Vaudou et tourisme au Bénin (traduction en cours)

Pour mon temps de vacances-de-vélo, j'ai établit une base à meilleur hébergement budget de Cotonou, discrètement situé en face du restaurant Cordon Bleu sur la rue principale de la Haie Vive. La Gästehaus dispose du wifi et j'ai découvert que j'avais été vélo aussi près que 2 km d'un site de la catastrophe nucléaire. Américains avaient largué des bombes par erreur en 1966 sur le site de Palomares en Espagne, est juste à proximité de Cuevas del Almanzora qui J'ai pédalé à travers en Andalousie.

Mais le wifi n'est pas le point de mes vacances, même si c'est toujours apprécié lorsqu'il est disponible en Afrique. Busi se joint à moi et nous nous préparons pour un voyage à travers les sites les plus intéressants du Bénin. Voyager dans un taxi collectif est beaucoup moins confortable que sur un vélo, et tout à fait imprévisible comme étranger à Cotonou, nous ne pouvons pas dire quand sera le prochain départ. Le tourisme est très peu développée : il existe de nombreux sites touristiques, mais pas pris en charge d'et l'hébergement est souvent vide ou marche vers le bas.

Ganvié

Ganvié est un village sur pilotis juste en face de la lagune, au nord de Cotonou.

20131005-DSC_2828
Le fleuve Ouémé coupe Cotonou en deux

20131005-DSC_2834

20131005-DSC_2845
Le marché Dantokpa est la plus importante au Bénin

20131005-DSC_2846
et le côté obscur de Dantokpa : poubelle montagnes coulent dans le fleuve

20131005-DSC_2869
Une fois dans le lagon

20131005-DSC_2871

20131005-DSC_2875
Ganvié

20131005-DSC_2883

20131005-DSC_2885

20131005-DSC_2886

20131005-DSC_2890

20131005-DSC_2894
Terrain à bâtir sur l'eau de détritus et de boue

20131005-DSC_2908

20131005-DSC_2917

20131005-DSC_2918

20131005-DSC_2926

20131005-DSC_2939
Voiles peuvent être faits de sacs de riz ou de ciment cousus ensemble

20131005-DSC_2954

Abomey

Abomey est le centre cutural du Bénin, abrite le Dahomey Royaume (1600-1900). J'ai pédalé à travers elle quand je suis venu du Togo, et cette fois, est l'occasion de faire plus de visites.

À Bohicon, on peut trouver le village souterrain d'Agongointo-Zoungoudo. C'est où les chefs et familles pourraient se cacher quand le Royaume a été attaqué. En gros, ceux qui sont aujourd'hui juste des trous profonds dans le sol, mais bien conservé. Le plus surprenant pour moi, c'est que ces immenses cavités ont été oubliées, inconnus, jusqu'à ce que la coopération danoise a commencé à construire une route de contournement ici. Une grosse machine est tombé dans un trou en 1998 et de l'UNESCO est né.

20131007-DSC_2965
Village souterrain de Bohicon

20131007-DSC_2970
Un petit autel

20131007-DSC_2988
À l'intérieur d'Agongointo-Zoungoudo

Nous avons un guide nous emmène vers différents sites au cours de la journée. Le transport au Bénin, sauf entre 2 villes, semble uniquement possible avec les motards. Essayez de trouver un taxi à Cotonou... impossible. Toutefois, les motards sont partout. Juste un héler et il vous emmènera n'importe où (même 50 km) pour un peu d'argent.

Ils sont si nombreux, parce que tout le monde peut devenir moto-taxi. Je suppose un nombre raisonnable d'eux ont un métier, et ils utilisent leur moto lorsque leur emploi officiel ne fonctionne pas bien.

Notre prochain arrêt est le marché vaudou de Bohicon. Voodoo est le genre de la religion du Bénin. À l'origine appelé Vodun, elle a répartis dans l'océan Atlantique et envahi l'industrie du cinéma, mais le coeur de la culture se trouve dans cette partie de l'Afrique de l'Ouest.

Le prêtre vaudou est comme un médecin, et le marché vaudou est la pharmacie. On peut voir le prêtre vaudou, pour n'importe quel problème : J'ai besoin de pluie pour mes cultures, j'ai besoin d'un emploi, j'ai besoin de régler un différend, etc.. Par exemple, si vous avez un problème d'érection et consultez le prêtre vaudou, il va faire une cérémonie pour résoudre le problème. Mais il faudra des ingrédients de l'exécuter et pouvez demander 41 pénis (9, 16, 41, soit des chiffres de vaudou) des animaux. Le patient sera ensuite visiter un marché fétiche vaudou, rassembler les ingrédients nécessaires par le prêtre, ajouter un mâle et un femelle poulet pour le prêtre, beaucoup d'alcool et ramener pour la cérémonie. À la fin de celui-ci, les ingrédients ayant été offerts à la divinité appelée, le patient sera voir résultats dans 41 jours.

C'est pourquoi un marché fétiche a tout ce qui peut être demandé par un prêtre vaudou. C'est pour la plupart des animaux morts. Ils ne sont pas malodorantes et même mignon :

20131007-DSC_3002
Une boutique au marché fétiche

20131007-DSC_3005

20131007-DSC_3008

20131007-DSC_3012

20131007-DSC_3011

20131007-DSC_3013

20131007-DSC_3016

20131007-DSC_3020

20131007-DSC_3021

20131007-DSC_3026

20131007-DSC_3035

20131007-DSC_3038

20131007-DSC_3040

20131007-DSC_3044

20131007-DSC_3047

20131007-DSC_3048

20131007-DSC_3053

Et notre dernière escale pour la journée est à la maison d'un prêtre vaudou, dans un village à l'ouest d'Abomey. Dans ces rites tribus, on doit toujours apporter argent et/ou alcool au chef. Après avoir bu quelques schnaps, le prêtre déjà ivre accueille les divinités en notre nom. Le guide explique le but de chaque geste et chaque statue, qui peut vraiment durer éternellement. Par ailleurs, wikipedia article est illustrée par une photo de 2008 prises dans le sanctuaire même, c'est-à-dire il n'y a plus d'organisation dans des sentiers touristiques qu'on dirait.

20131007-DSC_3060

20131007-DSC_3062

20131007-DSC_3063

20131007-DSC_3068

Lacs Doukon et Anhémé

À la frontière avec le Togo, près de Lokossa, il y a le lac de Doukon, maison à une famille d'hippopotames. Ils ne vivaient pas en paix avec les villageois qui pêchent sur le petit lac. Les villageois tués un d'eux qui a piétiné une fille enceinte du village. Plus tard, une ONG arrangé visites sur le lac et les hippopotames, portant d'argent à la communauté et de maintenir en vie les hippopotames.

20131008-DSC_3072

20131008-DSC_3081
Lac Doukon

20131008-DSC_3102

20131008-DSC_3116

Les hippopotames dorment toute la journée, alors les meilleurs moments pour les voir sont tôt le matin et tard le soir. Même à des heures du coucher du soleil, nous avons pu voir seulement un nez respire juste au-dessus du niveau de l'eau.

Non loin de là, fixe le lac Anhémé et le village de Possotomé. C'est où l'eau minérale de Possotomé est mis en bouteille. Le printemps est chaud et il est possible de prendre une douche en elle.

20131009-DSC_3144
Lac Anhémé

Ouidah

Ouidah était autrefois le seul lien entre le Bénin et le monde occidental. Elle fut conquise par le Royaume du Dahomey en 1727 pour que les rois pouvaient avoir accès à la côte et bénéficient par conséquent de la traite négrière.

Le fort de São João Baptista de Ajuda a été construit par les Portugais pour garder les esclaves jusqu'à ce que le navire se trouvait sur les rives. Jusqu'en 1961, après l'indépendance du Bénin (appelé Dahomey à cette époque), il faisait encore partie du Portugal. Il abrite aujourd'hui un musée, détaillant une fois de plus la logique de la traite des esclaves, des chefs locaux travaillent main dans la main avec des marchands d'esclaves Ouest, fournissant des prisonniers et de recevoir en retour, alcool, barres de fer, armes, poudre à Canon, plus d'armes et cadeaux.

Le musée possède également une très intéressante collection de photographies illustrant la similitude des cultures au Bénin et au Brésil. Pour chaque photo prise dans des matchs de Bénin, une photo du Brésil, les deux prises dans les années 60-70 et il est étonnante de voir comment les vêtements traditionnels, des cérémonies vaudous, artefacts, sont les mêmes. Si la plupart des esclaves du Sénégal et la Gambie ont été prise pour l'Amérique du Nord, les esclaves depuis les ports du Bénin et du Nigéria ont apparemment été envoyées en majorité vers le Brésil.

20131010-DSC_3153
Le fort portugais

20131010-DSC_3154
Ouidah

20131010-DSC_3158

20131010-DSC_3182
La porte du non retour, un mémorial où les esclaves laissés leur continent d'origine de

20131010-DSC_3168

20131010-DSC_3184
Juste à côté et assez ironiquement, un mémorial à où le christianisme est arrivé

20131010-DSC_3185
Et mon préférés, ruines

20131010-DSC_3190
Un projet gouvernemental d'un village touristique qui n'a jamais fini

20131010-DSC_3191

20131010-DSC_3206

20131010-DSC_3212

20131010-20131010_003
Marché de Zobe

20131010-DSC_3222

Grand-Popo

Grand-Popo est la destination pour la paresse : plages et rien d'autre que ralentissent la vie.

20131012-20131012_002

20131013-DSC_3240