent qu'ils coupent les journaux gabonais à exporter vers la Chine.

20131218-DSC_6282

La rivière que nous suivons maintenant est l'Okano.

20131218-DSC_6290
Le long de la rivière Okano

20131218-DSC_6293

20131218-DSC_6301

20131218-DSC_6304

20131218-DSC_6307

Les grumiers voyagent souvent dans un convoi. Il y a un Hillux de Toyota en passant d'abord par une lecture de signe “ATTENTION GRUMIERS“. Cela signifie que nous nous arrêtions mieux dans une zone dégagée, si nous ne voulons pas être touché par un journal s'étendant à l'extérieur d'un camion. Même chargé avec cinq ou six journaux énorme sur le camion, ils se relaient sans risque de bris.

20131218-DSC_6312

20131218-DSC_6342

20131218-DSC_6346

20131218-DSC_6348

Nous marquons un arrêt dans le village de Engoungoum, où Cyril visite le centre de santé et obtient de nombreux médicaments gratuits (mais aucun diagnostic pour sa sensation de faiblesse). Le traitement du paludisme ici est encore un autre je n'avais pas entendu parler : artésunate amodiaquine, par Sanofi Aventis, avec seulement 6 comprimés pendant 3 jours.

20131218-20131218_002
Stats de l'école de Engoungoum

20131218-20131218_001
Horaire des cours Engoungoum

Petit visite à pied à l'intérieur de la jungle, le long d'un chemin de forestiers :

20131218-DSC_6350

20131218-DSC_6357

20131218-DSC_6358

20131218-DSC_6363
Vous cherchez un endroit de camp ?

Une question que je me pose souvent : “Alors, quand vous atteindra le Cap ?

20131218-DSC_6378
simplement plus tard …

Nous nous arrêtons après une longue promenade dans la forêt où nous apercevoir des singes. Nous dormons dans l'école des villages de Métouang et Mévang. Les camions sont arrêtées ici aussi bien, parce qu'ils ne sont pas autorisés à conduire la nuit. C'est une bonne règle, que leur conduite rapide est assez dangereux pendant la journée. Il existe des petits bars avec musique et bières, mais comme d'habitude avec de la nourriture, les gens ne sais pas où nous pouvons manger. C'est comme si les gabonais seulement cuisinez pour eux-mêmes. Nous sommes chanceux de trouver de la nourriture dans un bar, où l'on sert des plats de la gazelle et kassava.

20131218-DSC_6380



Day411-Home-131219
Camping à l'école

Le village de Mévang a un magasin géré par un malien. Il a des affiches des joueurs élus “ footballeur africain de l'année ” qui me plonger dans le temps quand je savais que tous les joueurs de la Division 1 de Français : Japhet Ndoram, Victor Ikpeba, George Weah, JJ Okocha, Taribo West,... Nigérians surpassent le prix.

20131219-DSC_6387

20131219-DSC_6386

Dans la boutique de Mévang, nous pouvons voir des panneaux d'affichage pour le réseau de téléphonie Airtel, signifiant que le magasin vend également le crédit de téléphone. Mais je ne reçois aucun signal. Il n'est même pas un réseau de téléphone unique radiodiffusion ici. Nous avons été hors couverture réseau pendant deux jours en fait. Et nous sommes restés sur la route principale du Gabon, probablement le seul ouvert un.

Le réseau est en effet très pauvre, et l'histoire derrière les panneaux de Airtel ne donne pas beaucoup d'espoir à la communauté de Mévang. Il n'y a en fait une antenne-relais derrière la boutique, mais aucuns instruments ne sont installés à ce sujet. C'est parce que la tour de la cellule est trop courte. Nous pouvons voir facilement que ce n'est pas complète. Et pourquoi est-ce trop court ? Parce que les fondations ne sont pas assez fortes. Et pourquoi en est-il ainsi ? Parce que l'entrepreneur a gardé des fonds de projet pour lui-même au lieu de dépenser sur les matériaux. Ainsi, la tour de la cellule est inutile et l'entrepreneur est en prison. Et il n'y a pas de couverture téléphone sur plus de 100 km de route sur le corridor de transport d'épine dorsale.

20131219-DSC_6396
Une antenne-relais trop courte pour fonctionner

20131219-DSC_6389
Usine Mévang de Rougier Gabon, un groupe Français spécialisé dans le commerce de bois

20131219-DSC_6391

20131219-DSC_6400

20131219-DSC_6401

De loin, j'ai vu cette viande de brousse caler avec un accrochage de la pièce : c'est une tortue encore en vie !

20131219-DSC_6404
Je suis OK avec les porcs-épics et les antilopes, mais les tortues sont trop mignons à finir comme viande de brousse

Comme nous nous approchons de l'Équateur, nous rencontrons des grumiers sans leur charge. Ils portent l'essieu arrière mobile sur le dessus de la cabine du camion afin de conduire plus vite.

Enfin dans l'hémisphère sud ! Il m'a fallu plus d'un an, afin de franchir celle du Nord. Mais il sera désormais beaucoup plus rapide : J'ai fait presque 18 ’ 000 km jusqu'à présent et la distance totale du parcours ne dépassera pas 25 ’ 000 km.

20131219-DSC_6415
Vous êtes traversé l'Équateur

Il n'y a aucun éviers ou baignoires facilement disponibles pour faire l'expérience de la baignoire à hydromassage. Je suis heureux qu'assez avec ce signe que je n'avez pas besoin de demander de Coriolis s'il veut une preuve de sa théorie.

20131219-DSC_6426
L'habitude de ne jamais faire confiance à la signalisation routière : le GPS confirme que nous sommes exactement à 0 deg

Nous atteignons le village de Otuma, le “village qui a une couverture réseau“. Puisque le réseau est si mauvais, les chauffeurs connaissent dans lesquelles villages de la route, ils seront en mesure de faire un appel téléphonique. Il n'est pas vraiment pratique pour les urgences. Le signal doit apparaître uniquement dans la tour de Otuma 1, ou à la colline de Otuma 2. Nous essayons à deux endroits et Libertis ne fonctionne qu'une fois, mais le signal est trop faible (ping plus de 20 ’ 000 ms) de faire quoi que ce soit sur internet.

La route autour de Njolé est très poussiéreuse. C'est une route de gravier en construction. Plus précisément, elle est agrandie. Les travaux routiers commencent juste avant Alembé avec un pont en construction de DTP terrassement, filiale de Bouygues.

20131219-DSC_6445

20131219-DSC_6452

20131219-DSC_6459

Alembé est décevant surprise : nous avons pensé qu'il y aurait une ville au carrefour des deux plus importantes routes du pays, celui principal va à la capitale Libreville, et le « économique de route » va à Franceville, la troisième du pays ville. Mais il n'y a rien : trois en bois abrite seulement, debout dans la poussière, volée loin du Far West.

20131219-DSC_6464
La moitié du hameau Alembé

20131219-DSC_6466
Le pont de l'autre côté de la rivière Okano

20131219-DSC_6467

Le voyage partir suivra le “ itinéraire économique ” (voie économique), appelé ainsi car il va à l'origine à la capitale économique. Eh bien, dans les faits, Port-Gentil, avec l'huile, est aujourd'hui la capitale économique. Franceville avait (et a toujours) une mine de manganèse, et les gens garder appelant la route, la voie économique.

20131219-DSC_6472
Ces affiches des espèces menacées d'extinction doivent être affichés dans les restaurants de viande de brousse, que je sais ce que je suis en train de manger

20131219-DSC_6476

Près du hameau de Alembé, dans lequel nous trouvons des bières et heureusement le riz cuit pour les travailleurs de la route, la montagne est creusé et versé dans la rivière Okano. Voilà comment c'est être redressée et élargie.

20131219-DSC_6482

20131219-DSC_6488

20131219-DSC_6520

20131219-DSC_6523

20131219-DSC_6522

20131219-DSC_6526

20131219-DSC_6535

Le ballet incessant des camions journalisation est soulevant de la poussière.

20131219-DSC_6496

20131219-DSC_6507

20131219-DSC_6510
Paindavoine frères, Lille

Ce pont en acier a été construit par Paindavoine Frères. La société Français a réalisé bon nombre de ces ponts dans divers pays d'Afrique. Il a fait faillite et a disparu en 1965, après la guerre du Biafra qui a frappé leur projet de la Pont d'Onitsha sur le Niger riger. Je suppose que ces ponts sont utilisés jusqu'à ce qu'ils s'effondrent.

20131219-DSC_6514
306 km de chemin de terre sauvage, Let ' s go

Prendre le pont sur les changements de rivière Okano tout. Nous changeons la route de la principale à l'autre principal, de la 1 RN de la RN 3. Le peu de trafic disparaît, ainsi que de l'asphalte. La route de gravier est très agréable, et l'ambiance est... très spécial. Il pourrait être l'endroit plus sauvage, l'endroit mieux préservée que j'ai visité jusqu'à maintenant. Les seuls bruits sont les sons des forêts : les oiseaux et éventuellement des singes. Il est très beau, très calme et très éloignées.

20131219-DSC_6537

20131219-DSC_6541

20131219-DSC_6550

20131219-DSC_6554

20131219-IMG_1364
Si un camion passe, j'ai inhaler la poussière pendant une minute

20131219-DSC_6560

Notre objectif est de Seattle, et nous avons encore du chemin à parcourir. Notre vitesse sur la route de gravier et en particulier le profil vallonné, va nous faire arriver en retard. Tout d'un coup, la forêt tropicale étouffante disparaît et est remplacée par les collines de l'herbe. Pour aucune raison. Le nouveau paysage semble artificiel. Pourquoi y aurait-il herbe ici quand la jungle envahit les routes même ?

20131219-DSC_6567
Prairies ?

20131219-DSC_6573

Un garde forestier vous expliquera nous plus tard qu'il y a une longue tradition ou mettant le feu à la forêt et les Prairies pour attirer les animaux. La tradition se perpétue aujourd'hui, même dans les limites du parc national de la Lopé.

20131219-IMG_1377

À un moment donné, nous rencontrons la Fleuve Ogooué. C'est le principal fleuve du Gabon, à 1200 km de long et qui donne son nom à 5 des 9 provinces. Il est originaire de Congo, près des Plateaux Batéké, traverse le Gabon d'est en ouest et se jette dans l'océan Atlantique à Port-Gentil.

Il y a un chemin de fer à travers le fleuve et la station de Otouma est juste de l'autre côté, où l'on peut voir des bâtiments. Il y a un passage de bateau sur l'Ogooué uniquement pour les forestiers chinois, Français et libanais qui travaillent ici. Le chemin de fer leur apporte directement à partir de Libreville ou Njolé.

20131219-DSC_6580
Les camionnettes de la forestiers et la traversée en bateau

20131219-DSC_6583

20131219-DSC_6585
Fleuve Ogooué

Nous arrivons enfin à Seattle dans la nuit. Quel nom pour une ville. Landry, se balader avec une jambe de bois (accident de bois), nous accueille jusqu'à la maison du chef Daniel, qui nous permet de dormir dans la chambre d'amis. Landry vous amène à baigner dans un cours d'eau. C'est beaucoup mieux qu'un seau d'eau ! Il a été âges que je n'a pas mis tout mon corps dans l'eau.

20131219-DSC_6596
Seattle, Gabon

Seattle est écrit “ Seattle ”, mais il est en effet prononcé comme... Chengué-ville ! C'est l'endroit maudit !