Les portes de l'Afrique

Je me réveille avec Gibraltar en tête, ce morceau de Grande Bretagne situé à la pointe sud de l'Espagne. Le fait de quitter Los Angeles par des routes plates me donne un sentiment d'aisance que je n'ai plus ressenti depuis longtemps. Sur les routes, rien qui indiquerait Gibraltar, seulement Algeciras, la ville qui est à l'opposé de la baie. Mais le chemin est plutôt simple - plein sud - et emprunté par de nombreux cyclistes, seuls ou en groupe. Ils sont plus nombreux que les voitures. Vers la fin, la route a même une voie réservée aux vélos.


20121230-IMG_1384
A vélo, on voyage jusqu'au bout du monde

20121230-IMG_1387
Bienvenue à l'extérieur de la montagne

20121230-DSC_4286

J'atteins la mer avant midi. Je suis maintenant exactement au détroit de Gibraltar, là où il y a un renfoncement dans la baie: à ma droite Algeciras, la ville et le port (moche), à ma gauche Gibraltar, le « rocher » qui sort de la mer, impressionnant, et les cargos (moches) qui stationnement en face de lui. Il y a pas mal de tensions entre l'Espagne et le Royaume-Uni, qui tire parti de son territoire marin à Gibraltar pour stationner des bateaux qu'aucuns pays ne voudrait voir stationner chez lui. Une fuite ou un accident ici causerait bien plus de tort à l'Espagne qu'aux 5km de côte de la Reine. Et enfin, dernière mais pas des moindres, face à moi, si proche, la côte africaine.

20121230-DSC_4290
Gibraltar … une des colonnes d'Hercule

Il existe plusieurs options pour prendre un ferry pour le Maroc : au départ de Gibraltar, d'Algeciras ou de Tarifa. Gibraltar est censée être la plus chère, mais certainement moins pénible qu'Algeciras, bien plus fréquentée. Me retrouver coincé entre les voitures et les camions au fond d'un bateau n'est pas la façon dont j'envisage mon arrivée en Afrique. Je lis sur Internet qu'il y a beaucoup de compagnies de ferry et autant de types de billets. Je me souviens du bazar que c'était à Dar-es-Salaam, au port pour aller à Zanzibar, et je ne veux pas tenter l'expérience avec un vélo. J'ai également découvert que depuis peu la plupart des ferry à destination de Tanger s'arrêtent en fait Tanger MED, un nouveau port situé à 40km de la ville. Et je me vois mal arriver là bas en pleine nuit, pas préparé.

20121230-DSC_4296

Donc je décide de tenter ma chance à Gibraltar, même si le site de la compagnie de ferry que j'ai consulté m'indique qu'il n'y a pas de bateau aujourd'hui. Le «rocher» est maintenant bien en évidence, là devant moi, mais il n'y a toujours aucune signalisation à son sujet, comme si l'Espagne voulait le dissimuler.

Les premiers panneaux apparaissent au tout dernier rond-point, là où les embouteillages commencent à cause de la douane. Je dépasse facilement une Ferrari, passe la douane rapidement et suis maintenant au Royaume Uni (je ne compte pas ça comme un nouveau pays pour mes stats cependant).

20121230-DSC_4302
Passage sur la piste d'atterrissage de Gibraltar

Je traverse l'aéroport, passage obligé étant donnée qu'il est construit sur la seule partie plane du territoire de Gibraltar, terrain partagé également avec la route d'accès et la douane, et je me dirige ensuite directement vers le port. Celui-ci est fermé en raison de l'absence de trafic aujourd'hui, du coup je n'ai pas d'autre choix que de visiter Gibraltar en vitesse et continuer jusqu'à Algeciras pour trouver un ferry.

Je ne trouve rien de bien intéressant à acheter vu qu'on est le dimanche (jusqu'à maintenant je n'avais aucune raison de me soucier de savoir quel jour de la semaine on était) et que, à part les magasins d'alimentation, tout est fermé. Je me laisse tenter par un triple burger étant donné qu'ils acceptent les euros en plus de la livre officiel de Gibraltar (1 GIBP = 1 GBP).

20121230-IMG_1397
Une petite preuve que je suis au Royaume-Uni

Day057-Bike-121230
Et une autre preuve

20121230-DSC_4313
Je suis là à nouveau

20121230-IMG_1402
Et … OK, maintenant ça suffit (mais c'est également une preuve que le soleil peut briller au Royaume-Uni)

Mon voyage à Gibraltar s'achève (il me faudrait une autre journée pour voir les kilomètres de tunnels de défense percés dans le rocher) mais je ne toujours pas à Algeciras. C'est juste en face, de l'autre coté de la baie, mais la seule façon d'y aller est par voie terrestre. Il n'y a pas de route le long de la côte et pas (enfin plus) de pont sur le ruisseau peu profond qui brise la continuité de la plage. J'ai hésité pendant un certain temps à le traverser. J'aurais de l'eau jusqu'à la taille sur une distance de moins de 5m. Mais incertain quant au sort de mon vélo et à la consistance du sable je me rabats sur la seule option sure, le seul pont existant, plus loin au nord: l'autoroute.

20121230-IMG_1403
Retour en Espagne. Cette fois, ils étaient plus agréable que lors de l'entré depuis Andorre

20121230-DSC_4318
Le Rocher

On dirait que je n'ai pas d'autres choix que de devoir prendre l'autoroute pendant un certain temps. Le port d'Algésiras fait face au port de Gibraltar, situé à quelques encablures seulement. Mais par la route cela représente 25km. Je suis stressé par les voitures qui roulent à grande vitesse juste à coté de moi, et du coup je me concentre pour bien rester sur la bande d'arrêt d'urgence. Accessoirement j'arrive à tenir une belle moyenne de 30km/h.

Au cours des ces quelques kilomètres bien stressant j'aperçois un panneau de sortie destiné au cyclistes, avec une petite ouverture dans la barrière de sécurité donnant directement sur un champ asséché. Hmmm... donc ce n'était pas une blague, la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute sert également comme piste cyclable ? Ce genre de sortie qui ne mène nulle part n'est qu'une aberration parmi tant d'autres, dues à un urbanisme irréfléchi, et je décide de rester sur l'autoroute, bien plus efficace, jusqu'à Algericas.
Un agent de voyage sur la route m'avait mis en garde de ne pas débarquer en soirée avec un vélo à Tanger MED, la destination pour les ferry d'Algeciras. Ce serait le bazar, je serais livré à moi-même au milieu des familles avec leurs tonnes de bagages, ou au mieux on me vendrait un ticket de bus à prix d'or pour me transporter jusqu'à Tanger avec mon vélo. Au lieu de cela, il m'a conseillé de prendre un bus jusqu'à Tarifa et, de là, prendre le ferry, qui navigue jusque tard dans la soirée, qui rallie directement la ville de Tanger. Tarifa est une ville avec un port plus petit que celui d'Algeciras, mais plus près de la côte marocaine. C'est le seul endroit où les ferries transportent des personnes (et quelques voitures) directement jusqu'au port de Tanger, juste derrière la médina. Comme il me reste 2 heures avant la nuit, je peux même pédaler jusqu'à Tarifa. C'est ce que je fais, sans même m’arrêter à Algeciras.

20121230-DSC_4329

20121230-DSC_4330

20121230-DSC_4325
Le détroit de Gibraltar : Espagne et Maroc

La route, la seule entre Algésiras et Tarifa, m'emmène en haut d'une colline à 400 mètres, avant de descendre à nouveau vers la côte. C'est un peu fréquenté mais très agréable une fois atteint le mirador avec les meilleures points vues possible sur le Maroc. Avec la douce lumière de la fin de la journée et une visibilité parfaite, je peux repérer tous les bateaux se trouvant entre Ceuta et Tanger MED.

20121230-DSC_4335
L'Afrique, à un saut plus loin

20121230-DSC_4339

Je descends en vitesse, en plein milieu des éoliennes à l'arrêt, jusqu'à la petite ville de Tarifa - costa de la luz, costa del windsurf. C'est censé être un excellent spot de planche à voile, ce qui explique la présence de nombreuses éoliennes. Mais pour le moment c'est plutôt calme.

20121230-DSC_4343
Coucher de soleil à la fin de l'année et la fin de l'Europe

Le Bureau du port a deux guichets, un pour chacune des deux compagnies opérant à partir de là. Les deux demandent 33 € par passager, mais celui qui à l'air le plus clean et qui est tenu par une dame blonde fait payer un supplément de15 € pour un vélo, alors que c'est gratuit avec l'autre. Ma décision est prise rapidement car il y a un départ toutes les heures et le trajet dure 35 minutes, quelque soit la compagnie.

Jusqu'à mon départ, je “ visite ” le point le plus méridional d'Europe continentale : la Isla de Tarifa. C'est où l'océan Atlantique rencontre la mer Méditerranée. J'ai aussi regardé mon dernier coucher de soleil en Europe.

20121230-atlantico-mediterraneo
Mediterraneo vs Atlantico

20121230-IMG_1418
Vous êtes ici, comme toujours

De retour au port, j'ai droit à la file d'attente avec les voitures, en attendant que le ferry soit prêt. C'est là où je réalise qu'avec mon poids lourd de 20 kg d'acier et 20 kg de bagages (que je sens bien dans les ascensions en montagne) je suis en fait minuscule entre les voitures chargées de bagages et cet énorme mur d'acier qu'est le ferry.

20121230-IMG_1425

Le vélo est arrimé dans la cale, et moi je suis assis sur le pont en train de regarder l'Afrique, où je vais prendre des vacances bien méritées après 3500 incroyables kilomètres parcouru à vélo depuis la Suisse, me rapprochant toujours en peu plus. L'aventure commence…

20121230-IMG_1428

Tags : ,
Partager Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone