En pays Bamoun

Le dimanche est jour église, mais ce dimanche à Bamenda jour superbe église. Les préposés de la cathédrale à pied en procession et chantent joyeusement derrière le prêtre sur l'avenue principale de la ville. Les meilleures tenues des armoires sont sortis.

20131124-20131124_003
Dimanche matin

20131124-20131124_006
Il y a beaucoup de chants et danses, mais encens et SACR est ici aussi

Ce dimanche est aussi le jour, Cyril se joint à moi. Il y a un an, nous avions pédalé ensemble depuis la France vers l'Espagne via Andorre dans les Pyrénées, et cette année il s'est envolé à Yaoundé pour faire défiler le Gabon jusqu'au Congo. On trouve d'abord un atelier de soudure pour réparer son Tubus grille avant, brisé dans un nid-de-poule méchant. Nous recevons aussi de manger des pommes de terre réels ! On les appelle les pommes de terre. La plupart du temps, quand j'ai trouver ou entendre parler de pommes de terre, il se réfère à la patate douce.

20131122-20131122_001
Phasion est à la mode

Il m'a pédales (mines avait cassé plus tôt au Cameroun) et un plateau de 3 vitesses. Il n'est pas vraiment compatible avec le mien, mais j'ai besoin de changer la transmission entier. Ma chaîne a fait un petit bruits de cliquetis, et il a effectivement pris 1 % de longueur ! La KMC 100-lien (Rohloff chain compatible) est maintenant plu exactement 1 lien.

J'avais déjà inversé mon pignon Rohloff après 10 ’ 000 kilomètres d'utilisation et maintenant au 19 ’ 000 km, il est temps pour un nouveau.

20131125-IMG_0366
Vieux pignon (petites dents) et le nouveau pignon (grosses dents)

Le vieux a été porté de 10 ’ 000 km sur un côté et 9 ’ 000 km, de l'autre côté. Tout l'acier (haute qualité) enlevé sur les dents est une conséquence directe de mes muscles des jambes ! Néanmoins, j'ai vu des photos de dents de pignons usés jusqu'à ce qu'elle devient une arme de ninja.

20131125-IMG_0367

La transmission sur le vélo Rohloff est très simple: 1 pignon (16 dents), 1 chaîne et 1 plateau (42 dents). Il est préférable de tout changer en même temps, mais je ne sais pas quoi faire avec le plateau, si elle peut fonctionner pour plus. C'est un Lasco CF12 et il semble, que le pignon, réversible. Il est bien connu qu'un pignon Rohloff peut être inversé afin de doubler sa durée de vie, mais je ne trouve pas d'informations fiables sur les plateaux.

20131126-DSC_5116
Le plateau

Eh bien, nous essayons, et ça marche ! Le plateau est presque identique des deux côtés. Maintenant inversée, il présente à la chaîne du côté opposé et propre des dents, c'est comme un neuf !

Il n'y a effectivement une petite inquiétude : si l'acier du pignon a complètement disparu à l'usage, comme si la chaîne avait été creuser dans les dents, il n'a pas pour le plateau. Il est effectivement pressé contre chaque dent. Les dents sont « plus gros », prenant tout l'espace entre les plaques intérieures des maillons de la chaîne.

Nous trouvons des outils au garagiste le plus proche et les déposer vers le bas pour les rendre plus mince. Maintenant, c'est vraiment comme un nouveau plateau.

Pour résumer l'entretien nécessaire avec un Rohloff speedhub :
– changement d'huile 1 kit chaque 5'000 KM (mais le moyeu doit fonctionne toujours bien avec un suivi moins attentif)
-1 pignon chaque 20'000 KM, réversible à Half-Life (et c'est sûrement États jusqu'à 15'000 KM de chaque côté)
-1 plateau chaque 40'000 KM, éventuellement réversible à Half-Life (il doit dépendre de la qualité)
– 1 la chaîne chaque 10'000 KM, ou plus fréquemment, selon la qualité, l'entretien, la présence d'un cas de chaîne...

Il est assez facile, mais le problème réside dans l'achat de produits de bonne qualité et des éléments spécifiques Rohloff loin du premier monde.



Notre plan consiste à diriger vers Yaoundé, sans prendre la route principale par Bafoussam, mais bien par les petits chemins de terre du Sultanat de Foumban. Tout d'abord, je dois cycle encore une fois la partie sud de la rocade jusqu'à Jakiri, 100 km de routes escarpées et pittoresques, que j'ai pédalé déjà.

20131126-DSC_5129

Il y a quelque chose qui me gênant beaucoup : je me sens de résistance dans le moyeu. Mes pédales tourner avec la roue libre et ils ne devraient pas. Quand nous avons changé le pignon, en forçant sur l'engin sans les outils appropriés (avec un fouet de chaîne fait maison), j'ai entendu une « clac ». J'espère que ce n'est rien de grave comme l'entretien du moyeu ne peut se faire qu'en Allemagne. L'inconvénient de ce morceau de bas-entretien de la technologie, c'est que si quelque chose de grave arrive, elle doit être renvoyée au détaillant Rohloff (ce qui peut l'envoyer plus tard à l'Allemagne). Le seul distributeur en Afrique est en Afrique du Sud. Si il y a frottement dans le moyeu, et il utilise 5 % ou 10 % plus d'énergie sur mes jambes, il ne sera pas amusant du tout.

20131126-DSC_5130

20131126-DSC_5136

20131126-DSC_5173

20131126-DSC_5174

20131126-DSC_5175

Nous rendre visite à Abraham dans Sam et escalader la colline Sabga. Les vues sont encore plus jolies que au cours de la première fois. Il y a un troupeau de vaches aventureux qui réussi à gravir la côte aussi bien. Mais lorsque les vaches commencent à courir après nous, ils doivent arrêter car ils ne peuvent pas prendre la descente raide.

20131126-DSC_5189

20131126-IMG_0409

20131126-DSC_5209

20131126-DSC_5208
Nous trouvons un parfait camping spot sur une colline de Bamessing avec de belles vues sur la vallée.

20131126-DSC_5223
Une passoire lumineuse



C'est toujours un plaisir de se réveiller dans une tente sans coqs, sans pluie, sans une chaleur insupportable, mais avec de belles vues à la place.

20131127-DSC_5229

20131127-DSC_5231
Brume matinale en Bamessing

20131127-DSC_5235

Laissant Bamessing pour Ndop, nous avons juste arrêter pour un litre de vin de palme et continuer sur le chemin de Babungo.

20131127-DSC_5247
Ndop

20131127-DSC_5252

20131127-DSC_5253
Football

Un des avantages du vélo ensemble, c'est que nous pouvons faire des photos d'eux sur le vélo.

20131127-IMG_0474

Le point culminant de notre deuxième journée est la visite du Palais de la Babungo Fon. Le Fon est le souverain local, comme un petit roi, ou un super chef-de-le-village. Je n'ai aucuns photos de l'intérieur à cause des règles : c'est 2000 CFA pour la visite de le seule pièce et un supplémentaire 5000 CFA (7,5 €) pour prendre des photos. Il s'agit d'une pièce similaire à la salle du Palais de Kumbo : un trône et le nombre de sièges, où Fon livre ses conseils à la population locale lui rendre visite.

20131127-DSC_5265
Laisser lion endormi !

20131127-DSC_5258
Un ancien Fon

Il n'est pas rare de facturer un prix indécent appelé “ frais de photo ” dans n'importe quel endroit avec un potentiel de tourisme petit, parce qu'ils savent étrangers visiteurs ont de l'argent et aime prendre des photos avec un appareil photo. De l'autre côté, les locaux ne sont pas dérangés et sautera tout au plus, avec leur téléphone.

20131127-DSC_5262

Quand nous demandons la co-épouse de Fon fin la raison pour la recharge de 5000 CFA pour la photographie, limitée à une seule pièce, répondit-elle naturellement qui “Nous avons besoin d'argent parce que vous le voyez, la Fon ne fonctionne pas, et nous devons soutenir toute la famille, etc.“. Eh bien, il est en effet un roi local. L'argent est sans doute nécessaire également pour alimenter les deux 4 × 4 garé dans la Cour du palais.

20131127-DSC_5263

Le Musée adjacent est plus intéressant. Il a été construit par des chercheurs italiens. Nous apprenons la Fon réelles, posé depuis 1999, est de 36 et est le 25ème génération. De nombreux rituels sont décrites, c'est tout à fait un travail sur une chefferie de près de 2 kilomètres carrés habités.

20131127-DSC_5267

S'arrêter à ces visites rend le voyage plus intéressante, mais réduit aussi considérablement notre kilométrage journalier moyen. De plus, n'aident pas les collines.

20131127-DSC_5270

20131127-IMG_0487

20131127-IMG_0492

La montée vers Jakiri est aussi raide que l'habitude d'être. Travaux routiers ont changé de position, donc quelque chose qui se passe lentement. Nous passer la nuit à Jakiri et dînez en plein centre ville de solitaire : le principal Carrefour a cinq lumières et un homme jouant de la musique. Il y a aussi une dame vend fufu et légumes. Un ami dîner explique avec plaisir, mais la gravité le but du tourisme : “Vous devez laisser une trace en Afrique. Si vous juste passerez à travers, sans laisser votre trace, il est inutile de venir ici“. Par “ trace ”, il signifie un bébé. “Si j'ai faire France pendant trois ans, je ne peux pas venir domicile sans laisser un bébé avec une fille Français là. Vous devez trouver vous-même une petite camerounaise et faire un bébé !“. Hum hum... c'est facile à dire, facile à faire, mais...

20131127-DSC_5273

20131127-DSC_5276

20131127-DSC_5280

20131127-DSC_5283

De Jakiri, en direction de Foumbam, nous entrons dans le Bamoun. Le Bamoun est la zone autour de la capitale Foumbam. Il était à l'origine un Royaume (1394-1884) et maintenant, la partie du Cameroun, il est appelé un Sultanat, après que le roi Njoya converti à l'Islam en 1897.



Il rend le Bamoun, une enclave musulmane, à une latitude au-dessous de la ligne invisible où la religion répandue passe de l'Islam au christianisme. Le nord du Cameroun et le Nigéria est musulman, le sud est chrétien.

20131128-IMG_0525

La descente de Jakiri est très agréable. Le chemin de terre n'est pas trop mal et offre une vue imprenable sur les montagnes. Comme d'habitude, la terre rouge s'intègre parfaitement sous le ciel bleu.

20131128-DSC_5296

20131128-DSC_5301

Day390-vélo-131128

20131128-DSC_5324

20131128-DSC_5327

Ça fait pas plus de 20 kilomètres que Jakiri et les gens semblent déjà musulmanes. La langue dans les villages déjà passé de l'anglais vers le français. La frontière invisible est forte. Il n'y a pas d'électricité, pas d'eau et très peu de trafic : il se sent si tranquille.

20131128-DSC_5335

20131128-DSC_5337

La piste rouge est très poussiéreuse. Quand un camion rare passe, nous sommes rapidement aveuglés par un nuage de particules rouges. Notre corps et les visages sont rouges. Ma chemise serait rouge aussi si il n'était pas déjà orange.

20131128-20131128_001
Motos neuves pour 600 €. Merci chinois

20131128-DSC_5345
Élèves en évitant la photo

20131128-DSC_5347
L'eau c'est la vie

Nous apercevons de nombreux incendies dans les montagnes, là encore pour les cultures fraîches à se développer mieux. Un local nous a dit que si le travail de compensation appropriée n'est pas effectué avant de commencer les feux, il peut être dangereux. Il est arrivé que les bergers brûlé vers le bas des poteaux électriques en bois. Il faut regarder pour les ponts en bois trop … nos cartes dire nous sommes en vélo le long du lac grand barrage, lac de Bamendjing, mais nous ne parvenons pas à le voir.

Environ 20 km avant de Foumban, nous changeons d'idée et la direction. Nous ne tête plus à la capitale Bamoun et son palais, mais s'en tenir aux belles routes de saleté autour du lac de barrage (toujours invisible) et la tête à Foumbot à la place. À un carrefour market, nous voir vers de raphia, mais malheureusement vendu bruts seulement.

20131128-20131128_002
Mangez-moi Mangez-moi Mangez-moi !

20131128-DSC_5365
Paniers en bambou

Par la suite, la route n'est pas aussi beau, il peut devenir très cahoteuse, mais le paysage au coucher du soleil en vaut la peine.

20131128-IMG_0588

Nous voulons camper au bord du lac, mais il est tard déjà et il n'y a aucun endroit approprié. Nous sommes rapidement suivis par les villageois de Koumengba, et le chef du district ouest nous invite à dormir dans le salon de la chefferie, après un dîner de fufu jyama jyama (feuille de kassava).

20131128-IMG_0592

Le chef de quartier Choui'bou prépare le café pour le petit déjeuner. Je suis heureux de boire un vrai café parce qu'il est un producteur de café. Cependant, il apporte le café soluble dans une boîte... le seul café qu'il produit laisse sa chefferie crus et ça y est. Il ne traite pas les grains de café. Il nous montre un sac de café moulu, union des producteurs de son fait, mais c'est seulement un petit projet difficile à réaliser car ils ne possèdent pas les machines.

20131129-DSC_5367
Camping dans le salon de la chefferie

Day391-Home-131129
Koumengba ouest

Il s'agit une fois de plus le côté triste de l'Afrique : nous sommes sur une terre produisant des grains de café, mais la boisson seulement disponible est le café instantané d'un coffrage en Europe. Choui'bou nous dit que ce n'est pas facile d'exporter le café : il doit prendre lui-même à Douala, avec une voiture louée pour un trajet de 400 km, où il vend ses sacs directement sur le port, pour environ 1000 CFA (1,5 €) par kilogramme. J'ai lu que pour la production de cacao, acheteurs descendent les routes de campagne pour atteindre les producteurs, ils ne respectent pas le gouvernement fixe des prix achats, utilisation truquée les échelles et menace les producteurs ne pas pour collecter la récolte plus. Dans les deux cas, il semble que les producteurs n'ont aucun effet de levier contre les acheteurs.

20131129-DSC_5372
Grains de café frais

20131129-DSC_5373

20131129-DSC_5378

Le chef est membre du Royaume Bamoun musulmane. Dans le hall, il y a une photo de lui avec le sultan de Foumbam aller ensemble à la Mecque. Il a dit que le sultan a obtenu une petite somme d'argent comme indemnité pour les travaux du barrage: le barrage de Bamendjing a inondé une grande partie du Sultanat et les terres arables qui en découle a été perdu. Mais maintenant, il y a que plus rien de cet argent. Histoire classique.



20131129-DSC_5382
Lac de Bamendjing

20131129-DSC_5393
Il y a aussi une affiche récurrente expliquant comment accordant un crédit conduit à la faillite

Aujourd'hui, c'est toujours poussiéreux, mais au moins nous voyons enfin le lac de Bamendjing, formé sur le fleuve Noun.

J'entends certains “hein le Blanc y ’ un rien pour moi ?“, avoir des discussions inutiles avec des gens qui pensent que “Dieu nous a envoyé les personnes blanches, vous êtes là pour nous aider. Nous vivons dans ces conditions, parce que le blancs n ’ t nous aider encore !“ et continuer sur la route de terre maintenant détruite.

20131129-DSC_5396

Day391-vélo-131129

20131129-DSC_5408
Si vous voulez voir si une voiture est forte, le rendent commute sur ces routes

20131129-IMG_0631
Queue pour l'eau à la pompe du village près de Foumbot

20131129-DSC_5410

Nous montons l'asphalte pour les 5 derniers kilomètres jusqu'à Foumbot avant d'aller à nouveau pour un autre chemin de terre, parallèle à la route nationale, Cap au sud vers Yaoundé. La saleté partout dans nos vêtements n'est pas assez pour nous faire revenir à la route principale avec les voitures.

20131129-DSC_5414

20131129-IMG_0643
Accès rapide laver par mesure de précaution, au cas où nous don ’ t se prendre une douche ce soir

Nous finissons par camper dans l'enceinte de l'école de Nkoutoulanden. Il y a beaucoup d'herbe, mais il est difficile de trouver un endroit que doesn ’ merde odeur t. Les enfants doivent faire partout dans la Cour...