Du Maroc à la Mauritanie (traduction en cours)

(Note de traduction: le texte qui suit est issu d'une traduction automatique de l'anglais vers le français, effectuée par un ordinateur) Le matin, le vent me pousse rapidement à travers les 35 derniers kilomètres jusqu'à la frontière. Après 2400 kilomètres parcouru à vélo au Maroc et 1400 km au Sahara occidental, je vais enfin changer pays. Juste avant d'y arriver il y a des casernes militaires, mais le poste frontière en lui-même n'est pas trop stressant. Il y a un hôtel, des cafés et un magasin où tout est cher, placés juste devant les voitures faisant la queue pour traverser les douanes. Je vois beaucoup de plaques d'immatriculation espagnoles ou françaises, car la revente de voitures européennes en Mauritanie (et dans les pays suivants) est un gros business. Les vieilles voitures allemandes se vendent pour bien plus d'argent en Afrique qu'en Europe. Pour les voitures volées, il y a une histoire selon laquelle ils doivent les conduire en trois jours jusqu'à la frontière pour échapper à Interpol et aux contrôles de la police marocaine.

20130321-DSC_7633
Le dernier réveil au Maroc

20130321-DSC_7635
À la frontière

20130321-DSC_7641
Guerguerate est la frontière et la ville marocaine la plus méridionale de Lagouira

20130321-DSC_7644



Mon pneu arrière semble pire et pire et j'espère pouvoir le faire sans problèmes de l'autre côté jusqu'à Nouadhibou. C'est environ 60 kilomètres, y compris quelques pistes, et je ne veux pas avoir à changer un pneu là-dedans. Le fil de côté est maintenant bien annulée et je peux sentir le tube gonflé exorbités.

La traversée du Maroc vers la Mauritanie est spéciale, car l'ensemble de la frontière entre les deux pays est marqué avec les mines antipersonnel. Entre le poste frontalier marocain et mauritanien celui, il y a une piste longue de 3 km surnommée le No Man s Land, appartenant à la personne, et où les personnes doivent suivre attentivement la piste d'arriver vivant de l'autre côté. J'avais lu beaucoup de lui, y compris des guides en criant"bombe !"au peuple donc ils payent pour une traversée sûre.

20130321-20130321_001
Guerguerat/Guarguarate, la ville frontière de

Je suis bien préparé, j'ai la trace GPS de 2 pistes sécurisés en passant par Land de No Man's, OpenStreetMap, me surprendre chaque jour, même les a marqué et c'est plus ou moins correspondant.

20130321-IMG_2004
Dernière photo (difficile) au Maroc

Après avoir traversé l'immigration et le contrôle de gendarmerie, je suis parti à un "Mines : ne laissez pas la route"Connectez-vous à une porte à nulle part, un nulle part ressemblant à un cimetière de voitures et les gens attendent sans but. Personne ne me gêne sauf quelques changeurs d'argent. C'est beaucoup moins dangereux que la légende dit, que le poste frontière mauritanienne est visible dès le début, et il faut juste suivre les voitures et les camions, en passant par les nombreuses pistes. C'est ce que j'ai fait, et il ne correspond pas à la GPS traces que j'ai eu, mais je suis arrivé très bien. Il semble plus désolée qu'effrayant. Les pistes sont parfois faites de sable, parfois de roches, ce n'est pas amusant, mais rapide.

20130321-DSC_7645
Entrant dans le No Man ’ s Land

20130321-IMG_2006

Day138-vélo-130321

20130321-DSC_7650

20130321-IMG_2010
En arrivant au poste frontière mauritanien

Les procédures au poste frontière mauritanien aller vite aussi. Impossible d'obtenir mon extension de visa ici, je suis certifié que je peux le faire à Nouakchott, et qu'il ne serait pas un problème si il expire alors que je suis sur le chemin.

20130321-DSC_7654
Bienvenue en Mauritanie

Me voici donc en Mauritanie. À première vue, il semble que les mêmes qu'avant la frontière : une route à 2 voies au milieu de sable et de pierres. Bien qu'il n'y a plus de sable de ce côté. Le vent est très fort et je vais tout droit à Nouadhibou, la deuxième plus grande ville du pays, à l'extrémité d'une péninsule, comme était de Dakhla au Sahara occidental.

20130321-DSC_7658
Traverser les rails du train plus long du monde

20130321-DSC_7660
Aimable rappel sur les mines antipersonnel

Les jalons sont ici tout les 5 kilomètres, donc il est moins entertainment sur le chemin. Il ressemble un peu plus désorganisé, ventilées camions et voitures à moitié ou entièrement sur la route. Les points de contrôle fonctionnent de la même manière que dans Maroc, je dois fournir mon passeport et voyage de détails, mais les gendarmes sont beaucoup moins polis et on n'est pas même se lever de son matelas où il est copie de mon passeport.

20130321-DSC_7661
Sable mauritanien

20130321-DSC_7665

20130321-DSC_7666

Je ne crains pas, car je veux juste entrer dans la ville avant que mon pneu explose, obtenir une chambre et vous détendre. Quand je m'arrête par la route de marcher et de prendre des photos, je me rappelle toujours que la zone autour de la voie ferrée, parallèle à la route, a été minée et même s'il n'y a probablement aucun danger à 99,99 %, le reste 0,01 infâme % est pondération beaucoup contre ma volonté de se déplacer et de découvrir où les gens ne vont pas.

20130321-DSC_7667

20130321-DSC_7673

20130321-DSC_7676
Poste de police de Nouadhibou

A l'entrée de la ville, il y a la gare de voyageurs, pour les gens sauter dans les wagons de minerai de fer vide remontant à la mine en Zouerat et Fdérik. Le train est propriété de la SNIM, l'entreprise minière, la plus grande entreprise du pays, en charge de l'exploitation minière, des transports et des exportations de minerai de fer. Il est censé être le plus long du monde, avec 2 ou 3 kilomètres de long. J'ai déjà vu l'autre train, censée être la plus longue du monde, sur la Chemin de fer de Sishen-Saldanha en Afrique du Sud, il y encore transporter du minerai de fer de la Sishen mines au Cap-Nord jusqu'à la baie de port de Saldhana sur la côte ouest (c'était en 1989 le record du monde du plus long train : 7,303 km de long, 71 210 tonnes, 660 wagons chargés, 16 locomotives).

20130321-DSC_7677
Réfrigérateurs, attendant le train

Et juste comme je passais la station, le train arrive. En effet, c'est très impressionnant de voir le train interminable wagons en tirant pour toujours sur un nuage de poussière. Mon visage est aussi un nuage de poussière en soi, chaque fois que je passe mes mains sur elle, je me sens plus de sable que la peau.

20130321-DSC_7682
Train de la SNIM

20130321-DSC_7698
Venant sans cesse d'un nuage de poussière

20130321-DSC_7692
Très longue traîne

20130321-DSC_7712

Sur cette note positive, je rentre à Nouadhibou pour quelques jours de repos. J'ai juste traversé le Sahara occidental cyclisme mais je suis pas dans une ambiance de fête, tout d'abord parce qu'il est en Mauritanie 500 kilomètres plus du désert jusqu'à Nouakchott et ensuite parce que j'ai des réparations à faire. « Mes jours de repos » sont maintenant suite à une routine, je suis moins excitée, douche/lavage cheveux/manger un lot/nettoyer et vélo/sommeil de pétrole puits/charge batteries/trier toutes les photos/écriture/upload et de publier, d'une manière que j'aime plus mon vélo quand je peux juste pédaler et regarder la route et les paysages en passant par moi.

20130321-IMG_2016
Bienvenue à Nouadhibou

L'entrée de Nouadhibou est avec une route à 2 × 2 voies, le long duquel la ville s'étend sur près de 10 kilomètres. La route est à moitié réduit par les charrettes de sable et l'âne. Il semble qu'il y a autant de voitures réparties comme les chèvres comme la course de voitures. Même si parfois je suis surpris de voir ces cassée vers le bas de wagons par eux-mêmes. Le rond-point règle qui prévaut est d'abord l'aller plus rapide. Le sable est juste partout dans la ville, qui seulement ressemble à un gros gâchis. Je pensais que le Sahara occidental serait bonne transition et préparation entre le Maroc et la Mauritanie, mais il n'était pas. Il y a un écart énorme à la frontière et la Mauritanie est un autre monde, rendant le Maroc ressemble à la Suisse.

Après avoir traversé presque toute la ville, je reçois dans une auberge et mettre la moto en. Le pneu a survécu, mais j'ai un parlé cassé. La douche ne fonctionne pas car il n'y a pas d'électricité dans la ville. Je me dit que c'est normal, que tous les soirs il y a une panne d'électricité dans toute la ville (la deuxième du pays). Sur le sable qui, d'une manière, marque le trottoir de la route, les gens marchent avec leurs téléphones cellulaires. Je vais manger dans un restaurant (avec une torche de téléphone portable comme lumière principale) un poisson entier pour un peu plus de 1 €. Cette frontière est un écart plus grand que l'écart entre l'Espagne et le Maroc.

L'électricité revient pour une heure et coupe encore une fois, me laissant avec la seule chose que je dois faire de toute façon, s'endormir.