Le pays oublié

Comment les TIC est enseigné à l'école dans un village sans électricité ?

20131130-DSC_5427
TIC : Dessiner le tambour

Tous les villages de la région de Bamoun sont musulmans. Le chemin de terre à partir de Foumbot et vers le Sud fait partie du Sultanat de Foumban. Pas plus de 50 kilomètres les pistes vers l'ouest parallèlement la route nationale principale goudronnée, via Bafoussam, Bangangte et Tonga. Dans l'intervalle, le fleuve Noun sépare les deux mondes.



20131130-DSC_5418
Emballer dans Nkoutoulanden

Je laisse le terrain de l'école Nkoutoulanden avec des pneus dégonflés. Il est curieux que mes deux pneus sont presque à plats. Un gamin qui fait pendant la nuit ? Improbable. Il était déjà gonflé et je ne le remarque pas ? Il se passe. J'ai eu deux crevaisons petits hier ? Il n'arrive jamais avec les pneus Schwalbe et il serait vraiment pas de chance. J'ai gonfler les pneus, et il semble tenir ensemble... Let's ride.

20131130-DSC_5430

Dans le monde nous le cycle, il n'y a pas d'électricité, pas d'eau (il n'y a aucun pompes manuelles comme partout ailleurs dans le Centre des villages), aucune route décent permettant le trafic (il y a seulement 1 voiture-taxi, en passant par jour) et très rarement le réseau téléphonique. Réseau de téléphone fonctionne comme “Oui, il suffit d'aller 11 km plus loin sur cette route et vous obtiendrez un réseau“.

Day392-Bike-131130
Pourtant, mis à part le côté logistique, il rend les trajets plus agréables

20131130-DSC_5435
Petite plantation

20131130-DSC_5437
Le transport public tous les jours. C'est un miracle que l'essieu peut se plier dans les crevasses de la route

20131130-DSC_5438

Cette partie du pays ressemble vraiment abandonnée, oublié par le gouvernement, considérant que ce n'est pas particulièrement distant ou accidenté. Certains villageois nous parler pour nous demander de rapport sur la situation “Lorsque vous arrivez à Yaoundé“, pensant les blancs peuvent résoudre une situation mieux que ses habitants, même si nous sommes des cyclistes justes essayer de le faire à travers le Bamoun.

Nous avons délibérément choisi cette voie pour éviter le trafic sur le principal, sachant que nous traiterait en quelque sorte la rugosité. Si une voiture peut conduire à travers elle jusqu'à la prochaine route de goudron, nous pouvons. Mais nous arrivons à peine à effectuer 50 kilomètres par jour.

C'est aussi un mystère, ou serait-ce égoïsme extrême, que bon nombre des dirigeants politiques africains peuvent s'accumuler une incroyable richesse sans même prendre la peine de donner à leurs routes de goudron de la population, l'électricité et l'eau. Les ressources des pays, le plus souvent, semblent assez énormes pour « permettre » aux présidents de faire des milliards tout en construisant des petites centrales électriques et des routes pour tout le monde. Mais il n'arrive pas juste. Il semble même pour produire un résultat négatif lors de la découverte d'or noir. La population souffre plus de cette « malédiction des ressources » tandis que le Président ne me souviens pas combien de maisons aux États-Unis, les Chateaux et les comptes bancaires en Suisse, il est propriétaire.

20131130-DSC_5439
Chefferie de Mandiyang

20131130-IMG_0679

J'ai remarqué plusieurs sachets de whisky sur le sol. Ils sont le meilleur moyen de se saouler, de 50 CFA (0.1 €) et sont vendus à peu près partout. Les villageois s'assurer moi que c'est la faute des quelques chrétiens vivant dans la région... qui ferait une énorme quantité de déchets de sachet d'alcool par Christian !

La route dans la brousse est vraiment mauvaise. La question est “ depuis combien de temps la machine classement a fait visiter ce domaine? ”. Chaque villageois a une réponse différente, mais à coup sûr, c'est il y a de nombreuses années. On remarque un ou deux rouleaux de route rouillé enfouis dans la végétation en pleine croissance sur le bord de la route.

20131130-DSC_5455

Certains musulmans de cette région ont vraiment différents traits du visage. Je ne peux pas expliquer la différence, mais ils sont différents de tous les camerounais que j'ai vu.

Étant donné que la principale préoccupation avec le vélo sur les routes distants est effacée (c'était: "y a-t-il vraiment une sortie ? N'est pas la route coupée à un certain moment?"), le souci majeur devient" quand et où que nous trouverons alimentaires". Et ça sent la prune tarte partout dans la savane. C'est vraiment injuste. L'herbe brûlée diffuse ce doux parfum partout.

20131130-DSC_5444
Près de la pompe à eau village, où il faut chercher les responsables de la clé pour le déverrouiller

20131130-DSC_5453

En fin d'après-midi, en Mayakoué, mon pneu est plat à nouveau. Il arrive au beau milieu du village. Il signifie que je dois patcher sous l'observation curieuse de nombre d'entre eux, juste rassembler autour de moi à regarder sans dire un mot. J'ai vraiment n'avez pas besoin d'avoir des hommes silencieux et enfants dans mon dos. Ou pire, ils peuvent regarder et maladroitement utile, commentant l'évidence, comme »le pneu est encore plat“. Le tube intérieur, fabriqué par Kenda, semble être mort : le caoutchouc à la base du robinet est ouvert. J'ai besoin de passer à un tube de rechange. Appartement dans le matin, c'est en fait déjà bon qu'elle tienne à l'air toute la journée.

Quand je demande à Cyril pour prendre une photo, en espérant la vue de la caméra se disperser, les surveillants (ça arrive souvent), il a effectivement produit le résultat inverse, je m'attendais : ils recueillent maintenant fièrement derrière moi de prendre une pose (soupir...).

20131130-IMG_0690
La photo : observateurs, compositeurs et mon problème non résolu

En attendant, Cyril remarque qu'il a un rayon cassé. Alors qu'il le remplace, je me rends compte que mon nouveau tube ne sera pas gonfler : il est percé déjà. Grrrr... Et au moment où que j'ai mis sur un troisième, c'est la nuit déjà.

Enfin, un des villageois nous demande ne pas de laisser Mayakoué pendant la nuit et offre une chambre dans sa maison. L'hospitalité n'est jamais vers le bas. Si nous se douche avec la moitié d'un seau d'eau froide pour deux, juste en face de la maison de Papa Njansié Adamou. Un des avantages de la douche de seau et les villages non électrifiée, c'est qu'on peut douche vraiment n'importe où.



Nous voulons laisser Mayakoué pour la route aujourd'hui. Il y a environ 60 kilomètres, sur le mauvais chemin de terre, et il devrait être possible. Nous disons au revoir à nos hôtes après une courte visite du village.

20131201-20131201_001
Mayakoué

20131201-DSC_5460
Escort familiale pour la tournée de plantation de bananes

Day393-Accueil-131201

20131201-IMG_0703
Et voilà que ça recommence

Nous nous arrêtons à une maison, à l'entrée d'un petit village, demander où aller chercher l'eau. La réponse n'est pas le meilleur one, mais assez fréquent : “Il n'y a pas de pompe dans le village, nous allons dans le flux“. Cependant, l'homme nous donne l'eau de ses tanks jaunes.

En attendant, je place une papaye orange vers le haut dans un arbre. Il est temps pour la chasse alimentaire !

20131201-IMG_0707
Perche de papaye

Notre nouvel ami nous donne aussi goyaves, oranges et nous chasser un autre fruit, le corrosol. On l'appelle savasava dans la langue locale et Corossol in French. Je n'avais jamais mangé il et c'est délicieux. La chair blanche juteuse avec a grosses graines, à l'intérieur comme une cabosse.

20131201-IMG_0709
Corossol

20131201-20131201_004
Tout pousse au Cameroun !

Certains villageois attendent la seule voiture faisant le transport sur cette route. Sinon, il faut prendre une moto, c'est plus cher et aussi pas toujours faciles à trouver.

Tant de maisons ont un tapis de cacao séchage en face d'eux. À la différence pour les bananes, les plantations ne sont pas près de la route et nous n'avons vu aucune. Mais l'odeur fermentée annonce la présence de fèves de cacao dans les villages.

Nous nous arrêtons à Manya pour chercher de la nourriture, et il n'y a qu'une seule option : rat et haricots.

20131201-DSC_5466

20131201-20131201_006
Beignets, de haricots et de viande de rat

Pas si longtemps après, mon pneu est plat, encore une fois ! J'ai eu aucun problème avec les pneus et les chambres pendant 17 ’ 000 kilomètres et soudain, je me sers mes 3 tubes de rechange dans une rangée. Il apparaît à ce moment qu'un petit morceau de fil fait son chemin à travers le pneu Schwalbe. Je peux dire c'est ma première ponction avec le Schwalbe, et ils sont allés beaucoup loin des routes goudronnées. La paire actuelle a “ seulement ” 9 ’ 000 km. Le site de Schwalbe écrit ils devraient durer entre 6 ’ 000 et 12 ’ 000 km. Je suis sûr qu'ils peuvent faire plus … et si c'était juste pas de chance, ils sont toujours excellents contre les crevaisons.

20131201-IMG_0717
Perforation : l'équipage des observateurs et des aides pour cette fois

Avec la pause longue de fruits ce matin, la pause déjeuner et maintenant un changement de tube, la mauvaise route jamais nous cycleront jusqu'à Bayomen où nous attend l'asphalte.

20131201-IMG_0718
C'est ce que je ressemble sur les pentes raides de hostiles

20131201-DSC_5467

20131201-DSC_5478
Une école

20131201-DSC_5480
Les enfants ont juste vu quelque chose d'inhabituel

20131201-DSC_5484
Blanc hommes sur les bicyclettes … sur cette route, c'est un peu un “ une fois dans sa vie ” événement

20131201-IMG_0734
Sur un chemin de terre accidenté, nous n'avons aucune chance contre les enfants, pieds nus ou pas

20131201-DSC_5488

20131201-DSC_5492

20131201-DSC_5494

Nous sommes trompés par une petite portion de goudron, un ou deux kilomètres de chaque côté du pont franchissant le fleuve Noun. Il n'est pas encore la route principale ! Mais en passant le fleuve Noun marque la fin du Royaume Bamoun.

20131201-DSC_5496
Le substantif

Un homme ivre collant nous empêche de trouver un endroit isolé de camp, donc nous avons enfin ce cycle jusqu'à la prochaine habité camp dans le jardin et la maison. Nous avons fait moins de 50 km aujourd'hui, mais c'était une journée particulièrement aventureuse.



Le Slip à Douala est moins cher et les nouveaux ne sont pas encore arrivés dans la brousse” … et la longue argumentation qui a suivi m'a réveillé. Nos hôtes discutent les prix de caleçons dans la brousse depuis 06. Quand je me sens une pluie légère, frapper ma feuille externe de la tente, je suis finalement chassé mon réconfort pour emballer rapidement avant que tout est trop mouillé.

Malheureusement, au moment de quitter, mon pneu arrière est plat à nouveau. Soupir …. Je suis maudit. Cette fois, le patch est une fuite d'air. Eh bien, il pleut quand même, donc la perte de temps pour changer le tube est moins irritante.

Par ailleurs, la pluie ne nous fait bon : il y a encore un tronçon de chemin de terre jusqu'à Bayomen et la fin de l'épreuve. Avec toutes les piqûres, la poussière et la route détruite, je suis heureux de quitter le Bamoun.

20131202-DSC_5505
Un peu plus de boue

20131202-DSC_5502

Une heure et à 6 kilomètres plus tard, on revient à l'asphalte dans Bayomen.

20131202-DSC_5512
Photo commémorative de la route de Foumbot Bayomen, 2,5 jours pour 119 km

Il y a des aliments aux croisée des chemins, mais sans électricité et sans réseau d'eau. Et très peu de circulation. C'est surprenant, nous sommes sur la route principale reliant Yaoundé à Bafoussam et Bamenda.

La ville de Bafia relativement grosse offre presque rien pour un tube de 26 x 2,00. Après avoir visité beaucoup de magasins, je pars avec un Indien qui a une valve étrange et rouillée. J'aurai besoin de trouver la meilleure qualité à Yaoundé. Sur le plan nutritionnel, nous sommes plus de chance. Nous trouvons 4 ananas décents pour 1000 CFA(1.5 €), consommés sur place, et il laisse juste assez de place pour un petit sandwich (et un croissant au chocolat) (ou 500 mL d'yaourt) (... en fait, il y a toujours l'espace dans l'estomac d'un tournée cycliste).

Après seulement 25 kilomètres sur la route, nous sommes prêts à laisser déjà. Nous vider la route pavée de Bafia-Yaoundé pour le détour par les chemins de terre de Ntui. Mais il ne devrait pas être aussi mauvais que dans le Bamoun.

20131202-DSC_5514

Le long de la route agréable à Ntui, nous voyons maintenant les cabosses de cacao par la route. Il y a des centaines de cabosses de différentes couleurs. Orange, jaune, rouge … il est temps pour une petite séance de dégustation. La chair autour des fèves de cacao est rafraîchissante, même si il ’ s pas le produit principal.

20131202-DSC_5520
Camerounais cacao

20131202-DSC_5523

Nous hésitons à camper quand les villageois nous disent il y a une grande ville avec chambres d'hôtes à 7 km. Nous décidons d'accélérer et atteindre juste pendant la nuit. Quatre kilomètres plus tard, on nous dit que Mbangassina est encore à 7 km. Pfff … il arrive si souvent d'être induit en erreur de cette façon, surtout quand il s'agit de plusieurs, mais il se fait maintenant nuit et les questions de chaque kilomètre.

20131202-DSC_5526

20131202-DSC_5528
Les pompes à eau dans ce domaine sont d'un type nouveau : aucun français plus pied-pompes et pompes à main allemandes, c'est la hollandaise volant-pompe : le Volenta

Volant énorme et lourd de la Volentas donne la pompe suffisamment inertie à verser de l'eau pendant une longue période sans toucher la roue.

Nous n'avons rien sur nos cartes au sujet de cette grande ville de Mbangassina : il n'apparaît que sur le plan de l'OSM après un zoom dans un lot. Nous arrivons enfin après 10 kilomètres de nuit, vélo, juste à temps pour l'appel de la prière du 19.

20131202-DSC_5530
Seule route moto : non pas à cause de la pluie cette fois

20131202-DSC_5534
Un curieux visiteur intrigué par notre présence dans notre chambre



Les fortes pluies en début de matinée nous fait sentir bien, que nous ne sommes pas camping. Nos tentes étaient séchage dehors le soir, mais heureusement nous les avons pris la nuit. Les routes en sable et la boue va être toute une aventure aujourd'hui …

20131203-DSC_5538
Mbangassina

La route de Mbangassina à Ntui sent mauvaise à cause des fèves de cacao fermentées séchage devant chaque maison de tous les villages.

20131203-DSC_5559
Cacao juste avant la récolte

20131203-DSC_5542
Cacao juste après la récolte (mais malheureusement, il n'est pas Milka)

Certains cours d'eau sont forment sur la route. Heureusement il n'y a plus de sable que boue, donc il ne bloque pas nos roues.

20131203-DSC_5544

20131203-IMG_0792

À ce stade je ne sais pas si je devrais écrire « chemins de terre » et « routes », ou « routes » et « routes goudronnées ». Être loin de l'asphalte devient normal.

Il y a une route d'ASA via un pont, le pont de l'espoir, mais nous décidons de reporter notre retour sur l'asphalte en empruntant la route de gauche, menant à une piste plus longue avec une rivière. Le ferry est rompu, mais nous sommes a confirmé qu'il y a des petits bateaux (pirogues et chaloupes) de fonctionnement. Ce détour nous permettra de voir que la Nachtigal tombe au-dessus de la rivière Sanaga.

Et la route devient encore plus difficile. Il y a un camion coincé dans la boue. Il n'est pas assez haut et le bas de celui-ci ne touche le sol lorsque les pneus entrent profondément dans les ornières. Il y a plus les parties inondées et plus gros camions transportant des rondins.

20131203-IMG_0796
Dans les coulisses de la Poste 17000 KM

20131203-DSC_5554
L'homme qui hésite et l'homme qui n'a pas (celui qui est tombé a été le premier)

Nous avons passer par Ntui et atteindre le fleuve Sanaga dans la soirée. Certaines sections de la route sont terrible, avec une surface ondulée très dur, nous faire sentir comme fait exprès, nous essayons de détruire nos bicyclettes.

20131203-DSC_5562
Dans Ntui

Le système de transport à travers le fleuve est source de confusion et nous serait plutôt dormir dans le village de Nachtigal, juste avant le fleuve Sanaga. Nachtigal provient de l'explorateur allemand Gustav Nachtigal qui a donné son nom au village et les chutes. Là, on nous demande d'aller chercher refuge à la maison du chef, qui nous accueille pour le dîner et la nuit. Contrairement à beaucoup d'autres endroits, nous nous sentons qu'il n'y a plus d'obligation morale que l'hospitalité de notre interaction.

Afin que nous puissions douche, nous marchons dans la nuit à la pompe de roue au centre du village pour remplir les gros réservoirs de jaunes. Il est lourd et l'évidente consiste à transporter sur la tête, comme tout le monde. Ça marche douloureusement et il me laissera un raideur de la nuque pendant jours.



Les chutes de Nachtigal, sont très décevants. La rivière est large et ils sont presque inaccessibles. Nous essayons sur terre, du côté de Batchenga, et il y a beaucoup de combat dans la jungle pour une petite récompense.

20131204-DSC_5565
Dans la chaloupe

20131204-DSC_5567
Le “ cassé ” ferry

Le traversier n'est pas cassé du tout. Elle a juste un problème de moteur. Mais cela fait un an que la route est coupée à cause de cela. Étant donné que les voitures peuvent faire un détour par le pont de SAA et les motos peuvent être chargés sur les bateaux, il n'est pas une motivation suffisante pour le rendre à nouveau opérationnel. Et comme dans bien des cas, malheureusement, cette situation peut durer des années …

20131204-DSC_5587
Exploration jusqu'à la tombe

20131204-DSC_5589
Chutes de Nachtigal

20131204-DSC_5574

Plus intéressant que les chutes, sont réellement les jeunes gens creuser vers le haut de sable. Il y a une carrière de sable. Ils travaillent de leurs pirogues avec des seaux en plastique perforés, agissant comme des passoires. Ils prennent le sable de la rivière et versent dans les canots.

20131204-DSC_5581

20131204-DSC_5577

Nous nous associons l'asphalte à Batchenga où nous mangeons la viande porc-épic. C'est délicieux, surtout la peau.

20131204-20131204_001
Viande de brousse : porc-épic

Une fois sur la route de nice, il naturellement va beaucoup plus vite. Dans les derniers kilomètres 370, nous avons pédalé depuis Jakiri, pas plus de 30 km sur une route goudronnée. Le trafic grandit comme nous approcher de Yaoundé, mais c'est plutôt fluide par rapport à ce que j'ai vécu dans les précédentes capitales.

20131204-IMG_0844

20131204-DSC_5597

20131204-DSC_5600

Les gens ont été criant à nous “Wat ! Wat !” … wat quoi ? J'ai réalisé après un certain temps c'est la façon francophones disent “ blanc ”. Donc nous sommes “ le wat ” au lieu de “ le blanc ”.

20131204-DSC_5603
Machine de pesage : 260 km pour 2, j'ai deviné 240 (corps de 80 km vélo de 20 kg 20 kg sacoches, deux fois)

Nous rencontrons également un groupe de policiers désespérés pour faire des photos avec nous et d'obtenir une copie d'eux. Alors que le drunkest devient très ennuyeux, ceux d'autres guère que les voitures cesse. Les pilotes sont tout simplement sans s'arrêter à la sonnette d'alarme et les signes de la main. Et les policiers ne semblent pas beaucoup de soin : elles s'arrêteront juste la première voiture qui s'engage à arrêter (et sans doute demander de l'argent d'une bière). Barrages routiers et tous ceux "pour votre sécurité" mesures sont vraiment inutiles...

20131204-DSC_5609
Devinez qui est ivre et qui veut rejoindre Yaoundé avant le coucher du soleil ?

20131204-DSC_5611
Arrivée à Yaoundé

Nous arrivons enfin à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun et de la deuxième plus grande ville, avec assez de temps pour repérer les ambassades du Gabon et du Congo dans le nord de la ville. Nous passerons les prochains jours de magasinage pour les visas, au repos et à la recherche de tubes de rechange.

20131204-DSC_5616
Yaoundé, la ville des sept collines