Autour et sur le Mont Cameroun (traduction en cours)

Limbe parle anglais. Une portion de la partie nord du Cameroun est anglophone : de la même façon qu'au Togo, la colonie a été divisée entre les Britanniques et les Français, quand les Allemands, les occupants de la colonie originale, ont été défaits durant la première guerre mondiale. La différence est que la Partie anglophone du Cameroun a été par la suite elle-même divisée.

20131107-DSC_3905
Ma vue de Limbe

Par référendum, le Nord partie, musulmane, a décidé de fusionner avec le Nigeria. La partie sud, Christian, composé des régions vallonnées du Limbe, Buea, Bamenda, voté pour rester avec le Cameroun français. À compter d'aujourd'hui, le comté est bilingue, en théorie. Mais puisque la majeure partie du comté, y compris la capitale économique Douala et Yaoundé, capitale administrative sont français parlant... il est plus facile de trouver des personnes bilingues parmi les anglophones que chez les francophones.

Anciens Camerouns et frontières actuelles (wikipedia)

Dans les rues de Limbe, tout le monde parle très bien anglais et en français. J'ai été complimenté sur mon anglais de personnes après ils ont appris que j'étais français... me laisser deviner le genre de touristes qui viennent ici. J'ai également été supprimés ce qui est ma langue traditionnelle, en plus de français. “Hem... Je parle uniquement français, c'est la langue de mon pays, pourquoi ?“.

Non, vous devez avoir une langue traditionnelle ! Voir, nous avons ici, nous parlons Français et anglais, mais nous avons tous notre propre tribu, avec nos propres noms, langue propre, etc.. Quel est votre village en France ? Je suis sûr que vos avez une langue traditionnelle ! Hache de vos parents ! Vous ne peut pas parler uniquement Français, pouvez vous ?

20131102-20131102_005
Mon dîner quotidien à Limbe : fraîcheur des poissons et des miondo (kassava)

Non, je ne parle pas seulement des Français (qui, par ailleurs, est utilisé non seulement dans les colonies du monde entier, il y a quelque part encore des locuteurs de cette langue!), mais toutes mes langues sont les langues des colonisateurs. Et nous ne pouvons pas vraiment il ya des tribus en France avec leur propre langue, dans la mesure de ce que c'est en Afrique... La vérité est que tout le monde ici a deux cultures, celle locale et celle du colonisateur, par la langue, TV, musique, famille à l'étranger, les produits importés,... et au moins 2 langues : celle du colonisateur et celui natif, mais souvent plus : s'il est différent, la langue de l'époux, de la région, la langue locale nationale de fait, de l'ethnie voisine, etc.. A côté de cela, je suis d'accord, le touriste blanc ressemble culturellement pauvre, ayant pour objets spéciaux seulement un appareil photo et un gros portefeuille.

20131102-20131102_003
Front de mer huileuse du limbe

La chose intéressante à propos de traversée du Bénin par le Nigeria au Cameroun est la monnaie : Nigeria utilise Naira et les deux autres utilisent le franc CFA. Mais il y a 2 francs CFA : franc CFA d'Afrique de l'Ouest (code de devise XOF) et le franc CFA d'Afrique centrale (code de devise XAF). Les deux francs sont liées à l'euro avec le même taux fixe (1 € = 655 XOF = 655 XAF), mais ils sont deux monnaies différentes, gérés par deux banques centrales de différents, la BCEAO à Abidjan pour la XOF de la UEMOA et les BEAC à Yaoundé pour le XAF de CEMAC.

Franc CFA d'Afrique de l'ouest est la monnaie officielle du Sénégal, Guinée-Bissau, Mali, Côte d'Ivoire, Togo, Bénin, Burkina Faso et Niger, et le franc CFA d'Afrique centrale est utilisé au Cameroun, Tchad, la République centrafricaine, Gabon, Guinée équatoriale et le Congo (Brazzaville).

Les pièces et billets sont la même valeur, mais ils sont différentes. On m'a dit je peux les échanger facilement, mais ce n'est pas le cas : il y a un marché d'échange comme pour n'importe quelle devise. Je devrais changé tous mes SCFA d'Afrique de l'ouest en Naira, puis en centrale SCFA africaine, enrichir le marché noir nigérian en raison de cette monnaie même bêtement non convertibles. Pour mémoire, la convertibilité existait à l'origine, mais il a été arrêté il y a une vingtaine d'années, parce que l'équilibre n'était pas bon. Le XOF devenait trop forte avec nombreux africains occidentaux travaillant en Afrique centrale et de permutation XAFs pour XOFs.

20131102-DSC_3904
Billets de Banque du franc CFA d'Afrique de l'Ouest (celles fantaisies) et d'Afrique centrale (ceux émoussé) et Naira

L'histoire de ces deux monnaies est directement liée à l'époque coloniale : les deux zones UMEOA et CEMAC sont à peu près équivalents à ce qui était le (AOFAfrique Occidentale Francaise) et la (AEF)Afrique Equatoriale Francaise). Depuis l'indépendance des colonies, les trois pays ont laissé le franc CFA : Madagascar, la Mauritanie et la Guinée. Un pays qui ne peuvent pas imprimer son propre argent n'est pas vraiment souverain, surtout quand cet argent est lié à l'Euro et où les deux banques centrales africaines doivent stocker la moitié de leurs réserves en France. Ressortissants français ont un droit de veto trop à droite dans le Conseil d'administration de ces deux banques centrales. Il permet à des entreprises françaises à importer des ressources de l'Afrique à un taux fixe et rapatrier leurs retour à la maison sans aucune perte d'avantages. On dirait un très bon truc de l'ancienne puissance coloniale, et d'autre part, je ne sais pas comment il peut soutenir l'émergence des pays africains. Il aide probablement à la stabilité, car je ne connais qu'ougiyas mauritanienne et francs guinéens sont ennuyeux à traiter, car vous avez besoin de 20000 d'entre eux acheter un plat de riz, par exemple (là, il faut lire tout Foccart et les Opération Persilcomme la France secrètement imprimé fausses billets de banque pour ruiner la nouvelle monnaie de la Guinée). Et lorsque les trois ont quitté, deux pays ont rejoint la zone CFA sur leur propre volonté, Guinée-Bissau (qui avait des présidents trop nombreux et trop de coups d'État depuis l'indépendance) et la Guinée équatoriale (qui avait seulement 3 présidents en 45 ans depuis l'indépendance, y compris l'actuel Président Obiangréélu avec 95 %, 97 %, 98 % et même de 103 % des voix).

Ces histoires sont intéressantes, mais ils ne m'aident avec environ 100 €, valable de l'Afrique de l'Ouest SCFA pas facilement transformables en Cental SCFA africaine.

20131102-20131102_004
Bord du limbe

Depuis le ferry m'a déposé au pied du Mont Cameroun, le pic plus élevé d'Afrique de l'Ouest (culminant à 4095 m selon camerounais, mais la figure de droite est plus autour de 4040 m), c'est l'occasion d'y grimper. Après 5 jours de repos à Limbe (km dans les 10 jours au Nigéria cyclisme 1000 tué sorte de mes jambes), je me dirige à Buea, la plus haute ville sur Mont Cameroun.



Plantations de palmiers sont partout dans la vallée. Les pentes sont raides, et le soleil me frappe dur. Limbe est sur la côte et Buéa (prononcé “ Boya ”) est plus de 900 mètres d'altitude.

20131107-DSC_3915
Autour de Limbe

20131107-DSC_3916

20131107-DSC_3917

Buéa est la capitale de la région sud ouest et est historiquement important : elle fut la capitale de la Kamerun allemand jusqu'en 1919 et a été par la suite utilisé par les britanniques comme la capitale du Cameroun du Sud. La raison est qu'il est beaucoup plus froid là que dans le reste du pays tropicaux.

20131107-DSC_3935
Les plantations ne peuvent se cacher

20131107-DSC_3925

Pourtant, avec cette pente, j'arrive à la fin de la route, où la montagne correcte commence, complètement trempé de sueur. Et aussi avec les jambes lourdes, car je n'ai pas pédalé une journée avec de 1000 m d'altitude dans un certain temps.

20131107-DSC_3941
YOLO à l'Orange

20131107-DSC_3939

J'ai trouver par hasard le nouvel emplacement de l'organisation de l'écotourisme, celui chargé de donner des permis pour gravir la montagne. Kafman, le propriétaire du restaurant à Ugep Nigéria que j'ai dîné à, m'a dit que ses parents sont de Buea, et il arrive que son oncle est le gestionnaire de l'écotourisme et de sa sœur, le manager du Club montagne. Tout à fait une coïncidence !

20131107-DSC_3946
Enfin à Buea supérieure et enfin estimer la taille du Mont-Cameroun

Comme pour le Kilimandjaro, il n'est pas autorisé à gravir le Mont Cameroun comme n'importe quel autre montagne : c'est une simple randonnée (pendant la course qui s'est tenue une fois par an, le vainqueur atteint le sommet en 4 h 30 min) mais les touristes doivent payer des frais de parc et engager un guide obligatoire et la porter. Il n'est pas encore le piège à touristes que Kilimanjaro est, où les taxes sont donc un raide ne peut pas atteindre le sommet pour moins de 1000 USD, mais elle suit la tendance. Pour environ 100 €, je m'inscris à escalader la montagne les 3 prochains jours, et ils ont gentiment laissent camp dans le bureau.

20131108-20131108_005
L'yoyettes et petites du Cameroun

Les bâtiments du Club de montagne et le Bureau de l'écotourisme sont datant de l'époque allemande. Il y a même un court de squash dans un bon état pour son âge.

20131110-DSC_4361
Un bâtiment vieux de 100 an allemand

Mont Cameroun, également appelé Mont Fako, reçoit entre 1000 et 1200 visiteurs par an, selon les statistiques de l'organisation appelée Mount CEO. Français, les allemands, les camerounais et les Américains sont en tête la liste. Le Bureau a des horaires, des statistiques et des plans stratégiques de 2006 toujours affichés sur les murs, comme si ils n'ont aucune nouvelle œuvre depuis 7 ans.

20131108-DSC_3950
Départ de la randonnée

20131108-DSC_3952
Buea

La forêt représente la plupart des pentes jusqu'à 2000 m. Le guide demande pauses car il a une crampe. Il est le guide obligatoire, mais il n'a pas fait n'importe quel exercice pour les 6 derniers mois. Guide sont des gens du pays et au sein de l'organisation, ils se relaient, à l'instar de porteurs, d'être appelé pour le travail, ce qui rend plus que leur ordinaire (souvent agricoles).

20131108-DSC_3958

20131108-DSC_3963

Porteurs sont monteur, mais les guides sont mieux payés et sont fondamentalement inutiles, car le chemin est évident et qu'ils n'apportent aucune information supplémentaire. Ils sont appelés des guides, mais sont en fait les agriculteurs qui reçoivent le jackpot de temps en temps pour attirer les touristes jusqu'au sommet de la montagne. J'ai eu la malchance même avec mon guide obligatoire sur le Kilimanjaro, qui a disparu après que 2 jours pour revenir à sa femme et le guide de l'assistant ne pouvait plus respirer plus de 4000 m.

20131108-DSC_3965

20131108-DSC_3968

20131108-DSC_3975

20131108-DSC_3980

20131108-DSC_3992

20131108-DSC_4001

20131108-DSC_4011

En plus de 2000 m signifie également être au-dessus des nuages. Je n'ai jamais réussi à voir la montagne de Limbe, tel qu'il était toujours entouré de nuages. La saison des pluies est un peu plus, donc je suppose qu'il faut du temps pour éclaircir complètement.

20131108-DSC_4017

20131108-DSC_4031
Nuages vont et viennent sur la jungle inférieure

20131108-DSC_4033

20131108-DSC_4038

20131108-DSC_4046
Randonnée chaussures de porteurs (pour ces pas en tongs)

20131108-DSC_4049
La cabane #1bis

20131108-DSC_4060

20131108-DSC_4082

20131108-DSC_4079

20131108-DSC_4089

20131108-DSC_4099

20131108-DSC_4110

Nous atteignons le refuge #2 à 2800 m pour la nuit. On m'a dit il y a des huttes sur le chemin, donc n'a pas besoin d'apporter (Eh bien, sur le dos du portier) ma tente. Je l'ai mis dans le sac à dos à la dernière minute, pensant qu'il serait utile dans le cas où les refuges sont bondés.

20131108-DSC_4125
Arrivant à la hutte #2

20131108-DSC_4119
Ne sais pas si c'est mieux que les tongs

Sur la route rectiligne, il y a 4 cabanes, mais en très mauvais état, si la tente est effectivement obligatoire. Les cabanes sont pris en tout cas par les guides et les porteurs (nous sommes 11 visiteurs étrangers ce jour, donc il est certains camerounais supplémentaires 15). À l'exception de la cabane #2, qui est incendiée. Il y a un petit abri où de nombreux porteurs sont empilent déjà car il fait relativement froid. Le vent est fort et frais. Les porteurs qui arrivent doivent dormir dehors, à 2800 m et la plupart d'entre eux ont aucune tente, aucun sac de couchage, et ils font des trous dans les buissons pour s'abriter du vent.

20131108-DSC_4118
La cabane brûlée vers le bas #2

Ils disent que le refuge a été très récemment incendié, et ils disent qu'ils ne sais pas si c'est accidentel ou non. Pour les touristes, il fait aucun sens payer pour voir des gens venir là et la souffrance dans le froid, mais c'est comment cela fonctionne. La plupart des habitants ont des tongs. Ils se regroupent autour des feux fabriquées dans le bois recueilli autour (c'est étrange pour un parc national, mais c'est aussi son fonctionnement) préparé pour la cuisson.

20131108-DSC_4147
Les tentes, les villes et la cabane avec feux

Le soir, je fais face pour la première fois le Dilemme de capitaine Haddock: la barbe, à l'intérieur ou à l'extérieur de la veste ? à l'intérieur ou en dehors du sac de couchage ?

La pluie nous réveille à 05. C'est terrible pour les guides et les porteurs de couchage extérieur qui ont dû se réfugier sous incendié de plaques métalliques.

20131109-DSC_4159

Le temps est très mauvais et nous ne pouvons pas voir le sommet. Il est humide, froid et bruine. Tous les habitants d'accord dire que nous ne pouvons pas monter aujourd'hui. Bien sûr, en regardant leur flip flops et pantalon avec des trous, ils ne veulent et elles peuvent geler là.

20131109-DSC_4164

Je suis très ennuyé parce que pour tous les visiteurs ici, nous sommes obligés de payer de prendre avec nous ces locaux qui est très mal à l'aise dans la montagne, qui ne sont pas bien équipées du tout, et qui ont une condition physique moins que n'importe lequel des visiteurs. Et ce sont eux disant"Il est impossible de monter“.

20131109-DSC_4165

Mon équipement n'est pas mieux : mes pantalons ont des trous, mes chaussures de trail Salomon sont détruits, avec les semelles presque tomber, et ma veste est une veste de pluie de 5 USD "de la brouette" (les vendeurs ambulants) du marché cité lacustre de Monrovia. Je l'avais acheté parce qu'il pleuvait fort en Sierra Leone / Liberia et je n'avait rien contre les intempéries, comme la chaleur terrible du Sénégal m'a fait me débarrasser de tous mes vêtements chauds utilisés pour traverser les Alpes, les Pyrénées et les Atlas en hiver. Je n'avais jamais utilisé cette veste de pluie : quand il pleuvait, j'ai juste à l'abri, ou eu humide : comme la pluie africaine est chaude, il n'est pas tellement un problème obtenir trempé. Je suis juste humide, et j'ai sécher avec le vent en faisant du vélo.

20131109-DSC_4176

Mon équipement n'est pas mieux, mais je n'irai pas vers le bas sans atteindre le sommet. Enfin, nous sommes d'accord grimper jusqu'à autant que nous pouvons aller et pour autant que la météo le permet. Le crachin s'est arrêté, et la montée est rapide. Les habitants ont tous dit"vous avez besoin de 5 heures pour atteindre le sommet, vous ne pouvez pas dormir au refuge #3..."mais tout cela était faux, ils ne voulais aller. Nous atteindre le sommet et le retour au refuge #2 moins de 4 h 30 min.

20131109-DSC_4185

20131109-DSC_4210
Le pic est le voisin Etinde Mount

20131109-DSC_4213

20131109-DSC_4216

20131109-DSC_4218
La hutte #3

Toutefois, le vent dans la partie supérieure est très fort et la visibilité est à peine supérieure à 10 mètres. Le signe est étiqueté et lit 4095 m mais mon GPS indique 4040 m. Nous avons rapidement prendre des photos et de la randonnée vers le bas.

20131109-DSC_4221
Sommet

20131109-DSC_4233

20131109-DSC_4244

Le calendrier initial a été faire de la randonnée vers le bas par l'intermédiaire de Mann Spring, la route des plus pittoresque. En raison de la pluie et la population locale, ne voulant pas dormir au refuge #3 à 3750 m, nous revenons par le même chemin. Depuis le sommet, il devrait être possible avec un ciel clair à voir, Nigéria et même Malabo, sur l'île de Guinée équatoriale, environ 100 km au large de la côte du Limbe.

20131109-DSC_4261

Nous campons une autre nuit au refuge #2, depuis où on peut voir les lumières de Buéa, Limbé et Tiko, avant de marcher vers le bas du dos vers la base. Dans l'ensemble, l'ascension totale prendrait 9 heures et la descente de 4 h 30 min sur le trajet de la course, le plus direct.

Sans aller au printemps de Mann, je n'ai pas vu les coulées de lave depuis 1999 quand l'éruption a coupe la route côtière et presque atteint la mer. La dernière éruption de ce volcan actif est arrivé en 2012.

20131110-DSC_4296
Bonjour à 2800 m

20131110-DSC_4301

20131110-DSC_4303

Lorsque nous parvenons à Buea retour, le temps est parfaitement clair, donc j'ai eu les restes de la saison des pluies vient au mauvais moment. L'organisation de l'écotourisme, qui facture des touristes à envoyer à l'aide de guides inutiles en tongs, dit qu'il ne pleuvra pas habituellement ainsi ses habitants n'ont besoin de tout engin spécial. Eh bien, il est très mal géré et qui fait beaucoup d'argent quelque part en voie de disparition.

20131110-DSC_4316
Les coureurs se préparent à la course qui s'est tenue en février

20131110-DSC_4317
Sandales transparents fonctionnent également pour les coureurs

20131110-DSC_4326

20131110-DSC_4343

20131110-DSC_4357

20131110-DSC_4358

20131110-DSC_4353

Après une descente abrupte, presque comme l'escalier, mes jambes sont très raides et je ne peux pas marcher correctement. Mais je suis impatient de quitter cet endroit, donc j'ai chercher mon vélo et commencer la descente de Buea.



Je reçois beaucoup"White man!” et quelques “Oyihbo !«, l'équivalent de Yoruba. Je traverse le Plantations de CDC.

20131110-DSC_4370

CDC est le premier employeur du pays et l'un des principaux exportateurs. L'organisation a commencé comme des plantations indépendantes initiées par les allemands, par la suite consolidés par les britanniques. Il y a des champs d'hevea, de canne à sucre, de palmiers, de bananes, aussi loin que le œil peut voir.

20131110-DSC_4373

Entre l'accueil plutôt rugueux de la population locale, au cours de mon déjeuner de fufu, je suis invité par les voisins de boire du vin de palme. C'est dimanche, mais le temps de l'église est terminée, donc tout le monde a changé leurs vêtements pour les occasionnels et passer la journée à boire. J'ai enfin l'occasion d'essayer des escargots, mais plus petites. Ils sont grillés sur un bâton au poivre, ce qui les ne rend pas aussi savoureux qu'avec de l'ail, mais il est toujours bon. Ils le surnom de « Viande du Congo ».

20131110-DSC_4376

20131110-DSC_4377

20131110-DSC_4381

Dans d'autres pays, opérateurs télécoms signalisée pour annoncer les prochaines villes. Au Cameroun, la bière avertit lorsqu'il est à 33 km de celle qui suit.

20131110-DSC_4382
33 km de Kumba

J'arrive à Kumba pour la nuit. Comme dans d'autres villes, il se sent comme il y a une fête tous les soirs. Dans le centre, la musique est partout dans les rues. Les étals griller viandes et les poissons et les hommes et les femmes de se rassemblent à boire des bières.