Sur les cimes du Fouta Djalon (traduction manuelle non commencée)

Le trajet jusqu'à le Fouta, les premières montagnes depuis le Maroc, a été un peu décevant. C'est en effet magnifique, mais pas aussi pittoresque comme prévu. Je suppose que j'avais des attentes trop élevées et a été pensée d'une autre chaîne de montagnes Atlas, les Pyrénées ou les Alpes avec une vue sans fin. La jungle et la verdure en Guinée font l'endroit plutôt accablant.

Je suis maintenant sur la route goudronnée et auront deux jours de trajet agréable jusqu'à Mamou, Pita et Dalaba. Il ya quelque chose que je craignais avant de commencer mon voyage Afrique : la « coupeurs de route ». Il pourrait se traduire par des bandits de la route. Ils font un barrage routier et volent les passagers de la voiture. Par exemple, il est ce genre de nouvelles, sur la route de Koundara-Labé, j'ai juste pris. Certains pays et régions sont connues pour cela, mais la Guinée semblait plutôt sûre. C'est le genre d'événement rare qu'on a besoin vraiment de malchance à l'expérience.



Bien sûr, on ne voudrait pas cycle nuit dans ces régions. Maimouna a été volé cette façon quelques mois passés dans un taxi collectif de Conakry. C'est pourquoi j'ai cycle seulement pendant la journée et trouver un endroit sûr pour dormir suffisamment tôt avant le coucher du soleil. Mais j'ai été averti juste qu'une coupeur de route a été arrêtée récemment sur le Labé – route de Mamou, qui je suis partant pour l'instant. Il fonctionnait pendant la journée avec une arme (un service d'armes car il était un policier de la route). Étant donné que la loi n'est pas respectée en tout cas, et les fonctionnaires (immigration, police) font ce qu'ils veulent, il est après tout pas beaucoup de différence entre un bandit et une escouade d'hommes en uniforme extorquant des amendes imaginaires de pilotes. Ce que je ne m'attendais pas, c'est que les liens de la route principale entre les deux grandes villes d'un pays sont si vides qu'il est possible basculer du mauvais côté de la route pour les minutes. Ce qui signifie également que s'en tenir à une grande route ne garantit pas sécurité du tout.

20130620-DSC_9279
Fouta Djalon – vert côté

20130620-DSC_9281
Serait-ce dans le Jura ainsi ?

Il a plu les deux jours je suis resté à Labé et le soleil brille à nouveau aujourd'hui. La météo n'est absolument pas prévisible, il est en effet uniquement sur la volonté de Dieu, si j'ai un jour sec ou pas. La route vallonnée monte et descend parmi la verdure et même certains arbres de pin et est facilement agréable. Je décide de faire un tour à la Chute de Kinkon au lieu d'aller directement à Pita. C'est une des attractions majeures de la Fouta Djalon, mais il y a très peu d'informations à ce sujet. Aidé par les coordonnées GPS, tournez à droite avant d'entrer dans la Pita et suivre une piste qui s'aggrave et pour le pire.

20130620-DSC_9283

20130620-DSC_9284

La route serait aller dans nulle part si je n'avais pas le lac apparaissant sur OpenStreetMap. Il y a quelques maisons le long et les enfants qui jouent à l'extérieur. Un enfant très jeune cri me “Sinois !” (“Chinois!“). Oui, pour la première fois dans ma vie, je m'appelle chinois. Le frère aîné semble corriger l'enfant, comme il l'a alors crie “Porto!“, qui est la “ correcte ” nom des tous les habitants blancs ici. Les chinois doivent travailler sur la centrale hydroélectrique de Kinkon, donc cela doit signifier que je suis sur la bonne voie.

Je sais que je suis arrivé lorsque la piste est bloquée par l'armée. Ils demandent pour le billet qui est censé être obtenue en Pita, mais permettez-moi d'entrer dans la “ zone limitée ” avec une petite contribution négociable. Il n'y a aucune différence entre la règle officielle et l'expérience pratique commune.

20130620-DSC_9290
Barrage de Kinkon

20130620-DSC_9285

Le barrage de Kinkon est le premier de la Guinée, construit par les chinois et inauguré en 1966. Alors que la centrale hydroélectrique de 3 MW est censé pour fournir les régions de Labé, Mamou, Pita et Dalaba, il est dit s'être détériorées très mal jusqu'à ce qu'une mise à niveau effectuée en 2006 qui a eu la sortie à 3,4 MW. Il est toujours juste assez pour fournir l'alimentation occasionnelle des environs, mais il y a autres régimes pour un avenir meilleur.

20130620-DSC_9297
Il doit avoir été à la recherche de mieux, mais j'aime le style contemporain Musée

20130620-DSC_9304

Je m'ennuie la cascade et le cycle tout le chemin en descente, sur la route en béton qui a survécu comme par magie à travers le temps, contrairement à l'éclairage public rouillé qui, à la frontière vers le bas de la tête du projet. L'un opérateur m'envoie en retour de montée.

20130620-DSC_9303
Centrale hydroélectrique de Kinkon, 4 x 800 KW

20130620-DSC_9301

C'est un endroit très agréable et il n'y a personne d'autre ne déranger moi, mais le chien de l'enceinte chinois. Être dans l'étroit canyon est assez impressionnant.

20130620-DSC_9309
Chute de Kinkon

20130620-DSC_9321

20130620-DSC_9332

Sur mon chemin du retour, la garde armée Krio me parle : il est originaire de Sierra Leone, mon prochain pays. Krio est le créole anglais parlé là-bas. C'est la première fois que j'ai entendu il, et je suis très confus : cela ressemble à une langue que je sais, mais je ne peux pas comprendre quoi que ce soit. Seuls quelques mots ici et là. Mon cerveau est partagé entre le sentiment que c'est l'anglais et le fait que j'ai ne saisi en fait aucune signification. Il semble proche de rap américain.

20130620-DSC_9337
3,4 MW au-dessus de ma tête

20130620-DSC_9342
Ministère de l'éducation

Comme d'habitude, nous devenons amis et numéros de téléphone d'échange de photos avec les gardes qui demandaient de l'argent il ya juste une heure. Le gosse qui m'avait appelé chinois est toujours là et il n'a pas mémoriser la leçon de son frère. Il m'appelle chinois à nouveau. J'ai quelques kilomètres à faire sur les chemins de terre que j'ai à peine suivi, car j'ai juste besoin de trouver la route goudronnée.

20130620-IMG_2529
Proximité de la station-service

Mon excursion à la cascade de Kinkon me fait arriver à Pita pendant la nuit. Je vérifie dans un petit hôtel, où l'électricité est vers le bas (pour une autre raison cette fois) et éviter la pluie de la nuit.



La section de Pita à Mamou est celui que j'ai trouver la plus belle. C'est comme une petite montagne russe dans la verdure de la Fouta Djalon, toujours bien pavées et offrant souvent beau points de vue.

20130621-DSC_9345

20130621-DSC_9346

La route colorée permet de mangues et falaises à droite sur le côté. Il a un sentiment de stations de montagne en Inde du Nord.

20130621-DSC_9353

20130621-DSC_9351

Comme dans beaucoup d'endroits montagneux où le prix de l'essence est important dans la vie des gens, les pilotes moto fermer leurs moteurs durant les descentes. Elle les rend rapide et dangereux ; Je n'entends pas leur venue s'ils oublient à klaxonner. Encore plus dangereux, certains taxis aussi éteindre leur moteur...

20130621-DSC_9354

20130621-DSC_9357

Entre Pita et Mamou se trouve Dalaba, une ville à 1200 m d'altitude, que l'on dit avoir vu la neige une fois …

20130621-DSC_9359
Mosquée de Dalaba

20130621-DSC_9360
Conduisez prudemment

20130621-DSC_9361

Il se passe rien de spécial jusqu'à Mamou, qui me permet de compléter les 120 km dans la journée avec 1300 m de montée verticale. Il est tout simplement magnifique.

20130621-DSC_9362

20130621-DSC_9364

20130621-DSC_9368

Day230-vélo-130621

20130621-DSC_9377

20130621-DSC_9381

L'arrivée dans Mamou est poussiéreuse avec trafic ramasser tout d'un coup. Quand j'ai demander les prix des hôtels de première, je suis surpris de que leurs prix de la chambre sont alignés à 250 000 GNF. Il s'agit de 10 fois le prix qu'ils devraient être. Comme j'ai du mal à trouver un “ normal ” lieu à un prix décent, je demande la raison de ces prix suspectes. Mamou est une ville carrefour, entre le Fouta Djalon, Conakry, le Guinée Forestière et la Sierra Leone, mais cela n'a rien d'intéressant en soi. Le secret est qu'elle a une bonne quantité de l'UNICEF et le Corps de la paix, et tous les prix sont élevés vers le haut. En effet, je me rends compte qu'il y a trop de Toyota Neuve, montrant les logos de l'aide internationale et les programmes alimentaires.

20130621-DSC_9382

Je casse un autre a parlé juste au moment où je trouve la seule maison d'hôtes en ville à un prix normal (6€), bien que ce soit assez élevé pour une chambre basique avec des punaises de lit, public de l'électricité (qui s'arrête à minuit) et un seau d'eau (et les libanais propriétaires rénovent pour bientôt augmenter leurs prix). Mes jambes sont douloureuses et je suis épuisé après une longue journée qui se termine sur cette remarque malheureuse.

Aujourd'hui, je me suis marre d'être appelé cent fois par presque tout le monde qui m'a vu (et le long des 120 km, ce qui fait pas mal de gens). Je m'appelle juste pour le plaisir d'être appelé. Enfants et adultes vont crier"Porto!“, “touriste !“, “” et faire des sons jusqu'à ce que je reconnais leur présence. Je réponds généralement “Salut” ou n'importe quoi, mais aujourd'hui, c'était trop. Je me sentais comme une arène au milieu d'un cirque à vélo. Le pire c'est la façon dont ils font “ appeler des bruits ”, ils sifflent “ssssssssst !"et faire la claque des lèvres fort. Je ne peux pas décrire ce son, c'est une sorte de bruit que l'on pourrait appeler des chatons avec baiser. C'est gênant d'entendre et horrible d'être appelé avec, me faire sentir que le sifflement est une manière courtoise d'appeler un inconnu. Pourtant, ces bruits sont le moyen courant pour attraper l'attention de quelqu'un. Et je ne peux pas simplement fermer la fenêtre de la voiture et la voiture plus rapide.

J'en ai marre aussi avec les voitures et les camions qui favorisent et dépassement comme s'ils étaient en train de mourir dans la soirée quand même. Ou comme si ils seraient obtenir condamné à une amende pour l'utilisation de leurs freins. En conséquence, les règles de circulation peuvent être résumées avec “ klaxon retentit à chaque tour et maintenir la pleine vitesse ”. Et qui brise gravement le bon sentiment d'équitation dans les collines.

Le seul plaisir est de regarder, dans la nuit, les collines environnantes, éclairage sous et hors tension en même temps avec les coupures de courant.