Les montagnes, pour le meilleur et pour le pire

Je me réveille dans l'atelier de Peter, entends quelques bribes d'informations à propos d'Obama ainsi que la météo sur la Radio BeO en Berner düütsch/suisse bernois (signe d'une journée réussie) puis je me mets en selle. Il fait beau finalement et la vue magnifique vient compenser la douleur liée à l'ascension.


Je quitte la route principale pour aller de l'autre côté de la vallée, là où le petit sentier reliant les fermes est utilisé comme une piste cyclable. La neige commence à remplacer l'herbe autour de moi et je grimpe, toujours le long des voies ferrées de la Golden Pass, jusqu'à Saanen.

20121107-IMG_0450
En arrivant à Saanen, au sommet de la montagne russe

Là, presque immédiatement, le paysage s'ouvre et justifie la raison pour laquelle j'ai enduré la pluie froide ces derniers jours :

20121107-DSC_1454

20121107-IMG_0460
Petit arrêt à l'aéroport de Saanen-Gstaad pour tenter d'apercevoir Johnny (ah que coucou)


20121107-DSC_1471

20121107-DSC_1476

La route disparaît pendant une courte période dans un passage étroit entre Saanen et et Rougemont. Rougemont est la première ville du côté francophone de la Suisse. Je pensais qu'il y aurait une zone de flou où les signes seraient en allemand et en français, mais ce n'est pas le cas. Les enseignes et les panneaux de signalisation changent tout à coup après ce virage.

20121107-IMG_0461
Le röstigraben physique

Ensuite, je laisse la piste cyclable pour passer par Château-d'Œx. C'est très calme. Malheureusement, le musée de la montgolfière est fermé pendant tout le mois de novembre.

20121107-DSC_1508
Château-d'Œx

20121107-DSC_1491

Après Château-d'Œx, je peux décider d'aller vers le nord jusqu'à Bulle, ou vers le sud jusqu'à Aigle. Sur les suggestions d'Aline je ne choisis aucune de ces routes, mais pars plutot faire un tour sur le Col des Mosses, à La Lécherette, pour rejoindre le lac Léman par le lac de barrage de Hongrin et sa vallée militaire.

Le Col des Mosses va plus haut que je pensais. La Lécherette est à 1450m. Il doit surement faire froid mais les pentes me transforment en centrale à vapeur. J'ai un doute quand je me rends compte que la route me dirige droit sur le glacier. Je regarde sur la carte et ça ressembe à un cul de sac. En fait je me suis fait peur à cause du reflet du soleil qui cachait la seconde partie de la route, celle qui traverse la montagne. Ce n'est pas évident à voir depuis la route elle-même. Ca grimpe tout en petit virages dans les bois.

20121107-IMG_0477
Col des Mosses

Après avoir tourné à droite dans La Lécherette, une belle petite ville morte sous une couche de 20 cm de neige environ, où les remontées mécaniques sont actuellement à l'arret, je poursuis mon chemin vers la zone militaire du lac de Hongrin. Il y a bien une route qui descends d'ici jusqu'à Aigle, mais elle est réservée (ainsi que toute la vallée) à l'armée suisse, pour les exercices de tir. Je tente le coup mais je suis rapidement stoppé par des gardes qui me signalent la présence de tirs. Du coup je dois prendre le petit sentier sur l'autre côté du lac.

20121107-DSC_1525
Vélo contre Tank

20121107-DSC_1526
Le panneau ressemble bien, sauf pour le nombre de roues

20121107-DSC_1541
Lac de Hongrin

20121107-DSC_1551
Un échafaudage plutôt osé au barrage de Hongrin (> 100 m, 240 MW)

Après le barrage, la route (piste cyclable #4 de SchweizMobil ) ressemble à une très ancienne route de montagne qui n'est plus entretenue. Elle alterne les graviers et le bitume contellé de nids de poule. Des barrières défoncées sont là pour soi-disant empêcher de tomber dans la gorge, parfois profonde. La vallée est très calme, à l'ombre, sans un bruit. Je me demande où je vais atterrir.

20121107-DSC_1557
A nouveau une bien mystérieuse fenêtre dans la montagne

Arrivé au bout de la vallée je ressors à l'air libre, à côté des deux petites gares de Les Cases et Les Allières. Les Cases est une de ces gares au milieu de nulle part, sans habitants. Elle ne sert probablement qu'à ramasser et déposer les randonneurs. Il est 16h, il fait bientôt nuit et je me rends compte que je ne suis pas tout à fait à Montreux comme je le voulais. Il y a un dernier col à grimper, le Col de Jaman. Une dame, une des 2 personnes que je vais rencontrer dans cette vallée, me dit qu'il est plus élevé que ceux que je viens juste de franchir (La Lécherette était à 1450m et Jaman à 1512 mètres d'altitude). Ce n'est pas une bonne nouvelle. Elle me dit qu'elle peut le monter en 1h et demi à pied, donc je décide d'y aller avec mon vélo pour atteindre Montreux et le lac Léman, juste de l'autre côté, avant la nuit.

Les premiers mètres sont glacés. Je ne peux pas pousser une charge de 40 kg tout en patinant sur la route verglacée, c'est carrément dangereux. D'un autre côté, pour éviter ce col (5 km de montée puis 5 autres de descente jusqu'à Montreux), le seul autre choix serait de redescendre dans la vallée par le biais de Montbovon jusqu'à Bulle puis revenir ensuite vers le lac. Cela ferait un total de 60 km jusqu'à Montreux au lieu de 10. Je décide donc de passer la nuit ici, à Les Cases.

Il fait 2° C dans ma tente pendant toute la nuit, et probablement moins quelque chose à l'extérieur. Je dors pas trop mal, bien que je n'ai pas trop chaud, donc ça doit être ma limite. L'avantage de dormir presque dans la neige est que j'ai un un cours d'eau juste à côté pour remplir mes bouteilles et faites cuire le riz pour le petit déjeuner. Je peux commencer à pousser sur les pédales avec optimisme pour grimper ce Col de Jaman.



Je suis débarrassé de la glace de la première partie de la route. Maintenant le chemin passe dans les bois, et je peux essayer le vélo sur les plaques de neige et les feuilles.

20121108-IMG_0505
Pas de snowboard pour moi cette saison, mais au moins je laisse ma trace quelque part

Au moins, j'ai beau temps. Mais ensuite le chemin d'accès se recouvre de neige. De plus en plus de neige. Ce qui serait une agréable descente à ski se transforme en une montée de cauchemar avec un vélo bien chargé.

20121108-IMG_0512
Je pousse dans la neige

Je passe 3,5 heures à pousser sur les kilomètres qui me séparent du col et je gagne quelques 400 mètres d'altitude. Je dois m'arrêter de temps en temps pour enlever la neige qui s'agglutine et s'accroche aux rayons et aux freins. Dans mon malheur, je perds ma veste par deux fois et je suis obligé de courrir la rechercher. Le tendeur qui tient ma veste sur le porte-bagage à eu aussi la bonne idée de se coincer dans le moyeu arrière.

20121108-DSC_1573
La Dent de Jaman 1875 m

Enfin, je parviens au sommet, enfin... C'est un énorme soulagement. Le restaurant qui s'y trouve est fermé pour réparation. C'était ma motivation pour pousser le vélo jusqu'en haut. Re-pas de chance, mais je me satisfait avec la vue des Alpes par delà le lac Léman.

20121108-DSC_1587
Ma récompense pour une matinée difficile

La route qui descend vers Montreux ou le lac Léman représente un bon 1100 mètres de descente sur les prochains kilomètres. Heureusement, le chemin est déneigée sur ce côté. Cependant, avec la neige qui est encore en train de fondre sur mon vélo, mes jantes sont couvertes par une très légère couche d'eau qui rend mes freins inefficaces.

20121108-DSC_1590
Glion sur Montreux

20121108-IMG_0524
Je savais bien que je n'aurais pas du me trouver là bas ...

La Fourchette à Vevey me rappelle qu'il est 15:00 et que je n'ai encore rien mangé depuis le petit déjeuner

20121108-DSC_1619
Vevey - la Fourchette

Je dois rejoindre Aline à Lausanne avant la nuit. Je ne m'en fait pas. Après tout, c'est seulement à 20 km et il me reste 2 heures avant qu'il fasse nuit. Je prends la route va à mi-chemin vers le haut dans les collines et qui passe par les vignobles. C'est une fois de plus une excellente piste cyclable trouvée sur SchweizMobil.ch, étroite et presque sans voiture. Le paysage est incroyable, à vélo à travers les vignes et avec une vue sur les sommets enneigés après le lac.

20121108-DSC_1625
Vignes de Vevey-Lausanne

20121108-DSC_1631
Saint-Saphorin

L'inconvénient significatif de cet itinéraire est qu'il ne garde pas une élévation régulière. Comme un serpent, il vire un peu sur la gauche, un peu à droite. L'altitude du lac Léman est de 370 m, mais les collines à seulement 3 km de la côte sont déjà à 650 m. Ce qui fait une pente moyenne de 10 %... et chaque descente doit être payé plus tard en s'élevant à nouveau. Lausanne est si proche mais jamais atteinte...

20121108-DSC_1651
Coucher de soleil sur Lausanne

Je suis finalement rattrapé par la nuit juste avant d'entrer à Lausanne. Je dois faire face à des montées fous que je ne peux même pas avec en me mettant sur le plus petit braquet. Je décider de choisir ma route afin de garder mon altitude durement acquise, mais cette stratégie me conduit beaucoup plus haut que nécessaire. L'arrivée de nuit, au milieu des voitures, dans une « grande » ville n'est jamais agréable, mais j'arrive finalement à bon port et je peux refermer le chapitre de cette journée folle. Avec une visite du bateau de dégustation de vin COOP en prime.

Le lendemain est mon dernier jour en Suisse. De Lausanne à Pontarlier, en France, j'ai seulement 60 km à parcourir et aucune montée notoire. Je suis égayé par cette idée d'une journée « détente », où je vais pouvoir pédaler à une vitesse décente, sur le plat.


20121109-DSC_1660
Lausanne, sur les rives du lac Léman

20121109-DSC_1687
Lausanne, sur les rives du lac Léman

Le trajet du matin sur un étroit sentier le long du lac Léman est très agréable. gens font du jogging, les animaux jouent, les cygnes font leur toilette... Je le quitte à St Sulpice, direction plein Nord pour rejoindre la France.

20121109-IMG_0540

20121109-DSC_1699
Orbe, la ville qui sent le café

20121109-IMG_0549

À un moment donné, on m'empêche d'aller prendre un virage à gauche le long d'un cours d'eau. Il y a une prison tout près et les prisonniers travaillent dans les champs. J'essaie de faire le tour tout en maintenant mon cap vers le nord. J'échoue et me retrouve à Yverdon.

20121109-IMG_0543
L'eau potable partout, si seulement ca pouvait être vraiment partout...

20121109-IMG_0551
J'ai vraiment fais de mon mieux pour maintenir mon cap...

D'Yverdon à Pontarlier, c'est du tout cuit. Ou pas. Plus qu'une trentaine de kilomètres, mais la nuit arrive bientôt, très bientôt. Mes jambes ressemblent à des jambes de fin de journée, pas prête à donner toute leur puissance, mais il le faut bien pourtant. Il est censé pleuvoir en fin de la journée, et je ne veux pas avoir une belle journée gâchée dans les toutes dernières minutes.

Je me rends compte du truc à Vuiteboeuf. J'ai déjà grimpé gentillement à 200 mètres d'altitude depuis le lac de Neuchâtel. Je suis très proche de St Croix, à la frontière franco-suisse. Mais je ne m'attendais pas cela : une montée de 600 m à 1150m au cours des 10 prochains km. Plus quelques gouttes de pluie. Et le plus dangereux, les travailleurs frontaliers de retour en France et qui roulent à tombeau ouvert dans les virages en épingle.

20121109-IMG_0553
Col des Etroit 1153 m, St Croix

J'atteins le Col des Etroits (où Giuze à organisé le CS open air cette année), en m'autorisant seulement 2 courtes pauses. Mes jambes ne répondent plus, j'y vais au mental. Je passe la frontière en France au coucher du soleil et dois parcourir mes derniers 15 km dans les bois de nuit, encore une fois dans une descente risquée, mais heureux de pouvoir rentrer à la maison aujourd'hui. Plutôt stressant pour une journée soi-disant plate et reposante.

Day006-Face-121109
Frontière franco-suisse à l'Auberson

Mes jambes peuvent finalement s'effondrer et je suis accueilli par quelques bonnes nouvelles :

  • J'ai passé mon Deutsch Zertifikat B1 avec 85 % (même si je ne sais pas quand je vais avoir l'occasion d'en faire usage avant de tout oublier)
  • J'ai reçu mes autocollants (clavier Suisse-français) à coller sur mon clavier français (où la touche Maj est trop souvent nécessaire pour les caractères les plus courants comme le point et les chiffres), ce qui rends la saisie des charactères sur les touches numérique plus facile.
  • J'ai reçu mon passeport et du Groland et l'autocollant du pays qui va avec, plus les salutations du Président Salengro.

Outre un peu de travail administratif, je profite de la pluie sur Pontarlier pour obtenir une carte SIM française et pour scier un peu les poteaux de ma tente Vaude, aussi pratique (30 cm de hauteur emballée) que fatiguée. Je vais devoir remplacer mon trépied cassé Takeshi plus tard car on n'en trouve pas par ici.

Voilà, c'était donc la Suisse. Des routes difficiles, mais si pratiques et avec un décor tellement beau. Je suis maintenant prêt à rejoindre l'Espagne par le biais de Lyon, du Massif Central et des Pyrénées en fonction du froid et de la neige...

Tags : , , ,
Partager Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone