Premiers kilomètres au Maroc

Le Maroc n'est même pas à 20km de l'Espagne, mais c'est déjà un tout autre monde. Je suis impatient de remonter en selle sur les routes d'ici qui, pour ce que ce j'en ai vu, m'ont l'air plutôt bonnes.

Je récupère mon vélo que j'avais laissé en pension à Tanger chez JM et je remets les sacoches en place. J'ai voyagé à pieds pendant deux semaines avec mes deux sacoches, une de 25L et une de 12L, et il se trouve que c'était bien pratique. Un peu bizarre et pas très fashion, mais comme elles sont faites pour être waterproof et qu'elle ont un système de fermeture complètement différent de celui d'un sac à main, cela les rends très utiles contre les mains baladeuses des médinas. La mauvaise nouvelle c'est qu'en dévissant un des crochets du fond, pour éviter de les casser par accident, j'ai perdu un précieux morceau de plastique. Les crochets Vaude sont d'un seul tenant alors que les Ortlieb sont en deux parties, et je ne l'ai pas vu tomber. Ce n'est pas une catastrophe mais la sacoche est moins stable sans le crochet du bas. Et ça doit forcer plus sur les crochets du dessus.

À un moment donné j'ai pensé aller à l'ouest vers Asilah sur la côte, mais j'ai changé d'avis pour retourner dans les montagnes de Rif, à vélo cette fois-ci. Je vais rester à l'écart de la côte océanique et des grandes villes touristiques comme Rabat, Casablanca, Essaouira, jusqu'à environ la moitié du Maroc. Là, je n'aurai plus d'autre choix que de suivre la route côtière traversant le Sahara.

Dans l'après midi je quitte Tanger, une ville qui ne m'a pas donnée envie de prendre de photos. Je veux juste sortir un peu de la zone d'habitations. Pour la première fois en 3 semaines il pleut, et comme par hasard, ça tombe juste le jour où je reprend la route.



Il y a peu de voitures sur la route côtière permettant de sortir de Tanger par l'est. Mais avec ces nuages gris, le paysage est sans intérêt. Je ressens un peu de nostalgie quand, au détour du chemin, j'aperçois le rocher de Gibraltar dressé sur la mer et enveloppé d'une mince couche de brouillard.

20130117-DSC_4892
Naufrage sur la côte nord du Maroc

20130117-DSC_4898
Détroit de Gibraltar, port de Tanger MED (à droite) et le rocher de Gibraltar (à gauche)

La principale différence est que les gens me disent “ Salut ” ou quelque chose à tout bout de champ. Les gens dans leur voiture, les gens sur le bord de la route, les policiers aux barrages routiers, etc.. Il y a même un chauffeur de dépanneuse qui s'est arrêté vers moi en bas d'une colline et a essayé de me convaincre qu'il devrait m'embarquer, et si je le voulais, descendre au sommet pour profiter de la descente… avec un vocabulaire commun limité, difficile de me faire comprendre ici...

20130117-DSC_4897
Lignes de transmission Maroc – Espagne

Je rencontre un cyclo-touriste, Simon, allant dans la direction opposée, juste avant que de quitter la côte pour renter dans les terres. Pour ce redémarrage en douceur je vais jusqu'à Tétouan, 100km en 2 jours, en prenant la plus petite route possible. Comme je ne connais pas les règles locales en matière de camping sauvage je demande dans les maisons, à l'intérieur et à l'extérieur des villages, si je peux installer ma tente à proximité. Mais personne ne parle français, ni espagnol, seulement l'arabe.

Quand j'explique avec des signes, soit ils ne comprennent pas, soit ils comprennent mais refusent que je m'installe là. La nuit tombe et il fait humide. Ma seule option est de trouver un endroit en retrait de la route, plus facile à dire qu'à faire car la route elle-même est à moitié faite de boue et des qu'on s'en éloigne, c'est de la boue à 100%. Au final je grimpe en haut d'une colline, où je me débrouille pour coincer mes roues avec les boue qui s'accumule sous les gardes boue et m'endort avant la pluie. Pas très positif pour une première journée.

Le lendemain je remballe sous la bruine et je croise à nouveau Simon sur la route. Nous pédalons ensemble vers Tétouan.



Les gens sur la route continuent à m'encourager (enfin, les hommes seulement) et je suis surpris de voir quelques enfants quémander des stylos et de l'argent, devant leur maison. Je n'avais pas vu ça dans les villes touristiques.

20130118-DSC_4901

20130118-DSC_4902

20130118-DSC_4903

Sous la pluie, la route est boueuse et le paysage peu attrayant. Les nids-de-poule fréquents et les travaux routiers nous obligent à être vigilants. Nous arrivons vite à Tétouan et après un thé je commence ma recherche d'un hôtel bon marché et d'un accès à internet pour me cacher et rattraper mon retard sur le téléchargement des photos en attendant que les jours de pluie passent.

20130118-IMG_1522

20130118-DSC_4905
Tétouan

Je trouve une chambre dans un endroit où les douches marchent à l'eau chaude, c'est princier. En plus à n'importe quelle heure de la journée, c'est carrément royal. Grâce à un peigne acheté récemment, je démêle mes cheveux pour la première fois depuis de nombreuses semaines (c'est pas du gâteau) puis je m'aventure dans la médina de Tétouan.

20130118-IMG_1524
Palais royal de Tétouan

Dans les médinas et les souks du Maroc on trouve de tout pour pas cher. Tout est là, des ustensiles de cuisines, toutes sortes de matériaux et de tissus, des moitiés de disque dur, des cigarettes à l'unité, des poulets vivants, morts, déplumés ou rôtis, des machines à laver en pièces détachées, des iPhones et des Samsung Galaxys, des pois chiches... et parfois tout ça dans un seul magasin. Pourtant il y a peu de chances que je trouve ici une moitié de crochet Ortlieb ou un joint de silicone pour réparer ma tente. Je n'ai rien vu qui concerne les activités en extérieur ici, alors que les marchés Asiatiques regorgeaient de sacs à dos et de vestes de rando sur le point d'être envoyés sur les étals européen. Nulle trace non plus des Chips Ahoy aux pépites de chocolat, ces gâteaux qui m'ont sauvé la mise plus d'une fois sur les routes espagnoles.

Pour le crochet je me suis débrouillé en créant une pièce de remplacement avec un anneau en plastique; pour la serviette de bain à séchage rapide que j'ai oubliée dans un train je dois malheureusement me contenter d'une serviette classique désormais; et pour les Chips Ahoy, un truc qui me manque vraiment, heureusement que je peux trouver des croissants pour 1dh et des repas sains à partir de 15dh.

Tags : ,
Partager Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone