Thermes et Fès

J'imaginais que la route allais suivre plus ou moins la ligne d'eau la plus élevée autour du barrage, et que la journée serait facile. C'est exactement le contraire qui se passe, avec une montée dans le brouillard dès le départ. Je ne vois plus le lac. En fait je ne vois rien du tout.

Ma route aujourd'hui m'emmène autour du grand réservoir du barrage d'Al Wahda. Lorsqu’il a été rempli, la route qui filait tout droit a été coupée, et maintenant il faut faire tout le tour.


Day85-Home-130127
Matin vert

J'imaginais que la route allais suivre plus ou moins la ligne d'eau la plus élevée autour du barrage, et que la journée serait facile. C'est exactement le contraire qui se passe, avec une montée dans le brouillard dès le départ. Je ne vois plus le lac. En fait je ne vois rien du tout.

20130127-IMG_1546
S'asseoir et travailler

Comme je suis maintenant sur une route que seuls les locaux et les animaux utilisent, je pensais pouvoir acheter à manger dans un village sans avoir à subir les techniques d'attrape touriste. Las, à moins qu'un système de comptage spécifique soit en vigueur dans la province de Taounate, on me demande de payer 20 fois le prix habituel. Ça fait du 14€ pour un pauvre bout de mortadelle plastifié (le genre de truc que je mange en cas d'urgence)... du coup je m’assois dans un café où les gens s'entassent pour voir un match du Real de Madrid, et je regarde Ronaldo marquer 3 buts pendant que je mange mes dattes.

À propos de nourriture d'urgence et de nourriture transportable, telle que les sandwiches, les biscuits, le saucisson, le fromage... Je pense que j'aurai beaucoup moins de choix ici qu'en Europe. Je vais devoir me contenter de pain et de Vache qui rit, plus de la viande qui a un gout de...quelque chose, et des dattes. Les dattes sont une bonne affaire, ce n'est pas chère et c'est sucré. Malgré toutes les vaches et les chèvres que j'aperçois depuis la route, quand on parle de "fromage" par ici il faut en fait comprendre Vache qui rit. D'un autre côté les aliments annoncé comme frais le sont réellement. Le kefta est souvent préparé et cuit à la commande. Le boucher attrape la pièce de vache suspendue au dessus de lui, l’assaisonne, la grille et la sers, le tout en 10 minutes. Je pense que j'en mangerai beaucoup au Maroc.

20130127-DSC_4986
Barrage d'Al Wahda

Les gens me semblent bien plus sympa ici que dans le Rif. Tout le monde me salue, que ce soit dans un magasin, quand je croise un camion, ou encore les gens dans les champs. On dirait que ça correspond au changement de langage dominant, étant donné qu'ici je parle désormais plus souvent français qu'espagnol. Les environs du barrage sont très calmes, pratiquement sans voitures et constitués principalement de zones de pâturage.

20130127-IMG_1548

20130127-DSC_4994

20130127-DSC_4999

20130127-IMG_1550
J'attends que mon sandwich soit prêt

Je peux également témoigner de l'évolution du prix du pain. Un pain rond, appelé khobs, coûte en général 1.20 dh dans les villes. Dans les petit villages, je n'en ai pas trouvé pour moins de 2 dh. Parfois ça monte même à 5 dh (pour un gros)

20130127-DSC_5002
Pont à Ourtzarh

Je croise également pour la première une fille qui sourit. Dans ces régions rurales aucune femmes, même les petites filles, ne sourient. Elle baissent toujours le regard quand je passe à proximité. A l'opposé les garçons sautent dans tous les sens et les hommes bavardent un peu. Comme je ne vais pas très vite à vélo j'ai le temps d'avoir la discussion suivante des dizaines de fois par heure avec tous les gens qui je trouve le long de la route:
– Salaam alaykoum !
– Salaam alaykoum, comment vas-tu ?
– Très bien merci et vous ?
– Très bien, ' lhamdulillah, où...
.

20130127-DSC_5003

En quittant la zone du barrage la route devient plus plate et mieux goudronnée. La nature est frappante de par sa couleur verte et je me prend à penser au désert, aux rochers et au sables qui m'attendent dans quelques jours.

20130127-DSC_5010

20130127-DSC_5012
Les routes sont maintenant bien goudronnées, mais ce genre d'incident est encore monnaie courant

20130127-DSC_5014

20130127-DSC_5019

20130127-DSC_5024

Je suis toujours sur la route de Fès. Celle ci est maintenant rectiligne et bordée d'arbres. Le ciel s'assombrit rapidement et je demande aux gens si je peux planter ma tente. Mon premier essai m'envoie au prochain village où j'essuie un nouveau refus. J'essaie une troisième fois et là les gens m'invitent à planter ma tente où je le souhaite derrière leurs magasins. L'endroit s'appelle Oued Sebou ou Pont du Sebou, et un garçon m'emmène au bout du village où se trouve Zach qui parle anglais et gère un café. Il y a là une foule qui regarde l'Afrique du Sud jouer contre le Maroc. Celui-ci est finalement éliminé de la compétition après plusieurs buts de dernière minute.

20130127-DSC_5026

Je suis invité par Hamid et je passe une très bonne soirée avec Abdelouafi et sa famille. Ils m'accueillent très chaleureusement et avec générosité.

Nous prenons le petit déjeuner le matin et discutons de mon itinéraire. Je pensais rallier Fès au plus vite, à seulement 50 km d'ici, mais j'apprends que Moulay Yacoub, la ville thermale, a en fait des bains publics “normaux” en plus des spa haut de gamme. Ça fait 20km en plus et je décide d'y aller et d'y dormir.

Day86-Home-130128
Au revoir au Pont du Sebou



Hamid me dit qu'il a vu un autre gars barbu sur un vélo avec des sacoches il y a seulement 30 minutes. C'est la description basique d'un cyclo touriste, mais il se pourrait que ce soit Simon, que j'ai rencontré vers Tétouan il y a quelques jours. Les routes sont belles et très tranquilles, et vertes comme d'habitude.

20130128-DSC_5029

Je continue de saluer et d'être salué par tout le monde sur la route, mais certains hommes se mettent à ajouter en plus des phrases commençant par "ton ami est...". Et en effet, au cours de l'ascension (entrer à Fès par le nord implique de monter à 700m), je retrouve Simon.

Day86-vélo-130128

20130128-DSC_5032

20130128-IMG_1562

Il apparaît sur OpenStreetMap qui nous n'avons pas besoin d'aller jusqu'à Fès pour pouvoir ensuite rejoindre Moulay Yacoub. Il y a une petite route, beaucoup plus étroite que celle sur laquelle nous nous trouvons actuellement, coupant à travers les collines et nous évitant ainsi 20km. La route n'est pas sur la carte Michelin, ce donc être un chemin de terre.

20130128-DSC_5048
Le Semeur

La petite route, laissant la main que l'on considère de bonne qualité et nous lui donner un essai, en gardant à l'esprit que nous pouvions être bientôt dans la boue sur des kilomètres. Mais il semble être très agréable, avec vue sur Fès à un certain moment, en nous tenant la meilleure descente puisque nous sommes entrés dans le continent. Au-dessus du brouillard sale qui cocons de la deuxième ville du Maroc, nous pouvons même voir 2 différentes chaînes de montagnes avec des bouchons de neige, nos prochains défis.

20130128-DSC_5053
Fès

20130128-DSC_5066

20130128-DSC_5072

Les routes ont été très calmes jusqu'à présent, et j'ai vu seulement quelques cafés dans les petits villages. L'arrivée à Moulay Yacoub est surprenante car après une dernière montée nous voyons tout à coup, réunies à un seul endroit, autant de personnes que pendant toute la journée. La ville est organisée autour d'une unique colline, avec une seule route pour y accéder, remplie de voitures et d'hommes régulant le stationnement. Moulay Yacoub est une ville très touristique mais réservée aux locaux: il n'y a aucun touriste étranger. L'avantage est que nous ne nous feront pas suivre par des ados et des hommes nous offrant tout ce qui est possible d'offrir. Par contre les prix sont plus élevés que la moyenne, et les thermes seront bruyants. En plus c'est les vacances scolaires et il y a un jour férié pour célébrer l'anniversaire du Prophète. Les hôtels sont pleins et cher.

20130128-DSC_5074

Les choses importantes en premier: nous commandons 1kg de viande et nous nous posons pour nous imprégner du rythme de la ville. L'unique route de la ville est très fréquentée. Les restaurants servent de la viande grillée, des tajines, des sucreries, les magasins vendent de tout, comme d'habitude, mais tout particulièrement des savons, des tongs et des serviettes. Nous réussissons à négocier une chambre dans une maison à un prix raisonnable. Pas au prix de la médina, mais quand même moins cher qu'à l’hôtel. Nous y rangeons nos vélos et partons enfin pour les thermes. Ils sont ouverts 24h/24 et coûtent seulement 14 dh.

Il y a une piscine pour femmes, hommes, qui gardent leurs sous-vêtements dans la baignoire. Je suis heureux d'enfin faire tremper dans l'eau chaude. L'endroit est un hammam géant avec une piscine géante au milieu. L'odeur est loin d'être mon odeur de soufre bien-aimé, car il s'agit d'effectuer sur leIl y a une piscine pour les femmes et une pour les hommes, qui doivent garder leur sous vêtements dans l'établissement. Je suis impatient de pouvoir enfin me tremper dans l'eau chaude. L'endroit est un hamam géant avec une piscine géante au milieu. L'odeur qui s'en dégage est loin de celle de souffre que j'appréciais tant dans les Onsen Japonais. J'ai plus l'impression de sentir des toilettes publiques qu'une source d'eau chaude. Je m'y habitue quand même après un certain temps passé dans l'eau brûlante. Celle-ci est brune et changé une fois par mois. Il y a beaucoup de gamins et de jeunes qui sautent et chantent des chansons de remerciement. On est à mille lieues de l'étiquette en vigueur dans les Onsens japonais.

Ce qui est nouveau pour moi c'est la présence d'hommes employés pour laver et frotter les visiteurs. L'un d'eux s'occupe de moi. Il me lave et me frotte avec un savon noir en déployant une énergie propre à me faire oublier tout ces jours passés à transpirer sans pouvoir prendre de douche. Après ça j'ai droit à une séance de massage/étirements où il se contente de placer mes jambes dans des positions étranges avant de les frapper. Ça me rappelle les massages thaï quand je faisais du vélo en Thaïlande. Je n'étais jamais vraiment convaincu que ça aide mes jambes à récupérer plus rapidement et j'étais surtout content d'en sortir avec tout mes os intacts.

C'est finalement une bonne expérience et en plus il y a encore des magasins ouverts à 2h du matin, pratique pour acheter des jus de fruits fraîchement pressés! Je commence à être accro au jus d'avocat. C'est un peu comme un repas liquéfié.

J'ai reçu une autre bonne nouvelle au cours de la journée à propos de ma carte de débit qui est finalement arrivé à Rabat. Elle a juste été envoyée au mauvais endroit. Heureusement je suis près de Fès où il y a une ligne de train directe pour Rabat.

Le lendemain nous faisons un petit 20 km de Moulay Yacoub à Fès.


Nous démarrons tout doucement le matin, en buvant du thé et en mangeant quelques petits trucs avant de partir.

20130129-IMG_1566

20130129-IMG_1569

20130129-IMG_1570

La route est rapide, le temps au beau fixe, et nous entrons dans la grande ville de Fès.

20130129-DSC_5085

20130129-DSC_5093

Nous sommes accueillis par Karim, le frère de Zach, rencontré il y a deux jours à Pont du Sebou. Je n'aime pas faire du vélo dans ces grandes villes, les bas cotés de la route sont pleins de clous et autres objets perçants. Mais désormais nous marchons dans le Mella, le vieux quartier juif de Fès. Un endroit réservé au piétons où la foule se presse dans des rues étroites.

20130129-IMG_1576

20130129-IMG_1581

20130129-IMG_1585

20130129-IMG_1589
J'hésite encore entre le sens de lecture horizontal ou vertical

Karim prend soin de nous aussi bien que sa famille il y a 2 jours. On nous laisse le temps et l'opportunité de prendre une douche, laver nos vêtements, faire des réparations, faire un voyage éclair à Rabat pour moi, et manger de la délicieuse nourriture, notamment au mariage des voisins. Nous sommes accueillis royalement, et cela avant de partir pour l'Atlas, Ifrane et la neige.

20130130-IMG_1590
Real Madrid – FC Barcelone … concentrés, comme dans une salle de classe

20130131-DSC_5106
Fès connections

20130131-DSC_5101

Tags : ,