Jusqu'au sud du Sahara occidental (traduction en cours)

(note de traduction: le texte qui suit est une traduction automatique de l'anglais vers le français, effectuée par un ordinateur) Lorsque vous quittez Ali, Dakhla et les bons moments derrière, je fais un détour par le sud de la ville et les magasins de vélo. J'ai maintenant 3 « morceaux » du côté de mon pneu arrière. Le pneu Schwalbe Marathon Mondial a fait près de 10'000 courageux kilomètres sans une seule piqûre et maintenant tout à coup, à moins de 10 jours, le fil d'un côté, pas le caoutchouc, commence à se défaire. Un commerçant me dit que je n'ai rien à craindre, tandis que le frère de Ali recommande de prendre une pièce de rechange. Je ne veux vraiment pas faire un pneu de secours rigide, c'est ennuyeux, mais après tout, je vais en centaines kilomètres plus du désert et étant coincé là-bas serait mille fois plus ennuyeux. Il y a un magasin de pneus autour du coin et je reçois un chinois pour 60 dirhams. En fait, il s'adapte bien juste derrière la selle et de se reposer sur les 2 sacoches.

20130318-IMG_1970
Le début de la fin



Je bosse en Aajibe de Ntirift, le village 60 km avant Dakhla, et après un café obligatoire, je peux commencer ma journée contre le vent. Je dois revenir au « continent », sortant de la péninsule de Dakhla sur les 40 kilomètres mêmes je suis entré. Je vais autour de la ville de passer par le phare (et des kilomètres de champs de détritus) et pour en revenir à la route principale n'est pas aussi dur que prévu, le vent étant douce contre moi. Choses les plus difficiles sont mes mollets, ne digérant pas encore le jeu de football sur la plage de sable, il y a deux jours.

20130318-DSC_7495
Front de mer de Dakhla

Day135-Bike-130318
Phare de Dakhla

20130318-DSC_7502

Je fais une pause à la station de Quarante pour célébrer mon 7000 kilomètres avec des sandwichs de Vache-qui-rit, le seul « fromage » je sais qui ose vendre une version de saveur de fromage et continuer sur la route transsaharienne, south bound.

20130318-DSC_7511
Dakar 1430 km

Après 40 km, j'arrive comme prévu (routes plates et constante du vent qu'il me soit le luxe de prendre des pauses et de prédire mon emplacement à la fin de la journée) dans le village de El Argoub au moment du coucher du soleil. El Argoub est exactement face à Dakhla à travers la baie, une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau, mais 80 km par la route. Je pouvais voir le village depuis plus de 15 km. Ce qui est décevant dans le désert plat, c'est que les villes sont visibles de très loin devant. Plus de 10 km avant dans le cas d'un village (le minaret ou le château d'eau) jusqu'à 25 km, pour une ville décente. Et mon estomac ne comprend pas encore qu'il pourrait y avoir une heure de vélo entre voir un lieu habité et correctement pour atteindre la nourriture.

Le soleil vient de mettre sur Dakhla et j'ai entrer dans le village, alors que beaucoup de gens se promener. C'est beaucoup de gens pour un village du désert. Il est inutile d'essayer de cacher et de camper comme je seraient bientôt découvert et a invité plus de pour un thé ou demandé mon passeport, très probablement les deux. Au lieu de cela, j'ai juste demander aux gens du poste d'entrée, un militaire et un gendarme, où je peux dormir. Et il leur faut 1 minute pour me mettre vers le haut avec Mohammed un commerçant/Boucher/restaurant qui dispose d'une salle derrière le magasin où je peux dormir et rester en sécurité.

20130318-IMG_1977
El Argoub latéraux à l'avant, Dakhla dans le dos

Ensuite, j'apprends que tout le monde en ville est de l'armée. El Argoub est une ville de l'armée, alors ces centaines personnes se promener sans uniformes étaient soldats... pas évident, mais après tout, oui, il devrait être évident. En dehors de chameaux, seuls les militaires comme le désert. La ville attire même la 3G et la nuit, Dakhla semble énorme avec beaucoup de lumière.

La chambre, en que je DORS est en fait la salle à manger pour les clients du restaurant. Juste après que je m'enterrer dans mon sac de couchage, vous pourrez venir et ronger forts de seulement deux mètres. Je ne DORS beaucoup si cela dure toute la nuit... et c'est un des quelques arrêts alimentaires dans la région. Mais heureusement la boutique/restaurant ferme pendant la nuit, à l'instar de la frontière de la Mauritanie/Maroc, et j'ai passer une soirée tranquille.
Le matin, je petit déjeuner de l'huile d'Argan, de l'arbre éponyme qui pousse uniquement au Maroc et en Algérie. Il est souvent vendu comme huile pour le corps et la crème, mais pour moi, l'huile comestible est beaucoup plus pertinente. Ali m'a donné une petite bouteille de celui-ci et ça goûte un peu marrons. Ici, l'eau n'est pas bon pour boire, donc je dois aller pour une bouteille. C'est la première fois dans tout le Maroc. Problèmes avec de l'eau a commencé seulement à Dakhla, où les robinets sont secs du soir au matin. Parfois, l'eau potable est fournie par venant de Tan-Tan, 850 km au nord de barils.


Sur la route, après je passe à Portorico, ma première vue intéressant vient après 20 kilomètres, et c'est le signe pour le Tropique du Cancer, 23 ° 26 "N. Alors je suis allé déjà plus de 20 degrés vers le sud depuis la Suisse (mais il y a 80 degrés entre Zurich et Cap …). Pour plus d'informations, cela angle l'angle entre le plan équatorial de la terre et de son plan de l'orbite, est aussi l'angle de l'axe de rotation de la terre inclinée. L'été viendra bientôt et je ne peux pas arrêter le soleil de se mettre en plus dures et plus sévères.

20130319-DSC_7516
Portorico

20130319-DSC_7520
Tropique du Cancer, les signes particuliers comme polonais

20130319-DSC_7531
Tropique du Cancer, 23 ° 26 "N

Le vent vient du Nord-Ouest tandis que je vais vers le sud ouest, donc je ne suis pas aussi rapide comme d'habitude. Je traverse la Commune rurale de Imlili, un autre village abandonné neuf. Un gendarme à la gare à proximité me dit il a été construit pour les pêcheurs, mais ceux qui préfèrent rester dans leurs cabanes à bord de la plage avec leurs bateaux et moteurs... une explication pour mettre contre celle d'un auto-stoppeur local, disant qu'il y a la femme d'un général espagnol (?) dans il.

20130319-DSC_7533
Ma route pour toujours

20130319-DSC_7536
Commune rurale Imlili

20130319-DSC_7539

20130319-DSC_7538

20130319-DSC_7542

20130319-DSC_7545

Bon vent dans mon dos revient dans l'après-midi, quand je passe une zone de sable plus que d'habitude. Il y a encore de belles dunes blanches. C'est autour de la baie de Cintra.

20130319-IMG_1984

20130319-DSC_7547

20130319-DSC_7554

20130319-DSC_7549

20130319-DSC_7560

20130319-DSC_7580

20130319-DSC_7583
Cintra baie de sable blanc

20130319-DSC_7584

La journée passe vite sans rien beaucoup mis à part les pierres, le sable et l'océan. Je suis impatient au camp d'enfin à l'état sauvage du Sahara. De nos jours, la gendarmerie n'est pas suivi tous de mes mouvements et j'ai la liberté de sommeil où je veux. Et après 140 km, il existe des petites dunes proches de sur ma gauche. Le premier que j'ai atteint, après quelques fully-loaded-bike-pushing-in-the-sand, une activité qui a vraiment fait de vous sentir inutile, a une forme en croissant, faire un parfait abri contre le vent fort.

20130319-DSC_7586
Vous cherchez une barrière naturelle contre le vent … pas facile

20130319-IMG_1992
Enfin, une dune

J'ai mis ma tente dans la dernière heure du jour disponible, au cœur du croissant, où le vent est en effet pas arrêté du tout. Et pire encore, il n'a aucun direction. Après quelques efforts techniques, j'ai réussi à mettre en place seulement la moitié de celui-ci, juste pour voir, il a époustouflé. À ce stade, je dois décider très vite ce qu'il faut faire : rester ou se rendre. Étant donné que je prévois déjà une très mauvaise et effrayante nuit dans une tente Vaude pas très résistant au vent, je change d'avis et choisir de fuir cet endroit venteux. Je n'ai nulle part ailleurs pour aller à l'abri du vent, mais de demander asile à des tours de la cellule par la route.

J'ai complètement rate le coucher de soleil sur l'océan et les dernières minutes du ciel rouge permet de repousser la moto pour la route et atteindre les tours de la cellule. Le premier se trouve à proximité mais est petit : l'antenne doit avoir un mur serré autour et probablement aucun gardien, car il est verrouillé de dehors. Le second est quelques kilomètres en arrière, c'est-à-dire contre le vent. C'est la nuit et pas vraiment un endroit approprié pour passer, mais la panique déverrouille une réserve d'énergie pour me ressaisir en quelque sorte contre cette force omniprésente. La tour de la cellule est grand et visible de loin, néanmoins prendre des âges à atteindre. Kilomètres peut-être 3 ou 5, mais sentiment beaucoup plus. Quand je suis enfin là, transpiration, voir la lumière à l'intérieur, j'ai frapper à la porte plusieurs fois. Ne pas répondre plusieurs fois, mais avant que j'ai mis ma tente derrière le béton long et haut muraille, un des plus laid emplacement pour dormir dans le désert magnifique (mais offrant une bien meilleure protection qu'une dune) la porte s'ouvre. Les deux frères Sahraouis, travaillant comme gardes, cette fois pas pour G4S mais pour Brinks, permettent d'aller à l'intérieur non seulement à mettre en place ma tente dans un endroit sans vent, mais aussi de dormir à l'intérieur sur les matelas de leur vaste salle à manger.

Nous avons regarder les matchs de football mineur comme le UK Division 1 et de la CAN pour les équipes nationales jeunes, un peu de France 24 donc je peux obtenir mon quota d'international bad news et scandales parmi la vie politique française et photos de gazelle chasse profonde dans le Sahara. Une fois de plus, un de ses amis, en possession d'un passeport espagnol, m'explique qu'il préfère la vie dans le Sahara à la situation économique actuelle en Espagne. Avec le vent fort chaque jour et chaque nuit dans le désert qui offre très peu d'abris naturels, je ne vois ces tours de cellules tous les 10 ou 20 km comme laids poteaux plus, mais comme les îles d'asile d'urgence nécessaires pour les pauvres cyclistes.

20130320-IMG_1996
Panneaux solaires pour la tour cellulaire

20130320-DSC_7589

Le vent du matin est plus fort que jamais et très fort. Il s'agit d'un peu de la droite. Sur la route, il y a très peu de circulation. Elle diminue depuis Tan-Tan. Je dirais une douzaine de voitures par heure est une bonne moyenne. Il semble ridicule lorsque je me rends compte que c'est la seule route prenant tout le trafic entre l'Europe et l'Afrique de l'Ouest. Donc cela signifie que les camions de nourriture ne vont pas plus loin que Dakhla. À la frontière, Maroc empêche également l'entrée aux africains incapables de démontrer au moins 500 € d'argent de poche, donc il ne fait pas beaucoup de visiteurs.



Alors que le début du Sahara était tout simplement parfait revenant, il devient maintenant plus chaud et plus chaud et je voudrais trouver l'ombre quand je prends une pause. Il y a seulement la signalisation routière pour fournir une ombre, mais il n'est pas assez pour moi.

20130320-DSC_7591
Chaud partout

J'atteins le centre Bir Gandouz après 80 km, mettant fin à une étendue de 160 km sans n'importe quel magasin ou le café, le plus long de tous avec celui de Boujdour. Il possède 2 hôtels/restaurants et beaucoup de gens s'arrêter. C'est la dernière étape avant la frontière de la Mauritanie et le fameux No Man s Land qui sépare les deux pays. Je reçois un poisson et frites avant de prendre la route à nouveau. Je ne serai pas en mesure de faire le 85 km jusqu'à la fin du Sahara occidental, mais le vent violent m'alimenter m'obtiendrez étroite, donc j'ai beaucoup de temps pour la traversée demain.

20130320-IMG_1999

20130320-DSC_7602

20130320-DSC_7607

Le paysage change complètement, avec nombreuses formations rocheuses autour. Ces collines peu maintenant m'empêchent de voir la route plus de 1 km. Elle est très belle et sauvage.

20130320-DSC_7616

20130320-DSC_7614
Moins de 50 km de la frontière, après près de 3800 km à vélo au Maroc et Sahara occidental

Quand je vois une lecture du signe"opérations de déminage en cours"juste par la route, je sais que trouver un campspot ne sera pas amusant. Il y a beaucoup de ces signes, très rouillés et à peine lisibles. Je suppose qu'il n'y a pas plus de risque, mais dans le cas où on a oublié un, je ne veux pas le trouver. La frontière entre le Sahara Maroc-occupée et le reste du Sahara occidental ou la Mauritanie possède des mines terrestres encore beaucoup plus que les champs de tomate cerise.

20130320-DSC_7622
Déminage en cours

Je suis maintenant cyclisme ma dernière heure du jour et j'espère vraiment voir une structure ou quelque chose habitée au camp de la paix. Il n'y a vraiment rien autour, mais je suis soulagé lorsque je place une antenne. J'arrive à elle juste avant le coucher du soleil. Il n'est pas une antenne-relais habituels. Elle est occupée par 2 gardes de l'armée et elle est en fait un poste de communication pour la Marine Royale. Ils ne veulent pas me mettre ma tente juste derrière leur mur alors je vais autour de chercher un endroit abri de vent. Les gardes confirment que la zone autour de la route est en effet libre de mines terrestres. Le vent est fort et ma place n'est pas beaucoup mieux que partout ailleurs, mais le coucher du soleil est très agréable. Le vent constant m'a fait oublier la façon dont c'est le silence comme. Mais la fatigue et les bouchons d'oreilles me faire dormir par le bruit et ma braguette tente battement.

20130320-DSC_7626