En grimpant vers les montagnes de l'intérieur du Cameroun (traduction en cours)

Le lac de cratère de Barombi Mbo s'appelait “ lac éléphant ” au moment de la colonie allemande, mais les éléphants ont été victimes de la commerce de l'ivoire. Ils ne sont plus autour, mais il est toujours censé pour être un beau lac, à 3 kilomètres de Kumba, alors là, je me dirige tout droit après le lever, avant de continuer le cyclisme dans le Nord.

20131111-DSC_4432
Rusty signe pour un exercice de décryptage

La route est goudronnée jusqu'à la Kumba bâtiments administratifs, puis se transforme en un chemin de terre, et il devient alors un cauchemar abrégé. C'est boueux et seuls les motards pourraient éventuellement s'aventurer ici.



Il y a un autre panneau détaillant les risques associés aux lacs de cratère, notamment l'émission d'un gaz mortel, afin de faire quelque chose de trop près n'est pas conseillée. Il y a un autre lac au Cameroun, lac Nyos, qui je vais visiter plus tard, qui a « tué » des centaines de villageois avec des gaz toxiques. Le risque est cependant très faible et ne devrait pas empêcher tout le monde pour admirer la beauté de ces lacs de cratère.

20131111-DSC_4387
Pourquoi voulais-je voir le lac déjà ?

Après avoir appuyé sur mon vélo pour environ 2 km sur les pistes rugueuses, évitant les mares de boue (un pied de mine n'a pas, et ça s'est passé assez profonde), j'ai enfin de rejoindre le lac de cratère. J'aime ces lacs, comme le Lake Bosomtwe au Ghana. Ils sont difficiles à atteindre, circulaire et imbriqués dans un cratère, créant un petit paradis. Lac Barombi Mbo ne fait pas exception à la règle et quand j'arrive à elle, c'est vraiment tranquille. Nous n'entendons pas n'importe quelle voiture.

20131111-DSC_4388

20131111-DSC_4412
Cacao séchant au soleil

20131111-DSC_4399
Vue du cratère

20131111-DSC_4399
Installations touristiques abandonnées, assez commun dans toute l'Afrique

20131111-DSC_4415

20131111-DSC_4418
Et le dos

20131111-DSC_4430
Cette fois je ne l ’ t pas dans la boue

J'ai passé beaucoup plus de temps et de sueur que prévu sur ces quelques kilomètres. Enfin retour sur la route, mon soulagement ne dure pas longtemps : la route après Kumba se détériore rapidement. Afin de parvenir à Tombel, 50 kilomètres de là, les gens du pays passent par Douala, qui est un détour de 200 km. Si cette route est 4 fois plus courte en distance et n'est pas utilisée, il signifie qu'il sera un grand désordre...

Il commence par une piste lisse, une surface de gravier agréable à travers les plantations de caoutchouc. Il est très agréable, mais obtient de pire en pire.

20131111-DSC_4435
Les hévéas du Cameroun

20131111-DSC_4437

Le gravier disparaît pour une surface de latérite dur détruit. C'est une route motard uniquement, et je vois un 4 × 4, transportant 15 personnes, du mal à passer. Les passagers doivent descendre dans les zones les plus difficiles.

20131111-DSC_4443
Je suis heureux jusque …

20131111-DSC_4449
Puis, il y a ce pont comme par magie en tenant son propre

20131111-DSC_4454
Puis la route est si mauvaise, c'est presque un mètre “ sous le niveau de route ”

Je suis plus rapide avec mon vélo que les passagers du 4 × 4. Si ils marchent ou ils rouler le véhicule, ils doivent aller très lentement sur ce qui ressemble plus à un champ de bataille d'une route.

20131111-DSC_4459

Plus vite qu'un véhicule n ’ t veux dire beaucoup plus rapidement qu'un piéton. Heureusement, je peux pousser mon deux roues autour des piscines de boue, mais c'est toujours une douleur et la chaleur du soleil me tue d'en haut.

20131111-DSC_4462
Kumba-Tombel … Oui, c'est un lien de la route principale sur la carte

Je pensais que les guinées d'Afrique de l'Ouest a offert le meilleur “ routes les pires ” de l'Afrique, comme depuis lors la qualité de l'infrastructure gardé améliore, mais il semble maintenant que l'Afrique centrale est en concurrence dur.

20131111-DSC_4465
Que ferait les gens sans les vieux ponts coloniales ?

J'ai réussi à passer par les piscines de boue sans marcher au mauvais endroit, mais la route est tellement mauvaise que le Bakossi personnes, vivant dans la région de Tombel et Bangem, ne peuvent pas obtenir leur récolte, correctement (avant il pourrit) aux marchés. J'ai vu tant d'agriculteurs, jeunes et vieux, poussant des chariots et des chariots avec les récoltes.

20131111-DSC_4466

20131111-DSC_4467

20131111-20131111_003

Les enfants garder m'appeler “White man!“, en anglais et pas dans n'importe quelle langue vernaculaire, ce qui est inhabituel. Peut-être, avec la présence des langues anglais et français au Cameroun, il n'y a pas d'espace pour une langue vernaculaire forte de devenir la langue véhiculaire, comme le Wolof au Sénégal ou Fon au Bénin.

La route est difficile, mais le pire est encore à venir : il n'est pas l'eau et la boue, mais les pierres : ils couvrent les 15 derniers kilomètres à Tombel. La route est faite de grosses pierres, et je ne peux absolument pas être monté dedans. Je passe mon temps à pousser et craignant de casser quelque chose.

20131111-DSC_4468
Surface ondulée, bains de boue ou champ de pierres : choisissez votre chemin de terre préférée au Cameroun

Quand j'arrive enfin à Tombel au crépuscule, ma pédale de droite fait des bruits étranges. Il craque. Je comprendre que le roulement est cassé et la pédale se détache. C'est peut-être vieux, ou peut-être il heurta trop fort dans les pierres en poussant le vélo plus tôt.

Tombel a aucun éclairage public, peu de gens à l'extérieur et rue peu de nourriture. Il est froid, adossé aux collines. Il présente une ambiance creepy. La pression est trop faible pour circuler dans les douches. Cette région du Cameroun semble complètement abandonnée. Les gens se plaignent qu'ils perdent aussi beaucoup de leurs cultures car les camions ne peuvent pas ramasser, qu'il n'y a pas d'emplois, et transport de marchandises et de personnes est impossible. Je comprends...

20131111-DSC_4470
Les routes sont vraiment le pire que j'ai vu, pire que la Guinée, qui est ma référence pour les pays sans infrastructures

Les pédales sont insignifiantes type de pièces du vélo, mais sans pédales, même le meilleur vélo ne sert à rien. Je suis un peu vers le bas dans cette ville de solitaire avec un vélo cassé. Mon plan est de continuer vers le Nord à Bangem, mais les gens du pays, déjà impressionné que je venais la route Kumba, me conseille fortement ne pas prendre cette route, qui est au moins aussi mauvaise que ce que j'ai vu. Selon eux, qu'il faudrait 2 jours pour faire le 60 km. Il est marqué comme un pittoresque sur la carte Michelin, mais le sentiment de douleur pour mon vélo, je DORS sur la décision et enfin renoncer à elle pour préserver mon matériel. Peut-être que c'est déjà un miracle que je me suis cassé seulement une pédale et pas une grille ou une jante.

Dans la matinée à Tombel, j'ai visiter tous les magasins de vélo et les quincailleries de la petite ville, afin de trouver une pédale de rechange. Je pourrais également monter avec celle cassée, en utilisant seulement l'essieu comme support, comme beaucoup de locaux font sur leurs bicyclettes naufragés. Heureusement, j'ai trouvé le seul magasin qui a des pièces de bicyclette : l'homme a une indienne paire de pédales en plastique pour 1500 CFA (2€). Il ne durera pas longtemps, mais c'est mieux que rien.



Renonçant à la route de Bangem pittoresque mais douloureuse, je prends la piste de gravier à Loum, 7 km de là, où l'asphalte est de retour.

20131112-DSC_4473

20131112-DSC_4474
Loum

Et soudain, dans un rayon de 7 kilomètres, personnes ont cessé de parler anglais. Je suis maintenant dans le francophone Cameroun. “White man!” devient maintenant “Hé le Blanc !“, mais je ne suis pas appelé aussi bien qu'avant. Loum est dans la province du Littoral, tandis que Tombel était dans le sud-ouest. La division régionale du pays semble fonctionner parfaitement aussi pour la division de la langue : il n'y a aucune transition harmonieuse où les francophones parlent aussi l'anglais.

Au Cameroun, il n'est pas plus les opérateurs de téléphone portable qui annoncent la prochaine ville. C'est la bière d'exportation 33 qui place un signe 33 kilomètres avant chaque ville.

20131112-DSC_4478
33 km à Nkongsamba et le livreur de l'eau qui rêve d'aller là où je suis originaire, stationné pour prendre mon numéro de téléphone

La pluie coule peu après j'ai quitté Loum, et j'ai à l'abri pendant une heure dans le petit péage. C'était une bonne décision de ne pas aller à Bangem. Avec les pires routes jamais, la pluie, en montée avec une pédale en plastique rouge, il serait bientôt transformé en un cauchemar.

20131112-DSC_4480

La route monte à nouveau, vers le haut à 900 m d'altitude à Nkongsamba. Il se sent beaucoup plus froid. Le brouillard me prive du paysage, et la chambre d'hôtel a une couverture au lieu d'un ventilateur. Comme d'habitude, il y a l'eau froide, mais à 900 m d'altitude, une douche froide est beaucoup plus froide.

20131112-DSC_4501
Collines de Nkongsamba

Je suis encore témoin de beaucoup d'hommes ivres sur les routes lorsque j'ose sortir pour le dîner. C'est impressionnant combien les gens boivent au Cameroun.



Le matin brumeux ne me laisse pas voir plus loin que d'une centaine de mètres. Je continue sur la route vers le Nord, mon objectif étant maintenant de visiter la région Nord-Ouest de Bamenda et la pittoresque « rocade ». Les gens que j'ai rencontré au Mont Cameroun m'a cette route, impraticable pendant la saison des pluies est sèche et même poussiéreux. Je profite d'avoir relevé le défi. C'est une bague de panoramique 375 km de routes de gravier mauvaise dans les montagnes, à la frontière avec le Nigéria, à environ 400 km au nord de Yaoundé.

Day375-Home-131113
Matin brumeux

20131113-DSC_4509

Quand je vois le signe de cascade d'Ekom Nkam sur le côté droit de la route, une des plus impressionnantes chutes du pays, je l'espère qu'il vaut aller/retour le 2 x (route de gravier de 9 km 400 m d'altitude). La route est asphaltée mais pas trop mal. Il semble cependant comme si le Cameroun aime à garder les routes importantes et routes touristiques dans les conditions les plus pauvres.

20131113-DSC_4523
EKOM Nkam cascade

Les chutes sont impressionnantes et d'une valeur de l'aller-retour. La différence de température entre le 400 m en bas et de 900 m sur la route principale est importante.

20131113-DSC_4521

20131113-DSC_4538
Cela semble tentante, mais je n'osais pas prendre le pont de journal humide au centre des chutes

20131113-DSC_4539
Les chutes d'ish mètres de haut sont un peu moins

20131113-DSC_4554

Quand je vais vers le haut, en poussant le vélo pour un tiers de la pente, sous le soleil, mon front est dégoulinant grosses gouttes de sueur. Mes efforts sont récompensés par les habitants du village haut, assis à l'ombre, demandant un cadeau. Je n'aime pas être involontairement Santa. L'association "White man = argent gratuit" est si forte qu'ils ne me dérange pas ne rien faire, en sirotant leurs bières et mendicité mécaniquement à la transpiration seul au soleil.

Une fois dehors du site touristique, où les gens ont toujours une compréhension déformée des blancs, je me détends avec arachides à la boutique d'une dame que je regarde un savon nigérian à la télévision. Il est même doublé en Français pour l'Afrique francophone. Il le rend encore plus pauvres et sonne comme une version doublée de The Young and the Restless.

20131113-DSC_4587
À Douala, le sida est guérissable en permanence dans les 2 mois

J'ai pour s'abriter à nouveau dans un bar de Melong tandis que la pluie se déverse. Il arrive chaque jour dans l'après-midi, et c'est loin d'être la saison sèche ! Une fois de plus, un homme dans la cinquantaine, cherche plutôt riches, me demande au hasard pour une bière gratuite, quand son est toujours moitié plein. Quel est le problème avec les camerounais ? L'alcool à tout moment de la journée et demander gratuitement bières pour le seul homme qui transpire. Une bière de 650 mL coûte 550 CFA, jusqu'à 1000 CFA pour la bouteille de Guinness. C'est en gros 1 €. Quand j'ai lu “en Afrique, xx % de la population vivent avec moins de 1 € par jour” dans un article, je me demande toujours comment ce chiffres proviennent, comme bon nombre des non-ainsi-riches que ceux cherchent sont toujours boire des bières.

En revanche, quel que soit le niveau réel de la pauvreté, on ne peut nier que les gens regardent plus heureux qu'en Europe. Les bars et les rues sont toujours pleines de sourires. Même pour un petit bar de la campagne.

20131113-DSC_4594
Kadji, la bière du Cameroun et un poulet explorant la barre

Je finis ma journée à Santchou, où je tente ma chance à un autre magasin de vélo. Ma pédale en plastique a été craquer toute la journée, quelque chose dans le roulement cassé déjà. J'entends aussi une balle tournant à l'intérieur de la matière plastique à chaque rotation du pédalier. C'est déjà un mystère qui ne tombe pas cette pédale en plastique part encore après 100 km.

À venir comme une belle surprise, la petite boutique a pédales en acier pour 2000 CFA ! Ils sont laids et trop lourd, mais il n'est pas en plastique. Le poids de mes mains me donne confiance instantanée. Tous les magasins précédents, j'avais demandé à a répondu qu'ils ont le plastique modèle, le même, et que je ne peux pas avoir un acier. L'acier qui existait auparavant dans le passé, mais pas plus. Pour cela, je dois visiter un soudeur et faites-les personnalisé fait. C'est une raison d'être en colère contre les chinois, le marché des articles en plastique, si bon marchés que tout le monde achète, ce qui entraîne l'extinction des produits fiables.

20131113-DSC_4600
Je pourrais être un vendeur ambulant de la pédale ce soir

On entend souvent du que l'Afrique PIB croît de 5 % chaque année et que les pays africains sont développent rapidement. Mais l'industrialisation est pathétique. Sur le terrain, il n'y a rien de plus que des ruines d'usines de l'époque coloniale, quelques nouvelles usines exploitées par les chinois et Indiens et la bière (et les soude) usines d'embouteillage. Oui, l'Afrique est moderne, citadins ont smartphones, ils s'habillent comme ils peuvent tenir à New York et mobile internet est accessible partout, mais dans les faits, l'Afrique est moins industrialisée puis avant.

Durant le boom des pays d'Asie orientale depuis 1980, part de la fabrication de leur PIB est passée de près de 10 % à plus de 30 % aujourd'hui. En Afrique, il a diminué de 12 % à 10 % ces dernières années. En Afrique du Sud, plus industrialisé de l'Afrique, seulement 15 % du PIB est en raison de la fabrication. Le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria a accusé les chinois comme étant en partie responsable de la désindustrialisation. Le Président sud-africain que Zuma déclare qu'il est prudent sur le partenariat Chine-Afrique, qui a conduit à un commerce en 2012 vaut 20 fois plus qu'en 2000, faisant de la Chine le plus important partenaire commercial de l'Afrique. Si le continent continue à envoyer des cultures alimentaires brutes et minerai précieux en Chine en échange de bon marché fabriqués des expatriés chinois (bon marchés) et produits, l'histoire est juste se répéter. Soixante-dix pour cent de cacao du monde est récolté en Afrique, (principalement au Ghana et en Côte d'Ivoire), pourtant, quels pays produisent du chocolat ? Le Nigeria est le sixième producteur mondial de pétrole brut, et pourtant, il doit importer du carburant. Et la même chose avec café, coton, noix, etc..

20131113-DSC_4586

Bien sûr, en tant que ressortissant d'un pays occidental qui colonisent la moitié du continent et fait sans doute encore par l'intermédiaire de systèmes économiques moins apparents, mon avis seulement peut être moqué. Entreprises de l'Ouest sont sont comportés dans le passé, pire que les entreprises chinoises aujourd'hui. Mais tout le monde loue les intérêt de la Chine en Afrique et leur aide véritable, sans se demander pourquoi serait Chine offre tellement de financement ?

On m'a dit une fois que le problème vient des sociétés chinoises, trouver leur marché local trop concurrentiel, qui sont obligés de travailler en Afrique. Dans le monde, ils sont les seuls, assez, habiles qui peuvent travailler pour assez bon marché et jouer avec les règles de la corruption. Un expatrié chinois, construction d'une route est très loin de vivre comme un expatrié occidental en Afrique.

Bien sûr, la Chine apporte beaucoup de bonheur à court terme ici, mais ils ne peuvent être tenus comme seul responsables de la désindustrialisation apparente. Comme un nigérian me, afin d'illustrer la mentalité locale et le manque de curiosité technique et industrielle : “ ici, si une torche cesse de fonctionner, les Africains seront jetez-le et obtenir un nouveau. Autres gens ouvrez-le et déterminer où le problème est, comprendre comment il fonctionne, comment y faire face plus longtemps, peut-être même faire leur propre …

20131113-DSC_4595

L'exemple est brut, surtout quand vous pensez de ces voitures et camions qui doivent sont morts une douzaine de fois, mais garder être réanimées dans des ateliers locaux, mais en quelque sorte drôle. Les torches chinois et les feux carrés fantaisie la recherche, mais aussi léger comme s'ils étaient creux, est absolument partout (à moins que l'électricité fonctionne parfaitement). La plupart d'entre eux est sur le point d'arrêter de travailler. Ils sont les éléments en plastique type de chinois, vous n'êtes pas sûr si c'est déjà cassé quand vous l'achetez.

Il bien sûr apporte plus de confort à la vie, très facilement, tout comme les motos chinoises disponible nouveau pendant quelques centaines USDs. Ils sont Sanili, Meilun, Nanfang, etc., certains n'ont même pas un site Web, mais les machines sont partout. Je me demande comment des gens habitués à faire devant eux, tout comme je me demande parfois Comment avons-nous fait choses avant l'Internet et comment nous rencontrer avant de téléphones cellulaires. Mais le propriétaire d'une vieille Yamaha, fabriqué au Japon et à la recherche en mauvais état, m'a dit: »J'ai jamais eu à ouvrir le moteur, la moto peut être identifée par trois personnes en montée«, et il échangerais jamais pour un Nanfang ou un Sanili. Gens savent chinois vivre principalement de merde, mais il est trop abordable et ils n'ont pas de concurrents. Ici, quand vous n'avez beaucoup d'argent et voir des smartphones dual-SIM pour moins de 50 €, évidemment chinois contrefaçons qui cessera de fonctionner bientôt, vous ne pensez pas de recueillir 200 € pour un moins-fantaisie originale.

Ainsi, les gens continuer à acheter les éléments moins chers. Éléments de bonne qualité disparaissent des marchés. Achat à bas prix et remplacez-les comme bientôt à ça casse devient une habitude. Produits fabriqués en Chine ont des prix qui ne peut pas être battus et sont déjà partout sur le continent, et ils sont les seuls gens achètent. Ouvre une usine à sons d'Afrique comme une mission suicide.



La route dans la vallée de Santchou est bordée d'entrepôts et de plantations de cacao. Chaque lopin de terre où les pentes ne sont pas trop raides voit bananes et d'autres cultures d'élevage. Mon premier défi du matin est de grimper la pente à Dschang. Il n'est pas une pente de bébé : la route atteint une impasse géographique dans les collines : c'est raide partout autour. La route grimpe le long d'une des montagnes jusqu'au … jusqu'au dessus des nuages. Il est plus ou moins de 10 kilomètres à 10 %, à partir de 700 m d'altitude et d'atteindre la ville de Dschang au-dessus de 1500m. Par la suite, il va encore plus élevé.

Day376-Bike-131114
Le danger de ne pas être en mesure de la pente du cycle

20131114-DSC_4606

20131114-DSC_4613

Je pousse le vélo pour la plupart de ces dix kilomètres. En haut, je suis trempée de ma propre sueur, et le vent froid me fait geler. Je traverse Dschang rapidement pour aller plus loin et Mbouda, choisir un raccourci de gravier.

20131114-DSC_4616

20131114-DSC_4618
Dschang, une ville située dans les collines avec une Université

20131114-DSC_4619
Palais du chef dans un village

La route n'est pas trop mal, mais je dois encore pousser jusqu'à 1650 m. Qui fait beaucoup d'élévation de gain pour la journée. Les nuages et la bruine gâcher le paysage. Il devient une routine de renvoyer les gens paresseux bière-la mendicité. Comme presque partout ailleurs, il n'y a pas de mendiants, et tout le monde a assez de nourriture. Mais quand les gens me voient, ils veulent quelque chose. Pendant les quelques secondes, qu'il me faut pour faire un groupe d'hommes, je peux entendre des phrases tous les synonymes de"Y’a quoi pour moi?“, “Qu'avez-vous apporté moi ?“. Les gens sont plutôt hostiles. Et j'entends régulièrement des demandes pour l'alcool, comme le “Donne moi mille francs je bois une bière” (“ Me donner 1000 francs pour boire une bière ”) levée à moi en faisant du vélo. Il y a tellement de boire ici. Du sachet en plastique bon marché whisky à 50 CFA à la bouteille de bière 600 CFA, tout le monde boit. Femmes trop. C'est peut-être pourquoi ils ne sont pas sympathiques. En outre, le service est très médiocre : quand je visite une boutique ou un hôtel, la personne responsable nonchalante toujours me fait sentir que je dérange lui/elle au beau milieu de ne rien faire.

20131114-DSC_4622

20131114-DSC_4623
Le jeu d'enfants : ils me suivent tranquillement quand je pousse le vélo en montée, mais run away rire et crier quand je rebrousser chemin.

20131114-DSC_4626
Enfants, adultes et autres choses

20131114-DSC_4630

J'ai atteint Mbouda juste avant la pluie bonne soirée et trouver un hôtel pas cher pour passer la nuit. Je suis accueilli par les adolescents demandant tout ce qu'ils pensent qu'ils peuvent obtenir de moi. Comme j'ai leur poser des questions, ils composent mensonges pour couvrir d'autres mensonges, jusqu'à ce que leur histoire n'est pas sensé même pour eux. La ville sombre est mal éclairée et je sors uniquement pour aller chercher la nourriture et le ramener. La mosquée est juste à côté, je sais que je vais être réveillé à 5 heures.

20131114-DSC_4628

J'ai donné à ma plastique paire de pédales aujourd'hui, car je ne plus besoin. Il arrive pour certains hommes dans les collines de pousser un vieux vélo rouillé, servant à transporter des cultures vivrières (bien que ces hommes sont rares par rapport à tous les hommes, ne rien faire mais boire et par rapport aux femmes travaillant tout au long de la journée dans les champs). Souvent, leurs pédales sont cassés et ils juste rouler avec l'axe de la pédale, la paire en plastique peut être utilisée jusqu'à ce qu'il tombe en panne à l'essieu.

Étonnamment, les premières personnes, j'ai offert la boîte refusé. Jusqu'à ce qu'un dit “J'aurais besoin de collecter de l'argent d'abord", je n'avais pas réalisé que je regarde tout comme un vendeur ambulant de pièce détachée. Je n'ai pas d'argent pour le carburant, je porte plusieurs pièces de bagages avec une roue de secours sur le dessus, et je vais demander autour de »Vous avez besoin de pédales ?“.

20131114-DSC_4633