Postes de contrôle routier (traduction manuelle non commencée)

Les raisons que j'ai choisi de rejoindre Mamou et dormir dans une auberge de jeunesse n'étaient pas satisfaites. J'ai voulu dormir sec et ont l'électricité pour mon ordinateur portable. J'ai seulement réussi à rester au sec, car l'électricité coupée à minuit et n'est toujours pas dos à midi. Il y avait une femme parler et rire très fort de 03 à l'extérieur de l'enceinte, et de 06, une chèvre juste derrière ma fenêtre gardé bêlement. J'ai utilisé mon pistolet à air anti-monkey anti-dog mais sans succès.

J'écris un peu, changer mon rayon cassé et partent sur une meilleure humeur qu'hier. Aujourd'hui je quitte les monts du Fouta Djalon.



La route vers la ville de Kindia, Guinée de deuxième ou troisième rang, doit être principalement en descente, que je laisse tomber de 700 à 200 mètres de haut.

20130622-DSC_9385
Conakry-lié aux routiers de la Fouta

Les pilotes sont rend fous comme d'habitude, et il n'y a plus de trafic que j'ai se rapproche de la capitale Conakry. Nombreux sont ventilées de camions sur la route elle-même, avec l'équipage s'abritant ou dormir à l'ombre sous eux.

20130622-DSC_9389

20130622-DSC_9395

Je commence à entendre “Foté” assez souvent de la bouche des enfants. Je me rends compte qu'il remplace le Porto, donc je dois ont passé une invisible frontière ethnique. Et il semble être correct, comme la région entre Conakry et le Fouta Djalon est occupée principalement par les gens de Susu, tandis que le séjour de Peulh dans les montagnes. “ Foté ” signifie naturellement blanc en Susu. Un des rares côtés utiles d'être appelé blanc cinq cent fois par jour est que je peux comprendre quel groupe ethnique vit dans le village, que je suis de passage.

20130622-DSC_9402
Attention les vaches

Je suis arrêtée à un autre poste de contrôle de police. C'est la deuxième fois de la journée. Je suppose qu'ils deviennent plus fréquents que j'ai se rapproche de la capitale. En fait, je n'arrêtent pas exactement au point de contrôle, que je me tourne quelques mètres avant de trouver la pompe du village et de remplir mes bouteilles d'eau. Les policiers viennent me trouver à la pompe de me prendre pour le boss et me demandent d'expliquer « pourquoi j'ai couru loin du point de contrôle ».

Depuis que j'ai un vélo et pas une voiture, c'est beaucoup plus facile pour moi de passer les points de contrôle. Je n'ai besoin de montrer aux documents d'immatriculation de voiture, dans laquelle les policiers vont trouver quelque chose de mal (ou inventer) et demander de l'argent. Pourtant, ils essaient parfois de me garder avec eux. La règle du jeu est de rester au frais et parle beaucoup jusqu'à ce qu'ils sont ennuyés ou occupé avec quelqu'un plus lucratifs. Ils apportent des règles de non-sens pris en charge par les arguments plus illogiques, et j'ai figuré dehors que répondre avec tout aussi stupid non-sens ou œuvres de blagues beaucoup mieux que d'essayer de construire une défense solide. Si vous regardez à la hâte, ils gagnent. Si vous vous fâchez et mettre sur la table une aide potentielle ("mon ambassade", « quelqu'un que je connais à la ministre »), comme mes voisins de checkpoint sont essaie de faire, les augmentations de fines. Dans l'ensemble, c'est juste un jeu de poker pour tester la patience et la tolérance à des conneries populaire.

Day231-vélo-130622

La journée est agréable, mais je m'ennuie déjà relativement hautes terres de la Fouta : je commence à transpirer à nouveau sans raison. Quand vient le temps de chercher un endroit pour camper, pour ma soirée d'anniversaire, les gens de la maison près de la pompe de Sithé let me mettre vers le haut de ma tente à côté d'eux. J'arrive à la douche (je douche presque tous les jours en Afrique, où il est aussi facile de prendre une douche car c'est de se salir, contrairement en Europe) et de rejoindre mes hôtes pour le dîner. L'inconvénient, c'est que je me rends compte de ce qui est dans les bâtiments longs juste à côté de moi : poulets. Sept mille d'entre eux. Il y a peu de chance pour moi de dormir bien là...

Heureusement, il n'ya a pas un seul coq dans cette ferme, et le matin est plutôt calme. J'ai dormi assez bien si je néglige la transpiration intense et des centaines de papillons blancs, s'en tenir à l'humide à l'intérieur de la couche externe de la tente.

Day232-Home-130623
Camping avec 7000 poulets

Mon hôte est agréable et réussie-ils ont l'intention d'étendre la ferme à 15000 poulets – mais il n'a pas empêché pour tenter d'échapper deux fois à l'Europe (sans papiers) et au Cap-vert. La seule chose qui lui fait quitter est son récent mariage. Il doit rester en Guinée et de soutenir sa nouvelle famille maintenant.

20130623-DSC_9413
Fabrication de bâches de l'UNICEF utiles

20130623-DSC_9414

J'ai pour les œufs de petit déjeuner qui ne peut pas être plus frais, tandis que ma tente s'assèche.



La route sur le chemin de Kindia est encore une aire de jeux pour les conducteurs fous et je suis impatient de quitter cette route principale. Il semble que les pilotes fous sont également chargés d'obtenir leur camion de la pagaille eux-mêmes. En effet, je ne peux pas imaginer qu'il y a n'importe quelles affaires d'assistance rapide ici. J'ai vu des jeunes hommes de creuser sous leur camion, tombé dans un fossé, comme si la construction d'une route de boue. Il semblait vraiment sans espoir.

20130623-DSC_9415
N'est pas une surprise

20130623-DSC_9416

20130623-DSC_9419

La route devient plus agréable et calme, après que je me tourne pour la piste à Forecariah. Il s'agit d'un chemin de terre après la Guinée – frontière de la Sierra Leone et dans une manière dont un raccourci. Je n'ai aucuns raisons pour visiter Conakry, ce qui ressemble à Dakar et à Bissau, à l'extrémité d'une péninsule. En conséquence, la route de Kindia – Coyah – Conakry doit être congestionnée, et compte tenu des compétences des pilotes (et surtout leur respect du deux-roues), je suis mieux de ces lieux.

Day232-vélo-130623

20130623-DSC_9429

Je suis instantanément plus heureux après avoir tout “ route ” pour moi. Il y a de nombreux champs d'arachides, de riz, de maïs. Il n'y a pas plus de camions, mais les villages, les mangues et les villageois. La route longe les plus hautes montagnes de la Basse Guinée, dans la région de Justin.

20130623-DSC_9431

20130623-DSC_9436
Mission coréenne pour des expériences sur les plantations de riz, toujours en cours d'exécution mais abandonnée de la moitié (et mystérieuses)

20130623-DSC_9437
Montagnes de Mont Justin (~ 1100 m)

Le trajet est très agréable mais le tonnerre commence à rouler. J'ai repérer un endroit agréable et vide pour cacher juste en face d'une cascade, mais suis a refusé l'autorisation. Je parie que c'est un malentendu avec les gens de la colonie à proximité (un seul enfant a peu de connaissance du français), mais j'ai essayé de mon mieux. Je continue sur le prochain village, qui se trouve être assez loin pour la nuit à appeler à la fin de la journée. J'arrive à Gombokhori droit à cette époque. Le ciel est noir sur les deux côtés du village.

Il y a un poste de contrôle militaire à l'entrée du village. Ils m'ont convaincu que leur camp, un refuge unique, est l'endroit meilleur et plus sûr de rester à et me faire rester sous un arbre. Je préfère avoir un toit au-dessus de ma tête. Ils prétendent"Pas de problème, il ne pleuvra pas«, et que l'endroit est calme, quand toutes les voitures sur la route doivent évidemment arrêter à la barrière et le klaxon retentit. La situation ne me donne la tranquillité d'esprit et lentement je me souviens d'un dicton d'un voyageur au Maroc: »Au Maroc et en Mauritanie, la police/gendarmerie/armée sont les seules personnes que vous pouvez faire confiance. Ci-dessous le Sénégal, vous pouvez faire confiance tout le monde mais leur“.

Comme l'orage et les éclairs se rapprochent, je les laisser et s'aventurer dans les Gombokhori de trouver un abri. C'est la nuit déjà, mais je suis repéré par un marcheur qui me prend à Aboubacar, le chef de la jeunesse. Je suis enfin accueilli dans la salle du chargeur à la maison du président du district. Je l'appelle la chambre chargeur car ils ont un générateur à essence et exécuter un téléphone d'affaires de charge : une plaque de bois sur lequel sont collés des dizaines de prises de courant et une impressionnante collection de chargeurs. Gens peuvent venir et laisser leur téléphone là, payer pour les frais. Heureusement, le générateur est éteint pour la nuit et la chambre est juste assez grande pour moi de rouler mon matelas et accrocher mon moustiquaire.

Je suis encore la transpiration après l'arrêt et passer la soirée avec Aboubacar et ses amis et au moins 30 enfants assis autour et me regarde. J'apprends que des médicaments efficaces contre le paludisme sont présents dans le village, mais le travail du chef du centre de santé se trouve ailleurs : enfants meurent parce que leurs parents les prennent pour le marabout et utilisent un charme au lieu de faire confiance au médicament. Nous parlons à nouveau d'émigrer en France, et apparemment le prix de la Guinée est de 5000 € (tout compris). La traversée du détroit de Gibraltar lui-même est 1500 €. Bien sûr, il n'y a pas d'assurance en cas de décès sur le bateau (l'océan est le cimetière) et aucune garantie que les garde-côtes ne s'attendent pas à l'arrivée. Sur ma question sur la façon "légale" en train, je me suis répondu à qui »Il y a trop de documents à remplir, c'est cher et trop difficile. Avec le "passeur", vous payez juste et allez, c'est facile !” …

Je me suis habitué à guinéen français puisque j'ai commencé le cyclisme dans le pays. On peut dire “Ah ça c’est gâté, il faut envoyer 1000 francs pour gagner le rechange“. “ envoyer ” est utilisé pour “ payeur, donner ”, “ gâté ” pour “ cassé ”, et “ gagner ” pour tout ce qui peut être traduit avec “ pour obtenir ” en anglais.

Le lendemain matin, les enfants de 30 mêmes ou peut-être 50, regardez me brosse les dents et manger mon petit déjeuner. Après le riz, nous allons pour une séance photo pour tout le monde.

20130624-DSC_9448
Tout d'abord, les enfants

Day233-Home-130624
Puis, les adultes (et le cycliste)

20130624-DSC_9455
Un spécial pour les sages (il paraît que sourire ne va pas de pair avec être sage)

20130624-DSC_9456
Et enfin, le cool ones

Je suis heureux d'avoir fait cette route secondaire comme les gens de Gombokhori/Justin sont très gentils et accueillants. Je les laisse sous une pluie légère, un peu gênant mais pas fort, assez pour nettoyer mon vélo sale.



La pluie n'est pas que mauvaise, mais les montagnes ne sont pas aussi bonnes avec les nuages.

20130624-DSC_9457

20130624-IMG_2533
Parapluie d'Obama au cours de marché

20130624-DSC_9459

Il y a maintenant un poste de contrôle de l'armée ou la police dans presque chaque village. C'est un peu ridicule, mais ils disent que due à la proximité avec la frontière de la Sierra Leone (à environ 10 km), les bandits vont et viennent. La plupart des fonctionnaires checkpoint veulent mon contact et numéro de téléphone, se faire des amis. Ils semblent être attendait me dire “Hey ami, je vais vous donner un passeport et vous emmener à mon pays«, mais même si je dis que je ne peux rien faire, ils sont très satisfaits d'avoir mon numéro de téléphone temporaire.

20130624-DSC_9464
Rastaman DJ près de la station de police

20130624-DSC_9465
Le meilleur vélo de l'Afrique : routes de l'arrière-pays de nice

20130624-DSC_9467

Je dois freiner brusquement quand je vois une feuille marche sur la boue rouge en face de moi. Il s'agit de Gédéon le caméléon, probablement un caméléon cassé tel qu'il est toujours flashy vert sur la piste rouge. Nous jouons ensemble pendant un certain temps. Les enfants qui jouent sur le terrain de football à proximité ont cessé de jouer et me regarde maintenant jouez avec le reptile. Je commence à croire que je suis vraiment la plus grande attraction de la Guinée.

20130624-DSC_9470
Gédeon le caméléon

20130624-DSC_9480
Si j'avais des yeux comme ceux, cela ferait cyclisme beaucoup plus sûres et les plus intéressants

On m'a dit qu'il y a quelques mines de développer dans la région, près de Moussaya, avec “Les blancs de partout dans le monde«, et je pourrais demander de faire une visite. Une fois dans Moussaya, ils me disent que le site est en fait de Laya, 17 km plus loin sur une même petite route. Je ne pense pas qu'un site minier nouveau-né est d'une valeur de 34 km.

Cependant, je rencontre des gens du pays qui sont déjà “ pré-approuvés ” au travail. Rio Tinto va exploiter la bauxite dans la région et de construire une voie ferrée. Je suppose qu'ils ont un engagement envers les communautés locales. Le “ pre-approvement ” semble signifier rien de plus qu'un bilan de santé. Ils ne peuvent pas me dire quand ils seront en mesure de travailler. Ceci “dépend des élections“. Ils se réfèrent à des élections législatives, qui ont été retardées depuis 2010. Il n'y a actuellement aucun vrai Parlement, donc aucune décisions ne puissent être prises. Donc pas de commencement des travaux.

J'ai trouvé un document détaillant le chemin de fer longue de 670 km, qui passera juste ici dans Moussaya. L'écart entre la société minière et le budget de la Guinée est énorme : bn 50 USD de recettes pour Rio Tinto, USD 5 milliards pour la de Guinée PIB. Les anciens plans pour construire des routes, un chemin de fer et un port dans les deux ans. Le dernier en date n'a probablement jamais vu ça et obtiendrez peut-être juste un goût de celui-ci.

20130624-DSC_9492
Moussaya

20130624-DSC_9495
Il m'a fallu le temps de comprendre ce qui était une Prestation

Je suis de retour sur l'asphalte à Forecariah. Il ressemblait à une ville décente sur la carte, mais il est beaucoup plus petite que je pensais. Un jour sombre, avec gros nuages et bruine occasionnelle, il n'est pas un endroit que je ne veux pas rester dans. La plupart semble fait de bâtiments administratifs.

Je décide de quitter elle et continuer en direction de la frontière avec la Sierra Leone et restons à la dernière ville. Il y a un autre point de contrôle où environ 10 policiers semblent heureux de m'arrêter. Mon passeport disparaît dans leurs mains alors qu'ils demandent beaucoup de questions en anglais et en Krio, comme si nous étions déjà en Sierra Leone. Je regarde American et ils montrent comment bien qu'ils puissent dire “yes man“. Ils reviennent enfin mon passeport, sans avoir l'ouvrir, demandant de quelle nationalité je suis. Ces points de contrôle inutiles …

Day233-vélo-130624

Farmoriah est la dernière ville avant la ville frontalière. La douane est ici. Je peux dormir dans une villa qui dispose de chambres pour les voyageurs passant par. C'est un endroit très agréable derrière le Bureau de douane avec un travail générateur jusqu'au 23, et je suis surpris d'être offert une chambre dans un tel endroit. Tout je sais c'est qu'il appartient à quelqu'un d'important qui a autorisé les habitants à voyageurs de l'hôte.

Je m'explique qu'il y avait autrefois un grand nombre de français à Farmoriah. Ils avaient immenses bananeraies, aux côtés avec des pastèques, tomates, etc. et une jetée qui a expédié les marchandises directement à la France. Apparemment, ils ont dû quitter lorsque le Président Touré est arrivé au pouvoir. Les machines agricoles sont toujours là, brisés, la terre est toujours là, bien sûr, mais les plantations ne sont pas pris en charge et le potentiel reste inexploité. “Nous avons besoin d'investissement pour commencer à y travailler à nouveau“, les habitants disent. Pour ma dernière nuit dans le pays, je me souviendrai cette phrase comme une illustration de la Guinée, le pays le plus riche d'Afrique de l'Ouest, habitée par les plus pauvres.

Day233-visage-130624