Calabar, la porte de sortie du Nigéria (traduction en cours)

Je suis maintenant bien avancé par le Nigéria, je suis allé dans la région du Delta, et je peux viser Calabar. Je ne suis pas plus un Oyihbo mais une Oniotsha maintenant, cette terre parle la langue Igbo. Dans l'ensemble, il est moins blanc-appel que dans la partie occidentale. Je trouve ce côté plus calme.



Je continue après la ville de Nsukka à Ikrem, via une petite route que celui passant par Enugu.

20131028-DSC_3743
Ce n'est pas le lien de la route principale et le goudron ne dure pas longtemps

La route se transforme en une piste rouge, et bientôt après, boue et gros nids de poule Joignez-vous à la fête.

20131028-DSC_3748
Ne pas construire quelque chose de nouveau si la solution existante fonctionne toujours

20131028-DSC_3750

Je prends un repos dans cette rue calme derrière une église. C'est une église à mi-chemin entre les Gentils, hébergés dans vastes bâtiments en briques et les églises comme refuge, qui ne ressemble pas un décrochage des vendeurs de bananes.

20131028-DSC_3752

20131028-DSC_3754

Quand j'ai atteint un pont vers le bas dans la rivière, qu'il est censé pour traverser, je comprends pourquoi était la route donc calme.

20131028-DSC_3760
On dirait un remplacement il faudra cette fois

Il y a une solution de fortune pour les deux-roues, faite de planches de bois. Il correspond à mon vélo et motos, et c'est pourquoi nous sommes les seuls sur ce tronçon de 50 kilomètres de la route.

20131028-DSC_3755
Ces moments me rendent heureuse d'avoir seulement 2 roues et pas de moteur

20131028-DSC_3762
Chemins de fer, un autre signe commun d'une civilisation perdue

J'arrive à la route principale à nouveau en Nkalagu. Il n'y a pas d'hôtel ici, donc je suis bon pour aller plus loin, même si j'ai fait 100 kilomètres déjà. La qualité de la route est très mauvaise pour un axe routier majeur et les points de contrôle font leur retour. Sur trois, deux sont très bavards et il n'est pas arranger mon plan pour accélérer vers un hôtel avant la nuit.

Day359-Bike-131028
Nkalagu, où la mauvaise piste rejoint le mauvais goudron

Le premier point de contrôle est plus rude que d'habitude. L'agent avec un fusil est criant à moi de loin: »Vous ! Arrêter ici. Non, là. Descendez de votre moto... Parc ici. Maintenant, ouvrez les bagages. Non, je ne viens pas plus près pour voir, d'ouvrir et de me montrer de là !«, comme si je portais une bombe.

Ouverture tous mes bagages prendrait certainement assez longtemps pour la nuit à me rattraper au point de contrôle, mais heureusement, le patron de la police intervient et remplace l'inspection des bagages avec une conversation détendue et questions. Le chat se termine par"Alors maintenant que nous sommes amis, ce que vous avez pour moi ?“. “Eh bien, voici ma carte donc nous pouvons rester en contact“. J'ai également prendre quelques purewater (les sacs d'eau sachet) pour compenser la perte de 10 minutes et continuer.

Peu après, un autre point de contrôle MOPOL. MOPOL est la police mobile, et ils sont partout. Celui-ci est plus amusant et les hommes demandent des photos.

20131028-DSC_3768
Une fois que ces gars sont sur la route, préparer à une demande: « quelque chose », tableau de bord, un chat, une amitié de Facebook...

En fin de compte, je ne peux pas atteindre Abakaliki, mais il y un endroit tranquille pour pas cher quelque 15 kilomètres avant, en Ezzangbo. L'endroit est célèbre pour son marché de l'âne : vivent les ânes au coeur du village à vendre (pour leur viande). Malheureusement, je ne peux pas manger viande d'âne ici, parce que les stands de nourriture ne faites-les griller. C'est une mauvaise nourriture pour les musulmans qui vivent autour, donc on peut acheter uniquement de la viande crue (ou animal).

Le premier point de contrôle du lendemain m'attend encore avant d'entrer sur la moto, juste en face de la maison d'hôtes, sur la route. Ils sont nombreux sur la route reliant Enugu et Abakaliki, l'état de la ville capitale d'Ebonyi. Je ne vois pas pour les derniers jours, probablement parce que j'étais seul sur les routes secondaires.

Day360-Home-131029
La maison d'hôtes et la pluie quotidienne à la fin de la saison des pluies

À un poste de contrôle militaire, un soldat est bavarder avec moi, tandis que l'autre est en sous-vêtements, sur la route, prendre des photos de moi avec son téléphone. Ils sont sympathiques, donc je souligne que c'est ridicule pour les hommes de l'armée en sous-vêtements prendre des photos de touristes sur l'autoroute. “Il se lavait les choses là-bas, c'est pourquoi...«... Oui, peut-être, mais c'est encore loin de l'image d'une armée qui est censé pour se battre Boko Haram.



D'Abakaliki, j'ai tourner à droite à la tête de droite à Calabar, il faudra plus de deux jours. Parfois Nigeria pouvant être confondue avec l'Inde, avec son pousse-pousse et les camions colorées affichant toutes sortes de messages religieux, ou moins religieux.

20131029-DSC_3775
Calabar kitnaa ?

20131029-DSC_3777
Vitesse tue et tue beaucoup dans cette région

20131029-DSC_3779
Un palais royal d'une famille nigériane. Je suis dans un film de Nollywood

À mon arrêt de Coca-Cola Ezza Sud, j'ai discuter avec le propriétaire de la petite boutique. Il doit partir tandis qu'un membre de la Communauté a obtenu assassiné à proximité, ce matin même. “Il y avait une bagarre, quelqu'un a obtenu blessé et est mort..."aussi simple que cela.

Après Ebonyi, je rentre mon dernier état du passage à niveau nigérian : Cross River. C'est très vert tout autour, et heureusement, il existe un nouveau pont pour traverser la rivière Cross.

20131029-DSC_3782
Bienvenue à l'état de Cross River

20131029-DSC_3784

20131029-DSC_3800
La rivière Cross lui-même

20131029-DSC_3788

20131029-DSC_3811

Ma journée se termine à Ugep, le premier jour, moins de 100 km dans un certain temps. Je suis retourné à mon habitude de vérifier dans l'endroit le moins cher, pour 1500 naira au lieu de 5000. Je partage une bière avec les fonctionnaires fédéraux. Ils ont vécu et travaillaient dans le Nord, où la majorité est musulmane. Là, vous ne pouvez avoir qu'une bière à la caserne de l'armée, et musulmans doivent boire cachés.

La pluie vient tout en mangeant et un coups de foudre la table transportant une centaine de douilles. C'est le téléphone charge d'affaires, travaillant quand, par manque d'électricité, les gens doivent partager un générateur pour recharger leurs téléphones. Il crée une étincelle géante juste à l'extérieur du restaurant alors que le tonnerre couvrent nos voix. “C'est la saison des pluies dire bye-bye«, disent-ils. Dans l'ensemble, la saison des pluies ne me dérange pas beaucoup. Le pire était dans Sierra Leone heures et des routes inondées ont passé en attente de la pluie violente d'arrêter. En dehors de ce pays, mes jours d'équitation est allé très bien. Peut-être que c'était encore mieux de rouler plus souvent sous un ciel nuageux, car quand le soleil brille, je tourne vraiment rouge.



La route de Ugep est plutôt calme et très verdoyant. Je vois de nombreux stands de viande de brousse. Viande de brousse est surtout-Épareuse (l'agouti j'avais mangé en Côte d'Ivoire), mais il peut être rat, porc-épic,... rien saisis dans les champs avec de la viande sur les os.

20131030-DSC_3818
Aulacodes

20131030-DSC_3817

20131030-DSC_3815

20131030-DSC_3821
Cela ressemble à une mini usine d'huile de palme

20131030-DSC_3826
Bush étals de viande à nouveau

20131030-DSC_3824
Ils ont dit que c' est le porc-épic, mais c'est assez grand pour un porc-épic

20131030-DSC_3825
Grillade

Le plaisir avec la viande de brousse, c'est que vous ne savez jamais ce que vous mangez. Même si vous demandez, le nom donné à la viande peut être pas le nom de l'animal. Il est alors plus facile d'avoir un esprit occupé pendant que vous mangez: »Sont-ils vraiment OS comme ça dans un poulet ? Hmmm... étrange, mais j'ai faim et il a bon goût.

Je ne sais pas quoi dire sur la caractéristique la plus frappante de cette route vers Calabar : la déforestation de la majeure partie du paysage pour planter des palmiers (entreprise d'huile de palme) ou l'incroyable collection d'épaves de voitures garées sur le bord de la route. Il y a des épaves de voitures plus que partout ailleurs, c'est plus d'un kilomètre. Et les véhicules sont endommagés.

20131030-DSC_3827
Déforestation

20131030-DSC_3830

Day361-vélo-131030

20131030-DSC_3837

20131030-DSC_3843
Reboisement

Les voitures sont en effet l'accélération, et les 30 derniers kilomètres jusqu'à cette ville sans issue, sur les rives de la Calabar river, dans le mini-delta de la rivière Cross, sont très dangereux. Beaucoup de voitures passe très près de moi, beaucoup trop près. Il y a aussi beaucoup de camions. C'est la route la plus dangereuse que j'ai été à vélo jusqu'à présent.

20131030-DSC_3849
Je pourrais avoir 30 photos comme celui-ci

20131030-DSC_3854

Je suis soulagé quand j'ai atteint la ville de Calabar. À ma droite sont les studios de Nollywood Tinapa, mais le centre-ville est encore d'autres. Je ne peux pas juste arrêter deux minutes par la route principale de vérifier mes cartes avant que les gens viennent et demandent quelque chose. Il y a même des gens avec des masques et habillé en branches, représentant probablement des esprits, ou alors, debout devant moi jusqu'à ce que je donne quelque chose, ou aller.

20131030-DSC_3856
Paradis de la nation

20131030-DSC_3863
Porte de Calabar

Je vais vers Calabar pour identifier le Consulat du Cameroun. Il n'est pas facile à trouver et en fait à la fin du chemin Spring. Je suis aidé par un agent de police qui trouve une maison d'hôtes décemment prix pour moi et me prend au consulat. Malgré tout ce qu'on entend sur la police nigériane, je les trouve le plus utile de l'Afrique de l'Ouest.

20131030-DSC_3868
Coucher de soleil sur la rivière de Calabar

La procédure de visa pour le Cameroun est le plus facile à ce jour: 3 photos, 18000 naira et le formulaire de demande. Rien de plus. Le personnel du consulat est sympathique et le visa délivré dans les 2 heures, sans doute moins si je n'avais pas montré que dès le début. J'ai lu le journal en attendant. Il lit qu'au large de Calabar, un bateau en bois, fait de planches, a chaviré juste. Il fait 120 personnes migrant vers le Gabon, en prenant une route inhabituelle comme peuple, de l'Afrique de l'Ouest francophone, sont censés être immigrer illégalement. Il y avait seulement deux survivants.

20131031-DSC_3874
Un bateau sur la rivière de Calabar

La ville est très verte car le maire a dit que tout citoyen doit planter un arbre. C'est également un domaine délicat, car il est plein de mangroves, oléoducs et les méchants avec des armes, essayant d'obtenir une vie meilleure.

De Calabar, j'ai deux options : vélo Nord sur la même route pour passer la frontière à Ikom et Ekok, un poste frontière dit impossible pendant la saison des pluies (et il pleut encore beaucoup pendant la nuit), ou le ferry jusqu'à Limbé, Cameroun. Je choisis la deuxième option. Donc j'ai cycle au port pour obtenir mon billet pour le ferry au départ le lendemain matin. Il y a seulement 2 services par semaine entre Calabar et Limbe, par le camerounais de la société Fakoship.

20131031-DSC_3879
Musée de Calabar

En attendant, le Musée de Calabar est intéressant. Il est moitié sombre parce que beaucoup de lumières ne fonctionnent pas, et ceux qui travaillent est mal éclairées par la puissance insuffisante de la NEPA. Il détaille, apparemment comme tous les musées de l'Afrique de l'Ouest, la traite des esclaves de la région. De 1690 à 1807, l'année des esclaves a été déclarée illégale par l'Angleterre (parce qu'il était plus rentable pour eux pendant la révolution industrielle), il lit que 30 % des esclaves expédiés à la venu des Amériques du Biafra (Nigeria actuel), 20 % de la Gold Coast (actuel Ghana), 20 % de l'Angola et du Mozambique et seulement 5 % de la Sénégambie.

Ils étaient esclaves de 30'000 expédiés chaque année au cours de ces années, vers le haut à 130'000 par an à son apogée en 1830, quand l'Angleterre poursuivaient esclave des navires dans le golfe de Guinée. La traite négrière a toujours été profitable aux dirigeants les, qui pourraient se renforcer dans leur région et d'être payés pour se débarrasser de leurs prisonniers et les tribus non désirés. La monnaie dans laquelle les chefs locaux étaient payés est également exposée : tiges en acier simples, des obus et des anneaux en acier. Alcool et tissu bien sûr.

20131031-DSC_3886
Mon vélo posant avec une moto originale

Lors de la traite négrière a diminué, le principal produit échangé commuté à l'huile de palme. Je pense que j'ai compris que l'Angleterre payé les chefs locaux et les intermédiaires une substitution financier pour mettre fin à la traite des esclaves, leur seule source de revenu (confortable)... Plus je visite des musées de la traite négrière, l'Afrique plus semble au moins aussi honteux pour la traite négrière transatlantique, comme le fait l'Europe. Toute la zone du delta du Niger, appelée huile de rivières (à ce moment-là, huile de palme, mais encore, il s'applique aujourd'hui avec le pétrole brut), produisait de l'huile de palme. Nigéria a été la principale source d'huile de palme pour l'Angleterre.

Calabar est aujourd'hui la ville nigériane 20e, mais elle fut la capitale de la colonie britannique. La plupart de l'exploration du pays a donné lieu à des rivières, par les navires allant en amont de leur base côtière. La division du pays a été effectuée selon les rivières coulent dans l'océan. La côte a été surnommée le "La tombe de l'homme blanc"que les européens pouvait seul (essayer de) survivent à toutes les maladies tropicales en restant à l'écart de la jungle.

En plus d'avoir son important patrimoine historique, la ville parle Efik, il y a un carnaval populaire en décembre, le poisson est délicieux et le peuple semble très sympathique. Je dirais que c'est un bon endroit pour être.

20131031-DSC_3891
Cet indicateur n'est pas du tout surdimensionné

Il y a une petite pluie dans l'après-midi, une durée de plus de 20 minutes, mais c'est assez pour inonder les routes et rendre les gens "Stridez" et sauter par-dessus les gouttières transformées en rivières.

Le jour du départ du traversier, mon alarme est mis en place pour me déplacer à 06 au quai. Le départ est fixé à 08. Il y a les services secrets, l'immigration et la fièvre jaune cocher d'aller bien à l'avance, et chacun d'eux dispose d'un bureau à la jetée qui s'exécutent rapidement les choses.

20131101-DSC_3893
La rivière de Calabar

Le ferry devrait prendre environ 5 heures pour parcourir les 150 km entre Calabar et Limbe au Cameroun. J'ai un petit déjeuner lourd juste au cas où et suis prêt à charger mes bagages dans le bateau. Le bateau de Fakoship, appelé Endurance, ne ressemble pas à un ferry fort et lent, mais plus comme le bateau bateaux-mouches sur la Seine, à Paris. Tous les sièges sont à l'intérieur, climatisées, et il n'y a aucun pont. Il a été construit en 1995 à Singapour, et il semble assez bonne dit un signe à l'intérieur.

L'équipage à l'équipe d'entrée ensemble contre moi pour vérifier que je ne suis pas autorisé à charger mes bagages moi-même dans le navire. Le chargement est environ de 15 mètres de long : aller sur la rampe jusqu'à l'entrée du navire, tourner à gauche et déposez vos choses à l'arrière du bateau. Ma valise est mon vélo, donc je ne suis pas laisser quelqu'un d'autre, surtout les garçons d'assistance imprudente, manipulant. Puisqu'ils insistent pour que j'utilise leurs services, et ayant quelques Naira a laissé dans ma poche, je vous propose de les payer juste pour superviser me charger le vélo dans le bateau.

20131101-DSC_3897
Derniers aliments nigérian à l'embarcadère

C'est une bonne affaire, a accepté des deux côtés, que nous avons tous deux obtenir ce que nous voulions : personne d'autre toucher mon vélo et l'argent pour lui. Mais le garçon refuse de prendre mon argent (qui était déjà plus que ce qu'il obtiendrait un local), ne laisse même pas son siège et en veut plus de 4 fois. Alors j'ai juste pousser le vélo moi-même à l'intérieur du bateau. Il faut 30 secondes.

Quand je sors le bateau, maintenant le travail est terminé, le garçon revient à moi et la hache pour l'argent que j'avais initialement offert. Cela illustre complètement la pensée sans vergogne autour de fournir un service et faire de l'argent et il peut se produire dans de nombreux autres cas : personnes sérieusement demande argent pour essentiellement faire rien.

Après tout, j'ai pensé qu'il y aurait des frais réel pour les gros bagages, mais il n'est pas. Nous sommes tous assis dans le bateau pendant que l'équipage prépare des pâtés à la viande et une boisson chaude pour tous les passagers. Il s'agit d'un service plutôt sympa ! Mais une dame fait beaucoup de mal, criant et en faire une scène immense. “Je n'irai pas n'importe où !«, elle continue de crier. Apparemment, elle a été illégalement au Nigeria, et le grand homme de l'immigration est n'hésitant pas à lui envoyer brutalement à l'arrière du bateau. Par ailleurs, je n'ai pas vu tout blanc pour mon séjour entier au Nigeria, seul chinois (deux fois) et Indiens (deux fois), sans doute, puisqu'ils sont les seuls à avoir osé faire des affaires dans des conditions difficiles de l'Afrique. Ou peut-être les seuls ayant de bonnes connaissances techniques et aucune éthique de lutte contre la corruption. Les blancs doivent être vraiment bien verrouillés dans leurs composés à Lagos, même dans le 4 × 4, que je n'ai pas tout vu.

J'ai entendu des gens dire, avant d'arriver au Nigeria, qu'il est un pays différent de l'Afrique, et c'est pourquoi il est si effrayant. Personnellement, je n'a pas trouvé très différent : c'est la même chose, mais 10 fois plus intense. Plus de gens, plus de trafic, plus criant, plus de policiers, des situations plus illogiques, plus d'argent, plus de pauvres gens... et beaucoup plus d'attention sur l'homme blanc. Il m'a vraiment fait sentir que c'est ma première fois en Afrique, même après que 15 pays visités.

Aussi, les gens disaient que la police nigériane et l'armée est les pires bandits du pays. J'ai senti le contraire, ils étaient en général amical et courtois et parfois très utile. Ils sont meilleurs que dans les pays voisins (mais je ne peux parler pour moi, pas pour les habitants ou personnes en 4 × 4 brillant). Dans l'ensemble, si Nigéria parvienne à résoudre ses conflits ethniques et de changer sa réputation effrayante, ça pourrait être la meilleure expérience dans la région pour les voyageurs.

20131101-DSC_3892
La dernière photo j'ai pris, de la marine nigériane (par erreur) avant d'être averti que mon appareil photo attirerait des problèmes

Je pensais que l'expulsion de la dame était la raison de notre retard, mais c'est un autre : la canonnière de la police, notre accompagnateur dans la rivière de Calabar, n'a pas encore apparaître. Nous avons besoin de l'escorte jusqu'à la Péninsule de Bakassi, qui est toujours une zone de piraterie de litige et de la marine. La péninsule est habitée par des Nigérians, mais est détenue par le Cameroun depuis une récente décision de la Cour internationale de Justice. C'est 10 et nous sommes toujours à la jetée.

Je commence à avoir peur quand le capitaine prend le micro pour remplir l'atmosphère détendue du bateau à travers les haut-parleurs mauvais : après les salutations, il commence une prière. Les écrans de télévision jouaient déjà des chansons pop, priant le Seigneur, mais il semble que ce n'était pas suffisant.

Après la prière, le commandant de bord allume avec une chanson à Jésus. Il n'est certainement pas un chanteur, et la piètre qualité des enceintes n'aide pas lui (cela n'aide pas non plus nos oreilles). Sommes-nous allons tous mourir ou quoi ?

Je commence à sentir mauvais quand, à partir de la deuxième chanson à partir, la majorité des passagers bateau chante. Nous sommes dans un bateau, sans escorte, sur le point d'entrer dans une zone dangereuse et nous chantons et remerciant Dieu pour nos vies... il ne semble bon du tout.



Je suis distrait par le film nigérian qui suit. Nous progressons très lentement dans la rivière de Calabar. Mon GPS indique que nous nous déplaçons à 5 km/h quand il faut faire un bon 30 km/h. Je me suis réellement captivé par le film long de 3 heures, quand j'ai pensé que je pourrais jamais être en mesure de regarder les productions Nollywood de mauvaise qualité. Deux princes, nés le même jour de deux épouses d'un roi local, meilleures amies depuis leur enfance, sont disputent maintenant la même femme parce que leur père veut marier dans l'année (et le secret, c'est que le premier marié obtient succéder au roi, alors la mère devient la Reine mère, donc ils ont secrètement à battent entre eux par le biais de leurs fils). Toute l'histoire se passe assez récemment pour les princes à conduire une voiture de luxe. Tous les passagers du traversier sont aussi profondément dans le film et ce commentaire à haute voix comme s'il s'agissait d'un match de football: "il doit avoir fait cela !“, “Attendez, la jeune fille va faire que le prochain !“. C'est une ambiance très conviviale et innocente, mais nous allons encore très lent.

On ne laisse pas la rivière de Calabar encore par 14, alors nous devrions déjà être au Cameroun. La raison est que l'escorte de police n'a qu'une canonnière, un hors-bord avec une mitrailleuse à l'avant, les deux navires Calabar laissant aujourd'hui : nous et un vieux bateau très lent avec un moteur cassé. Il fallait se serrer les coudes et faire face à des pannes de moteur de l'autre bateau.

Une fois les limites d'escorte de police, nous pouvons allumer le moteur entièrement et naviguer à travers le golfe de Guinée. Il y a un autre drame nigérian captivant, cette fois avec un prince de devoir choisir entre trois princesses (une histoire moderne encore), mais j'ai vérifier par la fenêtre pour les plates-formes pétrolières. Nous sommes très près du Delta, dans les champs pétrolifères, droite où les bateaux obtenir équipage de pétrole détourné et occidentaux kidnappé. Si l'embouchure de la rivière de Calabar est rempli avec des pêcheurs dans un premier temps, en mer profonde, c'est un réseau de plates-formes pétrolières. Chacun brûle sa propre flamme. C'est encore plus beau quand il fait plus sombre, avec tous ces feux dans la nuit, même si nous ne sommes probablement pas autorisés à naviguer trop près d'eux.

20131101-20131101_014
Une plate-forme pétrolière dans le golfe de Guinée

Nous obtenons aussi une visite de la police maritime nigériane. Leur bateau vient à côté de notre ferry, juste par ma fenêtre. Ils ont un équipage de 6, tous les porteurs de fusils et de beaucoup de munitions, ainsi qu'une grosse mitrailleuse. Je n'ai aucun image pour des raisons évidentes... Ils essaient de s'en tenir à notre ferry, et ce n'est pas facile avec la vitesse. Je suppose qu'ils viendront à bord et inspecter notre ferry... mais pas du tout : notre équipage ferry jette un pack de 24 bières Guinness depuis une fenêtre. Les policiers disent Merci et au revoir.

C'est tout pour les eaux dangereuses. Nous tourner autour de la péninsule de Bakassi et voyez déjà une forme énorme avance : il s'agit de Mont Cameroun, culminant à 4095 mètres de haut, juste à proximité de Limbe.

Nous arrivons finalement à 19, dans la nuit. Et pire encore, nous n'arrivons à Limbe, mais 15 kilomètres avant, dans une zone industrielle. L'étape de l'immigration est rapide, et la compagnie a préparé des bus pour prendre les passagers vers la ville de Limbe. Ils veulent mettre mon vélo dans un camion et de me faire rouler le bus de passagers, mais j'ai les convaincre que je serai très bien par moi-même avec mon GPS.

20131101-DSC_3898
Débarqués dans un port industriel

L'astuce consiste à sortir de la jetée : c'est la nuit, et la piste de terre va autour de clôtures, en faisant un petit chemin à travers de grands silos et de grues. Il y a même une structure à la recherche comme une plate-forme en mer, mais sur la terre. Après le Nigéria, j'ai pas plus peur de rien, et être débarqués dans la nuit dans une zone industrielle, qui est le pire des scénarios pour une arrivée dans un nouveau pays, semble dans la routine. Je suis un feux de voiture pour trouver le chemin secret dehors et cycle puis la route principale à Limbe. Après près de 12 heures dans le bateau, j'ai encore l'énergie pour faire le tour des hôtels, trouver le meilleur traiter, négocier et sortir pour le dîner.

Limbe est une nouvelle vie : personne ne vient à mon visage de crier sur moi que je suis blanc ! Je peux marcher librement dans les rues ! Il se sent comme à la maison. L'inconvénient est que les gens ne sont pas qu'amicales.

Rues du limbe dans le domaine de la petite côte sont comme une fête tous les soirs. Les barres de jouent de la musique forte et les poissons les plus frais sont sur les grilles tous les 5 mètres. Il suffit de marcher, choisissez vos poissons pour 2 € et il est servi tout de suite avec le miondo, mais une autre forme de kassava. Délicieux...