En pays Baoulé

Quand nous nous réveillons le matin à N’gorankro, il semble que les enfants nous attendent. La même foule qu'hier soir est présente ici, sous le porche de la maison du chef. On commence par nous offrir un seau d'eau chaude , un régal. Puis un petit déjeuner dans la salle à manger du chef, où un poster sur les atrocités et la torture sous Gbagbo est affiché au mur. Avec des photos… ça fait beaucoup de sang pour le petit déjeuner.

Ensuite, la discussion reprend là où elle s'était arretée. Les parents dont les enfants n'ont jamais vu de peau blanche leur disent de venir et de serrer la main. Ils y en a beaucoup qui ont peur et nous sommes coincés: la foule est compacte tout autour de nous et il est difficile de s'échapper. Une mère dépose sa fille au milieu de “l'arène blanche”, et la petite fille, qui comprend vite qu'elle ne peut pas s'échapper, se cache les yeux et éclate en sanglot. La fille du chef parvient à enjamber les chaises et les gens pour faire le tour.

20130824-DSC_1198
N’gorankro

20130824-DSC_1203

20130824-DSC_1204

D'un autre côté, les jeunes garçons, en voyant nos appareils photos, sont attirés et s'amusent à prendre des poses.

20130824-DSC_1207

Day294-Accueil-130824

20130824-DSC_1214

Nous faisons nos adieux à nos merveilleux hôtes avant de reprendre la route pour Vavoua, une piste de 40km, recouverte de sable et de trous d'eau. L'option qui consiste à prendre au plus droit de Kouibly à Vavoua n'est définitivement pas la plus rapide.



Day294-vélo-130824

Sur la route, un homme à bicyclette s'écrie “Blanco!“.Ce n'est pas le même “Branco!” qu'en Guinée-Bissau, où il est utilisé pour désigner les blancs. Ici en Côte d'Ivoire, blanco est le nom du vin de palme. L'homme est perché sur un vieux vélo rouillé avec un gros bidon jaune installé sur le porte-bagages arrière. Il en tire du vin qu'il distribue dans de grandes tasses. Il est bien meilleur que celui que j'avais essayé au Libéria. Apparemment, le blanco est bon seulement dans les villages car il est frais. En ville il devient de plus en plus rare (et de pire en pire).

20130824-DSC_1219

20130824-DSC_1230
On trouve facilement des autocollants de Kadhafi partout en Côte d'Ivoire

Il y a encore de nombreux postes de contrôle de l'armée. Ils semblent plus présents dans les campagnes que sur les principaux axes goudronnés. Certains disent Salut sans nous arrêter, d'autres demandent notre carte d'identité comme prétexte pour bavarder. Ils nous disent avoir vu 4 cyclistes passer ici avant nous.

20130824-DSC_1232
Pause sandwich et oranges

20130824-DSC_1241
la route était trop belle... alors ils ont planté un poteau juste là

20130824-DSC_1244

20130824-DSC_1246

20130824-DSC_1252

À la fin de la piste, nous arrivons finalement à Vavoua. Nous avons fait tout juste 50 kilomètres mais nous sommes suffisamment fatigués en rester là aujourd'hui. Juste en face de l'hôtel de ville, Jacques et son associé s'arrêtent dans leur 4×4. Il est sous-préfet et nous invite pour le dîner.

20130824-DSC_1261
Mairie de Vavoua

Ils cuisinent de la bonne nourriture et la longue discussion qui suit nous apprend que 2 personnes ont été tuées la semaine dernière dans la forêt que nous venons tout juste de traverser. Apparemment, bien que la forêt soit sensé être protégée, il n'y a aucune protection du tout et l'exploitation forestière se poursuit. Certaines personnes ont même commencé à faire des plantations à l'intérieur de la forêt. Les meurtres étaient liés à des transactions illégales entre Burkinabés avec de grosses sommes d'argent en jeu. Et étant donné que la forêt est une zone de non-droit...
Aussi, la raison pour laquelle il y a tant de postes de contrôle est que lorsque la guerre a commencé, les armes ont été distribuées sans réel contrôle. Maintenant, il est presque impossible de toute les récupérer. Et puisqu'il n'y a en réalité aucune rémunération pour les soldats, il est préférable de les laisser gagner de l'argent avec des points de contrôle/raquette disséminés au hasard de la route.
Il nous dit aussi que nous faisons partie des premiers civils qu'il rencontre depuis la fin de la guerre, la plupart des étrangers arrivant jusqu'ici étant envoyé au sein de l'armée ou de l'ONU.

Après un bon déjeuner avec Jacques le lendemain, nous quittons Vavoua.

20130825-DSC_1268
La famille de Jacques



Le climat est plutôt sec pour une saison des pluies. Johannes part pour Daloa, tandis que je continue sur une autre piste en terre vers Zuenoula. Le paradoxe de la route se poursuit, alors que je suis maintenant dans un endroit où les routes et les infrastructures sont bonnes, je me lasse de l'asphalte et je m'évade pour retrouver un peu plus de chemins de terre. Le paysage est toujours mieux quand la route devant moi est rouge et sans bitume.

20130825-DSC_1271

En dépit d'un départ tardif dans l'après-midi, je fais presque les 60 kilomètres jusqu'à Zuenoula sur la piste rouge. Lorsque la belle lumière du coucher de soleil (mon moment préféré) disparaît lentement, je commence à investiguer dans les villages alentours pour y passer la nuit.

Day295-vélo-130825

Le premier essai ne se passe pas bien, des gens m'entourent brutalement en me demandant ce que je leur apporte. Juste quand j'étais sur le point de dire que les ivoiriens sont les gens plus gentils et les plus intéressants rencontrés jusqu'ici. Le second essai n'est pas mieux: le chef à l'air ivre et ses premiers paroles prononcées le sont pour demander des cigarettes. Je ne sais pas si le dimanche est un jour de consommation d'alcool, ou si cette région n'est pas aussi belle qu'avant, mais je préfère plutôt continuer jusqu'à Zuenoula et trouver une auberge pour la nuit. Je fini les derniers kilomètres dans la nuit avec des groupes de motards qui me dépassent à toute allure, ce qui me pousse à accélérer pour atteindre au plus vite les lumières de la ville. En fin de compte, j'ai réussi à tenir une très bonne moyenne de 15 km/h pendant 4 heures sans asphalte.
J'arrive enfin à ma destination et l'endroit et plutôt glauque: des lumières basses, de vastes rues désertes et des stands désertés. Pas de sourires ou de salutations du coup, après avoir diné, je m'en tiens à ma chambre d'hôtel jusqu'au matin. Le jour et la nuit sont deux mondes différents.

Après avoir trié quelques photos dans ma chambre, je pars pour Bouaflé. La route n'est pas très longue et elle est goudronnée, alors ce devrait être rapide. En tout cas ça à intérêt à l'être car on m'a à nouveau averti de ne pas faire de vélo la nuit sur cette route. Je préfère toujours les routes sans circulation, mais ce sont aussi les routes privilégiées par les voleurs.



Il est un autre camp de l'OUN Bangladeshi à la sortie de Zuenoula mais pas grand chose d'autre jusqu'à la fin de la journée. J'ai constamment des plantations calmes sur ma droite et sur ma gauche jusqu'à Bouaflé.

20130826-DSC_1287
Centre médical

20130826-DSC_1291
Les tombes sont placés le long de la route principale autour des villages

20130826-DSC_1294

20130826-DSC_1298

20130826-DSC_1300

20130826-DSC_1302

Bouaflé est animée et les gens ont l'air à nouveau sympathiques. Je me fais de nouveaux amis qui me font découvrir le foutou de banane. Au début je pensais que c'était fait uniquement à base d'igname ou de kassava, mais apparemment le vrai foutou ivoirien est fabriqué à partir de bananes (plantain). Et comme Jonas travaille à l'usine Solibra de Bouaflé, qui embouteille la plupart des bières vendues dans le pays (la Bock, la bière nationale et aussi les bières sous licence), nous avons droit à une dégustation et à une explication sur quel pays boit le plus.

20130826-DSC_1303
Bouaflé

20130826-DSC_1304
Paps satisfaction. Ces panneaux indiquent souvent que le médecin vient du Bénin. Ça va être rigolo le Bénin…

Comme mes jambes étaient fatigués dès le matin et le sont toujours, je décide de pédaler jusqu'à Yamoussoukro, située à 80 km, et de m'y reposer pendant quelques jours. Un autre rayon cassé et une assiette d'attiéké et de poissons plus tard, et je suis prêt pour avaler encore un peu de piste en terre. J'évite la route principale vers la capitale en prenant un chemin plus long, pas goudronné et sans circulation, passant par le barrage de Kossou, dont la construction a engendré le lac Kossou, le plus grand de la Côte d'Ivoire.



La route est agréable (je préfère définitivement les routes rouges et oranges aux routes grises) mais je n'aperçoit le lac qu'au dernier moment, quand j'ai le nez dessus. La piste suis les mouvements du terrain, monte et descend avec les collines, m’empêchant ainsi de voir à plus d'un kilomètre devant moi.

20130827-DSC_1314
Papayes

20130827-DSC_1315

20130827-DSC_1317

Il y a une mine d'or juste avant d'arriver au barrage, mais elle n'est pas exploitée actuellement. Le lac est juste après.

20130827-DSC_1319
Lac de Kossou

Dans les environs du barrage, alors que je sors mon appareil photo, je suis arrêté par les gardes armés, qui font partie de l'armée. Il est interdit de prendre des photos autour du barrage, même des photos du lac. Pour être certain que je respecte la règle, le patron me suit sur sa moto le long des 1500 mètres du barrage jusqu'à ce que je sois hors de son champ de vision. Le barrage, rempli de grosses pierres, a été construit en 1973 par Impregilo Italia (qui à l'air d'avoir construit la plupart des grands barrages en Afrique) et il à l'air d'être encore en bon état. La seule photo que j'obtiendrai est une vue aérienne affichée sur un panneau de la route de Bouaflé-Yamoussoukro.

20130827-DSC_1323
La barrage de Kossou dam et la station hydro électrique

Plus de 80'000 personnes ont du être relogées lorsque le fleuve Bandama a donné naissance au lac de Kossou, qui a une longueur maximale de 180 km et une largeur maximale de 45 km. Le barrage fait 58m de haut, 235m de large à sa base et il aliment les turbines d'une puissance totale de 176 MW (3×60 MW) insallées dans l'usine sur la rive gauche.

20130827-20130827_004
L'aloko, des bananes frites, plat emblématique de la Côte d'Ivoire avec l'attiéké, et parfait pour un goûter

La fin de la route est sans histoire jusqu'à Yamoussoukro. J'ai du freiner pendant une descente pour voir ce de petits bras sortis hors de la plantation me tendaient au bord de la route: un gros rat, fraîchement tué dans la champ. Seulement 1000 CFA (1,5 €) et il y a plus à manger que sur une cuisse de poulet.

20130827-DSC_1327
Du miam miam tout frais

Je devine que je suis sur le point d'entrer dans Yamoussoukro quand je vois le dôme de la basilique pointer au-dessus des arbres, à plus de 7 kilomètres de là. La route de la capitale n'est pas encombrée comme c'est le cas dans une vraie capitale, car tout les trucs important comme les ambassades et les usines ont du rester à Abidjan. Yamoussoukro est une capitale fantôme avec de grandes avenues, mais sans aucun trafic.

20130827-DSC_1330
Les rues surdimensionnées de Yamoussoukro font leur apparition…

20130827-DSC_1331

Du coup l'entrée en ville est très agréable: de grandes avenue bien larges, avec personne dessus. Le parking de la basilique est vide. Le centre ville est encore à quelques kilomètres de là.

20130827-DSC_1336
Yamoussoukro en arrière-plan

20130827-DSC_1341
Basilique Notre Dame de la Paix

20130827-DSC_1354

Une fois dans le centre, je tombe sur le palais présidentiel et le lac des Caïmans. La ville, et tout ce qui se trouve à l'intérieur, a été construite par le premier président du pays, Félix Houphouët-Boigny. Il avait des Caïmans dans le lac du palais présidentiel, qui est juste à l'extérieur des murs. On m'a dit que depuis sa mort en 1993, les Caïmans n'ont pas été nourris correctement. En conséquence, ils ont mangé le gardien, puis le deuxième gardien et également un jeune homme qui tentaient de récupérer son téléphone portable tombé dans le lac.

20130827-DSC_1361
Lac présidentielle

Maintenant le lac est clôturé et les panneaux interdisent aux esprits trop curieux de s'approcher trop près ou de rester trop longtemps. Je suis juste allé jeter un œil pour voir si ces Caïmans étaient réels...

20130827-DSC_1367
... ils ont l'air vrai

Yamoussoukro est appelée la ville des lumières. “C'est comme Paris", m'a-t-on dit. On dit qu'il y a 10000 lampadaires à Yamoussoukro.

20130827-20130827_005
Yamoussoukro, ville lumière

Je reste dans le joli centre, le seul quartier, avec ses trop nombreux stands de nourriture et son absence de circulation. Un autre truc qui est comme à Paris… le pain et les pâtisseries. Après le Libéria et son pain qui ressemblait à de la brioche sucrée, je retrouve du vrai pain, des baguettes, des pains aux raisins, etc.