Au Gabon, le Woleu-Ntem

Gabon utilise le Franc CFA, une monnaie à laquelle je suis habitué après avoir visité tous les pays ouest-africains sur la côte Atlantique. Il est très utile de comparer les prix dans tous les pays, et Gabon apparaît instantanément beaucoup plus cher. Mes points de repère ont disparu : même le cube Maggi, nulle part ailleurs, a vendu pour 25 CFA est 50 CFA ici (quand il n'est pas 75).

20131213-DSC_5909
Un autre signe Gabon est différent : des panneaux de signalisation utiles

Ma première impression est que les gens sont plus conviviaux. La première impression de mon estomac, c'est qu'il n'y a pas de nourriture sur les bords de route : quand les routes du Cameroun sont envahies par des femmes, derrière les marmites de leur stand, vendant des plats faits maison, les routes du Gabon sont très calmes. Les magasins se font aussi très rares.



Nous arrivons enfin à trouver le pain dans un village. Un sandwich pain-beurre-sucre est apparemment la seule nourriture que nous pouvons obtenir jusqu'à Bitam, la prochaine grande ville. Alors que nous sommes bavarder avec quelques villageois, le chef du village vient nous présenter lui-même. Il se vante de comment il a été choisi pour être le chef, parce qu'il est le seul avec “compétences intellectuelles"(précisément, un Bac 2). Son frère (frère-fils-de-la-oncle, pas frère-moi-même-père-même-mère, est techniquement un cousin) est trop avec lui. Tandis que le frère est causer avec nous, le chef, lui, ignorant les empêche la conversation à emporter Cyril et de lui montrer les bananes peu disponibles. Je plaisanter en disant que ce genre de respect doit être inclus à l'intérieur de ce qu'on appelait les « capacités intellectuelles »... et le frère change instantanément son ton : il avoue que le chef est mauvais, qu'il a des compétences boire plus que les compétences intellectuelles, etc.. Le chef précédent était en fait le père (réel) de la cousine, donc après 5 minutes de discussion drôle, que je pouvais sentir le ressentiment qui s'est passé entre le cousin et le chef actuel depuis 25 ans...

20131213-DSC_5910
Guérisseuse d ’ enfants

Bitam est la première « grande » ville du Gabon pour quelqu'un qui vient du Cameroun. Il est assez petit : Gabon a une population de 1,5 millions, la capitale Libreville recueille la moitié de cela et Bitam, 11e ville plus importante du pays, compte un peu plus de 10'000 habitants.

20131213-DSC_5911
Le genre de village relativement confortable, agréable et paisible

C'est où nous devons arrêter pour la procédure d'immigration obtenir notre passeport estampillé. Nous devons faire des photocopies de certaines pages de notre passeport, et les officiers de police, modérément convivial, envoyez-nous la boutique dans l'ensemble de leur bureau : la photocopie coûte ici 100 CFA. Comment se fait-il 100 CFA ici quand il est 25 CFA dans tous les pays précédents, j'ai traversé ? On dirait un truc méchant depuis le poste de l'immigration, autant que nous avons un cycle autour et trouver un autre magasin, où il est de 25 CFA.

Je ne peux pas dire si c'était une mini entreprise conjointe entre les deux, ou pas, mais ce qui est sûr, est que les prix du Gabon, pour les mêmes services de base comme en Afrique de l'Ouest, sont beaucoup plus élevés. On nous a dit que nous appelons les gabonais les « blancs de l'Afrique », simplement parce qu'ils sont riches. Nous sommes a également confirmés que le poste de l'immigration de Bitam peut délivrer un visa à l'arrivée, pour le même prix que dans Yaoundé (50'000 CFA), mais probablement beaucoup moins documents requis.

20131213-DSC_5912
Ali Bongo, l'actuel Président du Gabon depuis 2009

20131213-DSC_5915

Il semble que les cartes SIM Airtel sont en rupture de stock à Bitam, comme c'est souvent le cas pour l'opérateur qui offre les meilleurs prix. Ainsi, nous obtenons un Libertis (Gabon télécom) SIM carte et notez les prix des cyber cafés : 500 CFA / heure, deux fois plus qu'avant.

20131213-DSC_5915
La Guinée équatoriale est très proche, à 20 km de cette façon

20131213-20131213_001
Aucune falsification de document ici – n'insistez pas

Nous cycle un peu plus loin après Bitam jusqu'à Awoua. Nous sommes invités à la maison de l'homme en échange d'argent pour acheter la Regab ’, la bière locale. Les adolescents nous emmener au bar du coin pour la soirée alors que les adultes ont leur propre réunion : ils doivent préparer les élections municipales de demain.

20131213-DSC_5917
Regardez ces signes ! Il se sent presque en dehors de l'Afrique

20131213-DSC_5919

20131213-DSC_5921

Day405-Bike-131213
La maison de non-sens

20131213-DSC_5930

20131213-DSC_5934
La signalisation routière et les belles pelouses tondues … assez rare pour être cassé

Habituellement, les jours d'élection en Afrique sont sauvages et dangereux. Il y a beaucoup de tricherie au bureaux de vote, beaucoup de boire, et, lorsque les résultats sont annoncés, beaucoup de combats, des machettes, des tensions ethniques, etc.. C'est le genre de jours où les expatriés sont invités à rester à la maison. Mais nous sommes a confirmé que tout est toujours calme au Gabon, et pour les petites élections comme celles-ci, rien ne se passera.



Awoua est petite ville, ou un gros village, très bien équipée. Il y a une petite ferme solaire alimentant la pompe d'eau de ville. Il est assez sophistiqué. Le public de l'électricité n'est pas encore là, mais chaque groupe de maisons a un générateur diesel grand, faisant Awoua assez éclairée la nuit. L'asphalte est toujours parfait sur la route. Dans le cas où toutes les routes du Gabon sont comme ceux-ci, je ne suis pas surpris que le pays peut accueillir une course cycliste. Si l'organisation d'une course cycliste en Afrique implique de trouver des premières centaines de kilomètres de routes sans nids de poule, il n'est pas une tâche facile. Le 2014 Tropicale Amissa Bongo course (nommé d'après la fille de Omar Bongo) arrêts à Awoua.

20131214-DSC_5938
Konoville Les Deux Eglises

20131214-DSC_5942

Aujourd'hui, c'est le jour du scrutin. Chaque fois que nous poser des questions sur les élections, il rend les gens sourire. Nous le faisons exprès, parce que le Gabon est un pays très stable (où écurie l'rime avec liberté limitée) qui avait seulement trois présidents depuis l'indépendance. L'actuel Président, Ali Bongo, a réussi en 2009 à son père, Omar Bongo. Omar Bongo Président depuis 1967, depuis 42 ans, jusqu'à sa mort. Que se passe-t-il si Richard Nixon et Georges Pompidou étaient encore présidents en 2009 ? Eh bien, il n'est pas vraiment comparable ; Bongo Senior a été seulement 32 lorsqu'il devient le premier président.

20131214-DSC_5944
Vous voulez gravir une montagne gabonaise ? C'est ici

Parti de Ali Bongo s'appelle le PDG, où D représente démocratique, à l'instar de la D en RD Congo et en RPD de Corée. En 1979 et 1986, avant le passage à un système multipartite, son père a été réélu par 99,96 % et 99,97 % des suffrages. Gens nous disent il y a aujourd'hui, des partis d'opposition, mais qu'ils voteront pour le candidat PDG de toute façon. J'ai déjà eu cette discussion plus tôt : quel est l'intérêt de la démocratie dans un pays où la majorité de la population demandera autour "qui je devais voter pour ?” Où les gens vont voter pour le candidat avec la campagne plus impressionnant (voitures, cadeaux) “parce que si il peut être riche, alors il sait comment nous faire riche“? Je ne sais pas comment la démocratie est comprise et appliquée dans certaines constitutions récentes. Mais la question"Vous avez pas de routes, pas d'électricité, et votre Président a été là depuis des décennies. Pourquoi n'utilisez-vous pas le vote de changer cela ?” est trop naïf.

20131214-IMG_1126

20131214-DSC_5948

La présence de la France dans le fond de cette pseudo-démocratie est ne pas à négliger. France “ restauré ” Léon MbaPremier président du Gabon, sur le fauteuil présidentiel, lorsqu'il fut renversé en 1964. France a également envoyé des troupes pour arrêter les émeutes et « sauver » Omar Bongo en 1990.

Lors des élections de 2009, Obame a remporté les élections avec 42 %, devant Ali avec 37 %. Résultats ont été inversés et publiés, et tout le monde, y compris l'AFP, étaient au courant. Il ne va pas à la presse que si tout le monde (mais les gabonais, le seul autorisé théoriquement choisir) voulaient un président et pas l'autre.

C'est en fait presque exclusivement afin de protéger les intérêts de Total (ex-Elf) au Gabon, qui a été le fournisseur principal de l'huile de la France pendant une longue période. Il y avait eu un conseiller Français d'Omar Bongo, avec un bureau à l'intérieur du palais présidentiel de la Libreville. Gabon était apparemment dirigée comme un petit département Français avec Omar Bongo comme un « super chef de village ». Il y a beaucoup plus de détails croustillants dans le documentaire Françafrique – La Raison de ’ état.

20131214-DSC_5951

La plupart des conversations finissent de la même manière. Il commence par “Vous avez pas de routes, pas d'électricité, et votre Président a été là depuis des décennies. Pourquoi n'utilisez-vous pas le vote de changer cela ?“. Puis il passe par le fait que la famille Bongo est légèrement mieux que le reste de la République gabonaise (en France uniquement, “à leur disposition étaient 39 propriétés luxueuses, 70 comptes bancaires et au moins 9 véhicules de luxe“...). Et il se termine par la crainte de la guerre et le désordre : “mais au moins nous avons la paix. Nous ne voulons pas la guerre“. Les exemples les plus terribles de quelle politique instable peut conduire à sont juste au-delà des frontières. Tout le monde craint pour déclencher une autre Angola, Soudan, Liberia... L'Afrique ne manque pas des exemples de guerres civiles après l'indépendance et des conflits sanglants suite à un changement d'alimentation. Personne ne veut cela. Si le régime actuel de « stable » est d'une manière toléré.

En fin de compte, la situation aujourd'hui est simplement la suite logique de : politique de l'énergie contraire à l'éthique Afrique dépendante de premiers pays du monde, cupides dirigeants locaux négligents population peu ambitieuse passive.

20131214-DSC_5952
Viande de brousse du hérisson à Oyem

Nous passons rapidement par l'intermédiaire 4ème plus grande ville du Oyem, Gabon avec près de 40 000 habitants. Comme d'habitude, les commerçants sont du Mali, Guinée-Conakry, Cameroun, Sénégal, Bénin... (mais ce que font réellement les gabonais?) L'Afrique francophone en entier est représenté. Le permis de travail et de séjour est accordé selon la distance géographique du pays d'origine. Pour un camerounais, il en coûterait 600'000 CFA (900 €) pour un séjour de deux ans. Et le prix peut aller jusqu'à 1 million de CFA pour les mauritaniens et guinéens (1500 €). Cet argent est à peu près équivalent à un an de salaire moyen en Afrique de l'Ouest, il doit donc être déduit que les immigrants, « westaf » comme on les appelle péjorativement, faire au moins deux fois plus d'argent que chez eux. En revanche, les citoyens Français payer seulement 50'000 pour la leur...

20131214-DSC_5954
Une façon originale de décorer les bords de route : affiches d'Omar et Fidel

20131214-DSC_5955
Une maison typique : une structure solide et une parabole CanalSat

Les gabonais sont vraiment ne rien faire et vivant en dehors des recettes pétrolières, laissant la main-d'œuvre étrangère diriger le pays ? Gabon ne ressemble pas à Dubaï en tout cas, et je doute on vit très bien, mais sans doute mieux que la moyenne en Afrique. Les maisons les plus pauvres sont en bois au lieu de construit avec des briques de boue, mais c'est aussi parce que le pays est un sanctuaire de l'arbre (Gabon déjà gagné attraction pour son bois avant la découverte du pétrole). Très souvent, les maisons ont, si elles sont faites de bois ou de béton, d'une antenne parabolique sur le toit, ce qui signifie qu'ils ont une télévision et une source d'électricité CanalSat.

20131214-DSC_5958

De nombreuses maisons regarde très bien entretenus, avec l'herbe tondue et un jardin. Par ailleurs, j'ai vu plusieurs coupe-herbe, utilisé où je m'attends « normalement » une machette. Sûrement, le Gabon est une nouvelle avancée dans le confort de vie. Machettes peuvent tout faire, de bambous de découpage à la plantation de kassava, de tranchage de poulets pour éplucher un ananas. Il y a beaucoup de 4 × 4 sur les routes, et, en particulier les jeunes, les gens sont habillés avec style (bien, hip-hop style, mais propre). J'ai également trouver que le gabonais parlent un Français très bon par rapport aux africains de l'Ouest.

20131214-DSC_5961
Un accident rare et les habitants encore plus rares, enclenchant

J'ai entendu une fois “Vous les gars sont Français ? Vous ne s'arrêtera pas déclencher des guerres partout en Afrique ?”, mais en général, les commentaires anti-France sont très rares pour ce qu'elle pouvait être légitimement. J'ai également affirmé une fois qui “L'Afrique soutient maintenant la France, nous sommes plus riches que vous !” je ne sais pas c'est tout à fait vrai, mais il semble déjà être le cas entre l'Angola et le Portugal. Entre autres, la fille du Président Angola Dos Santos investit et injecter les milliards nécessaires à l'économie portugaise. Si l'argent provient des revenus du pétrole, d'une façon enlevé le développement du pays, cela signifie que certaines entreprises européennes de public faillite sont enregistrés avec l'argent sale. Pour mémoire, la compagnie de pétrole angolais est le deuxième plus grand en Afrique. Son chiffre d'affaires est comparable avec Air France-KLM.

20131214-DSC_5963
La rivière Woleu

Gabonais sont sympas mais les étrangers sont venus perturber«, la phrase résonne comme dans un pays riche qui a besoin de l'immigration. Camerounais sont nombreux, surtout dans cette région frontalière, mais ils ne sont pas très appréciés. Il est cependant vrai que gabonaise sont très polis et respectueux. Nous sommes toujours accueillis avec bonjours, quand au Cameroun, j'entendrais"Jésus bwahahaha !” et “vous êtes ben Laden ? Bwahahaha !” beaucoup trop souvent.

20131214-DSC_5974

Le fleuve Ntem a été marquant la frontière avec le Cameroun, et maintenant nous traversons la rivière Wolem. Les deux rivières a donné leur nom aux deux départements de la Woleu-Ntem, une des neuf provinces du Gabon. Enfants sont ruent sur le pont sous nos verres.

20131214-DSC_5980

20131214-DSC_5981

20131214-IMG_1145

Décembre est la transition entre la petite saison des pluies et la petite saison sèche. Nous assistons à la même tendance météorologique intimidante que j'avais vu tout d'abord en Sierra Leone : moins de 10 minutes, le ciel s'assombrit, on entend le tonnerre, le ciel devienne presque noir, le vent se lève,... Et puis il pleut cats and dogs.

20131214-DSC_5985
Cinq minutes avant. Le ciel est bleu foncé

20131214-DSC_5992
Se préparer pour la douche

Pendant longtemps, nous avons pensé que cet énorme nuage noir se déplaçait autour de nous, et que nous pourrions éviter en jouant à cache-cache dans la forêt. Mais une fois le vent s'est levé, la sage décision d'arrêter. Nous mettre à l'abri dans un « corps de garde », une de ces nombreuses cabanes en bois construites en face presque toutes les maisons dans les villages, entre le jardin et la route. C'est où les gens attendent, chat et boivent.

20131214-DSC_5998

Une fois que la pluie a disparu, nous continuons jusqu'à ce que l'offre de Mimbeng, où nous sommes était originaire de la route par un prêtre, qui prend bien soin de nous, poulet, raconter des histoires et de nous garder toute la nuit.

20131214-DSC_6005

Il n'y a pas d'électricité dans le village de notre hôte et son petit générateur ne fonctionne pas bien. Il avait surchauffé la nuit précédente, et apparemment il a besoin d'un travail de rebobinage. Il y a une ligne électrique entre Oyem et Mitzig, suivant la route principale. Les tours de pouvoir regarder tout neuf, à l'exception de l'un d'eux, en bas dans la brousse, coupant la ligne.

Le prêtre nous raconte toute l'histoire : la ligne électrique Oyem-Mitzig, une grande partie nécessaires pour tirer tous les villages le long de la route de 120 km hors de l'obscurité, a été achevée plus tôt que prévu, sous la direction d'un ingénieur Français il y a 7 mois. Logiquement, il voulait le pouvoir pour des fins de test, mais il était interdit de le faire : le Président Ali a dû être là d'abord pour inaugurer la nouvelle ligne. À compter d'aujourd'hui, le Président n'est pas venu encore. L'ingénieur Français a quitté le pays et le projet en colère et la nouvelle gamme est déjà tomber en morceaux sans être utilisé une seule fois. Il n'y a aucun entretien à la demande de restaurer les polonais pris en note par la chute d'arbres, et les villages sont encore en utilisant leurs générateurs diesel. Histoire triste mais vrai.

20131214-DSC_6010

20131214-DSC_6012

Nous parlons également politique, en raison du jour du scrutin, et nous sommes heureux d'entendre les critiques d'un individu émancipé. Même si dans un premier temps, le pays semble stable, calme et les gens malheureux mais assez convaincu, il est en fait un véritable échec dans le processus électoral. Tout d'abord, l'opposition est artificielle : il est présent mais très faible et mal organisés. Ils ne détiennent pas sur des idées graves et ils volent à l'étranger sur les jours de l'élection. Omar Bongo était apparemment bon en laissant le minimum de débit d'huile argent vers le bas jusqu'à ce que ses adversaires, afin d'apprivoiser complètement la petite million d'habitants. Plusieurs (rEAL) adversaires avec des convictions profondes ont mystérieusement disparu ou est décédé à l'hôpital lors d'une opération mineure. Journalistes ne peut pas publier ce qu'ils veulent, ou qu'ils perdraient leur emploi.

20131214-DSC_6021

Le lendemain, il n'est pas surprenant : le PDG a remporté les élections. Notre hôte prépare un petit déjeuner original, avec du fromage de vache-qui-rit et une boîte de cassoulet. Cassoulet, quelle bonne surprise !

20131215-20131215_001

Tant de choses au Gabon sont importés. Il serait naturel et logique de cultiver des haricots dans le jardin et manger des fruits locaux, mais il ne se passe ici. Les petites boutiques vendent surtout des boîtes de conserve et les fruits sont acheminés par camion du Cameroun. Si vous aimez la bonne cuisine, ne visitez pas Gabon.



Notre premier arrêt est le Mémorial de Mimbeng à la tirailleurs Sénégalais, morts pour la France en 1914. Ce corps d'infanterie coloniale ne se limitait pas aux soldats sénégalais. En Mimbeng, environ 150 kilomètres à l'intérieur de la terre gabonaise, ils devaient conduire les allemands, qui envahissent de Kamerun.

20131215-DSC_6026
Mimbeng memorial, Sept 1914

20131215-DSC_6031
Eh bien, Coulibaly n'est pas du tout nom du Gabon

La route est aussi bonne comme il a toujours été et le « paysage vallonné » nous avons été avertis contre est une plaisanterie. Le Gabon n'est pas plat, mais on ne voit jamais loin à l'horizon. La végétation est si haute et dense que notre champ de vision est toujours limitée à la route.

20131215-DSC_6033
Affiche électorale 14.12.2013

20131215-DSC_6034

20131215-DSC_6038
Chez Tantine la France (comme les boîtes habituelles, étain et bières chaudes)

Le clou de la journée est sur les fruits. Nous apercevons dans une population locale de village manger litchis: »Nous avons eu que de la grande maison, juste plus loin sur la route“. Notre esprit se concentre désormais sur la recherche des arbres de litchi, suivant les peelings sur l'asphalte pour des centaines de mètres jusqu'à ce que le Saint Graal : un jardin d'arbres de litchi !

20131215-DSC_6042

Il y a une grande maison au milieu du parc de litchi tree. La maison abandonnée, on commence à se désagréger, puisqu'il appartient à un homme riche qui est mort un mois seulement après la fin de la construction. Les villageois de son frère et les voisins viennent seulement de choisir les litchis. Ces fruits ne sont pas cultivés localement, c'était juste une idée merveilleuse du propriétaire fin.

20131215-IMG_1191
Mode de vie de chasseurs-cueilleurs

On mange autant que nous pouvons et emballer dans notre pannier litchis autant que nous le pouvons. Mais c'est une situation quelque peu frustrante : être complet au milieu d'une offre illimitée de fruits délicieux et sachant que nous ne trouverez probablement tout jusqu'à la fin du voyage.

20131215-DSC_6047
Bar au coeur du cimetière

20131215-DSC_6051

20131215-DSC_6059

20131215-DSC_6053

20131215-DSC_6071
Une façon pour la ligne

20131215-DSC_6076
Et un moyen pour les bûcherons, les forestiers

20131215-DSC_6082
La rivière dans laquelle vous pouvez chasser les crocodiles

20131215-DSC_6087

20131215-IMG_1213

20131215-DSC_6099
Le gang de la pompe à eau

20131215-DSC_6095

20131215-IMG_1219

Il est presque nuit, et nous devons parvenir à Mitzic. Environ 10 kilomètres au préalable, nous sommes invités par les gardes SIAT pour rendre une petite visite de la plantation d'hévéas. Il n'est pas différent de j'ai vu plus tôt, non seulement la plantation Firestone géante dans les plantations d'hévéas Libéria, mais aussi en Sierra Leone, Côte d'Ivoire, et Cameroun. Les arbres de l'hevea appartenant à Hevegab et qui font maintenant partie de SIAT Gabon. La plupart de la production va naturellement à Michelin.

SIAT donne également les bicyclettes robustes que j'ai vu autour.

20131215-DSC_6104
Plantation d'hévéas de SIAT

20131215-DSC_6120

20131215-DSC_6107

20131215-DSC_6114

20131215-IMG_1234

Comme il a été recommandé par le prêtre, nous demandons à la paroisse de Mitzic pour passer la nuit. Ils ont une petite maison en bois avec prises électriques pour les visiteurs. Les enfants de la chorale de l'école catholique répètent les chants de Noël.

20131215-DSC_6131

Au cours de notre promenade nocturne de Mitzic, nous rencontrons les prix plus surprenants : l'oeuf dur est de 200 FCFA (c'était 100 en dehors du Gabon), une cuillère de haricots est 50 au lieu de 25, une tasse de bouillie est 150 au lieu de 50, un ananas de taille moyenne est de 1000 au lieu de 250, mon savon Zakuro gingembre est 700 au lieu de 400, le moins cher l'eau embouteillée est 700 CFA (1 €), plus qu'une bière... ménagère est vraiment plus cher, de deux à trois fois le prix de l'Afrique de l'Ouest. Beignets de farine sont la seule constante, ils ont la même taille et le même prix. Il est difficile de trouver de la nourriture bon marché, il n'y a rien sous 1000 CFA, où nulle part ailleurs il est toujours possible de devenir complet avec 200 ou 300 CFA de riz ou de kassava. Il n'y a aucune dames cuisiner des repas délicieux et bon marchés par la route, mais en revanche, les peuplements de poulet grillé et de bœuf sont nombreux.

C'est un jeu de deviner qui viennent d'où, chez les commerçants. Toutes les nationalités francophones de l'Afrique sont représentées !

20131215-DSC_6143

Nous devons remplacer l'adaptateur USB qui Cyril brûlés en même temps mon micro USB charging cable a cessé de fonctionner. Ce sont des câbles électroniques de base, mais pas facile à trouver. Nous devons payer le prix élevé (c'est plus que l'achat en ligne avec les frais de port).