Premiers pas au Congo

Nous quittons le Gabon sans avoir vu un éléphant et avec l'espoir de trouver plus de nourriture au Congo. Le poste d'immigration gabonaise est Boumango, 17 kilomètres avant la frontière réelle. L'employé est ici, mais nous devons attendre pour le patron à apparaître, puisque seulement le big boss peut estampiller les passeports. Nous avons le temps de regarder la télévision comme dans une salle d'attente...



La route vers le Congo est une saleté étroite et calme un. La surface du sable est assez difficile et il ne va pas trop mal. Dans l'un des bosses, où je suis habitué à freiner, j'ai réussi à casser un des quatre vis retenant le rail plastique circulaire du crochet inférieur de mon pannier Vaude. Il n'est pas réparable car il est en plastique, mais il n'est pas terrible nouvelle, comme les trois autres vis sont toujours là. Je suppose que ce genre de chose devrait se produire ; C'est déjà une bonne réussite pour la partie en plastique de l'engin à avoir survécu 20'000 km de routes cahoteuses. Je viens de changer l'orientation du crochet bas de mettre les efforts sur une autre partie du rail en plastique.

20140102-DSC_7470
Stade de Boumango

20140102-DSC_7472
Cordonnier, fermetures et valyseur

20140102-DSC_7473
Vaude sac crochet traverse

Frontière Gabon-Congo

Un fleuve agité marque la frontière naturelle. Les étals de petit bambou ici laissez-moi deviner que c'est aussi où le marché hebdomadaire qui se passe, où les gens viennent et acheter des produits dans les autres pays.

Gabon-Congo border
Borne frontière Gabon

Gabon-Congo border
Fleuve frontière Gabon-Congo

20140102-IMG_1888

Bientôt après, nous nous arrêtons au poste d'immigration congolaise de Simonbondo. C'est une cabane en bois de chambre à côté d'une barrière rouillée, et l'agent vient de chez lui avec le registre. J'ai pour l'instruire d'estampiller mon passeport où je veux, et il est d'accord. So far so good, une autre frontière franchie et deux timbres sur les pages déjà utilisées : J'ai sauvé mon précieux dernière double-page vide pour la demande de visa angolais !

Day425-Bike-140102
Officiellement au Congo !

Toutefois, en raison de l'espace restreint, j'ai donné à l'agent, le timbre présente seulement 02.01.20 : je m'ennuie de la "14" de 2014. Afin d'éviter des problèmes à la sortie du Congo, j'arrive à mon propre passeport pour ajouter le "14" manquant de timbres.

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Les habitants de cette région sont Téké, comme au Gabon. Ils parlent la même langue, appelée Mounkoutouba. Nous apprenons également qu'il y a, sans surprise, trop de groupes ethniques au Congo, avec les 6 différents sur la route jusqu'à Sibiti, à seulement 200 km.

Roads of Lekoumou province, Congo
Le bâton de manioc: 2 kg de kassava insipide

La route principale est, ici encore une fois, décorée avec des traces de l'éléphant. Nous avons essayer de les suivre mais ne répondent pas à tous les animaux, à l'exception d'un passage de gros serpent juste en face de nous.

Elephant footsteps
Traces d'éléphant sur les pierres tombales

Elephant footsteps
Ils semblent légèrement plus grands que moi …

Roads of Lekoumou province, Congo
Chemin d'exploitation forestière bois

Qu'il sont a des éléphants autour, je m'attends que les gens ne peuvent pas cultiver bananes et kassava. Éléphants étaient la raison pourquoi les gabonais n'ont aucun aliments cultivés localement, comme nous l'avons expliqué trop souvent. Mais à ma grande surprise, les villageois congolais disent qu'ils ne sont pas gênés par les animaux. Éléphants congolais sont plus respectueux que les éléphants gabonais ou, dans le cas où les éléphants sont les mêmes, ils se rendent compte quand ils franchissent la frontière et ils mangent seulement des bananes gabonais...

Eh bien, en tout cas, venant du Gabon, se sent Congo dans « Afrique » encore une fois, pour une expérience sociale : les gens sont curieux, et lorsque nous nous arrêtons pour une petite minute de parler à quelqu'un, une foule nombreuse et silencieuse des Veilleurs, les jeunes et les personnes âgées, nous regarde. Enfants parfois courir après nous, comme ils le font partout dans les zones rurales, sauf au Gabon.

20140102-DSC_7509
Enfants curieux

Malheureusement, n'améliore pas la situation alimentaire ; Il n'est pas différent du Gabon : petits commerces de vendre uniquement des boîtes. Et ne même pas les boîtes de repas prêts-à-manger comme le cassoulet, pois, lentilles, etc., mais canettes de sauces, boîtes de lait et en boîtes de sardines. Nous devons demander des villageois où nous pouvons trouver le bâton de kassava, qui semble être la seule nourriture faite localement. Concernant les plats prêts à consommer, personne ne s'apprête à quoi que ce soit. Ils disent que nous devons attendre pour les « restaurants » dans les villes. Il est très décevant. En faisant du vélo en Afrique de l'Ouest, j'ai pensé que pays d'Afrique centrale – la moins peuplée et riche en pétrole Gabon, Congo et Angola – auraient meilleures routes, mieux internet... tout mieux. Mais il semble être le complet de sens inverse. Et la bière dans la brousse va jusqu'à 1000 CFA.

Il y a des bois exploitation forestière en cours dans la forêt. On nous dit malaisiens et indonésiens sont les forestiers locaux. Il n'y a pas d'électricité, et on nous dit que nous devrons attendre pour atteindre Sibiti pour électricité travaillant quelques heures par jour, ou Dolisie pour l'électricité qui fonctionne toute la journée. Dolisie, qui est déjà troisième ville du Congo...

Quand je demande"Sur quoi dit ?", je suis a répondu"Rien“. Cela signifie le gabonais moyen de demander « comment allez-vous » ne fonctionne plus. “– Ca va? – Ca va« Il a été remplacé il par »– On dit quoi? – On est là“. “On est là” means “I’m fine”, even for one person. Another way to ask “Ca va?”, used in Cameroon is “C’est comment?

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Another French variant is “Vous revenez d’où“, sometimes “Vous revenez où?“, or “Vous avez quitté où?"pour « Où venez-vous? » Les gabonais nous avaient prévenu que les congolais ont une population de sauvages. Comme il arrive systématiquement, la population d'un pays serait mépriser le pays voisin à la frontière sud. Bien sûr les Congolais ne sont pas sauvages, mais il est vrai qu'ils sont moins polis que les gabonais. Dans la brousse, ils ne disent « Bonjour » si nous ne le disons pas tout d'abord, et parfois ils ne répondent pas encore. Eh bien, ici, je dirais que les gabonais sont l'exception africaine.

Nous arrivons à Bambama, notre objectif pour la journée. Le plus grand des petits magasins est géré par un mauritanien, comme d'habitude, mais en face de lui, nous trouvons des beignets ! Alors que les boules de pâte sont vendus sur toutes les routes et à chaque coin de rue de l'Afrique de l'Ouest, si il y a pluie, pénurie d'électricité ou que ce soit, c'est ici que nous venons de trouver une pépite d'or. Il y a beaucoup de policiers autour et de grandes foules aussi bien. C'est parce qu'il n'y avait « homme mort »: nous sommes a expliqué que les Pygmées a tué un homme et échappement Bambama. C'est pourquoi nous avons vu des convois de police lourd pendant la journée.

Après avoir vérifié dans notre hôtel, à l'autre bout de la ville, nous aventurer dans Bambama à chasser pour se nourrir... et nous ne trouvons rien. Boîtes de conserve de sardine et biscuits secs presque jamais faire un bon dîner, donc nous continuons à la recherche. Le commerçant mauritanien connaît une dame faisant patachoux, un autre type de beignet, et il appelle son sur notre demande afin que nous puissions acheter quelque chose de frais. Nous recherchons également la maison de la dame qui vendait des bâtons de manioc, et heureusement, elle a deux de ces bâtons de kassava à gauche. Il en coûte 250 CFA pour un bâton, alors que c'était environ 100 CFA pour 4 au Cameroun, mais ce n'est pas comparable en taille : ils sont massifs ici. Il fait trop de kassava pilée insipide, mais c'est notre seule option pour éviter de manger des boîtes à nouveau.



Après le très grand tonnerre et la pluie de la nuit, j'ai peur que les chemins de terre va nous donner un moment difficile. Mais nous devons d'abord vous inscrire dans les bureaux de l'immigration et de la police de Bambama. Ils n'a pas empêché nous hier, parce qu'ils étaient trop occupés, traitant de l'affaire de meurtre.

20140103-20140103_001
“ Nul n ’ est au dessus de la loi ” dans le poste de police

Quelqu'un nous raconte l'histoire complète de ce qui s'est passé. En fait, il n'est pas juste un simple nouvel an partie ivre combat. Il a commencé comme ça : un étranger, Mister Stranger, de certaines autres régions du Congo, a visité le village de Bambama pour acheter de la viande de brousse. Là, il rencontra Mister Local, un vieil ami, et heureux de rencontrer à nouveau, ils ont bu beaucoup. Rien de rare jusqu'ici. À Mister Local marchait autour de 02, Mister Stranger à où il est resté. Le lendemain, Mister étranger n'a pas pu être trouvé. Les villageois, a déclaré que Mister Local, étant le dernier à avoir vu, doit savoir. Mais Mister Local a répondu qu'il ne savait pas quoi que ce soit. Puis, le village appelé la ville natale de Mister étranger à vérifier, et il n'était pas rentré. Ainsi, les villageois ont logiquement conclu que Mister locale doit ont tué Mister Stranger ! Et la police a Mister locale en prison.

Enfants du Congo

Il serait bien que l'histoire s'est terminée. Le problème, c'est que Mister locale est un bantou, l'ethnie prédominante localement (il faut les Tékés ici), alors que Mister Stranger, quelles que soient les raisons de sa disparition, était un pygmée, la minorité marginalisée. Naturellement, la population pygmée de Bambama ne fait pas confiance à la police, et ils pensent que les Bantous sont protéger mutuellement de toute façon. Ils pensaient que la police ne ferait pas n'importe quoi pour le meurtrier parce qu'ils sont de la même ethnie, et ils ont décidé, pour une fois, de prendre la loi entre leurs mains. Ils ont sorti Mister locale depuis sa cellule (ce qui n'était apparemment pas trop dur, comme les trois policiers n'a pas résister devant la foule excitée) et battu à mort. La justice appropriée a été effectuée. Il serait bien, peut-être selon les traditions, que l'histoire s'est terminée.

Enfants du Congo

Cependant, le lendemain, Mister Stranger subitement apparu. Dans la soirée du « crime », il était ivre, a perdu son chemin du retour et s'est probablement couché dans la forêt. Après tout, il est un pygmée. Même si les pygmées, comme tout le monde, portent des maillots de foot du Real Madrid ou Chelsea et ont plein de MP3s sur leur smartphone faux, certains d'entre eux doivent avoir toujours bon de survie dans la forêt. Mister Stranger est apparu 3 km du village, pas trop d'heures après sa disparition, mais assez tardive d'avoir raté le vrai crime.

Maintenant, le fait est que le peuple pygmée du village ont lynché un homme issu d'une fausse accusation. Les forces de police supplémentaires de Sibiti viennent jusqu'à Bambama et même davantage, de les arrêter. Mais ils se sont déjà enfuis vers la frontière gabonaise sur Jakarta, le nom pour le vélo-scooter pas cher et petit. Nous pouvons vu certains d'entre eux sur notre chemin hier...

Malgré le fait que je continue à se plaindre de la nourriture au Gabon et au Congo, il y a un domaine dans lequel ces centrafricains pays devancent les nations d'Afrique de l'Ouest : coiffures.

Kids of Congo
Concours de coiffure

Il y a ici beaucoup plus créatifs. En Afrique de l'Ouest, la plupart des filles ont été rasées, tout comme les garçons et parfois les boucles d'oreilles vraiment aidé à faire la différence. Ici toutefois, même pour les plus jeunes, beaucoup de soin est passé dans les cheveux. Tant de petites filles ont des perles multicolores, lourdes tresses, extensions bouclées...

20140103-DSC_7527

La route est faite de sable durci, donc les fortes pluies rendent glissantes. Certaines parties sont inondés. Même si le sable est meilleur que la boue collante, je suis impatient à la latérite qui est censé pour commencer à environ 30 kilomètres.

Nous nous arrêtons dans un grand village pour déjeuner et comme d'habitude, il n'y a pas de nourriture mais les boîtes de sardines. Pas même le pain. Il est importé le samedi, de Sibiti, qui se trouve à 200 km de là !

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Day426-Bike-140103
Sous, mais aussi sur le pont de l'eau

Pourquoi il n'y a rien de local disponible ?«, je demande à l'épicier. Habitants doivent cultiver et manger des choses, et je mange plutôt que la même chose au lieu de canettes importées. Il répond qu'ici, les gens n'avez pas besoin de cuire et vendre des aliments pour gagner sa vie. Il y a toujours un membre de la famille travaillant pour les Malaisiens (bois), ou pour MPD (secteur minier). Ainsi, les habitants du village n'avez pas besoin d'avoir une activité supplémentaire. Par ailleurs, la route s'améliore d'ici partir grâce à MPD (Glencore Xstrata est derrière tout ça), qui ont écumé la latérite. Il n'y a rien à attendre du gouvernement de toute façon. Il ajoute que le potentiel des cultures aussi face au problème de transport : routes sont trop mauvaises transporter des aliments crus jusqu'à la ville et de le vendre. Donc, avoir des kilos de bananes dans le village n'aide pas : villageois poussent pas plus que ce qu'ils mangent. C'est une raison valable, mais j'ai vu des routes bien pires ailleurs et il y avait encore beaucoup de productions locales.

20140103-20140103_003
La meilleure affaire pour le déjeuner

En fin de compte, nous mangeons une fois de plus le bâton de kassava insipide avec le meilleur goût spécial que nous avons trouvés, un pot de mayonnaise faite en France.

Routes de la province de Lekoumou, Congo

La plupart des petits magasins vendre aussi base pièces détachées pour motos : Congo a motos à nouveau ! Ils ont complètement disparu au Gabon. Eh bien, il n'est pas les motos chinoises réel pouvant transporter trois personnes et deux grands sacs de nourriture, mais le développement chinois, comme un scooter.

Une malaisienne de conduire un camion grumier est en passant devant nous. Le commerçant se plaint que les sociétés d'exploitation forestière asiatiques ne se soucient donnant des emplois pour les congolais. Apparemment, ils louent seulement la population locale qui savoir où se trouve le bon bois. Dans le passé, bois exploitation forestière était l'emploi du Français et les allemands. Ils ont l'habitude d'avoir un plan visant à planter des arbres et à exploiter les forêts de façon durable. Aujourd'hui, c'est la déforestation sauvage. “Ils prennent ce qu'ils peuvent et il suffit de laisser“.

Roads of Lekoumou province, Congo
Grumier en ville

Une des questions drôles que nous avons mal répondre à l'est"en quelle saison sommes-nous ?« Cameroun foiré tout. Dans le Nord, il y a deux saisons, comme partout en Afrique de l'Ouest : la saison des pluies et la saison sèche. Dans le sud, il était déjà différente. Au Gabon, on nous a parlé de la petite saison des pluies et la petite saison sèche, qui séparent la grande saison des pluies et la grande saison sèche. Le problème est que nous n'obtenons pas les réponses cohérentes quand nous interroger sur la saison. Nous sommes donc dans une petite saison des pluies plutôt sec, soit dans les quelques pluies de la petite saison sèche.

Roads of Lekoumou province, Congo
La puissance du bâton de kassava

Eh bien, c'est pour la théorie. Dans la pratique, lorsque nous entendons le tonnerre, peu importe quel la plutôt sec humide petit gros sèche saison des pluies nous sommes, nous devrions commencer à s'inquiéter. Le tonnerre a été gronde pendant une bonne heure maintenant. Le camp MPD, où nous pourrions abriter, est de cinq ou dix kilomètres de là. Avons-nous le temps de cycle très rapide pour éviter la pluie ? Devons-nous arrêter et changer de tenue pour être préparé, risquant d'être touchées par la pluie, tout simplement parce que nous nous sommes arrêtés ? C'est un dilemme de la saison des pluies dans les chemins de terre peu peuplées, mais qu'il pourrait être assez soudaine et assez violents, nous décidons de changer dans les premières gouttes de pluie : Cyril a une tenue imperméable à l'eau, de la tête aux orteils. Je n'ai pas, donc je m'habille style surfeur : tout peut se mouiller et je n'aime pas. J'ai emballer mon pantalon et des chaussures dans mes sacoches étanches et porter des shorts et tongs. Enfin, les gouttes de pluie ne se transforment pas même en la grosse pluie.

20140103-DSC_7544
Habillé pour la pluie : surfeur et imperméable à l'eau

MPD est synonyme de projet de développement minier, c'est une filiale de Glencore Xstrata (12ème plus du monde grande entreprise d'après Fortune 500, 214 milliards d'USD pour ca, presque 200'000 employés). Écoles et arrêts de bus, nous pouvons lire parfois"Une filiale de Glencore“, sometimes “Parrainé par Xstrata“. Ils sont ne pas extraction encore et prospection seul. Ils ont quelques machines et 20 Toyota Land Rover à leur camp de base. Les blancs (anglais et Français, ils disent) sont les jours fériés et les employés d'entreprises de sécurité sud-africaine sont nous laisser pas pour remplir nos bouteilles d'eau, donc je suppose que nous ne serons pas en mesure de dormir là ce soir. MPD est ici depuis sept ans et aucun minerai n'a été extraite encore. Apparemment, ils ont quitté l'idée de construire une ligne de train d'ici, car le paysage est trop vallonné. Au lieu de cela, ils ont l'intention de faire une route droite à Makabana, où un chemin de fer existante est toujours en activité (celui-là même qui utilisé pour transporter le manganèse gabonais dans les temps anciens).

20140103-DSC_7535
Xstrata ici

20140103-DSC_7536
Glencore il

Cinq kilomètres plus loin, juste au moment où la boue de la route de terre commence à se boucher mes ailes, nous arrivons à Lefoutou, un petit village avec aucune maison de briques, mais avec une petite auberge de jeunesse derrière le bar. C'est l'auberge plus simple possible, avec un lit cassé, entre quatre murs faits de planches de bois et avec une vue sur les voisins.

Routes de la province de Lekoumou, Congo

20140103-DSC_7549
Nature verte repeinte en 4 × 4 remuer la poussière rouge

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Je ne sais pas ce que sont les gens MPD qui font dans la nuit, mais un petit garçon, à coup sûr à moins de 15, vient à moi et demander si j'ai "besoin de deux petites filles ?” …

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Tout le monde dit que la route entre Lefoutou et Komono est mauvais, avec des sections dans la boue et même impraticables après la pluie. Il a plu beaucoup hier, mais la nuit était claire, donc nous ne savons pas à quoi s'attendre. L'alternative est à la tête de Zanaga, via un chemin de terre de 40 km, et ensuite la route commence. Mais il fait aussi un détour.

20140104-DSC_7554
Boutique de boîtes de conserve



Une habitude, nous recevons autant pro-Komono conseils comme des conseils de pro-Zanaga. Nous choisissons finalement le chemin le plus court et heureusement, il semble bon. Les gens lui disent qu'il n'y a pas de problème pour aller jusqu'à Komono. Et puisqu'elle doit être une route à trafic limité, quand les enfants nous voient, certains pleurent.

Roads of Lekoumou province, Congo
La soi-disant mauvaise route

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Denis Sassou N'Guesso est président du Congo depuis 1979, à l'exception de quelques années dans les années 90 lorsque Pascal Lissouba arrivé au pouvoir. Sassou est du Nord et ne fait pas partie des grands groupes ethniques au Congo. En conséquence, il avait à peine toute chance d'être élu démocratiquement. Il a reçu l'aide de l'Angola (les deux pays étaient communistes en ce moment) et de la France (qui avaient besoin d'un partenaire fiable pour les opérations en mer ; Lissouba avait donné des concessions pétrolières à une société américaine) de reprendre le pouvoir, mais ce qui a conduit à une guerre civile. Les milices (appelés les « Ninjas », les « Cobras ») de chaque président potentiel se sont battus à Brazzaville, expulsant la population à la forêt. Aujourd'hui, la situation est, pour un visiteur, paisible, et Sassou est bénéficiant sa 30e année de présidence.

Day427-Bike-140104
Denis Sassou N ’ Guesso mon vélo

Batisseur de L'infatiguable signifie « l'infatigable bâtisseur ». Ça doit être vrai, que j'ai trouvé à l'adresse suivante (lien cliquable) est une liste de ses réalisations (personnelles).

20140104-DSC_7575

Harvesting kassava
Récolte de kassava

Récolte de kassava

20140104-DSC_7586

20140104-DSC_7591

Sans points d'eau sur la route, nous devons suivre les gens du pays aux sources qu'ils utilisent pour boire. Juste avant Kingani, dans Douakani, nous découvrons ainsi un endroit très agréable.

20140104-DSC_7594
En direction de printemps

20140104-DSC_7606

20140104-DSC_7600

Pont dans la province de Lekoumou, Congo

Une autre découverte très agréable est le pain ! Nous avons juste mangé le manioc de bâton pour trois repas d'affilée. Maintenant, quand je suis avec elle, c'est pas parce que j'ai mangé assez, mais parce que mon cerveau ne me laisse pas manger plus. Si au moins nous avons eu peu de sauce pour manger avec...

20140104-DSC_7619
Un autre déjeuner médiocre : pain, manioc de bâton, nourriture en boîte

20140104-DSC_7614

Le policier qui vient à nous identifier à Kingani dit que l'un des assassins Bambama a été arrêté près de la frontière gabonaise. En étant sur la route droite entre Bambama et Sibiti, entre le lieu du crime et de la station de police chargé de l'affaire, nous savons tout ce qui se passe. Policiers et gendarmes aussi à nous connaissent.

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Le chemin de terre est en fait bien. Nous ne respectent pas la boue collante, et le « pentes raides » we were promised douces collines offrent des vues panoramiques.

Routes de la province de Lekoumou, Congo

Nous ne voyons pas beaucoup de voitures sur les routes, quelques taxis collectifs de Sibiti. Il y a plus de vieilles femmes venant des champs et transportant un grand panier de cultures sur leur dos, attaché à une sangle enroulée autour de leur front. Cela semble très difficile pour les femmes de cet âge, mais comme les hommes du Kingani nous a dit »Il s'agit de la saison pour les femmes à travailler dans les champs“. Les hommes soi-disant ne fonctionnent que dans la saison sèche, quand ils ont besoin pour effacer les champs.

Roads of Lekoumou province, Congo
Piste de sable blanc

Aussi, nous rencontrons un gros camion, dont le chauffeur travaille pour les Indonésiens. Les Malaisiens avaient la zone proche de la frontière gabonaise. Il dit qu'il se déplace des maisons mobiles d'un ancien camp de forestiers Français pour les mettre dans le camp des Indonésiens. Comme il connaît le chemin, nous lui demandons ce que fait le "DLS 310" signe moyenne. Il doit signifier à 310 KM à Dolisie, mais pourquoi il augmente lorsque nous devons rapprocher ? Les réponses de pilote qui les grumiers utilisent une autre route, faisant un détour près de Zanaga, puis revient à Dolisie. Mais en fait, selon son expérience, la valeur est sous-estimée et il est plus proche de 400 km. pilotes sont payés à un kilomètre et il permet d'enregistrer les employeurs sur les salaires.

Day427-visage-140104

Une très belle route de sable blanc nous amène à Makaga, où le chef Madzou nous accueille pour la nuit. Nous dormons à l'intérieur après qu'une douche de seau sous les étoiles et une dégustation du fruit atanga, appelé ici safou, qui goûte pour moi entre une prune et un avocat.

20140104-DSC_7637